Mont Fuji en voiture [Road trip au Japon #2]

Maintenant que mes parents sont bien arrivés au Japon, nous sommes au complet, nous pouvons commencer le road trip en voiture.

Ce carnet de voyage fait partie d’une série de carnets sur notre road trip au Japon. Si vous avez raté les épisodes précédentes, voici les liens : l’itinéraire, carnet #1

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Location de voiture

Nous partons de bonne heure pour aller chercher notre voiture chez Sixt. Au début, nous voulions faire une partie du voyage en train et l’autre partie en voiture mais en voyant les tarifs raisonnables de location, nous nous sommes dit que ça valait le coup de tout faire en voiture.

Nous voulions louer une voiture chez Sixt près de la gare de Tokyo (à 5 minutes à pied de notre hôtel) mais il y a deux gares de Tokyo et nous avons réservé la voiture dans la mauvaise gare (à 40 minutes en transport public). Heureusement que Uber fonctionne désormais au Japon, ce qui nous permet de ne pas payer le prix exorbitant des taxis, et éviter de traîner les trois valises et une multitude de sacs de shopping dans le métro à l’heure de pointe. 40€ (on a pris une voiture immense) et 25 minutes plus tard, nous voilà devant les bureaux de Sixt, au sous-sol d’un immeuble rempli d’employés en costard-cravate.

Le process est smooth et nous avons rapidement notre voiture, une Nissan Page e-power, voiture hybride très agréable à conduire et très appréciée au Japon. Le coffre est petit, mais nous étions au courant. On peut mettre 3 valises max et 2 sacs à dos. Mes parents et nous deux avons beaucoup de place pour nous asseoir confortablement.

Nous vous rappelons qu’on roule à gauche au Japon. JB a déjà une longue expérience de conduite à gauche dans plusieurs pays (avec paysages variés) donc il est totalement à l’aise même si on aura beaucoup de routes montagneuses à faire. Cependant, nous prenons systématiquement une voiture automatique pour la conduite à gauche, on ne sait jamais (et même si on s’habitue à tout, un levier de vitesse côté gauche…). Si la sortie de Tokyo est un peu compliquée, les chauffeurs japonais sont tellement gentils que tout se passe bien.

Le paiement des péages est facilité avec une carte appelée ETC que l’employé de Sixt nous a loué. On paiera le péage à la fin de notre séjour. Il faut compter plus ou moins 24yen/km sur les autoroutes.

Jour 1 du road trip :

Mont Fuji

Nous avons déjà visité le Mont Fuji lors de premier voyage au Japon, un jour sans nuages. Aujourd’hui, il y a un gros nuage menaçant, mais nous avons énormément de chance, car il ne couvre plus le sommet au moment où nous arrivons sur place. Le Mont Fuji est si énorme que nous le voyons à des kilomètres. Cette fois, nous n’allons pas au Chureito Pagoda car mon père a un peu mal aux pieds.

Quand nous sommes venus visiter la dernière fois, nous n’étions pas motorisés et le bus faisant le tour des view points était bondés. A pied, notre point de vue était un peu limité, mais avec la voiture, cette fois, nous pouvons regarder le mont Muji en faisant carrément le tour.

Nous nous arrêtons tout d’abord au téléphérique (Mt. Fuji Panoramic Ropeway). Il y a un énorme parking gratuit juste en face et une longue queue, qui avance heureusement assez vite. 20 minutes plus tard, nous voilà dans le téléphérique (1000yen A/R par personne). En haut, il y a plusieurs plateformes pour regarder le mont Fuji et nous avons énormément de chance d’avoir deux cerisiers en full bloom à un endroit stratégique.

C’est une énorme surprise, nous pensions arriver avec 15 jours de retard par rapport au hanami, mais une vague de froid a faussé tous les pronostics et nous voilà avec une vue incroyable sur le plus beau volcan au monde.

Il y a des balançoires payantes façon Bali.

Très contents de ce temps extraordinaire, nous descendons, reprenons la voiture et allongeons le lac en espérant prendre en photo le mont Fuji derrière quelques branches de cerisiers. Malheureusement, les nuages reviennent vite, mais les cerisiers en full bloom sont époustouflants, surtout qu’il y a une variété de couleurs qu’on ne voyait pas auparavant.

J’avais prévu de zapper le déjeuner en grignotant tout au long de la route mais JB, notre unique chauffeur a faim et on ne laisse pas un chauffeur affamé nous conduire toute la journée. Nous déjeunons chez New Akaike, à 30 minutes du Mont Fuji. C’est un stop privilégié par une autre agence de tourisme coréenne, mais nous sommes aussi bien traités et servis que les groupes. Nous prenons 4 plats différents et les plats arrivent plus vite que prévus. Malgré les gâteaux qu’on a mangés depuis le matin, c’est tellement bon que nous finissons quand même nos plats. Nous avons également la plus belle place, donnant sur les cerisiers blancs en fleurs. Comptez 2000yen/personne.

Je visite ensuite le Fuji Shiba-sakura Festival que je voulais visiter la dernière fois mais il y avait trop de monde et je ne pouvais pas monter dans le bus. Malheureusement, les fleurs ici n’ont pas encore le temps d’ouvrir et entre le flyer et ce qu’on voit, c’est totalement l’opposé. Le ciel est couvert, nous ne voyons même pas le mont Fuji. L’entrée coûte 1000yen/personne + 500yen pour le parking. Je vous recommande de regarder les photos récentes avant de faire le trajet.

Le flyer :

La réalité (mi-avril 2024).

Par contre, certains cerisiers sont en full bloom et ça fait plaisir !

C’est encore au tour de JB de bosser : 1h30 d’autoroute jusqu’à Matsumoto où nous dormirons ce soir.

A chaque fois, JB prend soin de choisir un hôtel avec parking. Celui-ci n’en a pas mais a un partenariat avec le parking public d’en face. La propriétaire nous vend un ticket valable 24h (je crois) pour 1000 yens. Pour sortir du parking, il faut entrer le ticket qu’on a eu à l’entrée du parking + son ticket à elle. On apprendra plus tard que les tarifs normaux nous auraient coûté 5000 yens (!!) pour laisser une voiture à peu près 15h dans un parking public.

Nous découvrons avec soulagement qu’il y a un restaurant au RDC (l’hôtel se trouve à partir du 1er étage, càd 2ème étage pour les japonais). Les chambres sont immenses mais il n’y a que des lits jumeaux avec une couverture traditionnelle japonaise tellement poids-plume et chaude que mes parents vont sûrement acheter la même.

Ce simple repas est plus délicieux que prévu et nous a coûté 4 080 yens pour 4.

Mes parents ont de la force pour visiter Matsumoto le soir sous la pluie, alors que nous nous couchons le plus tôt possible puisqu’une longue route nous attend demain. Pour lire la suite, cliquez ici

Partie 2 : Conseils pratiques

L’itinéraire détaillé de notre road trip est disponible ici

  • Location de voiture : 68 000yens pour 9 jours soit 413€ + 300yen de location de la carte ETC. Nous avons pris l’assurance gratuite chez Sixt mais avons complété avec notre propre assurance.
  • Téléphérique Mont Fuji : 1000yen/personne A/R
  • Restaurant à 30mn du Mont Fuji : New Akaike
  • Fuji Shiba-sakura Festival : 1000yen/personne + 500yen de parking
  • Notre hôtel à Matsumoto : Guest House Ichiyama Shukuba (8640yen/chambre lits jumeaux, soit 52€, lien Booking)
Château de Matsumoto, Cerisiers en fleur, Ferme de Wasabi et Ryokan [Road trip au Japon #3]
3 jours à Tokyo [Road trip au Japon #1]
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.