Bangkok (Thailande) – la belle vie

La dernière fois que j’étais à l’aéroport de Bangkok, c’était en 1997. J’étais toute petite et mes 2h d’escale là-bas me semblaient magiques tellement l’aéroport était immense et plein de jouets.

Malgré la proximité avec le Vietnam, je n’ai encore jamais visité la Thailande, JB non plus.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Nous partons à 6h30 de notre hôtel  à Kathmandou pour arriver à l’aéroport de Bangkok à 20h.

La journée a été longue : l’escale à l’aéroport de Delhi nous fait comprendre que personne ne veut nos roupies népalaises. A l’aéroport de Bangkok, même scénario : les money exchanges n’achètent pas de roupies népalaises. Pas grave !

Nous effectuons nos démarches habituelles quand on arrive dans un nouveau pays : achat de carte SIM et data (550 baths pour 30 jours), retrait d’argent (toutes les banques font payer 200 bahts pour tout retrait avec une carte étrangère donc vaut mieux retirer beaucoup).

Nous prenons le Airport Link pour 35 bahts/personne puis une correspondance avec le métro. Il faut sélectionner la station de métro où l’on veut descendre et payer en fonction de son trajet. Le métro est très propre, climatisé. Quand je pense au métro parisien, je ne vois pas pourquoi on se considère plus civilisé que les autres alors que d’autres pays (comme l’Inde) arrivent à garder leur métro super propre. Les gens font la queue avant d’entrer et attendent bien que tout le monde soit descendu. Bref, ça change…

Notre hostel (T-Boutique Hostel, lien Booking) se trouve à 2mn à pied du métro. C’est l’hostel le plus propre que je connaisse. La décoration est minimaliste, tous les meubles sont en bois (fabriqués artisanalement) et on marche pieds nus dans l’hôtel. En Inde ou au Népal dans les hôtels, je détestais marcher pieds nus car le sol est toujours sale. Mais ici, marcher pieds nus est un vrai plaisir, le sol est frais et propre.

La salle de bain est commune mais tout est propre donc ça ne pose aucun problème. Pour une bonne douche, il vaut mieux aller au rez de chaussée pour avoir plus de pression d’eau. Encore un prob que nous ne rencontrons pas en France. Depuis le début de mon voyage, je me rends compte tous les jours de notre chance, il y a plein de choses qu’on croit acquises mais qui ne le sont pas ailleurs. Par exemple en Inde, les mariages arrangés sont toujours très courants, même dans les grandes villes. La douche chaude et abondante qu’on a chaque matin, eh ben je n’en ai pas eu une seule comme ça depuis mon départ en tour du monde.

Il est 22h mais heureusement les restaurants sont encore ouverts. On se pose dans un bui bui qui a un menu en anglais SVP avec quelques photos. On mange bien, « not spicy », pour 200 bahts (5€). Je suis aux anges, après 2 mois à manger végétarien malgré moi, je suis dans un pays où je peux manger autant de viande que je veux. C’est naturellement vers un restaurant spécialisé dans le canard que je me suis arrêtée.

Vous remarquerez que je mange une soupe d’ailes de canards (photo à gauche). Ces parties osseuses, très méprisées en Europe, ont la côte en Asie. Le cube brunâtre que vous voyez là, c’est du sang de porc. Mais c’est très bon.

Jour 2 : Siam Square, China Town

J’ai vidé mon stock d’hydratants et ma peau me le fait savoir. Je décide donc de consacrer toute la matinée au shopping de cosmétiques coréens et japonais près de Siam Square, au Digital Gateway.On prend un Uber pour y aller, beaucoup moins cher que les autorickshaw. J’en ai consacré un article ici.

Pourquoi des produits coréens/japonais ? Ce n’est pas parce que je suis contre les produits thaïlandais. Partout en Asie, les gens aiment et utilisent les cosmétiques coréens, réputés pour être efficaces et pas chers. Ils adoptent aussi le layering japonais/coréen, méthode de skincare particulièrement efficace, adoptée de plus en plus aussi en Europe et surtout aux Etats-Unis. Pour en savoir plus sur mon layering pendant le tour du monde, c’est par ici.


3 sacs remplis et 2 bubble teas plus tard (à essayer absolument chers amis, prenez le Classic Milk Tea pour débuter), on atterrit dans un des nombreux food courts du coin… pour manger japonais (ahahha ca nous manque trop). JB crache du feu : son chirashi est mélangé avec du piment frais haché 😂

13732213_1074491845971636_785814330_n

On découvre dans un centre commercial à côté le format 4D imax (3D mais avec les effets de vent, eau… en plus et un énorme écran). Mais le seul film proposant ce format est le nouveau Star Trek. Veut on dépenser 15€ pour ça ? Non !

On rentre à l’hostel pour réserver le billet pour Koh Tao le lendemain. Ils vendent des billets combo bus/bateau (appelés « Joint Ticket ») pour 1100 bahts et on veut être sur que l’hostel arrive à en procurer à temps pour nous. Pour info, en retirant de l’argent au distributeur, on n’a que des billets de 1000 baths. On nous a dit qu’il n’y avait aucun problème si l’on paie un plat de 40 bahts avec un billet de 1000 bahts, les gens ont toujours beaucoup de liquides sur eux.

Je découvre que mes voisines chinoises, arrivées le matin, sont en train de se faire une beauté avec un masque hydratant sur la face. JB me dit de rejoindre leur club de beauté lol mais ça prouve juste à quel point le skincare coréen est populaire en Asie.

Je teste mes produits achetés le matin et on sort, vers 19h, direction China Town. Le quartier est top, j’adore l’ambiance. La cuisine est dans la rue, on voit les chefs s’activer et faire dorer les gambas au barbecue.


On opte pour un Resto de fruits de mer, climatisé. Et là, on hallucine devant l’organisation thaïlandaise. Les clients se voient distribuer un numéro et attendent dans la rue jusqu’à ce qu’il y a une place libre. Tout se communique par talkie walkie. Des qu’il y a une place libre, le serveur responsable d’un étage le communique à sa boss. Pareil pour les commandes. Nous, numéro 22, sommes attendus au 3eme etage. Chaque commande est numérotée pour faciliter la communication vers la cuisine et la facture à la fin. Ca ressemble à du chaos mais c’est parfaitement organisé.

Pour tout ça, plus du riz et boissons, on a payé 12€ (500 bahts), chez T&K Sea Food.

Je m’arrête acheter un set de « sticky rice with mango » ( à essayer selon le routard). Même si je suis habituée au mélange sucré salé vietnamien, ce plat est vraiment immonde.


Juste en face du resto, on aperçoit un salon de massage avec 10 sièges alignés l’un à côté de l’autre. Pour 150 bahts (3,8€), on a droit à un massage des pieds et des mollets de 45 minutes. Ça fait du bien, surtout que j’ai encore mal aux mollets suite à mon mini trek au Nepal. En sortant du salon, mes pieds sont légers, je ne les sens même plus.

On voir beaucoup de vendeurs ambulants de dorian, le fruit qui pue, pour 200 bahts (très cher). Perso je trouve qu’il ne pue pas tant que ça. Il pue autant qu’une mangue trop mûre. Ensuite, le goût est spécial, j’ai l’impression de manger du beurre. Ma mère adore ce fruit, mais c’est la seule de la famille.

On voit aussi des restos chinois vendant des soupes de nageoires de requins ou nids d’oiseaux (très cher, pas bon, et en plus pas top pour ces animaux); un bar superbement décoré façon Shanghaï des années 20. Même la chanteuse, qui reprend des chansons modernes, a cette manière de chanter un peu aguicheuse comme l’on voit dans les films d’époque.


Près de la station de métro, on voit des vendeuses ambulantes avec un tapis en bambou, sur le trottoir. Les plats ne sont pas préparés à l’avance mais si l’on veut, on peut s’y asseoir et manger une bonne salade de mangue pimentée. Les filles qui ont juste un tapis et un panier sont, elles, des masseuses.

Depuis mon arrivée, on me prend pour une thaïlandaise ce qui ne me déplaît pas car je les trouve super jolies (pour être tout à fait objective, elles sont vraiment très belles, petites, minces, bien habillées, dotées en plus d’une petite voix mielleuse).

Ici, on ne se fait pas accoster dans la rue, personne ne nous suit, à part les tuk-tuks, les tarifs annoncés sont corrects, les mendiants sont là mais pas agressifs. Il y a toujours une serveuse qui parle anglais, le menu existe en anglais même dans les bui-bui. Les hôtels peuvent acheter pour vous tout ticket de bus/bateau sans commission supplémentaire.

Je comprends mieux pourquoi les touristes aiment autant la Thailande. Ici, on profite de la vie. On n’a pas besoin de réfléchir.

Jour 3 : Wat Po

Nous rendons notre chambre d’hôtel et laissons les bagages à l’accueil. Nous prenons un Uber pour aller à Wat Po et déjeunons dans le coin avant de visiter les temples.

Une vendeuse ambulante est en train de faire une salade de mangue à deux employés d’un entrepôt. On décide d’en prendre une aussi. C’est pas cher et délicieux.

Un groupe de touristes arrivent de nulle part. Ils ont des choses à donner. Ils donnent quelques vêtements de bébés et des jouets, au hasard, à la patronne de l’entrepôt. Elle est tout aussi étonnée que nous et les remercie chaleureusement. Plus tard, elle-même nous offrira une bouteille d’eau, c’est trop gentil.

Apres la salade de mangue, nous prenons un déjeuner light dans un hôtel qui donne sur Wat Arun qui est en travaux. La belle vue nous dispensera d’une balade en bateau.


On se rend ensuite à Wat Po, réputé pour son bouddha couché et  son école de massage (le massage la bas est un peu cher, 400 bahts/heure). On y reste des heures à contempler différents bouddhas.

On peut voir ces affiches un peu partout mais les bouddhas souvenir sont toujours en vente.


Je jette ensuite mon dévolu sur le street food à la sortie de Wat Po.


On passe un long moment à discuter avec le patron de notre hotel avant de prendre le bus à 19h en direction de Koh Tao.

Jour 15 : BBQ thaïlandais

Nous sommes de retour à Bangkok après plusieurs jours à la plage.
Comme nous prenons Air Asia, nous atterrissons dans un autre aéroport (Don Muang), non desservi par le métro. Mais tout le monde à été très gentil pour nous indiquer un bus menant jusqu’au métro (A1, 30 Bahts).

A peine arrivés à l’hôtel, nous prenons direct le métro pour nous rendre au Terminal 21 pour un BBQ thaïlandais chez Bar-B-Q Plaza. Le Bar B Q Plaza est un restaurant situant au 4ème étage du centre commercial, très connu et prisé par les thaïlandais.

Le BBQ thaïlandais est un mixte de BBQ et fondue. Il faut huiler le plateau avec un morceau de graisse puis griller la viande. Le jus de la viande donnera le goût au bouillon. Le chou donné généreusement donnera également du goût. On peut ajouter régulièrement de l’eau (il y a un pichet, au début, je croyais que c’était de l’eau lol). Le pichet de Coca est énorme (1 litre au moins). On peut choisir des sets (avec mix de viandes, légumes) ou des petites proportions à part. Pour 1200 bahts, on s’est fait vraiment plaisir.

Si cela vous donne envie d’essayer aussi, je vous préviens juste : la viande qu’on nous donne est semi congelée. Elle n’est pas marinée. Cependant, la sauce fournie est superbe et fait totalement oublier cet inconvénient. Le bouillon manque un peu de goût, mais c’est toujours le cas de toutes les fondues asiat.

Un petit aperçu du menu : 

Jour 16 : Cantine au Terminal 21

Le lendemain, nous retournons de nouveau au Terminal 21 (la flemme pour faire des visites sous la chaleur brûlante alors qu’on peut vivre comme les Thai, avec clim).

Terminal 21 est un centre commercial décoré façon aéroport. On a des « gates » et chaque étage est décoré de manière à ressembler à un pays (UK, US). Le foodcourt au 5ème étage est très fréquenté par les thaïlandais car il est encore moins cher que dans la rue. Le gourmet market et stands au sous sol ressemblent aux Galeries Gourmet et valent le détour. On y trouve aussi des marques de vêtements ou de décoration très accessibles.

Le Pier 21 au 5ème étage est une sorte de cantine géante. Beaucoup de thaïlandais viennent manger ici, pendant leur pause déjeuner ou pour le dîner entre amis. Chaque stand est spécialisé dans maximum 7 plats qui utilisent à peu près les même ingrédients. Tout se prépare très vite, mais la difficulté est de trouver une table pour s’asseoir. Le paiement se fait via une carte propre à Pier 21. On charge sa carte (disponible sur demande) d’un montant qu’on veut (prévoyez 150 bahts/personne pour un repas). On paie les stands en donnant sa carte à chaque fois. Si on ne dépense pas tout, on peut récupérer l’argent restant à la caisse.

C’est très bon, propre, pas cher (entre 35 et 50 bahts), même dans la rue je n’arrive pas à avoir ces tarifs. Il manque cependant cette petite touche qui donne du goût aux plats de la rue : la poussière ahahha

Jb profite pour aller au restaurant japonais (à côté de Pier 21). Son chirashi est bien mais mon tartare de saumon est exceptionnel. Je crois que c’est le meilleur tartare de saumon DE MA VIE. Je crois avoir deviné les ingrédients de la marinade. Quand j’aurai l’occasion, je tenterai de refaire ce tartare.

13651942_1177915542246615_56146802_n

Nous terminerons notre séjour en Thailande avec une séance ciné : le nouveau Jason Bourne. Les places sont numérotées et plus chères à l’arrière. Le public est comme en France : assez silencieux. Bref, rien à signaler. On aurait dû tester le 4D Imax à Siam Square. Demain : direction Koh Tao

Nous y reviendrons un an plus tard, lisez notre carnet de voyage à Bangkok n°2 ici

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Visa : 0€
  • Télécommunications : 550 bahts pour 30 jours d’utilisation, 4,5Go de data en vitesse max
  • T-Boutique Hostel (lien Booking): environ 20€/nuit la chambre double avec salle de bain commune
  • Massage à Chinatown : 200 bahts/heure
  • Visite de Wat Po : 100 baths/personne
  • Visite du palais royal (qu’on n’a pas fait) : 500 bahts/personne
  • Nourriture : entre 150 bahts (dans la rue) et 250 bahts (au resto) par personne par repas
  • Transport :
    • 50 bahts en Uber pour 3km
    • entre 18 bahts et 50 bahts en métro/personne
    • 450 baths en Uber depuis/vers l’aéroport

Astuces

  • Le métro est le moyen de transport le moins cher, suivi de taxi/Uber et en dernier tuk-tuk
  • Pour visiter le Palais Royal, pensez à porter des chaussures fermées et à couvrir vos jambes (pantalons, jupes, robes longues)
  • Retirez un max d’argent tout d’un coup car chaque retrait est facturé 200 bahts pour les cartes étrangères
  • Pensez à preciser que vous ne mangez pas pimenté (« mai pet ») sinon vous allez cracher du feu
  • Ne pointez pas vos pieds vers un thailandais ou vers bouddha
  • Les femmes ne doivent pas toucher ou s’asseoir à côté d’un moine
6 Astuces pour Bien Vendre sur Le Bon Coin
Comment nous planifions nos visites pendant le tour du monde

    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.