Le Gouffre de Padirac & Promenade en Barque – Road Trip en Voiture en France #18

Alors que cela fait 130 ans que les touristes sont autorisés à explorer le gouffre de Padirac, c’est seulement en 2020 que nous en entendons parler. Pour le road trip en France, j’ai taggué tous les « must-see » de toutes les régions de France listés dans mon guide Lonely Planet, et quand j’ai vu la photo du gouffre de Padirac, j’ai retravaillé l’itinéraire pour qu’on puisse y aller.

Note : cet article de blog fait partie du « Road Trip en France » réalisé en Août 2020. Pour lire les parties précédentes, cliquez ici : #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, #11, #12, #13, #14, #15, #16 et #17

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Passer directement de Carcassonne au Gouffre de Padirac doit déplaire nos lecteurs qui connaissent bien le Gers. Moi aussi je suis triste de laisser tomber autant de beaux villages sur le trajet, mais nous n’avons plus beaucoup de temps et on compte passer 3-4 jours dans le Périgord, donc pas le choix. Nous voulions faire un petit saut à Gimont pour le « marché au gras » compatible pour les lève-tards (il ouvre à partir de 10h le dimanche), mais il ne se tient que de fin octobre jusqu’à fin mars. Nous tentons de nous arrêter à midi chez un producteur de foie gras mais pareil, tout est fermé le dimanche. Désolés mais nous y reviendrons, promis, car j’adore le foie gras, impossible que je rate une telle région la prochaine fois.

Gouffre de Padirac, à 103 mètres sous terre

Bref, le temps de nous préparer, prendre des photos de Carcassonne (sans touristes), déjeuner, rouler jusqu’au Gouffre de Padirac, il est déjà 17h10, c’est parfait puisqu’on a réservé des billets pour 17h30. C’est complet plusieurs jours à l’avance, surtout mi-août version covid donc heureusement, on a réservé plus d’un mois à l’avance.

Le flyer du gouffre fait envie, mais en réalité, sans drone, sans matos professionnel, impossible d’avoir les mêmes clichés.

Ce gouffre était connu par tous mais personne n’osait l’explorer, de peur que cet énorme trou à la surface de la terre soit la porte aux enfers, ou de se prendre des flammes – destinées à protéger un trésor caché.

C’est en 1889 qu’Edouard-Alfred Martel a décidé de descendre dans l’une des faces cachées de la Terre, l’un des gouffres les plus mystérieux jamais explorés. Il y a trouvé une rivière souterraine, qu’il explora d’abord à pied. Ensuite, il a décidé de descendre des petits bateaux, assemblés sur place, pour explorer la rivière. Mais les moyens de l’époque ne lui ont pas permis d’estimer précisément la longueur totale de la rivière. Maintenant, avec les équipements modernes, il faut s’équiper de bateaux gonflables, et de matériel de plongée pour parcourir les 19km de la rivière souterraine, qui débouche sur la rivière Dordogne.

L’histoire raconte qu’Edouard-Alfred Martel manquait de fonds pour ouvrir ce lieu au public. Alors de passage à Paris, il oublia dans un fiacre sa sacoche contenant les plans du Gouffre et tout son projet d’ouverture au public. Le passager suivant, George Beamish, héritier des bières irlandaises l’a trouvée, l’a ouverte et a décidé de soutenir son projet. C’est en 1899 que le gouffre a été ouvert au public et en 2019, il a compté 500 000 visiteurs. On ne sait pas pour 2020 par contre.

On nous donne à chacun un audioguide et on nous encourage à descendre à pied (via les escaliers métalliques) puis remonter, si on le souhaite, en ascenseur. La hauteur m’impressionne un peu mais j’essaie de ne pas regarder en bas. L’audioguide se déclenche automatiquement dès qu’on passe devant un endroit intéressant.

En voyant les photos, j’imagine qu’on peut prendre la barque dès qu’on descend les escaliers (la partie verte sur la photo), mais ce n’est pas le cas. Le puit fait 75 mètres de profondeur. Il faut descendre jusqu’à la partie verte (-75m), puis continuer longuement, en longeant la rivière souterraine à pied, jusqu’aux barques. On est donc à 103m sous terre. La température est constante : 13°C. Les voûtes sont très hautes, ce n’est pas tout à fait pareil, je sais, mais on a l’impression d’être au Grand Canyon. C’est énorme donc chacun va à son rythme, il y a plein de moments où on se retrouve seuls.

Sur ce plan, notre parcours se fait de droite à gauche.

Nous arrivons enfin aux barques. Elles sont très bien faites et les deux barques se croisent sans difficulté malgré l’étroitesse des parois. Les bateaux ne sont pas motorisés, et pourtant on avance assez vite malgré le nombre de touristes par barque. Nous parcourons un kilomètre de rivière en barque, avec explications du guide et session Questions/Réponses si besoin.

A la fin du parcours, nous arrivons au Lac de la Pluie. Juste au-dessus, la Grande Pendeloque, cascades de calcite de 60 mètres de long, semble bientôt nous tomber sur la tête. Si on a beaucoup d’imagination, on aurait pu croire qu’elle a la forme d’un mouton en train de boire. Bon, je vous mets une photo officielle car nous n’avons pas le droit de prendre des photos pendant la promenade en barque.

Copyright C.Gerigk SES de Padirac

Nous suivons le parcours et sommes émerveillés par tout ce que nous voyons.

On arrive ensuite à la Salle du Grand Dôme avec un plafond à 94 mètres. Cette salle est considérée comme un « gouffre inachevé ». Heureusement, aucun risque que ce plafond nous tombe sur la tête car de nos jours, le climat n’est pas propice à l’érosion du calcaire et la structure est désormais stable.

Au Lac Supérieur, on voit une « pile d’assiettes » formée de stalagmites. L’eau est magnifique, on a trop envie de s’y baigner ahaha.

A la fin du parcours, on se retrouve au lac des Gours, qui présente des paliers naturels. Ça me fait trop penser à Pamukkale, en moins joli bien sûr.

Notre parcours s’arrête ici, mais la rivière continue encore sur des dizaines de km. Elle ressort en surface à quatre endroits dans le village de Montvalent. Le plus important étant est la Fontaine Saint-Georges, avec plusieurs dizaines de mètres de profondeur et lieu de plongée par excellence (comme un cenote en gros).

Nous remontons ensuite via l’ascenseur, un peu trop collés serrés dans le contetxte Covid, mais tout le monde porte son masque, ça va encore.

Bref, on est un chouia déçus par l’entrée du gouffre car les photos Photoshopées ne correspondent pas à ce qu’on voit en vrai.
Par contre, le reste : les parois, les voûtes, la rivière souterraine (qu’on n’avait pas vu en photos finalement) sont incroyables. La promenade en barque nous fait trop penser à la cave des vers luisants en Nouvelle-Zélande, mais en beaucoup, beaucoup mieux.

C’est un projet titanesque d’aménager tout ça, faire descendre autant de barques, pour qu’on puisse y avoir accès. Le même gouffre dans un pays moins développé n’aurait pas été ouvert aux touristes, ou alors on serait restés à -75 mètres et le reste se ferait façon spéléo, avec guide privé et éclairage à la lampe torche. Le même gouffre dans un autre pays développé aurait coûté deux fois plus cher. Nous avons tellement de chance de pouvoir explorer ce type de lieux chez nous en France, pour un tarif très accessible. Bref, je suis fan et vous le recommande vivement ! 😀

Nous passerons ensuite la nuit dans une chambre d’hôte (lien Booking) tout près du gouffre. Le petit-déjeuner bio, provenant du potager du jardin, est servi avec beaucoup d’amour. Je recommande aussi !

La suite de notre aventure, c’est par ici

Partie 2 : Conseils pratiques

Liens utiles

Budget

  • Logement : Moulin de Latouille (lien Booking), 55€ la chambre double, petit-déjeuner bio inclus
  • Gouffre de Padirac : 17€/personne, il faut réserver à l’avance – parking gratuit sur place, mais non-surveillé
Rocamadour, Foie Gras & le Train de Quercy - Road Trip Voiture en France #19
Quel est le meilleur service de trottinettes à Rome (avec code promo) ? Lime, Bird, Helbiz, Wind, Dott
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.