J’ai testé le bœuf de Kobe à Kobe (Japon) et j’ai adoré !

La première fois qu’on m’a parlé du bœuf de Kobe, c’était dans un teppanyaki à Paris (teppanyaki = resto où l’on utilise une plaque chauffante pour cuire les aliments). Et l’idée a commencée à germer : un jour, j’irai à Kobe pour manger du bœuf de Kobe.

Le bœuf de Kobe ? Qu’est-ce que c’est ?

Le bœuf de Kobe provient de la race de Tajima-gyu. Cette race est gardée pure depuis la période d’Edo (17ème siècle) jusqu’à maintenant. Le bœuf de Kobe représenterait seulement 0,16% de la consommation de bœuf au Japon. Seules les vaches « vierges » et les mâles castrés, élevés jusqu’à la maturité, sont considérés comme éligibles. Ils doivent aussi être nés dans la préfecture de Hyogo (dont Kobe est la ville principale), chez un fermier faisant partie de l’association du bœuf de Kobe, et satisfaire les critères de BMS (Beef Marbling standard) (teneur de graisse dans la viande), critères de poids, le pedigree justifié etc. Pour qu’une vache de Kobe arrive à la maturité, il faudra compter 30 à 32 mois, soit 2 à 4 mois de plus qu’une vache standard.

Tout cela explique pourquoi c’est aussi rare et aussi cher.

La viande de bœuf japonais étant notée de C1 à A5 (A5 était de qualité exceptionnelle). Pour le bœuf de Kobe, les restaurants proposent souvent du A4 ou A5.

Nous avons fait plusieurs recherches sur Tripadvisor. Nous avons finalement opté pour le restaurant Kobe Beef Ishida, pas très loin de la gare principale. Il faut remplir obligatoirement faire une demande de réservation en ligne, on nous confirme si la date choisie est dispo, et puis on paie en ligne.

Nous avons RDV à 12h mais comme nous risquons d’être refusés si nous avons 15 minutes de retard, on arrive 30 minutes à l’avance lol 😀 le temps de traîner dans le quartier et voir rapidement à quoi ressemble la ville de Kobe.

Nous sommes placés au comptoir, devant la plaque de cuisson. On nous donne un tablier pour protéger nos vêtements de toute projection d’huile. Et on nous présente le gros morceau de 280g de qualité A5, qu’on a commandé pour deux.

Le chef propose même de nous prendre en photo avec 😀

On nous sert un petit apéritif

Suivi d’une salade

Ensuite le chef prépare la viande sous nos yeux ébahis. Il n’utilise aucune huile, seulement la graisse provenant de la viande, pour cuire les différentes parties du morceau. Il nous demande la cuisson souhaitée et on suit sa recommandation : saignant.

Même si on a deux sauces à notre disposition (sauce au vinaigre et sauce de soja) et quelques piles de sel, poivre et moutarde, c’est le chef qui nous indique avec quoi manger : par exemple la viande se mange uniquement avec une pincée de sel et de poivre. Par contre, les légumes et un petit gâteau japonais se mangent avec les autres sauces et de la moutarde.

Ils nous servent aussi du riz blanc, de la soupe miso, un peu de légumes fermentés.

On termine avec un petit sorbet et du thé.

Verdict

La viande de Kobe est tendre et délicieuse. Elle fond dans la bouche. Je ne retrouve pas ce goûte de « noisettes » dont parlaient les gens, mais c’est vraiment une viande d’excellente qualité. La graisse qu’il y a dans la viande n’est pas gênante, ce n’est pas comme si on croquait dans un morceau de pure graisse, elle donne ce côté tendre à la viande. Cependant, ayant pas mal de graisse, 150 grammes de boeuf sont bien suffisants.

Est-ce que ça vaut le coup ? Si vous avez le budget, c’est à déguster une fois dans sa vie. Cependant, pour les tous petits budgets, sachez que la viande d’origine japonaise est goûteuse en général, et plus ou moins marbrée comme le bœuf de kobe. Vous pouvez opter pour des solutions moins chères dans un restaurant de teppanyaki pour 2000yen les 150g (15€ à peu près).

Adresse

Kobe Beef Ishida : https://kobebeef-ishida.com/

C’est deux fois moins cher si vous y allez à midi.

  • Qualité A4 (5800yen soit 43€) le repas à midi
  • Qualité A5 (7800yen soit 58€) le repas à midi

Auquel il faut ajouter les 16% de service et de TVA

Bref, avec les boissons, taxes etc. nous avons payé 156€ tout compris pour deux

 

 

Vous avez aimé cet article ? Consultez nos carnets de voyage au Japon : 

Carnet de Voyage Osaka (Japon) #1 : des heures de vol et notre Airbnb
Carnet de Voyage Osaka (Japon) #2 : notre premier onsen, Dotonbori et Shinsaibashisuji Shopping Street
Carnet de voyage Osaka (Japon) #3 : Château d’Osaka, les cerisiers en fleurs, Namba Walk, Bic Camera, SK-II
Carnet de Voyage Osaka (Japon) #4 : Sakura à l’Expo ’70 Commemorative Park, Japan Folk Crafts Museum
Carnet de Voyage Osaka (Japon) #5 : Une nuit dans un Ryokan – Fudouguchikan Ryokan à Osaka
Carnet de Voyage Osaka (Japon) #6 : Mes Restaurants Préférés
Carnet de Voyage Osaka (Japon) #7 : Mes adresses de shopping préférées

Carnet de voyage Kyoto (Japon) #1 : Sakura, Les cerisiers en fleurs
Carnet de voyage Kyoto (Japon) #2 : Museum of Traditional Crafts, Kyoto Botanical Garden, Fushimi Inari-taisha
Miyako Odori 2018 : Avis et Conseils Pratiques – Carnet de voyage Kyoto (Japon) #3
Carnet de Voyage Kyoto (Japon) #4 : Le marché de Nishiki, Cat Cafe
Carnet de Voyage Kyoto (Japon) #5 : Kiyomizu-dera, Hokanji, Ishibei-koji, quartier de Gion

Un jour à Koyasan – Mont Kōya (Japon) : Cimetière d’Okuno-in, comment y aller, pass Koyasan, infos pratiques
Un jour à Nara (Japon) : Tōdai-ji, Isuien Neiraku Museum, Yoshikien Garden, Kasuga-taisha shrine, les mochis et les Daims du parc de Nara
Un jour à Kobe et Himeji (Japon) : Château de Himeji et Source thermale à Arima-onsen
J’ai testé le bœuf de Kobe à Kobe (Japon) et j’ai adoré !

Carnet de voyage Tokyo (Japon) #1 : Nihonbashi, Ginza, Odaiba
Carnet de voyage Tokyo (Japon) #2 : Ueno, Akihabara, Tour de Tokyo, Shibuya et Shinjuku

Un jour au Mont Fuji (Japon) : Carnet de voyage
Comment aller au Mont Fuji ? et où prendre de belles photos du Mont Fuji

Digital Nomad : Bilan après 1,5 mois au Japon (Osaka, Kansai, Tokyo)

Test & avis du Arima onsen Taiko-no-yu à Kobe (Japon)
Test et avis du Sento Shimizuyu à Osaka (Japon)
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (30 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.