Carnet de Voyage Osaka (Japon) #1 : des heures de vol et notre Airbnb

Je suis tellement excitée de vous présenter cette série de carnets de voyage au Japon. Nous allons mettre en ligne des carnets de voyage numérotés, tout au long de notre séjour au Japon. L’idée est de partager au fur à mesure nos découvertes avec vous, car il y a tellement de choses à raconter du Japon que les trois articles habituels par destination ne suffisent pas.

Alors, nous avons choisi de passer un mois et demi au Japon, dont un mois à Osaka (et les environs) et deux semaines à Tokyo (et les environs).

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Da Nang => Osaka

Après un mois à Hoi An et 2 jours à Da Nang (Vietnam), nous prenons l’avion vers Osaka. Il y a des vols directs mais ils coûtent chers, donc nous devons prendre deux avions de deux compagnies différentes : un avion jusqu’à Busan (en Corée du Sud), passer l’immigration, récupérer nos bagages, puis refaire le check-in jusqu’à Osaka. Comme nous avons 4h30 d’escale, le fait que l’avion Da Nang – Busan ait 1h de retard ne nous a pas posé de problème. Etant donné que nous ne sommes pas restés dans la zone de transit, nous avons donc eu droit à un tampon Corée du Sud sur notre passeport. Une mise en bouche car c’est notre prochaine destination après le Japon.

Etant du côté hublot je n’ai rien raté des paysages somptueux en bas. Je me rends compte seulement en regardant l’eau presque gelée de l’océan, qu’il fait super froid à Busan. Oups ! 3°C ! Heureusement que l’aéroport est bien chauffé car ma doudoune est encore dans la valise en soute.

Regardez-moi ces sommets de montagnes couverts par une fine couche de neige ! Magnifique !

Malheureusement la partie « ville » me semble très industrielle, je n’ai vu aucun arbre.

Les paysages à l’approche d’Osaka sont magnifiques aussi !!!

Flash-back

Je dois avouer que j’appréhende beaucoup ces voyages au Japon (et bientôt en Corée du Sud). Ces pays ne sont pas encore hyper habitués aux touristes (notamment les touristes occidentaux). Avec ma tête asiatique, ils espéreront sûrement de moi que je sois d’origine japonaise/coréenne, que je parle et comprenne leur langue. Dans ces pays où il n’y a pas encore beaucoup de mariages mixtes, une vietnamienne voyageant avec un français, c’est un peu inhabituel. De plus, dans ces pays, l’aspect physique est très important, il faut être impeccable tout le temps car être agréable à regarder, c’est respecter les autres et se respecter soi-même.

J’ai vraiment peur de les froisser, sans faire exprès. On me dit que le Japon est comme un autre monde blablabla. Je suis aussi très gênée de mes vêtements de baroudeuse, de mon teint multi-color dû aux différents coups de soleil (alors que chez eux, la peau blanche est le standard) etc.

Du coup, comme un déni, j’évite d’y penser et c’est seulement un jour avant notre voyage que je commence à lire les carnets de voyage… pour découvrir qu’il ne nous faut absolument des billets de sortie, sinon on ne nous laissera pas prendre l’avion.

Donc c’est en mode express que JB nous réserve un billet de sortie (vers la Corée du Sud). Heureusement car les billets de sortie ont été demandés à chaque fois (en Corée du Sud, et au Japon).

Et puis, notre proprio d’Airbnb nous met la pression aussi sur Line (la messagerie instantanée la plus populaire au Japon) : oh vous n’avez pas encore réservé votre bus ? nous : quel bus ? lui : le bus XYZ, voici le lien pour la réservation. nous : merci mais tout est complet. Nous voilà stressés à mort 2h avant le départ, croyant qu’on sera coincés à l’aéroport, et devoir prendre un taxi à 200€ juste parce qu’on n’a pas pensé à réserver LE bus.

Et puis, une fois arrivée en Corée du Sud et au Japon… je me suis rendu compte que je me suis mis trop de pression. Il faut effectivement observer les locaux de manière encore plus attentive que dans les autres pays, pour les imiter, mais ce n’est pas trop difficile. Quant à l’aspect physique, effectivement tout le monde paraît impeccable, mais ce n’est pas comme dans les films coréens/japonais non plus. Ils sont aussi humains, et ne sont pas toutes des bombasses sur pattes. Il faut juste que je troque mes sandales de baroudeuse contre mes superbes baskets Geox et l’affaire est réglée.

Quant au transport depuis l’aéroport jusqu’à notre airbnb, c’est d’une facilité sans égale.

Arrivée à l’aéroport Kansai

Nous arrivons à l’aéroport Kansai à l’heure. Comme en Corée du Sud, il y a un formulaire « bio-sécurité » à remplir. Ce n’est pas aussi stricte qu’en Nouvelle-Zélande ou en Australie, mais le principe est le même : il ne faut pas venir avec des plantes, fruits… ou des produits d’origine animale. Dans le cas contraire, il faut les laisser en quarantaine, ou les jeter à la poubelle.

C’est l’occasion de tester les toilettes japonaises avec plein de fonctionnalités. On peut envoyer un jet d’eau (froid ou chaud) – sur les fesses, régler l’intensité du jet d’eau, mettre de la musique (plus ou moins fort) pour couvrir vos éventuels bruits déplaisants. Je vous ai pris en photo la notice (traduite en anglais), c’est CADEAU ! (cliquez sur la photo pour zoomer)

Nous achetons deux cartes SIM aux distributeurs (JB a expliqué comment faire ici).

Et puis nous prenons un train express (rapi:t) au look furutiste jusqu’à la station de Namba.

Nous marchons 15 minutes jusqu’à notre Airbnb.

Notre airbnb

Le proprio nous y attend déjà. Il nous montre très rapidement, à l’aide de gestes (il ne parle pas un mot d’anglais), où vider la poubelle, comment allumer la lumière, où se trouve la machine à laver etc.

Voici le tour de notre airbnb en vidéo.

J’avoue être un chouia déçue par cet appartement. On n’a aucune lumière directe, l’appartement est donc un peu froid. Il n’y a pas la fameuse couverture chauffante qu’on voit souvent dans les films. Le seul chauffage qu’on a, c’est la clim réversible qui fait chaud/froid. Le courant d’air près du lit risque de nous rendre malade. Tout ça pour 2000€/mois. En plus de ça les rares espaces de rangements sont remplis d’affaires du propriétaire. On savait parfaitement que ce serait petit (bienvenue au Japon !) mais on espérait qu’il soit plus fonctionnel comme nos précédents Airbnb.

Mais c’est l’appartement le plus spacieux qu’on ait trouvé, avec un espace de travail (la table à manger) en plus. Et le quartier est on-ne-peut-plus-central, à 5mn de la rue la plus commerçante d’Osaka, la station de trains Namba à 15mn à pieds, des centaines de restaurants à 5mn, plusieurs stations de métro à proximité…

Passé le premier moment de déception, nous reprenons notre vie en main : Nous déplaçons le lit pour le mettre le plus loin possible de la fenêtre et mettons le canapé près de la fenêtre pour bloquer le courant d’air. On va aussi chez Uniqlo acheter deux pyjamas confortables et chauds. Enfin, on range les bibelots moches du proprio dans le placard pour créer plus d’espace pour nos affaires persos.

Ça va déjà beaucoup mieux 😀

 

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Taux de change en Mars 2018 : 1000yens = 7,7€
  • Airbnb : loué à 2000€/mois. Si vous restez plusieurs mois, le loyer mensuel est en réalité beaucoup moins important pour une surface similaire (700€/mois environ) mais il y a des frais divers à payer (et non remboursables) quand on loue un appartement à long terme
  • Carte SIM : 5500 yens pour 30 jours, 3GB (42€)
  • Train rapi:t : 1270yens soit 9,8€

 

Astuces

  • Les français sont exemptés de visa pour tout séjour inférieur à 3 mois
  • Cependant, le billet de sortie du Japon est obligatoire et vous sera demandé par la compagnie aérienne, et à l’immigration japonaise. Si vous ne connaissez pas encore votre date de retour en France, achetez un billet cheap vers la Corée du Sud par exemple (ou toute destination pas chère)
  • A moins d’arriver au Japon à une heure vraiment tardive, vous ne devez pas avoir de mal à prendre des transports publics pour vous rendre de l’aéroport jusqu’au centre-ville, quelle que soit la ville
  • Achetez absolument une carte SIM à l’aéroport, le wifi gratuit est assez rare. Certains louent un « pocket wifi », qui est réservé plutôt aux gros consommateurs d’Internet (ou qui n’ont pas Internet dans leur hôtel ou airbnb). Lisez notre article sur la carte SIM 4G ici.
  • La carte SIM réservée aux touristes ne permet pas d’appeler, envoyer ou recevoir des SMS. Mais ne vous inquiétez pas, Internet suffit largement.

La suite du voyage (le carnet de voyage #2) est par ici

Carnet de Voyage Osaka (Japon) #2 : notre premier onsen, Dotonbori et Shinsaibashisuji Shopping Street

Carnet de Voyage Osaka (Japon) #2 : notre premier onsen, Dotonbori et Shinsaibashisuji Shopping Street
Onsen et Sentō : le guide des bains publics au Japon
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.