Visite des Caves de Champagne: Veuve Cliquot & Moët Chandon – Road Trip Voiture en France #2

Cet article fait partie de notre série « Road Trip en Voiture en France », où nous sillonnons la France pendant 4 semaines en Août 2020. Pour lire la première partie, cliquez ici

Au début, je voulais visiter seulement une cave et revisiter la Villa Demoiselle (juste en face de Pommery), que j’ai beaucoup beaucoup aimée. Mais JB me fait remarquer qu’il a UNE action LVMH et qu’il est membre du club des actionnaires. Ainsi on peut sûrement bénficier de visites gratuites dans la région de Champagne. C’est ainsi que nous sommes retrouvés à visiter DEUX caves ahahah eh oui

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Jour 1 (suite)

Les caves de champagne

Nous quittons Amiens à regrets, en direction de Reims & Epernay. Champagne est une AOC, donc à part cette région & quelques autres lieux autorisés, on ne peut pas produire du champagne. Si le Cognac (produit aussi en France) est principalement exporté et consommé à l’étranger, le champagne est très apprécié et consommé par les français. On estime à 46% les ventes domestiques. Dans la région, de nombreuses caves ont été classées patrimoines mondiaux par l’UNESCO.

S’il y a autant de caves, c’est parce qu’elles étaient déjà là ! Depuis l’Antiquité, les sous-sols ont été exploités pour leur craie. De nombreuses crayères gallo-romaines étaient reliées entre elles par des galeries. Nicolas Ruinart au milieu du XVIIIème siècle était le premier négociant en vin à recycler ces caves humides et à température stable (entre 10 et 13 degrés) pour le vieillisement du champagne.

Aujourd’hui, on compte 200km de caves et crayères dans la région, et des millions de bouteilles de Champagne en cours de vieillissement.

Comment fait-on du champagne ?

  • Le début du champagne, c’est comme un vin ordinaire, fermenté de manière ordinaire
  • Ensuite, vient l’assemblage de trois cépages (pinot noir, meunier et chardonnay) provenant des récoltes de plusieurs années, et la recette change d’une maison à l’autre
  • Les cuvées sont mises en bouteilles, on y ajoute un peu de levure et de sucre pour faire des bulles
  • Une deuxième fermentation a lieu, ce sucre fermenté se transforme en alcool et en gaz carbonique.
  • S’en suit le remuage, qui permet aux levures mortes et dépôts de se concentrer à la tête de la bouteille.
  • Les bouteilles sont mises la tête en bas et inclinées, et tournées régulièrement. Avant, c’était fait à la main, maintenant c’est devenu automatique
  • Le goulot de la bouteille avec tout le dépôt est mis dans un mélange glacé d’azote.
  • Le dépôt se transforme en glaçon et sera expulsé à l’ouverture sous la pression du gaz carbonique contenu dans la bouteille
  • On perd un peu de champagne dans ce processus, donc pour remplir la bouteille à ras bord, la liqueur d’expédition est ajoutée.
  • Selon le dosage de cette liqueur (plus ou moins de sucre), on obtient du champagne semi-sec, brut, extra brut ou nature

Visite des caves de Veuve Clicquot

Nous quittons Amiens à 12h35 précisément et sommes même à l’avance pour la visite à 16h30 chez Veuve Clicquot. La couleur jaune, les décorations et le foodtruck dans le jardin font très modernes.

Je pense que ça fait partie de l’ADN de la maison. Ils sont compris depuis très longtemps qu’il fallait se distinguer des autres visuellement : la couleur jaune permet de mieux repérer les bouteilles Veuve Clicquot dans la cave (à l’époque où les gens avaient une cave à vin), et c’est bien la Veuve Clicquot qui a inventé le processus de remuage, permettant de clarifier le champagne pour le rendre plus attractif et luxueux, alors qu’avant, on buvait du champagne trouble, en laissant les dépôts au fond des flûtes.

Même l’escalier menant aux caves est bien mis en avant.

Malheureusement, la visite était un peu trop light, et le discours était plus centré sur « notre maison Veuve Clicquot, notre histoire », que la fabrication du champagne. Heureusement que la visite était gratuite, sinon j’aurais boudé d’avoir payé autant pour une visite un peu trop orientée « marketing ».

A la fin, nous avons droit à une dégustation du best-seller de la maison. Notre guide nous montre aussi comment on ouvre une bouteille de champagne, sans faire des dégâts. L’astuce est de tourner la bouteille, et non le bouchon.

La boutique est très colorée également.

Nous visiterons la cathédrale de Reims et assisterons au show de son & de lumière devant la Cathédrale (je vous en parlerai dans un autre article).

Jour 2

Visite des caves de Moët & Chandon

Moët & Chandon se trouve à Epernay, à 23 minutes en voiture de Reims. Même si les maisons de champagne ont l’air un peu serrées ici, il y a un grand parking réservé aux visiteurs, ne vous inquiétez pas. Nous y sommes dès 9h30 car une longue journée de visite nous attend encore.

Chez Moët & Chandon, le discours marketing, c’est : « nous sommes la plus grande maison de champagne » + Napoléon nous aimait beaucoup (alors qu’il est juste passé en visite et leur a offert un truc). Le « brut impérial » de Moët & Chandon est d’ailleurs une référence à Napoléon. Cependant, on en apprend bien plus sur la fabrication du champagne qu’avec Veuve Clicquot. La dégustation est assurée par un véritable sommelier qui en plus, a travaillé dans les vignobles, donc on a beaucoup appris et aimé la visite.

Malheureusement, nous ne visitons pas de vraies caves où sont stockées les bouteilles de champagne destinées à la vente – car le remuage est fait avec une machine maintenant, c’est moins sexy que de nous montrer les caves « traditionnelles ». Donc les bouteilles que nous voyons sont juste destinées à l’usage de la maison, pour étudier l’évolution des champagnes par exemple. Ces bouteilles sont remuées encore à la main, donc c’est plus visuel et plus authentique à montrer aux touristes.

Nombre de bouteilles : 7760. Les autres chiffres indiquent la recette d’assemblage utilisée

Domaine Pommery & Villa Demoiselle

Faute de temps, la visite des caves de la maison Pommery ne fait pas partie de ce road trip, mais je l’ajoute quand même dans cet article car cette visite m’a marquée. Nous y sommes allés il y a 5 ou 6 ans. Je me souviens d’avoir une guide qui n’arrêtait pas de nous répéter qu’elle avait été formée pendant 2 semaines pour devenir guide chez Pommery. Elle avait l’air très impressionnée mais très fière d’être formée pendant autant de temps. La visite d’une heure consistait à nous montrer les différents étapes de fabrication du champagne mais c’était tellement complexe et peu pédagogique qu’on n’avait rien compris mais personne n’osait le dire, en plus, elle était très hautaine et faisait très aristo (sûrement à la demande de la maison). A la fin, quand la guide nous demande si on avait des questions, une touriste a pris son courage à deux mains, pour le bien de tout le groupe, pour poser la question « au fait, comment le champagne est fabriqué ? ». C’est à ce moment là qu’on a enfin réalisés ahahah que personne n’avait rien compris, sans elle, on aurait fait une heure de visite sans rien apprendre 😀

Les caves de Pommery étaient immenses et on a beaucoup aimé voir des milliers de bouteilles poussiéreuses sans étiquette dormir derrière des barreaux, telles des lingots d’or… Certaines datent d’avant guerre. Après la dégustation (offerte avec la visite) du champagne de la maison (on avait le choix entre différents types de champagne si je ne me trompe pas) qui ne m’a guère impressionnée (je suis pas très alcool), on était attendus pour la suite de la visite : la Villa Demoiselle.

Heureusement que JB a opté pour cette visite car à cette époque, je ne savais pas ce que c’était, et pourquoi il fallait la visiter, mais j’ai préféré cette visite à celle des caves. Cette villa a été abandonnée et très amochée. Squattée et quasiment détruite (les squatteurs détruisaient le parquet pour s’échauffer), Paul-François Vranken, président de Champagne Vranken, a acheté la villa en 2004, et a entrepris des travaux de restauration pendant cinq ans. La villa est splendide, un chef d’oeuvre d’Art déco et d’Art Nouveau, mais la visite guidée était exceptionnelle. C’était la première fois que j’appréciais autant une visite guidée. Pour une petite villa en plus. Ici aussi, la maison a demandé à la guide d’opter un accent d’aristo mais elle n’était pas hautaine au moins.

J’ai trop aimé Cette visite ! Il me semble que cette villa était utilisée pour accueillir les enfants des directeurs de Vranken Pommery pendant les vacances. Le parquet a été entièrement refait et provient du bois des tonneaux de vin, d’où cette couleur « tie and dye » naturelle. Il y a un autre parquet aux motifs très complexes et entièrement fait à la main. Les décorations ont été faites avec des pochoirs customisés, ou peints à la main. Beaucoup de détails ont été appliqués à l’aide de feuilles d’or. L’escalier, bien que petit, est magnifique et a été entièrement refait par un artisan très connu (désolée, c’était il y a longtemps, et je ne me souviens jamais des noms). On a terminé la visite par une petite salle où l’on pouvait faire voir les photos de la villa d’avant, et quelques informations concernant la restauration. Cette villa est un hommage à l’artisanat français.

Bref, je vous recommande vivement la visite de la Villa Demoiselle, à part ou avec la visite des caves.
Visite ‘le Rêve d’Henry Vasnier », Visite de la cave et de la Villa Demoiselle 90 minutes pour 45€ Mon avis provient d’une visite faite il y a quelques années, j’ignore si la qualité est toujours la même en 2020.


Après ces visites, on se rend compte que tout le monde est copain avec tout le monde dans ce milieu. Les maisons achètent finalement les mêmes récoltes de toute la région, et donc ce n’est pas forcément la qualité des raisins qui change d’une maison à l’autre, mais c’est le créateur de la maison, comme le « nez » pour les parfums, qui est responsable du goût spécifique de chaque maison et qui décide s’il y a un millésime ou pas cette année-là. De notre côté, nous trouvons ça assez triste de voir aussi peu de vignobles. Je pensais en voir à perte de vue, mais on peine à en apercevoir un tout petit aux alentours d’Epernay, qui s’auto-proclame pourtant comme la capitale du champagne.

La suite de notre road trip, c’est par ici

Partie 2 : Conseils pratiques

Liens utiles

Budget

  • Visite des caves & dégustation chez Veuve Cliquot Esprit Clicquot : 30 euros
  • Visite des caves & dégustation chez Moët & Chandon L’iconique : 25 euros
  • Visite ‘le Rêve d’Henry Vasnier« , Visite de la cave et de la Villa Demoiselle 90 minutes pour 45€
  • Logement : ibis Centre à Reims pour 60 euros, très bien situé et bien décoré, je vous recommande vivement (Lien Booking)
Cathédrale de Reims et le Spectacle de Son & Lumière : Road Trip Voiture en France #3
Mon Avis Mitigé sur THINX après 1 an : Culottes de règles / culottes menstruelles
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.