Lavoûte-Chilhac, mon retour 23 ans plus tard – Road Trip Voiture en France #10

Quand j’étais petite, j’ai gagné plusieurs concours de chant et de clavier électronique au Vietnam. Les récompenses n’étaient pas énormes, sauf en 1997. Celui-ci a été organisé par l’ambassade de France au Vietnam, à l’occasion du Sommet de la Francophonie en 1997. A la clé : un voyage d’un mois en France.

Note : cet article de blog fait partie du « Road Trip en France » réalisé en Août 2020. Pour lire les parties précédentes, cliquez ici : #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8 et #9

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Forcément, j’ai participé… et gagné ! Nous étions une vingtaine, dont 6 mineurs, à être envoyés en France pour un mois de vacances. C’était ma deuxième fois en France, j’avais 12 ans et parlais un peu français. Une personne de l’ambassade était chargée de nous planifier tout le voyage, tandis qu’une prof de français (vietnamienne) a été désignée pour encadrer les 6 mineures.

Nous avons passé Deux semaines à apprendre le français à l’école de commerce de La Rochelle, nous avons assisté aux Francofolies, visité le Futuroscope, avant de passer 1 semaine en Auvergne puis 1 semaine à Paris. Ce voyage m’a beaucoup marquée car j’ai fini par acheter un appartement avec JB à la Rochelle (c’était une énorme coïncidence mais il n’y a pas vraiment de coïncidence dans la vie, n’est-ce pas?).

Alors, pendant cette semaine en Auvergne, nous avons été dans un petit village nommé Lavoûte-Chilhac. Après le voyage, j’ai pu rencontrer la personne ayant planifié tout le voyage pour nous à l’ambassade et je lui ai demandé comment elle avait trouvé ce village au fin fond de l’Auvergne. Elle m’a répondu que c’était son village d’enfance.

Je me suis promis d’y retourner un jour. Mais quand j’ai ouvert, des années plus tard, Google Maps, pour situer Lavoûte-Chilhac, j’ai été très déçue : trop loin de tout, il faut une voiture. C’est pour cela que même si je suis revenue m’installer en France quatre ans plus tard, il m’a fallu 23 ans pour revenir dans ce village que j’aimais tant.

Cette année, j’ai réouvert la carte de France, j’ai retrouvé Lavoûte-Chilhac, toujours « à visiter ». En regardant les photos de ce village, les souvenirs me sont revenus, j’en ai eu les larmes aux yeux. Cette fois-ci, il fallait que j’y aille. D’où cet énorme road trip, juste pour venir ici. Sans ce village, on aurait clairement tracé un autre itinéraire.

Comment je me suis souvenu du nom de ce village après autant d’années ? (qui était quand même assez compliquée à retenir pour une jeune vietnamienne). Eh ben, c’était grâce à un coquetier acheté au village. Sur ce coquetier, le pont du village & le nom étaient gravés dessus. Ce coquetier est resté sur mon bureau pendant toute mon enfance, pour me rappeler de beaux souvenirs de cet été 1997.

Pour venir jusqu’à Lavoûte-Chilhac, on est passés pas très loin de Langeac, c’est un village que j’ai visité également, mais qui ne m’a pas laissé un souvenir mémorable.

Par contre, ce joli pont, je ne peux jamais l’oublier.

Il m’a été un peu difficile de retrouver les lieux exacts. Je me souviens d’une balançoire où j’ai passé des heures avec mes copines, au bord de la rive. Derrière cette balançoire, il y avait une sorte d’armoire plein de jouets pour enfants. JB et moi avons passé du temps à chercher la balançoire car je n’étais pas très sûre de quel côté de la rive j’étais logée.

Après avoir cherché partout, la balençoire, malheureusement, a vraiment disparu. Sans la balançoire, le repérage des lieux m’a été très difficile, juste avec des souvenirs d’enfance.

Heureusement, mon papa a scanné pas mal d’anciennes photos et me les a envoyées il y a quelques années. Ces photos sont stockées sur mon Drive et j’ai pu les retrouver facilement et les matcher avec la version 2020.

1997
vs. 2020

A partir de là, ça a été très facile de retrouver mon ancien hôtel, qui est désormais la mairie. Je me souviens très bien de cette façade car l’un des vietnamiens, faute de pressing dans le village, a dû laver à la main ses vêtements et les sécher au bord de la fenêtre. On s’est moqués de lui car il amochait la devanture de l’hôtel. C’était la fenêtre à gauche, au 1er étage que vous voyez sur la photo. Ma chambre était de l’autre côté, donnant sur le pont. Une nuit, en regardant par la fenêtre, mes copines et moi avons vu la balançoire bouger toute seule et ça nous a fait trop trop peur ahahah.

Le restaurant Le Prieuré, où nous avons dîné de nombreuses fois, est toujours là. C’est donc avec beaucoup d’émotions que JB et moi y avons déjeuné. L’intérieur a complètement changé, la carte aussi, évidemment.

La personne de l’ambassade a pu organiser tout le voyage depuis le Vietnam, en téléphonant à gauche à droite pour faire des réservations. Elle a pu nous trouver des activités insolites, qui ne sont plus proposées au village aujourd’hui. Par exemple, ici, nous avons pu participer à un petit atelier de recherche d’or. L’idée consiste à prendre des pierres de la rivière, éliminer les grosses pierres, puis chercher de l’or. Dès que je voyais un truc brillant, j’étais toute excitée « monsieur, monsieur !!! » et à chaque fois, c’était un truc qui ne valait rien. J’ai quand même fini par trouver une pierre qui ressemble a du ruby, il m’a donné du scotch pour le garder (je l’ai sûrement jeté depuis). Une autre vietnamienne a trouvé de l’or par contre, mais c’était plus fin qu’une feuille d’or et ça faisait à peine 3mm de largeur

chercheuse d’or en 1997
Les « rapides » du village en 1997
Les « rapides » version 2020

J’ai aussi appris à pêcher (sans rien attraper).

1997

Ensuite, nous avons fait une première expérience de canoë tout près du village. L’Allier contourne le village, créant un méandre, en plus on passe sous le pont, c’est vraiment le lieu idéal pour faire du canoë. Après avoir constaté qu’on se débrouillait pas trop mal en canoë (petit test de 1h30 avec un moniteur), on nous a demandé de mettre toutes nos affaires dans un bus le lendemain. Les affaires sont transférées à l’hôtel en bus, pendant que nous parcourons 28km de trajet, en grande partie en canoë pour finir à vélo. Etant la plus petite, j’ai été accompagnée par un moniteur, qui a fait la totalité du boulot, tandis que je pagaie de manière symbolique à l’avant.

J’ai voulu que JB et moi refaissions ce trajet, mais après avoir consulté la météo, ce trajet ne pouvait pas être compatible avec la canicule.

photo prise en 1997. Le club de canoë existe toujours

J’ai pris des photos du village et uploadé sur Facebook pour que les vietnamiens du groupe aient accès aux photos version 2020. Ca les a beaucoup touchés et certains m’ont envoyé leurs photos prises en 1997, en me disant « regarde, la tour reste identique » ou « même le lampadaire n’a pas changé ». Je pense que ça les a aussi touchés que moi de revivre, même virtuellement, ce beau voyage.

Enorme déception que mon hôtel n’existe plus, que la balançoire ait disparu… mais je suis très heureuse d’avoir pu tenir ma promesse d’y retourner. Je suis très chanceuse de pouvoir revivre mon enfance à nombreuses reprises, entre l’ambiance relax façon Hanoi des années 90, retrouvée à Cuba, et ce village presque figé depuis l’été 1997, très chanceuse et reconnaissante.

La suite de notre aventure, c’est par ici

Partie 2 : Conseils pratiques

Liens utiles

Budget

  • Restaurant Le Prieuré : comptez 20 euros/personne

Nuit des étoiles, Saint-Nectaire & Le Puy-en-Velay - Road Trip Voiture en France #11
Le Puy de Dôme : Pique-nique avec vue sur les volcans - Road Trip Voiture en France #9
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.