12 jours en Uruguay : Bilan, itinéraire, guide, conseils pratiques…

L’Uruguay est un des pays que nous sommes très impatients de découvrir. Nous avons l’impression que c’est le pays le plus développé que nous ayons visité en Amérique du Sud. Plein de petits détails nous donnent cette impression : le fait que tout soit à l’heure, à la minute près (bus, petit-déjeuner, spectacle), les bus ne s’arrêtent qu’aux stations de bus (au lieu de s’arrêter n’importe où pour prendre des passagers), la carte de crédit acceptée partout, des plages et rues super propres, des commerçants préférant passer du temps avec leur famille au lieu d’essayer de gratter quelques sous, Wi-fi gratuit et partout (même dans les bus longues distances), Internet haut débit, de nombreux bus publics même le week-end, un sentiment de sécurité…

Vraiment, c’est un pays sûrement très agréable où vivre à long terme. Et un des plus safe de l’Amérique du Sud ! C’est aussi un pays avec des plages magnifiques, super longues (des km et des km de sable fin et blanc). L’eau est plus ou moins profondes donc on n’aura pas de photos de plages comme celles en Thaïlande, mais contrairement à la Thaïlande, au moins, ici, on peut vraiment se baigner.

Sa position géographique (coincée entre l’Argentine et le Brésil) en fait un stop idéal pour relier l’Argentine au Brésil, ou pour faire quelques stops sympas sur le chemin Puerto Iguazú -> Buenos Aires (c’est notre cas).

Le réseau de bus en Uruguay couvre toutes les villes touristiques. Les bus sont confortables, avec Wifi, moins chers qu’en Argentine. Les routes sont goudronnées et au top.

Au début, nous voulions rester 30 jours en Uruguay, pour apprendre l’espagnol. Mais en cours de route, pour des questions de coût, nous avons préféré réduire ce séjour et apprendre l’espagnol en Bolivie. Ce choix s’avère judicieux car (1) le coût de vie en Uruguay est beaucoup plus élevé qu’en Bolivie (2) l’accent uruguayen est difficile à comprendre

Itinéraire

  • Montevideo (3 jours) : une journée de bus depuis Puerto Iguazú (Argentine). Week-end tranquille pour profiter du carnaval typiquement uruguayen (qui dure 40 jours en tout) et des rues désertes à Montevideo le week-end
  • Punta del Este (3 jours) : bus de 2h30 depuis Montevideo. Punta del Este est très connu pour ses deux belles plages : l’une avec de fortes vagues et l’autre tranquille
  • Piriapolis (2 jours) : bus de 30mn depuis Punta del Esta. La plage de PIriapolis est ma favorite, et le coucher de soleil depuis la plage de Piriapolis est à couper le souffle
  • Colonia del Sacramento (4 jours) : une journée de bus depuis Piriapolis. La ville ne mérite pas autant de temps mais nous voulons nous reposer un peu (mais c’est raté).

Photos

Montevideo

Punta del Este

Piriapolis

Colonia del Sacramento

Budget

Je crois avoir laissé un bras et une jambe en Uruguay. Je n’ose même plus calculer le montant total du séjour. Je vais juste vous donner les dépenses principales, pour vous donner un ordre d’idée :

  • Montevideo :
    • Un hôtel pendant le Carnaval : 47€ à 80€/nuit chambre double
    • Nourriture : 15€ + 10% de pourboire pour un bon steak grillé.
    • Plats normaux (càd gras) : 250$UR/plat
  • Punta del Este : les prix ohlalaa…
    • Auberge de jeunesse : 17€/personne/lit en dortoir
    • Plats normaux (càd gras) : 380$UR/plat
  • Autres villes : auberge à éviter : El Viajero Hostel, plein de puces
    • Auberge de jeunesse : 15€/personne/lit en dortoir
    • Plats normaux (càd gras) : 300$UR/plat
  • Transport :
    • Concordia (Argentine) -> Salto (Uruguay) : 100 pesos argentins
    • Salto -> Montevideo : 984$UR/personne
    • Montevideo -> Punta del Este : 272$UR/personne
    • Punta del Este -> Piriapolis : 122$UR/personne
    • Piriapolis -> Colonia del Sacramento : 550$UR/personne
    • Colonia del Sacramento -> Buenos Aires (en bateau avec Colonia Express) : 950$UR/personne

Conseils

  • Transport : j’ai beaucoup aimé la compagnie COT que j’ai choisi pour tous mes longs trajets sur la côte. Je recommande aussi Chadre, Agencia Central pour les autres trajets; et Colonia Express (bateau reliant Colonia à Buenos Aires)
  • Bus urbain : le prix varie selon la distance (c’est comme les zones 1-2-3 à Paris), pour connaître la prix à payer, il vaut mieux annoncer votre destination au conducteur pour qu’il vous vende le bon ticket (les contrôles sont très fréquents).
  • Payez les restaurants en carte de crédit car vous aurez automatiquement une réduction de 22% ce qui correspond à la TVA (cela ne s’applique qu’aux cartes de crédit étrangères, les uruguayens paient plein pot).
  • Tous les voyageurs en Amérique du Sud souffrent un moment ou un autre du Carnaval (février – mars), donc repérez les dates du carnaval (ça varie d’un pays à l’autre) et essayez de réserver les hôtels à l’avance (pas comme nous, on a failli dormir dans la rue).
  • En Uruguay, les jours fériés et vacances font que ces semaines risquent d’être très chères. Ce n’est pas rare que les restaurants soient fermés aussi :
    • Semaine du Carnaval
    • Semaine de Pâques (appelée aussi Semaine du Tourisme)
    • Noël – Nouvel An
  • Au distributeur, on ne peut retirer que 5000$UR (pesos uruguayens) max à la fois, pour un frais fixe correspondant à 5,5€. On peut aussi retirer 300 dollars américains max pour le même frais fixe. Ca peut être intéressant de retirer des dollars car les prix des chambres sont toujours indiqués en USD.
  • L’Uruguay autorise la consommation du cannabis mais la vente de cannabis aux touristes est interdite.
  • Ce guide est exceptionnellement court vs. les autres guides car j’ai trouvé un site qui est hyper complet sur l’Uruguay, que je vous invite à consulter.

Bilan

Malheureusement, comme pour le Paraguay, notre bilan est un peu mitigé. Notre séjour a été fortement influencé, dans le mauvais sens, par notre mauvais choix de dates et d’hébergements.

Nous visions l’Uruguay du 26 février au 8 mars 2017, ce qui correspond malheureusement à la semaine du Carnaval, attirant de nombreux touristes argentins, brésiliens… et aussi uruguayens qui voyagent en famille. Cela crée une pénurie des hébergements économiques (même si les prix sont déjà très élevés en été de toute façon). Nous devons donc nous héberger pour la plupart du temps dans les auberges de jeunesse. Les auberges de jeunesse en Uruguay attirent de jeunes voyageurs young at heart, young in mind qui ne correspondent pas du tout à notre définition de politesse, propreté, savoir-vivre… bref, quand on est fatigués et n’arrive pas à passer une bonne nuit à cause du bruit/la fumée… ou encore des puces de lit (!!!), on n’a qu’une envie : partir.

Je suis sûre que notre expérience aurait été meilleure si nous étions tout le temps dans un hôtel. Avec le recul, je me dis qu’on aurait dû faire ce constat plus tôt et trouver une solution adaptée, au contraire, on a été très passif en mettant tout ça sur la « différence culturelle » en essayant de s’adapter, mais en fait, ce n’est juste pas notre rythme/style et nous ne pourrons pas nous adapter en aussi peu de temps.

S’y ajoute une gastronomie catastrophique composée essentiellement d’hamburgers (dont le chivito, le plat typiquement uruguayen qui est un hamburger version XXXL), pizzas et pâtes. Il est très dur de trouver de bonnes salades, et quand on en trouve, ça coûte très cher. Les légumes au supermarché sont au mieux, chers, au pire, fanés. Mais bon, c’est le problème de toute l’Amérique du Sud en général. A part la viande juteuse (presque aussi bonne qu’en Argentine), il n’y a pas grande chose à creuser.

Mais ce n’est que notre expérience personnelle hein, nous y sommes allés au mauvais moment, aux mauvais endroits. Nous recommandons tout de même l’Uruguay, surtout pour ceux qui sont actuellement à Buenos Aires ou à Sao Paulo; car c’est rare de pouvoir profiter d’aussi belles plages en Amérique du Sud en étant en parfaite sécurité.

 

 

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.