Moab, Arches et Canyonland National Park – Road trip dans l’Ouest américain #6

Après avoir roulé non-stop depuis Monument Valley, nous arrivons en début d’après-midi à Moab. Le check in à l’hôtel ne se fait qu’à partir de 15h et nous devons continuer à errer quelque part. Nous sommes un peu fatigués et faisons le plein d’essence (et de bœuf séché) à Moab avant de visiter Arches National Park à côté.

Nous passerons 5 nuits à Moab. Normalement 2 nuits suffisent, mais nous sommes en pleine semaine de Thanksgiving, la semaine où tout le pays est en vacances et souhaitons être dans une petite ville tranquille (5000 habitants) pour recharger nos batteries, faire la lessive, travailler un peu. Le lendemain du Thanksgiving, c’est le Black Friday, puis Cyber Monday, autant de raisons d’éviter les grandes villes car JB ne supporte pas du tout le shopping. De plus, Moab est à côté de 3 parcs : Canyonlands National Park, Arches National Park et Dead Horse Point State Park, on ne risque pas de s’ennuyer.

Cet article fait partie de notre série d’articles Road trip dans l’Ouest américain. Si vous n’avez pas encore lu les carnets de voyage précédents, les voici : #1, #2, #3, #4, #5

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Jour 7 du road trip (après-midi) :

Arches National Park

Nous visitons Arches National Park car il est à quelques minutes du centre-ville de Moab, alors que Canyonlands est à 1h. A l’entrée, nous présentons notre pass America the Beautiful ainsi qu’une pièce d’identité (une carte d’identité française). Le ranger nous parle en français et nous donne une brochure en français !! Nous sommes en saison basse donc pouvons entrer au parc à n’importe quel moment, alors que pendant la haute saison (d’Avril à Octobre), le parc mettra en place un système d’entrée par tranches horaires, pour limiter le nombre de touristes (https://www.nps.gov/arch/planyourvisit/timed-entry-pilot.htm). En effet, les parkings dans le parc sont assez limités et il n’y a pas de système de shuttles. Même en Novembre, nous devons attendre 5 minutes pour entrer au parc, et pour certains parkings, nous devons faire le tour plusieurs fois en attendant qu’une place ne se libère.

Ce que vous pouvez faire, c’est de :

  • visiter une partie des Arches dès votre arrivée à Moab (balanced rock, les windows, double arch, delicate arch overlook)
  • le lendemain, visiter Canyonlands tôt le matin (lever du soleil à Mesa arch, et visiter les miradors)
  • et l’après-midi, faire le reste des Arches (sand dunes arch, devils garden, landscape arch)

Ce que j’aime beaucoup avec les parcs américains, c’est qu’on monte tout de suite pour avoir une belle vue d’en haut, puis on peut choisir de s’approcher des lieux d’intérêt via des treks (courts ou longs). Si un lieu est particulièrement beau mais difficile d’accès, il y a forcément un mirador accessible. Pour les handicapés du sport comme moi, c’est parfait. J’ai l’impression qu’on peut même rester à l’intérieur de la voiture et voir une grande partie des points d’intérêt.

Arches National Park a plus de 2000 arches !! Heureusement qu’on ne va pas toutes les visiter, mais seulement les plus impressionnantes. Ce schéma explique parfaitement bien comment elles se forment.

L’histoire que racontent les géologues est remarquable. Le parc repose sur un lit de sel souterrain qui est à l’origine des arches, des flèches, du grès et des monolithes érodés. Épais de plus d’un kilomètre en certains endroits, ce lit de sel a été déposé il y a 300 millions d’années sur le Plateau du Colorado, lorsqu’une mer a inondé la région avant de s’évaporer. Au fil des millions d’années, les résidus laissés par les inondations, les vents et les océans qui ont déferlé ont recouvert le lit de sel. Les débris ont été comprimés en une roche épaisse d’un mile. Le sel sous pression étant instable, et le lit de sel en-dessous n’était pas assez solide pour soutenir le poids de cette couverture rocheuse dense. Le sel s’est déplacé, plié, liquéfié et s’est repositionné, propulsant des couches rocheuses vers le haut sous forme de dômes. Des sections entières ont chuté dans les cavités. Des failles profondes dans la terre ont rendu la surface encore plus instable, vous pouvez observer un déplacement de 2 500 pieds résultant de la faille de Moab, visible depuis le centre des visiteurs. Les failles verticales ont ensuite contribué à la formation des arches. Le déplacement souterrain du sel a sculpté la surface de la terre, et l’érosion a progressivement éliminé les couches de roche les plus récentes. À l’exception de quelques vestiges isolés, les formations majeures d’aujourd’hui sont principalement constituées du grès Entrada de couleur saumon, comme la plupart des arches, et du grès Navajo de couleur chamois. Ces formations se dressent comme un millefeuille sur la majeure partie du parc. Au fil du temps, l’eau s’est infiltrée dans les fissures, joints et plis. La formation de la glace dans les fissures a exercé une pression sur la roche, provoquant la rupture en morceaux et fragments. Par la suite, le vent a nettoyé de petites particules, laissant derrière lui une série de structures indépendantes. Le vent et l’eau ont attaqué ces structures jusqu’à ce que le matériau de cimentation de certaines cède, provoquant la chute de morceaux de roche. Beaucoup de ces structures endommagées se sont effondrées, mais d’autres, plus robustes et mieux équilibrées, ont survécu. C’est ainsi qu’ont émergé les célèbres arches. Les arches horizontales se forment par altération chimique à mesure que l’eau s’accumule dans des dépressions naturelles et finit par les traverser pour atteindre la couche inférieure. Ceci résume probablement l’histoire géologique d’Arches National Park, bien que les preuves soient largement circonstancielles.

Je vous ai mis en rose ce que j’ai le plus aimé :

Sur la route menant vers les Windows, on peut admirer quelques points d’intérêt :

  1. La faille Moab
  2. Les montagnes La Sal
  3. Courthouse Towers, formations rocheuses massives
  4. Three Gossips
  5. Le jardin d’Eden où l’on voit quelqu’un escalader
  6. et Balanced Rock qui est l’emblème du parc

Cette première partie me fait un peu penser à Gorëme, en moins impressionnante. Oui, il y a des formes phalliques partout, comme à la Love Valley en Turquie.

Balanced Rock

Ensuite, on tourne à droite et arrivons à un double parking. A côté se trouve le Double Arch et à droite les Windows Arches et le Turret Arch. C’est ma partie préférée du parc. Ces arches sont belles, grandes et impressionnantes. Je savais que les arches étaient grandes mais je n’imaginais pas à ce point là.

La nature nous montre qu’on peut devenir exceptionnel malgré des débuts très humbles. Tout ce qu’il faut, c’est de la patience.

Les Windows m’impressionnent beaucoup, ainsi que le Turret Arch à droite.

Nous faisons un dernier stop avant de rentrer à l’hôtel : Delicate Arch Overlook. Il y a deux miradors : un petit à 10 mètres du parking (Lower Delicate Arch Overlook, cf. la première photo) et un autre, où l’on monte un peu sur une route non pavée, où la vue sur le Delicate Arch n’est pas plus satisfaisante (cf. la 2ème photo, on dirait que l’arche est tout près mais il y a un canyon entre le mirador et l’arche). J’ai fait les deux pour vous faire un petit compte rendu, mais sincèrement, le mirador à 10 mètres du parking est déjà très bien. Pour s’approcher davantage du Delicate arch, il aurait fallu faire un trek de 2h aller-retour. Il paraît qu’il est très impressionnant, mais pour me motiver à marcher pendant 2h, il fallait quelque chose de plus wow encore.

Notre ami N. nous a envoyé une photo de Delicate Arch, qu’il a visitée dès l’aube. L’arche est très haute et est représentée sur les plaques d’immatriculation d’Utah.

J’ai un mal de tête ! C’est peut-être dû à la déshydratation, pourtant je bois beaucoup. Pendant les 5,5 jours où nous serons à Moab, je remarquerai que l’air est encore plus sec que d’habitude. Ma peau se transforme en peau de crocodile et malgré des tonnes de crème hydratante que je mets, ce n’est jamais assez. L’air est tellement sec qu’on se prend des décharges électriques plusieurs fois par jour. Mais l’avantage, c’est qu’un froid sec (avec grand soleil) est hyper agréable. On s’est même demandé si le thermomètre de la voiture qui indiquait 5°C avait un problème tant on avait l’impression d’être en automne. Nous comprenons enfin pourquoi nos amis Canadiens arrivent à survivre quand il fait -30°C.

Nous faisons le check-in à l’hôtel. D’habitude, on est dans des motels, il n’y a pas d’espaces communs. Mais ici, on fait exprès de prendre un vrai hôtel, avec salle de sport, espace laundry (2,5$ pour laver, 2,5$ pour sécher), une chambre spacieuse et bien équipée. On saute de joie en découvrant Internet haut débit (nous n’avons que des mauvaises connexions depuis notre arrivée) et une chaise très confortable dans la chambre. Enfin on pourra travailler dans de bonnes conditions.

La réceptionniste nous file un bon de réduction de 10% à utiliser chez The Broken Oar, en face de l’hôtel. Le burger est tellement exceptionnel que JB ne rêve que de ça pendant plusieurs jours et ne veut pas quitter Moab avant d’en déguster un deuxième. Mon steak cuit au barbecue est un sans-faute également.

Jour 8 : Canyonlands National Park

Les plus motivés vont aller à Canyonlands dès l’aube pour regarder le lever du soleil à Mesa Arch. Mais ce parc est à 1h de Moab, cela veut dire qu’il faut partir à 5h30, fighter avec les autres photographes pour avoir une place décente à 6h30 et voir le lever du soleil vers 7h. Je ne suis pas là pour souffrir OK ! Nous y allons tranquillement après une grasse matinée bien méritée. Le parc est presque vide. L’entrée est incluse avec le pass America the Beautiful.

Nous allons jusqu’au bout de la route (Grand View Point Overlook), et visitons les points manquants (et les plus beaux) sur le chemin du retour. Ce parc comporte trois parties mais on ne visitera que la partie dans le Nord (Island in the sky), la plus connue et facilement accessible.

Depuis le Grand View Point, nous voyons un grand plateau à perte de vue, creusé par des sillons très profonds qui rappellent les pattes d’un dinosaure. Il y a des routes en bas accessibles aux jeeps je crois, elles ont l’air tellement petites par rapport aux sillons, ça doit être très impressionnant pour les braves trekkeurs qui descendront jusqu’en bas.

Le parc a plusieurs miradors pour observer cet immense plateau sur 3 directions : celle que vous venez voir, une autre avec vue sur la rivière et une dernière avec vue sur des montagnes enneigées. C’est tout. Ca fait Grand canyon en mode moins variée, c’est pour ça que je pense qu’on peut le visiter en une matinée (sans trek). Les photos ne rendent pas justice car les couleurs sont plus subtiles que ça. Cela nous rappelle les Blue Mountains en Australie, qui auront du mal à rivaliser avec les paysages américains.

Au Green River Overlook, un enfant s’exclame devant tant de beauté : « c’est comme dans les films », « c’est comme de la peinture ».

Je réserve le meilleur pour la fin : une petite balade pas très difficile nous amène à Mesa Arch. Tout le monde se trouve ici. C’est trop beau. Par contre, faites attention où vous mettez les pieds. Un pas de plus et vous voilà 600 mètres plus bas. L’arche est très très grande et je dois utiliser le plan large pour tout caser dans une seule photo. Je comprends que les gens se bousculent pour observer le lever de soleil ici, mais c’est joli toute la journée, pour les lève-tard comme moi. J’ai un peu forcé sur le contraste pour vous montrer ce qu’on voit vraiment sur place. Les appareils de photo n’arrivent pas à rendre justice à ces lieux.

Je demande à JB s’il veut visiter Dead Horse Point State Park, ce qui consiste à marcher un peu pour voir une méandre. C’est un parc d’état donc ça coûte 30$ par véhicule. JB me dit non, ce parc est plus petit que celui-ci, payant, et il n’a jamais vu Thelma & Louise, donc ça ne lui dit rien. Ce parc ressemble pas mal au Grand canyon donc les films sont plutôt tournés là-bas. La fameuse scène de fin du film Thelma & Louise y a été tournée et on reconnaît bien le parc. C’est l’histoire d’un road trip qui tourne mal. La fin m’a beaucoup choquée et attristée, mais c’est ça qui l’a rendu inoubliable. Je ne pourrai jamais le revoir, ça m’aurait fait trop de peine.

Nous revenons à l’hôtel et travaillons. Le soir, je décide d’aller dîner chez un des 3 restaurants asiatiques (plutôt thaïlandais), le mieux noté à Moab mais je suis choquée de voir des gens faire la queue pendant 1h pour manger asiatique. Qu’est-ce qui s’est passé ? C’est comme ça tout le temps ? C’est à cause du Thanksgiving ? Cette longue attente a lieu tous les soirs, que l’on vienne à 19h ou à 18h. Je décide d’aller au restaurant le moins bien noté (à cause du service) Bangkok House Too et finalement non seulement on n’a pas attendu mais en plus la nourriture et le service étaient superbes. Comme quoi, aux Etats-Unis, les avis ne sont pas forcément représentatifs : les gens ont une attente beaucoup trop élevée et n’hésitent pas à mettre 1 étoile pour rien.

Aux Etats-Unis, j’essaie d’aller plutôt dans les restaurants asiatiques ou mexicains car la nourriture est plus équilibrée. Et comme on ne mange pas à midi, pour avoir plus de temps de visiter, on doit bien manger le soir.

Jour 9 : repos total aujourd’hui. JB m’a amenée à la seule librairie de la ville. C’est très « far ouest », « nature », « trek »… le seul livre que j’aie trouvé c’était The hidden life of the trees. C’est un livre écrit par un forestier allemand, que je voulais lire depuis longtemps. Je suis surprise de découvrir la version hardcover extrêmement bien faite, dans un papier écolo/recyclable, et une mise en page qui me plaît beaucoup. J’ai lu l’adaptation BD il y a un mois et je voulais creuser certains points donc c’est bien d’avoir la version texte.

Je profite d’avoir la voiture pour lire des livres en papier (que je revendrai après la lecture). Ca me fait très plaisir de toucher de nouveau le vrai papier. A cause de mes nouvelles connaissances en typographie, mise en page et reliure, je ne peux plus lire n’importe quel livre en papier. De même, je ne peux plus acheter un produit en cuir sans examiner à fond les coutures. L’artisanat du luxe m’a guérie du consumérisme.

Ca me plaît trop de pouvoir vérifier la qualité d’un livre avant de l’acheter, et d’accéder aux éditions deluxe aux Etats-Unis pour beaucoup moins cher qu’en France. J’ai lu The Postman, édition Easton Press (tranches dorées, papier qualité archives etc.), acheté à Las Vegas, en une journée. Ca fait plaisir car pour une fois, je ne connaissais pas l’histoire avant la lecture. L’histoire est crédible et prenante, je vous conseille vivement.

Jour 10 : Thanksgiving & Arches National Park

Aujourd’hui, c’est le jour du Thanksgiving. Nous voulions réserver un buffet à midi, près de la rivière mais malgré une tentative de réservation 3 jours avant, c’était beaucoup trop tard. Complet !

Nous visitons Arches National Park une deuxième fois, en nous concentrant sur les lieux qu’on n’a pas eu la force de visiter la dernière fois. Il fait 10 degrés mais comme le soleil est absent, je le sens jusqu’aux os. Le vent glacial n’aide pas du tout.

Nous commençons par Devil Garden. Les formes rocheuses ici sont au deuxième stade qu’on voit sur le schéma. D’ici quelques milliers (millions ?) d’années, on aura probablement plein d’arcs l’un après l’autre et ce sera encore plus beau.

A un moment, on se faufile juste entre deux murs rocheux pour marcher jusqu’au Landscape Arch. On peut trekker beaucoup plus loin et voir d’autres arches mais je suis très peu ambitieuse, mon objectif, c’est juste Landscape Arch.

Elle fait quand même 91 mètres de long ! En 1991, un énorme bout sur le côté droit est tombé, rendant l’arche plus fragile. On le voit bien : à gauche, c’est un peu noir et à droite là où le morceau est tombé, le rocher est tout beau tout propre. Un touriste a pu prendre en photo l’exact moment où la pierre est tombée et son nom est cité à jamais sur le panneau explicatif du parc. Bien joué !

Sand Dunes Arch est un lieu très accessible, et photogénique. Il y a une soudaine concentration d’enfants, et leurs cris résonnent un peu trop dans ce lieu à moitié fermé, rendant la visite moins agréable.

JB et moi nous faisons la remarque que nous n’avons pas beaucoup vu de touristes de couleur (POC). Beaucoup de blancs et d’asiatiques. Où sont-ils passés ? Il faut savoir qu’une personne sur 8 est afro-américaine aux Etats-Unis. Une petite recherche sur Wikipedia nous apprendra que les blacks représentent seulement 0,5% en Utah. Les asiatiques que j’ai croisés semblent venir de Californie (on voit le nom de l’Etat sur les plaques d’immatriculation). Notre voiture de location est immatriculée en Utah, donc on fait genre autochtones, jusqu’à ce qu’on ouvre la bouche 😀

JB est tout excité d’aller manger son burger ce soir. Après 30 minutes d’attente (c’est le soir du Thanksgiving, il y a plus de monde que d’habitude), nous avons enfin notre table et le pauvre JB découvre un menu spécial Thanksgiving, et les burgers n’y figurent pas. Je tente le fameux turkey du Thanksgiving. Heureusement pour moi, ils n’ont pas mis l’horrible cranberry sauce façon traditionnelle. Je l’ai même trouvé bon. On me sert du penan pie (apparemment au Thanksgiving on se régale du pumpkin pie, ici, ils ont l’air d’aimer aussi le penan pie). Dans ce restaurant, les asperges sont dans toutes les assiettes, ça ne me déplaît pas.

Jour 11 : Repos. C’est le Black Friday aujourd’hui et je dois travailler pour mon client. La ville n’a pas l’air d’être entrée dans une frénésie d’achat. Je profite plutôt des offres Black Friday en ligne (les Amazon Lockers sont hyper pratiques pour recevoir des colis quand on n’a pas d’adresse fixe). On fait les courses et le plein d’essence pour partir tôt demain (la route sera longue et les villes encore plus petites que celle-ci). Je lis mes livres en vitesse pour pouvoir les revendre dans quelques jours à Las Vegas. JB réserve nos hôtels et spectacles pour les prochaines semaines. Certains hôtels proposent des offres Black Friday.

Nous déjeunons de nouveau au thaïlandais Bangkok House Too, le menu déjeuner est plus intéressant que le dîner. JB se régale du green curry tandis que je profite tant que je peux du Thai Iced Tea (je suis accro, j’en buvais tous les jours quand on était à Koh Phangan). Nous sommes contents d’avoir visité les derniers jours car il pleut des cordes aujourd’hui et fait très froid. JB a enfin droit à son burger tant rêvé le soir chez The Broken Oar. C’est ainsi qu’on termine notre séjour à Moab en beauté.

La suite de notre aventure, c’est par ici

Partie 2 : Conseils pratiques

Tous nos trajets et points d’intérêt sont disponibles sur ce plan Google Maps. J’ai déjà expliqué comment profiter de nos plans personnalisés ici

Budget

  • Logement : Comfort Suites Moab near Arches National Park (lien Booking) 120€/nuit, petit-déjeuner inclus
  • Machine à laver à l’intérieur de l’hôtel : 2,5$ pour laver, 2,5$ pour sécher
  • Nourriture :
    • Dîner Thanksgiving chez The Broken oar : 48$/personne, tips inclus
    • Dîner normal chez The Broken oar : 25$/personne, tips inclus
    • Déjeuner chez Bangkok House Too : 20$/personne, tips inclus
    • Dîner chez Bangkok House Too : 35$/personne, tips inclus
  • Essence : 55$ chez City Market pour faire le plein
Route panoramique entre Moab et Escalante - Road trip dans l’Ouest américain #7
Monument Valley - Road trip dans l'Ouest américain #5
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.