Un jour à Kobe et Himeji (Japon) : Château de Himeji et Source thermale à Arima-onsen

Je vous ai déjà raconté notre déjeuner inoubliable à Kobe (du boeuf de Kobe en teppanyaki miam miam), mais c’est seulement aujourd’hui que je vous raconte la suite de cette journée.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Alors, nous sommes venus 30 minutes avant l’heure de réservation du restaurant, histoire de ne pas rater le déjeuner tant attendu et difficile à réserver. Le temps de faire un tour très rapide du quartier de la gare.

A Kobe, il y a apparemment un joli jardin japonais à visiter, mais nous voulons aussi à Himeji donc nous nous dépêchons, après le déjeuner, de prendre le train jusqu’à Himeji (ça nous prendra une heure en train local, mais on aurait pu prendre un shinkansen pour aller plus vite, mais plus cher aussi).

Himeji

Voici quelques photos près de la gare d’Himeji :

Dans la gare se cache aussi une excellente pâtisserie.

La mascotte d’Himeji porte un chapeau de même forme que le château d’Himeji 😀

Il y a plein de cerisiers sur le chemin menant de la gare au château, ça doit être trop beau en plein hanami. Le château est la fierté de la ville d’Himeji.

姫路城 Le château d’Himaji est le plus somptueux du Japon, classé au patrimoine de l’Unesco, est aussi l’un des rares à avoir survécu dans sa construction d’origine (la plupart des autres sont des reconstructions en béton). Il doit son surnom de Shirasagi-jō (château du Héron blanc) à sa majestueuse façade de plâtre blanc et à sa silhouette imposante, au sommet d’une colline surplombant la plaine. L’édifice présente un donjon principal (tenshū) de cinq niveaux et trois tours plus petites. Il est entouré de douves et de murs défensifs percés de meurtrières rectangulaires, circulaires ou triangulaires.

Les murs du donjon principal sont aussi agrémentés d’ishiotoshi – étroites ouvertures qui permettaient aux défenseurs de jeter de l’eau ou de l’huile bouillante sur quiconque avait franchi les fossés et tentait d’escalader les murailles.

source : lonely planet

Nous devons traverser un petit pont pour accéder au parc

et voici le fameux château d’Himeji, très photogénique, et très très beau en vrai aussi

Il reste encore quelques cerisiers en fleurs

La visite du château dure au moins 1h30 et comme nous sommes pressés par le temps, nous décidons de ne pas entrer à l’intérieur.

Mais si vous avez plus de temps que nous, faites-le, ainsi que le parc Koko-en, de l’autre côté de la douve ouest du château. C’est une reconstruction des anciens quartiers des samourais. Il y a un ticket combiné avec le château Himeji.

Arima-Onsen

On mettra presque 2h à revenir à Kobe puis prendre un bus pour aller à Arima Onsen. Si on visite dans cet ordre, c’est parce que Arima Onsen est plus proche d’Osaka qu’Himeji, donc on préfère visiter d’abord Himeji puis Arima Onsen puis rentrer à la maison.

La ville est très jolie. On perd quelques degrés car on est à la montagne. Près de l’arrêt de bus, on a une belle vue sur un joli pont et des bassins de tout genre. Je pense qu’on peut tremper ses pieds ici gratos.

Arima Onsen est très connu pour les vertus médicinales de ses deux eaus thermales. La première est riche en fer. Elle est surnommée Kinsen, « golden hot spring water », l’eau est d’une couleur brunâtre. La seconde est normale, et surnommée Ginsen « silver hot spring water ». Il y a différents onsens dans cette ville, certains n’ont qu’une des deux sources, du coup nous sommes allés à Taiko Hot Spring, qui dispose de deux sources.

Ainsi, on a pu tester les deux sources, à l’intérieur comme à l’extérieur (l’extérieur étant bien décoré mais la vue n’a rien d’exceptionnel).

J’aime beaucoup cet onsen, je le trouve moderne, spacieux et propre. Je trouve que l’eau est vraiment bien. D’habitude, quelle que soit l’eau thermale, ma peau ne réagit pas trop, mais celle-ci m’a rendue toute rouge. Donc je pense qu’elle a un vrai effet, et d’ailleurs ça se verra quelques jours plus tard car j’aurai la peau super douce. Plus d’infos sur cet onsen ici.

Sur ce, nous rentrons à Osaka. Nous comptons prendre le bus JR qui va directement à Osaka pour 45 minutes, mais Google Maps nous indique le mauvais emplacement du départ. On est en train de chercher quand on voit le bus passer sous notre nez. En fait, il était juste au coin de la rue mais on ne l’a pas vu. Voici l’emplacement exact.

Comme il n’y a qu’un par heure et nous ne comptons pas rester une seconde de plus dans cette ville (il est déjà assez tard), nous marchons jusqu’à un autre arrêt de bus sur le pont, et attendons le dernier bus de la journée pour Osaka.

Une japonaise est en train d’attendre son bus. En nous voyant, elle nous demande où l’on va. C’est marrant car la conversation se fait en japonais, elle parle japonais, nous répondons avec les quelques mots japonais qu’on connaît (oui, non, merci) et des gestes. Et je me surprends à comprendre ce qu’elle dit lol. Elle nous dit de faire attention car le bus qui va arriver (son bus) ne va pas s’arrêter à la station JR qu’on veut aller, mais le prochain oui. Au pire, on peut prendre le même bus qu’elle, mais s’arrêter à une autre station JR, qui est plus loin que la station JR qu’on avait prévue.

C’est marrant comment ça peut être facile de comprendre les gens grâce au contexte, les gestes et quelques mots-clés (JR, nom des stations, oui, non…) 😀

JB me dit que je bluffe, et ça se trouve, je n’ai rien compris. Mais après avoir checké l’itinéraire des bus en détails, on se rend compte que j’avais compris juste.

Du coup, je me dis que quand j’avais du mal à comprendre l’espagnol en Amérique du Sud ou le portugais au Brésil, c’était parce que je ne prenais pas de la hauteur par rapport à la conversation. J’étais en apprentissage d’une langue donc je voulais comprendre chaque mot qu’on me disait. Et du coup je perdais le sens de la phrase, alors que JB, qui n’était pas dans la même démarche que moi, a pu repérer les mots-clés et deviner le sens global.

 

Partie 2 : Conseils pratiques

Pour la réservation d’un bon resto de boeuf de Kobe, consultez notre article correspondant.

Pour aller à Himeji, vous pouvez prendre un shinkansen depuis Osaka ou Kobe, ou un train local

Pour aller à Kobe, vous pouvez prendre un shinkansen depuis Osaka ou Himeji, ou un train local

Pour aller à Arima onsen, il y a un bus direct depuis Osaka. Ou alors, depuis la gare de Kobe, il faut prendre un bus de 45 minutes. Beaucoup de personnes âgées viennent ici juste pour son eau thermale. La qualité de l’eau vaut vraiment le déplacement, surtout si vous souhaitez guérir. Elle est indiquée pour la mauvaise circulation, les maux de dos, douleurs musculaires et articulaires, troubles de la circulation périphérique, maladies infectieuses de la peau, eczéma chronique, maladies allergiques de la peau, de l’urticaire chronique, plaies brûlures, hypertension, maladie occlusive artérielle périphérique, troubles de la circulation artérielle fonctionnels, etc.

Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

Lire tous mes articles
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.