La Paz (Bolivie) : pollution et chaos

C’est la deuxième fois que nous sommes à La Paz. Cette ville n’arrive toujours pas à nous séduire.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Depuis Puno (Pérou), nous prenons deux bus : le premier pour aller à Copacabana. Et un deuxième depuis Copacabana pour La Paz. On s’est fait avoir par le nom du bus : Pullman Bus. Au Chili, c’est une très bonne compagnie de bus, mais ici, c’est un bus local ayant l’apparence extérieure d’un bus touristique. On nous donne les dernières places du dernier rang, ce qui fait que pendant 5 heures, on ressent chaque irrégularité de la route. Et cette route n’est pas goudronnée.

Quelle horreur ! Arrivés à 18h30 à La Paz après ce trajet horrible, la pollution et le chaos de la Paz n’aidant pas. On décide de partir ASAP de cette ville. Malheureusement, le prochain bus touristique pour Sucre (passant par Potosi) ne part que le lendemain à 19h. Les bus de jours jusqu’à Sucre passent par Cochabamba et la route Cochabamba – Sucre est horrible.

Téléphérique

Après une grasse matinée, nous décidons de prendre quand même le téléphérique de La Paz. Notre hostal se trouve à côté d’une station de téléphérique, on prendra la ligne rouge jusqu’à El Alto, pour 3$B/personne.

On compte prendre ensuite la ligne verte puis la ligne jaune pour aller au quartier de Sopocachi, comme le suggère le plan. Mais en réalité, la construction n’est pas finie pour la plupart des lignes.

La ligne rouge traverse une station appelée « cimetière » quelque chose. C’est assez impressionnant surtout vu d’en haut ! Ce n’est pas un cimetière comme on a l’habitude de voir en Europe, ici tout est superposé l’un sur l’autre, créant des bâtiments de plusieurs mini-étages. Je pense que la plupart des gens choisissent l’incinération sinon techniquement ce n’est pas possible de caser autant de monde dans un petit espace comme ça.

Plus on monte en haut, mieux on comprend la pollution de La Paz. La ville est en forme de « cuvette », entourée par des montagnes et collines. Il y a quelques zones sans constructions à cause de la falaise. D’ailleurs, sur une de ces falaises, on pourra distinguer la forme d’une voiture qui s’est crashée entre deux collines.

Avec aussi peu d’arbres, énormément de circulation et une usine énorme à côté du terminal de bus (usine de bière), la pollution est inévitable. On remarquera aussi les maisons en briques, sans ciment ni peinture à l’extérieur, ou des maisons construites à moitié (le proprio continuera la construction quand il aura de l’argent), créant une architecture chaotique, à l’image du trafic et des bouchons en permanence à La Paz.

Nous faisons demi-tour en téléphérique pour revenir au centre ville. N’ayant pas la patience d’attendre un bus local nous amenant à Sopocachi, nous prenons un taxi (20 bolivianos) pour aller à un resto coréen (Corea Town).

Grâce à ça, on déteste moins La Paz. A côté de ce resto, une femme vend des cocktails de fruits. JB achète pour 10 bolivianos une montagne de fraises, vraiment délicieuses.

Pour revenir à l’hostal, on prend un minivan local (2 bolivianos) avec « Terminal » marqué dessus. Notre hostal se trouvant près du Terminal, c’est très pratique pour repérer les bus et minivans pouvant nous déposer à côté. Ici, les locaux prennent beaucoup de transports publics. Malgré cela, il y a toujours beaucoup de bouchons, à n’importe quelle heure de la journée. L’air est irrespirable, certains voitures datent du siècle dernier, laissant derrière elles une grosse fumée bien toxique.

Trop fatigués par tout ce chaos, on décide de zapper le marché des sorcières, le marché central, la visite à pieds de La Paz… bref, tout. On a qu’une hâte : être à Sucre.

Deux compagnies de bus sont recommandées pour ce trajet : Trans Copacabana ou El Dorado. On choisit El Dorado pour varier un peu : le bus partira ce soir à 19h.

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Hébergement : 17€ à l’Hostal Isidoros. Je ne recommande pas particulièrement mais ça fait son job pour une nuit, en plus c’est tout près du terminal de bus, réception 24/24.
  • Restaurant : Corea Town, 75$B le plat.
  • Bouteille d’eau : 6$B pour 2,5L
  • Transport :
    • Puno – Copacabana : 20 soles/personne avec Titicaca bus
    • Copacabana – La Paz : 30$B/personne avec Pullman Bus (on aurait peut-être dû continuer avec Titicaca bus, quitte à attendre 2h à Copacabana)
    • Bus local : 1,5-2$B/personne
    • Taxi : 20$B
    • Téléphérique : 3$B/personne

Astuces

  • Si vous restez plusieurs jours à La Paz, je recommande le quartier Sopocachi, où il y a pas mal d’ambassades et ministères. On s’est toujours senti en sécurité dans ce quartier, contrairement au quartier près de la place principale ou le terminal de bus.
  • Transport : les bus locaux (20-30 places) coûtent 1,5$B/personne. Les mini-vans locaux 2$B/personne. Il n’y a pas de stations de bus, on peut arrêter les bus et mini-vans n’importe où.
  • Taxi : il faut prendre seulement des taxis avec le numéro de téléphone de la compagnie dessus. Après 20h, il vaut mieux demander qu’on vous appelle un taxi et ne pas arrêter un taxi comme ça dans la rue. Si ce n’est pas possible, repérez les taxi OMEGA, ils sont fiables. Demandez TOUJOURS le prix avant de monter dans le taxi. On peut négocier, mais en général les touristes paient toujours 5 bolivianos de plus. Pour infos, le trajet Terminal de bus -> Sopocachi (3,2km) coûte 20 bolivianos pour les touristes et 15 pour les locaux.
  • Téléphérique : tapez FFCC Train Station sur Google Maps, c’est là où nous avons pris le téléphérique.
Apprendre l'espagnol en un mois pour voyager en Amérique du Sud : Conseils, Astuces, Adresses
12 jours au Pérou : Itinéraire, budget, guide, conseils
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.