Lac Titicaca et Isla del Sol (Bolivie) : coupés du monde

La isla del Sol (île du Soleil) est considérée comme le berceau de la civilisation andine. Rien que ça ! Certains prétendent même que l’Atlantide y est engloutie. Nous y effectuerons une randonnée du Nord au Sud de l’île, appelée « Route sacrée de l’éternité du Soleil ». Cette randonnée traversera 3 villages : Cha’llapampa, Cha’lla et Yumani. A l’entrée de chaque village, il faut s’acquitter des droits de visite pour les différentes communautés (entre 10$B et 15$B/personne)

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Budget

Partie 1 : Carnet de voyage

Enfin un endroit où on est un peu coupé du monde. Sous-entendu : pas de Wifi, pas de TV, pas d’ATM, pas de voitures. C’est à la Isla del Sol où on ressent vraiment l’énergie dégagée par le lac Titicaca et où l’on apprécie vraiment sa beauté.

Situé à plus de 3800m d’altitude, le lac Titicaca est le lac navigable le plus haut au monde. Le lac est intéressant à visiter à la fois du côté bolivien et du côté péruvien. Du côté bolivien, la Isla del Sol est un must-see car l’île nous ouvre la porte vers un autre monde.

Même si l’île dispose de bonnes infrastructures touristiques, elle reste très traditionnelle. Aucune voiture ne circule sur cette île, constituée de sentiers incas, de baies dignes de celles d’une île grecque, et de petits sites archéologiques. La seule façon pour nous de l’explorer, est de marcher.

Je vous mets le plan détaillé ici (cliquez sur zoomer).

Jour 1 :

Nos bagages étant gardés par notre hôtel à Copacabana (Wendy Mar, lien Booking), nous partons seulement avec le strict minimum dans un petit sac à dos chacun et prenons un bateau à 8h30 avec Asociacion Union Marines pour aller au Nord de l’île. Le trajet est long (2h), et d’autant plus à cause d’une panne de moteur. Heureusement qu’il y en a deux et le capitaine peut switcher d’un moteur à l’autre. Il faut éviter de s’asseoir à côté du moteur à cause de l’odeur et la fumée qui s’en dégagent. S’il faisait meilleur temps, on aurait aimé s’asseoir sur le toit.

Même si le Nord de l’île est moins touristique que le Sud, de nouvelles auberges très modernes ont vu le jour en l’espace d’un an. On peut désormais avoir une chambre avec salle de bain privée et même, luxe ultime, de l’eau tiède (il ne faut pas rêver, l’eau chaude n’existe pas dans cette zone).

A peine débarquée au village de Cha’llapampa, j’achète tout de suite un mate de coca (thé de coca) pour me réchauffer et éviter tout mal de montagne. Le temps est nuageux aujourd’hui, il fait très froid quand on ne marche pas. Nous découvrons d’abord une petite plage où les campeurs installent leur tente, j’espère qu’ils ne seront pas dérangés par les cochons et vaches dont l’élevage est à même la plage.

Nous suivons le seul chemin menant vers le Nord. Les paysages sont magnifiques ! Avec ces plages de sable fin, on se croirait sur une île au milieu de l’océan.

Nous marchons (ou plutôt grimpons en haletant) jusqu’aux ruines de Chicana. L’entrée est de 15$B/personne, nous devrons payer les entrées 3 fois lors de notre séjour sur l’île car chaque billet finance une communauté. Le ticket sera contrôlé plusieurs fois sur le chemin.

Après 2h d’ascension, nous arrivons enfin aux ruines, où je cherche en vain le puit contenant de l’eau sacrée. Un local me montre l’emplacement exact (cf. photo ci-dessus) et m’explique que je peux en boire sans souci, ça a été démontré scientifiquement. D’autres touristes boliviens n’hésitent pas à plonger leur bouteille d’eau dans le puit et la remplir complètement. L’eau est vraiment pure, on voit à travers la bouteille qu’il n’y a aucune impureté. Cela me donne du courage pour prendre une gorgée (aucun problème digestif à signaler par la suite).

Les ruines nous donnent une preview du Machu Picchu que nous verrons très prochainement. C’est comme un labyrinthe, on n’arrive pas à avoir une vue globale sur l’ensemble du site, les plafonds sont tous effondré mais les portes tiennent encore un peu. D’ailleurs, faites attention à votre tête si vous êtes grand.

Sur le chemin, nous voyons deux panneaux de hospedaje et casa, mais les deux sont fermés. Nos tentatives auprès des vendeurs de souvenirs pour être hébergés chez eux, dans une maison traditionnelle, ont été refusées poliment.

Nous retournons au village, toujours sans hébergement, et rien dans le ventre depuis le petit déjeuner. Il est déjà 13h (on est arrivé à 10h), nous nous arrêtons au premier restaurant ouvert (il n’y a plus beaucoup à cette heure). Le menu est standard : soupe de quinoa, truite à plancha pour 25$B/personne. Morts de faim, nous trouvons le repas délicieux tandis que les deux français à côté ont l’air dégoûtés par le repas.

Toutes les auberges à Cha’llapampa se trouvent côte à côte, et elles sont très fréquentées, on voit souvent 6-7 personnes à la terrasse de chaque auberge, ce quine nous encourage pas à rester ici. On reprend le chemin, cette fois vers le Sud de l’île, avec l’idée de dormir au village de Cha’lla, au milieu de l’île.

A peine partis, nous avons une vue magnifique sur tout le village de Cha’llapampa, et c’est là où nous trouvons un refuge super mignon au bord de la falaise.

Il s’appelle Refugio Alejandro ou quelque chose comme ça. Mais puisqu’on a décidé d’aller jusqu’à Cha’lla, on repend la route.

1h30 et 2 montagnes plus tard, nous voilà à Cha’lla. Tout a l’air un peu mort. On s’attend à un peu plus de boutiques, mais en fin d’après-midi, le village est super calme. Nous repérons un hostal à notre goût (jardin entretenu, repas servis sur demande, architecture mi-traditionnelle mi-moderne), il s’appelle Playa del Inca. Nous nous attendons à voir un expat nous accueillir, mais non c’est une femme avec 2 tresses longues jusqu’à la ceinture, et le chapeau melon typiquement bolivien qui nous accueille. 40$B/personne, nous dit-elle. On dit oui tout de suite, avant de découvrir une chambre confortable avec une salle de bain privée (et l’eau tiède). Le rdv est pris pour le dîner avec de la truite à la plancha au menu.

Ce sera la meilleure truite qu’on aura goûtée au lac Titicaca, marinée aux herbes du jardin, assaisonnée comme il faut, et accompagnée de beaucoup de légumes (chose rare en Bolivie). On comprend mieux, comparé à ça, pourquoi le repas de midi était infecte pour les deux français croisés au resto. Après le repas, nous discutons un peu avec les proprios : cette auberge a été rénovée il y a 6 ans, ils ont beaucoup construit par eux-même et utilisent le plus possible de matériaux venant de l’île. Ils nous ont aussi parlé de la difficulté pour les enfants, grandis sur l’île et parlant leur dialecte, d’aller à l’école ou dans une grande ville et devoir soudainement parler espagnol. Voilà, mon vocabulaire espagnol s’arrête là, je n’ai pas pu pousser la conversation plus loin mais c’est déjà un peu plus développé que ce que j’ai pu avoir jusque là.

Photo : la magnifique plage à Cha’lla. Camping possible, permission à demander à la proprio de Playa del Inca car à part cette hostal, il n’y a pas de toilettes publiques.

Jour 2 :

Le lendemain, après un bon petit déjeuner, nous partons à 10h vers Yumani, le dernier village à explorer sur l’île. Il fait étonnamment beau, ce qui rend la promenade plus agréable. Nous sommes les seuls touristes sur la route, les autres étant partis plus tôt, ou pas encore arrivés en bateau. Nous avons pour compagnie quelques bergères, moutons, cochons, ânes et chiens.

Voici le village de Cha’lla (côté Nord) vu d’en haut

Le village et ses bergères

Le village de Cha’lla (côté Sud) vu d’en haut :

Sur le chemin, nous nous acquittons des droits de visite de Cha’lla (15$B) puis reprenons notre route. A un moment, on passe de l’autre côté de la montagne, ce n’est plus la rive bolivienne qu’on voit de loin mais la rive péruvienne.


Nous nous arrêtons à un restaurant sur la route (notez le parquet fait de troncs d’arbre) pour reprendre nos forces, avant d’entamer une descente très agréable jusqu’au port de Yumani (billet pour Yumani : 10$B). L’hôtel d’en face : Palla Khasa, dispose des chambres avec vue panoramique sur le lac.

Le port de Yumani :

La recherche d’auberge à Yumani commence. Voulant être à côté du port (ce qui s’avère être une très bonne décision), nous nous dirigeons vers l’hôtel le plus bling bling à gauche du port, avant d’être refroidis par le prix (80$B/personne salle de bain à partager). La propriétaire, très sympa, nous montre l’auberge de son voisin, Las Cabañas de Agua Dulce (lien Booking), 50$B/personne, salle de bain privée. On dit oui tout de suite.

Notre auberge est la plus simple de toutes ici, avec des murs en adobe (d’ailleurs on voit des briques d’abode en train de sécher dans le jardin). 3 chambres en tout, adossées à une petite colline donnant une vue impressionnante sur tout le port & des sommets enneigés. JB, trop fatigué, fait une petite sieste tandis que je lave mon pantalon sali par les crottes d’âne (eh oui, vous avez 100% de (mal)chance de marcher sur des crottes d’âne sur cette île). L’eau étant tiède, je réussis quand même à prendre une douche, à condition de me réchauffer après au soleil dans le jardin.

C’est l’occasion rêvé d’observer une scène familiale de la proprio de l’auberge. Elle doit laver à la main les vêtements et les draps dans un seau. L’eau usée est utilisée pour arroser les plantes et la pelouse. Les enfants en profitent aussi pour se laver, à l’eau froide. Brrrrhhhh… Bref, tout se passe dans le jardin.

Il est 15h, des centaines de touristes venus de Copacabana montent le fameux escalier en pente, avec beaucoup de peine. Ce chemin est très joli et verdoyant, avec à la clé quelques miradors et hostals sympas mais c’est très dur physiquement. On regarde avec amusement les touristes venant ici, au Sud de l’île, avec un sac à dos hyper lourd. Ils ne se sont sûrement pas renseignés avant de venir, sinon ils auraient laissé leur sac à Copacabana. S’ils cherchent un endroit pour camper, eh ben ce n’est pas le bon spot non plus, le Nord de l’île est plus adapté.

A 17h, il n’y a plus personne. Même les touristes restés dormir sur l’île fuient le port et préfèrent dormir en haut de la colline remplie d’hostals. Nous sommes 6 touristes à vouloir dormir près du port. La vue est magnifique, notamment au coucher du soleil (on n’est pas dans le bon sens car on tourne vers l’Est), mais on voit quand même les sommets enneigés rougir sous les derniers rayons du soleil.

Nous mangeons dans un restaurant en bas de la colline et observons les étoiles. Les rares lumières allumées gênent un peu l’observation des étoiles, mais pour moi, c’est déjà bien joli.

A 5h du matin, nous sommes réveillés par le froid et le bruit de la pluie. Nous tentons de dormir à moitié jusqu’à 9h, avant de prendre un petit déjeuner très simple au port. Nous sommes tellement contents d’avoir dormi à côté du port, car à en juger la tête déconfite des gens surchargés qui doivent descendre toute la colline sur des pierres glissantes parsemées de crottes d’âne, l’exercice ne devait pas être facile.

Le bureau de tickets de bateau est fermé, mais un type traîne à côté d’une boutique de boissons avec des billets dans la main, nous le repérons direct et lui achetons des tickets pour 25$B/personne. Pourquoi il ne s’est pas assis au bureau de tickets tout simplement ? On ne sait pas trop.

Il ne pleut plus, et nous rentrons à Copacabana, entassés dans un petit bateau sans gilet de secours, étouffés par la pollution du moteur. Retour à la dure réalité !

Partie 2 : Budget

  • Hébergement :
    • Playa del Inca à Cha’lla : 40$B/personne – salle de bain privée, 35$B/repas et 10$B/petit déjeuner
    • Las Cabañas Agua Dulce à Yumani : 50$B/personne, salle de bain privée – attention il y a 2 auberges Las Cabanas, le nôtre est « Agua Dulce », à gauche du port, il ne faut pas beaucoup grimper pour l’atteindre
  • Bateau :
    • Copacabana -> Nord de l’île : 25$B/personne, départ à 8h30 et 13h30
    • Sud de l’île -> Copacabana : 25$B/personne, départ à 10h30 et 15h30
  • Nourriture :
    • Menu entre 25$B et 35$B à midi (soupe de quinoa + truite)
    • Le soir : plat entre 15$B et 45$B
    • Jus pressé : entre 10$B et 15$B
    • Petit déjeuner : entre 10$B et 15$B
  • Visites :
    • 15$B à Cha’llapampa
    • 15$B à Cha’lla
    • 10$B à Yumani
La Vallée Sacrée (Pérou) : l'ingéniosité des Incas
Copacabana (Bolivie) : pas de plage mais une ville agréable
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    13 commentaires
    • Répondre Aurélie

      13 septembre 2019, 11 h 17 min

      Bonjour Anh,
      je prépare un voyage au Pérou-Bolivie de 3 semaines pour l’année prochaine. J’hésite entre les îles Uros & Taquile // et Isla del Sol. De par les photos et le côté moins touristique, Isla del Sol me tente vraiment mais j’ai lu un peu partout que le nord de l’île n’était plus accessible depuis le sud et je ne trouve pas comment se rendre aujourd’hui uniquement dans le nord… je ne sais pas si c’est possible car ça a l’air d’être la plus belle région ?
      Merci d’avance 🙂

      • Répondre Anh

        14 septembre 2019, 1 h 30 min

        Bonjour,
        Effectivement le lac Titicaca est plus beau du côté bolivien, plus propre et l’ambiance est plus féerique.
        D’apres les dernières nouvelles, un pacte de paix a été signé en Juillet permettant d’avoir de nouveaux bateaux vers le Nord les mercredis, samedis et dimanches.
        Cependant, vous ne pouvez toujours pas marcher du Sud au Nord (le village de Yumani bloque encore l’accès) mais du Nord au Sud sans problème. Ce qui est faisable en une journée.
        Bon voyage !

        • Répondre Anh

          14 septembre 2019, 3 h 34 min

          Petite précision : j’ai trouvé les sites archéologiques au Nord peu intéressants par rapport aux sites aux alentours de Cuzco au Perou. J’ai préféré la partie Sud de l’ile avec ses nombreux points de vue incroyables.

        • Répondre Aurélie

          16 septembre 2019, 11 h 16 min

          Super, merci beaucoup pour tes informations !! Saurais-tu me dire où tu peux voir ce genre d’information ? Car je ne trouve rien sur le passage du nord au sud, les nouveaux accords etc.. J’ai vu de superbes photos du Nord avec des animaux en liberté tels que ânes…etc. est-ce bien au nord ? Merci beaucoup !

          • Répondre Anh

            16 septembre 2019, 13 h 27 min

            Bonjour,

            Les recherches en espagnol donnent des infos sur les nouveaux accords. Sinon, vous pouvez taper « tripadvisor isla del sol », dans la partie « avis », certains partagent les dernières infos : https://www.tripadvisor.com/Attraction_Review-g297316-d554191-Reviews-Isla_del_Sol-Copacabana_La_Paz_Department.html
            Les animaux sont partout sur l’île. Les photos du Nord sont plus nombreuses car avant, les gens n’allaient qu’au Nord mais le Sud est vraiment plus beau.

            Bonne journée

            • Aurélie

              16 septembre 2019, 15 h 12 min

              Re-bonjour Anh, c’est bien ce que je fais pour chaque recherche (utiliser tripAdvisor) mais les avis de juillet et août dernier parlent encore d’un nord inaccessible et d’un sud sans grand intérêt… c’est pour cela que je me pose la question :/

            • Anh

              16 septembre 2019, 16 h 26 min

              Certains disent le contraire. Lisez celui-ci :

              « There are no boats going from Yumani to Challapampa. Three times a week there is a boat from Copacabana to Challapampa, on wednesday, saturday and sunday. You can walk from Challapampa to Yumani, but not the other direction. You could try leaving early from Yumani before the roadblock is controlled, around 7AM. It is 7 hours walking both ways. »

              et il y a un autre commentaire en allemand qui parle des bateaux vers le Nord également (que le monsieur n’a pas pris). Un autre (je ne sais plus dans quelle langue) s’offusque de devoir payer l’entrée pour les 3 communautés.

              Le Sud est sans intérêt pour ceux qui ne restent pas dormir, ils doivent se dépêcher pour monter des centaines de marche à 3500m, dans la cohue et le stress.
              Quand les touristes rentreront à Copacabana en bateau, vous verrez, c’est un petit paradis.

              Anh

            • Anh

              16 septembre 2019, 16 h 47 min

              et même ce monsieur (commentaire en anglais) se trompe sur un détail (no boats going from Yumani to Challapampa) car des hôtels du Nord organisent des bateaux privés pour leurs clients depuis Yumani, comme celui-ci https://www.booking.com/hotel/bo/willka-kuti-hostal-isla-del-sol-norte.en.html?aid=1174661&no_rooms=1&group_adults=1

            • Aurélie

              18 septembre 2019, 8 h 58 min

              Merci beaucoup pour toutes tes infos, ça m’éclaire vraiment bien car j’étais totalement perdue 🙂 🙂

            • Anh

              18 septembre 2019, 15 h 58 min

              Avec plaisir. Les choses vont sûrement beaucoup évoluer d’ici l’année prochaine.
              Si vous avez des informations plus récentes, n’hésitez pas à m’écrire.

              Bon voyage ! 😀
              Anh

    • Répondre Stephane

      7 juillet 2018, 20 h 54 min

      Bonjour Anh,

      j’ai cherché un peu partout les coordonnées de l’hôtel Playa del Inca, mais je n’ai rien trouvé.
      Peux-tu m’aider, je dois me rendre sur la Isla del Sol dans quelques jours et je voulais vérifier la disponibilité.
      Merci d’avance.

      • Répondre Anh

        8 juillet 2018, 7 h 38 min

        Bonjour Stephane, tu ne trouveras pas d’infos en ligne. Il faut juste y aller et demander s’il y a des disponibilités. La plupart des touristes passent le chemin donc il y a de grandes chances qu’une chambre soit dispo à votre arrivée. Bon voyage !

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.