Un jour à Nara (Japon) : Tōdai-ji, Isuien Neiraku Museum, Yoshikien Garden, Kasuga-taisha shrine, les mochis et les Daims du parc de Nara

Nara est connu pour son grand parc et des milliers de daims en totale liberté. Au début, je voulais juste y aller pour voir les daims, et puis on m’a dit que ce ne pouvait pas être un but en soi car je risquais de mourir d’ennui. Finalement, on a passé une superbe journée en compagnie de deux digitaux nomades français.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

On se donne rdv devant un resto d’okonomiyaki, surnommé « pizza japonaise », mais avec beaucoup de mayonnaise et de sauce barbecue. Notre premier essai à Osaka était un échec total, alors on a hâte de tester ce nouveau restaurant, en espérant que ce sera meilleur.

Je ne sais plus trop ce que j’ai pris, mais tout le monde a l’air satisfait de son okonomiyaki. Je préfère celui-ci à celui que j’ai mangé à Osaka, mais j’avoue que ce ne sera jamais mon plat de premier choix, surtout si je peux choisir des sushis ou du bœuf au teppanyaki à la place.

Le fameux mochi de Nakatanidou

Le ventre plein, on se dirige tous les quatre vers Nakatanidou, une boutique rendue célèbre par son patron qui a le don de travailler sa pâte à mochi de manière extraordinaire. Je vous laisse découvrir son talent en vidéo :

 

Conception de mochis à Nara.

Une publication partagée par Jean-Benoit Moingt (@jeanbenoit1987) le

Normalement, on doit travailler la pâte plus longuement, mais pour des besoins de marketing, ce « show » est donné dans sa boutique toutes les 15 minutes à peu près. Ses mochis se vendent très bien, et manger des mochis tout chauds, c’est le bonheur !

Je vous mets ici une photo trouvée sur Internet car j’étais trop occupée à dévorer mon mochi.

Notre groupe se sépare car nos deux compagnons ont déjà visité ce que nous comptons visiter. On se donne donc rdv dans un jardin japonais 2h plus tard.

Tōdai-ji

Tōdai-ji abrite un très grand bouddha en bronze. Le bâtiment qui abrite le bouddha est lui-même le plus grand bâtiment en bois au monde. Rien que ça !

C’est en nous dirigeant vers le temple que nous apercevons pour la première fois les fameux daims du parc.

Super apprivoisés et très intelligents, ils attendent près des stands de vente de biscuits pour être nourris. Leurs poils ne sont pas super brillants, preuve que la nourriture humaine n’est pas des plus adaptées. Ayant entendu des histoires comme quoi les daims peuvent mordre et nous attaquer, je préfère les observer de loin. De toute façon, je suis contre le nourrissage des animaux sauvages.

Rien que la porte d’entrée est énorme

Nous payons le ticket d’entrée (600yen je crois) et apercevons ce magnifique bâtiment de loin :

Une petite photo devant :

Et le fameux bouddha, qui a été refondu, partiellement ou intégralement, plusieurs fois. A cause de nombreux séismes et incendis, il a même perdu sa tête deux fois. On ne dirait pas sur la photo mais la statue est très très grande.

Il y a deux autres grandes statues à côté de bouddha.

Les détails sont impressionnants

A côté, les enfants font la queue pour passer par ce petit trou qui est, selon la croyance, de la taille des narines du Grand bouddha. Celui qui arrive à le traverser connaîtra l’éveil.

Isuien Neiraku

Vus sur le chemin :

On se dirige, sous une chaleur écrasante, vers le jardin japonais de Isuien Neiraku qui se compose d’un jardin et d’un petit musée sans intérêt. Le jardin vaut vraiment le détour même s’il est petit. Il y a une vraie maison de thé. On ne s’est pas fait prier pour prendre un petit rafraichissement.

J’aime trop !

Yoshikien Garden

C’est le moment de retrouver nos amis au jardin d’à côté, dont l’accès est gratuit pour les étrangers.

Celui-ci est moins beau que le premier, et les maisons de thé ici ne sont plus en service. Mais j’ai pu repérer quelques jolies fleurs.

Assoifés, on se rend dans le premier salon de thé ouvert, avant de nous diriger vers Kasuga-taisha shrine qui a plein de lanternes.

Kasuga-taisha shrine

Ce sanctuaire se trouve au pied d’une colline. On voit passer des milliers de daims, qui courent pour « rentrer à la maison » après une dure journée de labeur auprès des touristes 😀

Les allées du sanctuaire sont bordées des centaines de lanternes, et des centaines d’autres sont à l’intérieur (mais on n’a pas pu entrer car il était trop tard). Elles sont allumées seulement deux fois par an.

Ce qui est frappant pour tout le monde, c’est à quel point mes vêtements « matchent » avec la couleur des colonnes du sanctuaire. Je peux me camoufler si besoin.

On peut acheter une sorte de porte-voeux à accrocher pour 500yen, c’est en forme de tête de daim, et il faut dessiner les yeux etc. c’est marrant.

Les fleurs ici sentent trop trop bon.

On va ensuite se perdre, en essayant de trouver le chemin nous menant jusqu’en haut de la colline. Finalement, on abandonne cette idée, et regarde le coucher de soleil depuis un petit lac.

On se dirige vers un resto italien nommé Nino. Apparemment, la pizza est tellement bonne que nos deux amis sont revenus à Nara juste pour ça. Malheureusement le resto a été privatisé ce soir.

Nous décidons d’aller à un autre italien, celui dont l’odeur nous a interpellé quand nous nous dirigions vers les mochis. C’est Trattoria Piano, c’est très bon, mais apparemment pas autant que Nino. Vous savez ce qu’il vous reste à faire quand vous viendrez ici 😉

J’achète de Nigiri-zushi enveloppés dans des feuilles de plaqueminier (ces feuilles sont antibactériennes mais on ne les mange pas hein). Ils peuvent être consommé dans les deux jours suivant l’achat. C’est très bon mais je préfère quand même les sushis frais

 

Partie 2 : Conseils pratiques

Comment y aller

Depuis Osaka, vous pouvez prendre la Kintetsu-Nara Line pour vous rendre à Kintetsu-Nara Station. Cette station est plus près des lieux d’attraction que la station JR. Le trajet dure 1h20 environ. Vous avez aussi des trains directs vers Kyoto. Google Maps vous donnera l’itinéraire le plus adapté.

Budget

  • Transport : 1120yen l’aller-retour/personne depuis Osaka
  • Entrée du Todai ji : 600yen si je me souviens bien
  • Entrée au jardin : 600yen si je me souviens bien

Astuces

  • Si vous tenez à nourrir les daims, partez dès que vous avez terminé de distribuer les biscuits sinon le daim risque d’insister et vous mordre pour en avoir plus
  • Sur le chariot du vendeur, il y a une affiche en anglais qui explique comment nourrir les daims, je vous invite à les lire avant
  • Vous pouvez marcher une heure pour vous rendre tout en haut de la colline (tapez Mount Wakakusa sur Google Maps) et avoir une belle vue sur tout le parc.
  • Tous les lieux d’attraction se trouvent près l’un de l’autre, c’est tout à possible de tout visiter en une seule journée (à condition de se lever tôt et manger moins – ce qui n’était pas notre cas).
Carnet de Voyage Kyoto (Japon) #5 : Kiyomizu-dera, Hokanji, Ishibei-koji, quartier de Gion
Carnet de Voyage Osaka (Japon) #5 : Une nuit dans un Ryokan - Fudouguchikan Ryokan à Osaka
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.