Rome (Italie) #1 : Nos premiers jours & notre Airbnb

Paris – Rome

Cette fois, les vacances, c’est vraiment terminé. Après avoir rendu la voiture à Rouen, nous prenons le train jusqu’à Paris, puis un Uber jusqu’à l’hôtel Citizen M tout près du Terminal 3 de Charles-de-Gaulle. Je vous recommande vivement cet hôtel qui est vraiment tip top (lien Booking). Il est particulièrement adapté aux voyageurs Business, avec de nombreuses tables pour travailler, la fibre optique. La chambre est ultra moderne (on gère la télévision, la lumière et les rideaux à l’aide d’une tablette. On peut même changer la couleur de la lumière dans la douche. Ca sert à rien mais c’est fun). Et il n’est qu’à 20 mètres du Terminal 3. Donc pas besoin de shuttle/bus/taxi pour aller à l’aéroport. C’est top !

C’est là qu’on commence à s’inquiéter. Après plusieurs mois de sédentarisation en France, j’ai fait un peu trop d’achat. Entre la nourriture et les cosmétiques à prendre en plus, un gros tri s’impose.

Et puis, l’enregistrement chez Air France se fait de manière automatique maintenant. Avant, si un bagage dépassait un peu le poids autorisé et que l’autre bagage était ridiculement léger, l’hôtesse fermait les yeux et faisait passer les deux. Maintenant, c’est la machine qui pèse tout et elle ne ferme pas les yeux non. On avait beau respecter le poids maximum en faisant la somme de nos deux valises, celle de JB avait 4kg en trop. Du coup on a dû transférer 2kg sur ma petite valise et porter les 2kg restants en bagage à main, en croisant les doigts car il y a beaucoup de nourriture. Mais heureusement mon bœuf séché est passé sans aucun souci en bagage à main. OUF.

Deuxième inquiétude : vous souvenez-vous que j’ai été piquée par un insecte indéterminé et les zones de piqûres ont doublé de volume et devenues chaudes ? J’ai eu tellement peur qu’on détecte chez moi de la fièvre. Heureusement, l’insecte ne m’a pas piquée au front donc j’ai pu passer tous les scans de température & les frontières. Sans aucun problème. Nous sommes arrivés en Italie le 30 août, un mois avant que l’Italie n’impose le test Covid aux français. Ce qui aurait été une grosse galère puisqu’il faut un test négatif de moins de 72h alors qu’il est actuellement très difficile en France d’obtenir un test dans ce délai.

Ohlala, qu’est-ce que ça fait du bien de voyager de nouveau.

La nourriture est quand même servie dans l’avion, ce qui fait qu’on baisse le masque pour manger. Tout le monde doit porter un masque chirurgical sinon => pas de voyage. On vérifie notre température deux fois : avant de prendre l’avion et à l’arrivée en Italie.

Mini-« dépression »

La frontière est passée sans aucun souci mais les piqûres me font encore très mal et mon moral vraiment au plus bas. Je bois beaucoup d’eau citronnée pour évacuer les toxines et me couvre de la tête aux pieds pour éviter de me gratter pendant mon sommeil. Pourtant, je dors très mal et n’ai pas du tout l’impression de me reposer. Pendant la première semaine à Rome, je suis comme une zombie et je n’ai vraiment aucune envie de sortir.

Aux piqûres s’ajoutent des problèmes dentaires (qui reviennent dès qu’il y a un stress, ma dentiste m’a prévenu). Ma peau très abîmée pendant le road trip se venge avec une éruption cutanée que je n’ai plus depuis deux ans, ça fait super mal, j’ai les joues en feu. J’ai l’impression d’être défigurée et cassée de partout. Ma grand-mère est partie récemment, en mars (cela fait plusieurs années qu’elle est malade) et je subis l’événement de manière impuissante, sans savoir quand je pourrais rentrer au Vietnam. Ma tante vient d’apprendre son cancer de l’estomac, elle est en chimio actuellement et ma mère, du jour au lendemain, a perdu 4 dents d’un coup. Devant les problèmes de santé, je n’ai jamais été très courageuse, et avec ce bagage génétique, je déprime encore plus en me disant que ce serait peut-être la voie que j’allais prendre aussi.

Une fois les piqûres guéries, je me reprends enfin en main, en réservant un massage du visage chez Simona. Baby steps hein. On se soigne doucement.
Je n’étais pas très bien en venant la voir la 1ère fois, mais elle était très réceptive et m’a fait un petit discours sur le self-love, self-care qui a beaucoup résonné en moi. De retour à la maison, j’établis un plan pour régler les problèmes un à un. D’abord, je vais me soigner aux méthodes naturelles, et si ça ne va pas, j’opterai pour des méthodes médicales, quitte à devoir re-rentrer en France pendant deux mois (finalement, j’ai décidé de rester plus longtemps et me faire soigner chez un cabinet dentaire réputé à Rome).

Notre Airbnb

espace de travail

Heureusement que notre Airbnb est superbe, spacieux et a la fibre optique. Il est dans le quartier Trastevere, à 20mn à pied seulement du centre-ville historique de Rome. On est entourés de restaurants et au bout de quelques semaines, on identifie quelques lieux préférés : un glacier, une petite cantine, un bubble tea, comment acheter les tickets de tram en ligne et surtout des relais où je peux recevoir mes colis (de produits dentaires & soins).

Rome nous plaît beaucoup car le centre-ville historique est assez petit et piéton. L’ambiance est superbe, surtout parce qu’il y a peu de touristes. J’avais vu plus de touristes en Dordogne qu’ici ahaha.

Il fait encore très chaud à Rome (25 à 30 degrés) et nous asseoir à la fontaine de Trévi, en faisant du people watching, ou en mangeant une glace le soir, c’est un petit bonheur qu’on s’offre de temps en temps. Les restaurants sont super contents de nous voir car ils ont beaucoup souffert du Covid.

A midi, on sort manger. Le soir, on fait nous-même de la tomate mozzarella, agrémentée de feuilles de basilic de notre propre plante. Ici, les plantes de basilic sont en vente partout partout. Les jours où on a la flemme de faire la salade, on achète des parts de pizza (vendues au poids !) juste en bas de chez nous, 5€ pour 3 petites parts. On nous a dit que les pizzas ici avaient la pâte fine, alors qu’à Naples, la pâte est plus épaisse.

J’apprends un peu l’italien mais j’abandonne assez vite à cause des problèmes de santé. Comme les français, les italiens ne sont pas très doués en anglais. Je pense qu’ils sont aussi mauvais en anglais que moi en italien 🙂 J’ai des scripts de conversation en italien que je crée moi-même pour chaque situation (acheter du pain, commander une glace, retirer un colis, commander au restaurant) mais dès que le serveur ou le vendeur sort du script (en posant une question inattendue) eh ben je suis perdue. Pareil, quand je leur pose une question inattendue en anglais, les italiens sont perdus aussi 😀 donc ça crée des situations assez cocasses.

Fleurs en papier

J’ai enfin pu me remotiver à faire des fleurs en papier. On est en plus au pays du papier crépon !

Plusieurs artistes ont proposé des cours gratuits pendant le confinement, donc après le confinement, pour les remercier, je participe à leurs cours payants sur Zoom. On commence avec le cours sur des orchidées de Tiffany Turner. Voici ma version.

Et ma version des fleurs de cerisier en papier crépon, même si ce n’est pas la saison

Voilà quelques lignes sur nos premiers jours à Rome. A bientôt pour les carnets de voyage plus excitants et surtout plus joyeux !!

Musées du Vatican & La Chapelle Sixtine sans touristes - Rome (Italie) #2
Le Meilleur Soin du Visage à Rome (Italie) : Kobido avec Simona Primavera, facialiste
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    4 commentaires
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.