La Côte Centrale de Californie – Road trip dans l’Ouest américain #13

Je ne sais pas si c’est la fatigue ou le manque de recherche, mais nous n’avons pas pu profiter de la côte centrale de Californie comme les autres.

Cet article fait partie de notre série d’articles Road trip dans l’Ouest américain. Si vous n’avez pas encore lu les carnets de voyage précédents, les voici : #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, #11, #12

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

 

Partie 1 : Carnet de voyage

Jours 21 au 27 du road trip :

Quand je vois que d’autres touristes sont capables de faire un road trip seulement en longeant la côte californienne, je me demande comment ils font ça car c’est la partie la moins intéressante de tout notre road trip. Heureusement il y avait quelques highlights inoubliables, mais tout ça peut être fait en 3 jours, et pas 7 jours comme on l’avait initialement planifié.

Entre San Francisco et Monterey, j’avais planifié une nuit dans la forêt, au sein d’un State Park, dans un motel tranquille avec vue sur de beaux arbres. JB réserve l’hôtel sur leur site. En cherchant sur Google Maps si l’hôtel a une machine à laver, je vois un mot qui retient souvent dans les avis de l’hôtel : « fantôme ». C’est l’hôtel le plus hanté de la zone (par un jeune fantôme apparemment). Si je n’étais pas au courant, je n’aurais probablement rien vu rien ressenti, mais maintenant que je suis au courant, je ne peux plus du tout y passer la nuit, surtout qu’il se situe en pleine forêt. Ca ressemble trop à un début d’un film d’horreur : « road trip, motel, fantôme ». Il est cependant trop tard pour annuler, mais il est hors de question de mourir de trouille, donc JB reçoit comme mission de trouver un autre hôtel très très loin de celui-ci. MAJ : Finalement, en bloquant les paiements en ligne de la carte avec laquelle on a fait la réservation, elle a été annulée par l’hôtel le jour même et nous n’avons rien perdu au final.

La côte centrale démarre donc pour nous avec Monterey. JB a trouvé un hôtel avec beaucoup de charme, dans une vieille maison, non hantée cette fois.

A quelques minutes de l’hôtel, nous avons vu des surfeurs.

Il y a plein de belles maisons au long de la plage, comme au centre-ville. Tout est super beau et super cher (1,5 million à 2 millions de dollars minimum pour une petite maison).

La ville prospérait grâce à la pêche, ils avaient même une entreprise de conserve. Maintenant, on y trouve plutôt des retraités.

Nous dînons au seul restaurant thaï de la ville, c’est super super bon ! Ils font aussi l’effort d’avoir de l’art déco un peu partout. C’est la ville des vitraux, j’aime beaucoup !

Le temps semble être figé ici et nous profitons du petit centre-ville pour aller voir toutes les boutiques, notamment les articles vintage. Cela fait quelques jours que je cherche à fond où trouver des livres de l’ancienne maison d’édition Limited Editions Club (ou Heritage Press, du même propriétaire, mais moins luxueux). Un forum en ligne pointe vers Monterey, où se trouvent quelques membres (bien fournis) du forum. Ils ne donnent pas le nom de leurs librairies préférées mais j’ai réussi à en trouver une. Malheureusement, le libraire m’a l’air hostile et voulait me cacher le fait qu’il ait des livres de cet éditeur (chelou!). Mais chez Vintage Finds, j’ai trouvé une énorme collection des livres d’Heritage Press. Ca a dû appartenir à un grand collectionneur du coin.

Les trois livres qui me faisaient de l’œil étaient tous là : Gone with the wind, the innocents abroad et Kim, mais pour les deux derniers, d’après mes recherches, la version Heritage Press a moins de couleurs que la version Limited Edition Club, donc je ne les ai pas pris.

Pour Gone with the Wind, j’ai l’impression que les deux éditions se valent donc après beaucoup d’hésitation, j’achète, mais seul le volume 2 est dispo. Ce n’est pas grave, je trouverai le volume 1 en ligne plus tard. Je vous ai pris en photos le volume 2 ici.

On ne fait plus des livres d’aussi grande qualité aujourd’hui, donc quand ils sont dispo à 15$ l’unité, c’est un message de l’univers 😀

Highway 1 vers Big Sur

A cause de la fatigue, en quittant Monterey, nous oublions de longer la côte et on zappe complètement le 17 Mile Drive entre Monterey et Carmel-by-the-sea. Ainsi que le Lone Cypress (qui servira de logos à plein d’entreprises et de couvertures de livre). D’ailleurs, on apprendra plus tard qu’on a aussi zappé Filoli Historic House en quittant San Francisco. C’est la villa qui a accueilli Xin Ping lors de sa rencontre avec Biden en Novembre 2023 et apparemment il a été très impressionné par cette maison. Voilà, nous ratons tant de choses quand nous sommes fatigués.

Longer la Highway 1 en direction de Big Sur nous offre plusieurs miradors impressionnants…

…mais malheureusement cette route est bloquée à partir de Big Sur et cela fait des mois qu’ils essaient de dégager des tonnes de terre due à un glissement de terrain. La route qui est censée durer 1h30-2h jusqu’à Morro Bay se transforme en un détour interminable de 4h. Comble de malchance, (et toujours liée à la fatigue), JB découvre qu’il a réservé notre hôtel pour Janvier, au lieu de Décembre, et nous devons réserver en last minute un autre hôtel. JB qui s’imagine pouvoir se reposer dans un bel hôtel avec salle de sport et petit-déjeuner, se trouve soudainement avec un motel sans aucun service. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on passe 3 nuits ici pour nous récupérer.

Morro Bay est une ville très très tranquille, où l’on a un beau coucher de soleil sur un rocher volcanique d’une centaine de mètres de hauteur.

Il est également à 30 minutes seulement de Hearst Castle.

Le lendemain, nous visitons Hearts Castle, l’œuvre d’un homme richissime qui voulait avoir une belle maison pour contenir toutes ses collections d’œuvres d’art et d’animaux exotiques. Les animaux exotiques (dont quelques ours polaires et girafes) ne sont plus là, mais la maison reste telle quelle, prise en charge par l’état californien. Les héritiers ont toujours droit sur le terrain, où ils nous fournissent du bœuf bio (qui est servi dans le sandwich au Visitor Center).

Nous laissons la voiture au parking et devons prendre un bus pour nous rendre jusqu’en haut de la colline, où se trouve la maison. Une guide nous y attend. J’ai opté pour le tour « upstairs rooms », il y a moins de monde, et je préfère car on peut voir 2 belles bibliothèques (mon kiff).

Il y a deux piscines, une à l’extérieur, une à l’intérieur. La maison a été achevée un peu avant la 2nde guerre mondiale donc il faut oublier l’eau chauffée, d’autant plus qu’elle vient d’une source d’eau minérale, donc pour s’y baigner, il faut se mettre en combinaison, et pas en maillot de bain. Son premier propriétaire s’entourait de stars hollywoodiennes et à l’époque, être invité ici, c’est d’avoir réussi sa carrière à Hollywood. On notera que malgré les 28 ans de travaux, la maison n’est pas tout à fait finie. Il y a encore la fontaine non achevée, des murs pas encore décorés à l’extérieur (rien de tout ça ne sera terminé car l’état californien voulait garder la maison telle quelle), mais l’intérieur est impeccable. La façade fait plutôt penser à une église espagnole, plutôt qu’un château.

Ce que j’ai beaucoup aimé, ce sont les deux bibliothèques. Apparemment G.R.R Martin, odieux et en mauvaise humeur, serait venu visiter la maison (tour privé, of course), et aurait été coincé dans l’ascenseur (qui ne marche jamais). Suite à ça, il aurait déclaré ne plus avoir de panne d’écriture (mais on attend toujours la suite de sa série hein).

C’est vraiment triste de voir les richissimes américains obligés de ramener des antiquités européennes et asiatiques au lieu de faire appel aux artisans américains. Il n’y a quasiment rien d’américain dans la maison (à part des dessins muraux très réussis), même les plafonds ont été chinés, achetés dans les enchères, ramassés on-ne-sait-où. L’ensemble reste quand même cohérent grâce à la talentueuse architecte (qui vivait à San Francisco et faisait 100 aller-retours pour suivre les travaux). Elle aurait pu faire un petit effort pour l’escalier, qui est tout petit, en spirale… j’ai demandé si c’était un escalier de service et la guide m’a dit que non c’était l’unique escalier pour aller dans les chambres. On peut en mettre plein les yeux avec des vases grecs, des sculptures italiennes, des lits français, par contre pour faire un escalier qui en jette, il n’y a plus personne. Plus je passe du temps aux Etats-Unis, plus je vois à travers la façade de ce pays, c’est tout vide quand on essaie de creuser un peu. Je n’arrive plus à être en admiration, ni à souhaiter y vivre. Leur soft power ne me fait ni chaud ni froid maintenant.

On termine par la piscine intérieure avec plus d’un million de mosaïques. Le plafond est moche car il est en travaux. Ca me fait penser à la piscine de notre hôtel à Sapa, mais celle-ci est beaucoup beaucoup plus grande et plus profonde.

Hearst Castle reste ma visite préférée de la côte Centrale. Les touristes optent plutôt pour le tour où ils visitent les salles de réception, mais si vous avez du temps, vous pouvez faire 2 tours guidés si vous voulez.

Nous optons pour le burger au bœuf bio élevé ici même. C’est bon mais ce n’est pas non plus extraordinaire.

A 10 minutes se trouve une plage avec plein de phoques qui bronzent au soleil. JB me dit que vue leur immobilité, on peut clairement écrire un article avec un titre alarmant « des milliers de phoques morts sur une plage de Californie ». Sans les phoques qui se battent en duel au bout de la plage, on aurait pu les croire morts. En tout cas, on dirait des bébés, ils sont tout petits.

Nous visitons San Luis Obispo qui a un centre-ville très animé avec de belles boutiques, quelques belles maisons. Au Sud, il y a une belle plage, et quand on va un peu plus loin, il y a une sorte de grotte et plus bas, c’est le vide.

Santa Barbara a une rue piétonne avec des fermiers bio et des boutiques de fast-fashion. RAS. Bon, je ne me suis peut-être pas assez renseignée sur ces villes non plus. Le « souci » quand on est à son 3ème tour du monde, c’est qu’il faut beaucoup plus pour nous impressionner désormais.

Heureusement, Solvang qui a l’air fake comme tout, est plus intéressant. C’est un mini-Danemark avec du vin californien (des caves à vin tous les 5 mètres). Les maisons font très Disneyland mais c’est marrant de se promener ici, notamment le soir où les illuminations de Noël nous rappellent « maman j’ai raté l’avion ».

Nous visitons le musée dédié à Hans Christian Andersen. Je découvre qu’à part son talent de conteur, il fait aussi du découpage de papier.

Et là, c’est la grosse surprise : juste à côté se trouve un rayon de livres anciens et je vois un rang de livres de l’éditeur que je cherche depuis plusieurs jours : Limited Editions Club !!! Ca m’a permis de toucher le papier, regarder les illustrations, toucher la reliure. C’est un cran au-dessus d’Heritage Press et si j’ai le choix, effectivement Limited Editions Club doit être ma première priorité. Ces livres sont vendus entre 20$ et 100$ selon l’état, mais les livres neufs d’une qualité équivalente, s’ils étaient sortis aujourd’hui, auraient coûté dans les 500-600$. Ainsi, si on cherche un classique, il vaut mieux opter pour ces anciennes éditions plutôt que les nouvelles.

En bas, on trouve une grosse collection de livres de Franklin Library. Ils ne m’intéressent pas, mais je sais qu’il y a plein de collectionneurs qui seront intéressés.

Bref, j’ai passé plus de temps dans les librairies qu’à la plage pendant cette semaine. Nous avons tous les deux hâte d’arriver à Los Angeles pour changer un peu.

 

Partie 2 : Conseils pratiques

Tous nos trajets et points d’intérêt sont disponibles sur ce plan Google Maps. J’ai déjà expliqué comment profiter de nos plans personnalisés ici

Monte-Carlo, Wembley et autres – les 7 meilleures destinations pour les fans de sport
Silicon Valley & San Francisco - Road trip dans l’Ouest américain #12
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.