La Bolivie en 20 jours : Bilan, itinéraire, guide et conseils

Ca y est ! Nous venons de quitter la Bolivie, un vrai coup de coeur pour nous qui n’attendions pas grande chose de ce pays (faute au reportage d’Antoine de Maximy : J’irai dormir chez vous).

Notre itinéraire est un peu chaotique puisque nous avons dû aller très rapidement visiter le Machu Picchu pour profiter des derniers jours ensoleillés avant la saison des pluies. Assez de bavardage, passons au contenu.

Si c’était à refaire, on aurait visité le Pérou d’abord puis redescendre en Bolivie.

Itinéraire

Quelques photos

Uyuni

Potosí

Copacabana

La Isla del Sol

La Paz

Sucre

Budget

  • Logements : Les prix sont proportionnels au service. Ainsi, les logements que nous choisissons sont entre 124$B et 250$B pour deux, pour être sûr d’avoir une douche plutôt chaude et un minimum de propreté. C’est très important car nous sommes en haute altitude (> 3500m la plupart du temps) et même en été, la nuit est glaciale.
  • Nourriture :
    • Au marché central (mercado central) : 10$B-15$B/plat
    • Fast-food : entre 15$B et 25$B/plat
    • Restaurants haut de gamme : 75$B/plat (mais ça vaut le coup)
    • Sur la Isla del sol : environ 35$B/plat/personne
    • A Santa Cruz : les prix sont à multiplier par deux (30$B – 50$B/plat dans un restaurant local)
    • Les fruits ne coûtent pas chers. Les jus de fruits entre 5$B et 10$B, 5$B un gros morceau de papaye mûre pré-découpé. Au marché, pour 5$B on peut acheter plein de fruits au kilo, pensez à marchander un peu
    • Eau : 5$B la bouteille de 2L
  • Transport :
    • Calama (Chili) – Uyuni : 18000$CH avec Atacama 2000
    • Uyuni – Potosí : 30$B avec 11 de Julio
    • Potosí – La Paz : 100$B (catégorie supérieure cama, le luxe) avec Trans Copacabana SA
    • La Paz – Copacabana – Cuzco : 39$US (c’est un forfait, acheté chez Bolivia Hop)
    • Copacabana – La Paz : 30$B
    • La Paz – Sucre : 180$B (catégorie cama) avec El Dorado
    • Sucre – Santa Cruz en avion : 42€/personne avec BoA
    • Bus publics : 1,5$B/trajet, à payer soit en entrant, soit en sortant du bus
    • Minivans publics : 2$B/trajet
    • Taxi : entre 5$B/personne et 10$B/personne, ça dépend du trajet et de la ville. Tarifs à demander aux réceptionnistes d’hostel. A la Paz, le tarif n’est pas par personne mais par trajet (20$B à 25$B).
    • 50$B l’aller retour en bateau depuis Copacabana vers la Isla del Sol
  • Excursions :
    • 1 jour au Salar de Uyuni : 160$B/personne, déjeuner compris – avec Salty Desert que je recommande
    • 3 – 4 jours à partir de Uyuni/Tupiza : entre 700$B et 1200$B, + frais si vous revenez au point de départ ou si vous vous faites déposer au Chili. Encore une fois, le prix trop bas n’est pas forcément une bonne chose. Consultez le guide spécifique à Uyuni par ici
    • 100$B/personne pour la visite des mines à Potosí
  • Leçons d’espagnol : 800$B pour 20h de cours privé (plus d’infos)
  • Accès à la salle de sport : 30$B/jour
  • Lessive : entre 10$B et 15$B/kg. Attention, ils ont tendance à égarer quelques tee-shirts à chaque fois, c’est énervant
  • 0 frais de retrait aux ATM (ça fait plaisir !), on a pu retirer 2000$B en une fois sans problème

Santé : mal de montagne, le froid

  • Si JB traverse le pays sans trop de soucis de santé, je ne suis pas amie-amie avec l’altitude. Malgré les précautions (médicaments, coca té), quand ça frappe, ça frappe. Le meilleur remède pour moi est de prendre un bon thé chaud avec beaucoup de sucre; et dormir.
  • N’oubliez pas de réduire votre rythme. Ce n’est pas facile de monter les rues en pente raide tous les jours, respirer l’air pollué et supporter la haute altitude en même temps. Prenez votre temps, pour tout. Personne ne vous jugera. Les locaux marchent aussi très lentement, les bus mettent une éternité à faire 3km. Slow down!
  • Prévoyez toujours un polaire voire un manteau le soir. Même si les hôtels fournissent 3 couches de couverture, il n’y a pas de chauffage. 10°C sans chauffage (en plein été), avec un air humide et une douche tiède, il fera plus froid que vous ne pensiez. Par ailleurs, les locaux se promènent toujours dans la rue, même quand il fait beau, avec un pull. Ceux qui sont en tenue traditionnelle ont je-ne-sais-combien de couches de vêtements.

Paiement

  • Carte de crédit acceptée nulle part sauf aux ATM. Avec une petite exception pour Santa Cruz où l’on peut payer plus souvent par carte.
  • Quand quelque chose coûte seulement 1 boliviano, les gens vous diront « boliviano » tout court. Mais si c’est 5 bolivianos, 10… ils vont bien évidemment préciser « cinco bolivianos, diez bolivianos » etc.
  • Les billets de 100 sont difficiles à écouler, sauf à l’hôtel. N’hésitez pas à les changer contre des billets de 50 à la banque et faire un stock de pièces pour payer les jus de fruits ou les tickets de bus locaux.
  • On peut retirer des dollars américains à la banque nationale (BNB). Pour ça, vous payez avec un terminal de paiement et on vous donne de l’argent en cash. Je ne connais pas les tarifs par contre. Je vous conseille de le faire avant d’aller au Chili ou en Argentine (cf. les guides du Chili et de l’Argentine).
  • Les ATM sont disponibles partout sauf sur l’Isla del Sol. Les meilleurs sont Banco Union, Banco Mercatil Santa Cruz et BNB. Si jamais le distributeur ne vous laisse pas retirer beaucoup d’argent, choisissez Espagnol comme langue.

Transport

  • D’une ville à l’autre : Renseignez-vous auprès de l’hôtel quelles sont les meilleurs compagnies pour telle ou telle destination. Prenez les bus pour touristes, c’est mieux. Les chauffeurs bourrés sont un problème en Bolivie, mais aussi les passagers peu recommandables. Prendre un bus touriste ne vous coûte que 2-3€ plus cher, mais les chaises sont inclinables, il y a de la place pour vos sacs et c’est plus sécurisé. J’ai marqué, pour chaque trajet que j’ai effectué, au niveau Budget, le nom de la compagnie de bus que je recommande

Attention, la compagnie Cruz del Norte a été dénoncée sur les forums de voyage récemment, pour les vols beaucoup trop fréquents à l’intérieur de leurs bus. Même en voyageant un sac sous ses pieds, les voleurs arrivent à passer sous le siège et l’ouvrir. Gardez tous vos biens précieux avec vous, sur vos genoux.

  • A l’intérieur de la ville : Bus public. Il est facilement reconnaissable. Il pollue beaucoup, a un numéro (ou une lettre) écrit sur le pare-brise; avec les stops qu’il dessert. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à arrêter un bus et demander s’il va à tel ou tel endroit. En général, la place principale (Plaza qq chose) et le Terminal de bus sont toujours indiqués dans la liste des destinations, si le bus les dessert.
  • Taxi : je n’ai pas pris de taxi depuis l’aéroport vers le centre-ville donc je ne sais pas combien ça coûte. Quand j’ai besoin d’un taxi, je demande à l’hôtel de m’en appeler un. Quand le taxi arrive, il va klaxonner. Il faut toujours toujours se mettre d’accord sur le prix (en bolivianos, pour deux personnes, avec bagages) avant de monter dans le taxi. A La Paz, quand la nuit tombe, il faut impérativement appeler un taxi et ne pas en héler un dans la rue.
  • En Bolivie, la qualité est proportionnelle au prix. Vu les tarifs très bas ici, n’économisez pas 1 ou 2€, votre sécurité peut en dépendre.
  • Pour les voyages en bus la nuit, choisissez si possible des bus proposant la catégorie « cama » càd chaise super inclinable et large. Ça ne coûte que 3-4€ de plus par rapport à la semi-cama, mais les routes boliviennes ne sont pas les meilleures en Amérique du Sud, voyager en cama vous garantira une très bonne nuit.
  • Vous verrez, dans le bus, tout le monde voyage avec leur sac sur les genoux, même les locaux. Et surtout la nuit. Faites la même chose (pour votre sac à main hein, le gros sac à dos restera bien évidemment en soute)
  • La compagnie Bolivia Hop (bus hop-on hop-off) assure la liaison avec le Pérou depuis La Paz ou Copacabana. Elle permet surtout de passer la frontière avec le Pérou de manière la plus sécurisée possible, surtout si vous ne parlez pas espagnol. Un guide anglophone accompagne tout le monde et s’assure que tout le monde a son tampon péruvien avant de monter dans le bus. Nous avons choisi de traverser cette frontière la première fois avec Bolivia Hop pour avoir une 1ère expérience, puis la repasser dans l’autre sens sans assistance, car la traversée Pérou -> Bolivie est plus facile (pour les français en tout cas).
  • Nous n’avons pas eu ce genre de problèmes mais les bloggeurs Thrifty Nomads ont dû rester 1 semaine à La Paz au lendemain du carnaval car tous les chauffeurs étaient trop bourrés pour conduire.
  • Les inondations et les blocages sont assez fréquents donc prévoyez large pour vos déplacements en Bolivie pendant la saison de pluie (Fin Janvier – Février). Nous avons dû attendre 2h, le temps que la pluie cesse à Santa Cruz pour pouvoir prendre l’avion depuis Sucre vers Santa Cruz.

Apprendre l’espagnol

Après m’être renseignée sur les tarifs de cours d’espagnol, il s’avère que les tarifs les moins chers en Amérique du Sud peuvent être trouvés à Sucre, une ville pour étudiants très jolie et agréable à vivre. Les cours privés débutent à 6$US/heure.  De plus, les boliviens ont un accent sympa, parlent lentement, ce qui crée de bonnes conditions pour apprendre une nouvelle langue. J’ai adoré mes 20h de cours à Sucre chez The Bolivian Spanish School, au sein de l’auberge Colors Hostal (à 40 bolivianos/h).

Sécurité

La liste est longue, mais ce sont des conseils de sécurité de base pour l’Amérique du Sud. Sans être paranoïaque, mettez toutes les chances que votre côté pour que votre voyage se passe sans soucis.

Nous n’avons pas eu de sentiment d’insécurité en Bolivie (sauf à La Paz à cause de son côté chaotique), mais nous avons bien vu la pauvreté dans les rues.

  • Comme partout en Amérique du Sud, on évite de montrer des signes extérieurs de richesse. Pour info, le salaire mensuel bolivien est de l’ordre de 185$US
  • Il faut être encore plus vigilant dans les grosses villes. Cependant, il est assez facile de repérer des gens louches. Les boliviens dévisagent rarement les touristes, sauf ceux qui ont/vont avoir quelque chose à se reprocher.
  • En journée, entre un taxi trouvé dans la rue et un bus public, préférez le bus public
  • Gardez toujours votre sac sur vos genoux, n’importe où (restaurant, bus, taxi, terminal de bus) avec le sangle autour de votre cuisse
  • Prenez des bus pour touristes pour les longues distances
  • Essayez d’apprendre et parler un peu espagnol pour ne pas vous faire passer pour des américains pleins de sous
  • Ne retirez pas trop d’argent à la fois, il y a 0 frais de retrait ici, retirez juste ce qu’il faut : environ 300$B-500$B à chaque fois.
  • Dès que quelqu’un vous distrait, mettez la main sur votre pochette.
  • Chaque personne du groupe doit avoir 2 endroits pour cacher de l’argent. Un facilement accessible (pour payer ses achats quotidiens; et à donner aux voleurs si besoin), et l’autre près du corps (pochette près du corps). La ceinture avec poche secrète est recommandée également.
  • Ne faites pas confiance aux lockers des auberges (même si vous utilisez votre propre cadenas). Si vous faites garder vos affaires à Copacabana pour aller à l’isla del Sol, ne laissez aucun objet de valeur; et lisez les avis TripAdvisor avant de confier votre valise à n’importe quelle auberge
  • Gardez tout le temps votre passeport sur vous (c’est le moment d’acheter ou faire soi-même son écharpe avec poche secrète)
  • Faites une photocopie du passeport avec tampon d’entrée + le papier qui va avec. En cas de contrôle par la police (même par la vraie police), donnez la photocopie.

Autres infos dispos sur le site du ministère des Affaires étrangères

Si un policier veut procéder à un contrôle d’identité (…) Il convient de refuser systématiquement de monter dans un véhicule avec des policiers ou de les suivre dans des lieux isolés et il faut demander à contacter immédiatement l’ambassade. Cela est d’autant plus vrai aux abords des gares routières et des centres touristiques où se trouvent les hôtels bon marché.
Il faut toujours utiliser les services d’un radio-taxi et ne jamais monter dans un taxi trouvé dans la rue (« faux taxi »), notamment aux abords des gares routières. Ces faux taxis conduisent leurs victimes dans un endroit isolé où attendent des complices (parfois de faux policiers), qui dépouillent les voyageurs de leurs objets de valeurs et documents de voyage.

Autres conseils

  • Ne pas prendre de photos des locaux sans autorisation. Certains ont peur de la caméra, d’autres peuvent demander à ce que vous payiez pour la photo (des lamas avec de jolis pompons sur la tête, et en ville, non ce n’est pas du tout naturel)
  • L’eau est non potable en Bolivie, elle est très chargée en métaux. Il est même conseillé de se brosser les dents à l’eau minérale.
  • La douche chaude fonctionne à l’électricité. Entre la pression et la chaleur, il faut choisir. Faites attention aux fils électriques qui traînent dans la salle de bain, le DIY (do it yourself) a l’air d’être la tendance en Bolivie. Je trouve que cette petite note résume bien le fonctionnement des douches boliviennes
Où acheter les billets pour le carnaval d'Encarnacion au Paraguay ?
Epic fail à Santa Cruz (Bolivie)
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (29 votes, average: 4,83 out of 5)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.