[Roadtrip en Islande] Jour 3 : Cascades, piscine et beaucoup de vent

Aujourd’hui, nous nous levons de nouveau à 8h. Malgré le ciel clair hier soir, il n’y avait pas d’aurores boréales, tant pis, on les verra peut-être un autre jour.

Chez Julia’s Guesthouse (lien Booking), on nous sert un petit-déjeuner super consistant, avec les oeufs de la ferme, du pain fait maison etc. c’est luxueux. Nous sommes accompagnés par les oiseaux, qui sont très intéressés par l’assiette de JB, et le chat, qui vient chercher des caresses. On dirait qu’on est chez nous, mais en mieux. J’aime vraiment beaucoup cette guesthouse !

les poules et coqs sont aussi venus nous dire bonjour

On met quand même 1h à petit-déjeuner, préparer le thermos, faire nos valises et c’est seulement à 9h qu’on quitte le guesthouse. Il fait beaucoup plus frais aujourd’hui, le soleil est absent, et je regrette de ne pas avoir pensé à remplir une bouillotte avant de partir. Aujourd’hui, on va visiter beaucoup de cascades.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Itinéraire – jour 3

Pour accéder à ce plan sur Google Maps, cliquez ici

Stop 1 : Gljufrafoss

Cette cascade se trouve à 600m à peine de la fameuse cascade Seljalandsfoss, mais la plupart des touristes n’y jettent même pas un coup d’oeil. Nous commençons d’abord par celle-ci car le parking ici est gratuit (hihihi), alors que celui devant Seljalandsfoss est payant.

J’essaie de convaincre JB de mettre ses bottes mais il se moque de moi en pensant que je suis juste frileuse. Mais après lui avoir montré la cascade et lui faire comprendre qu’on devait s’approcher de très près de la cascade en traversant une rivière, il s’est dit que les bottes & le poncho pouvaient effectivement être une bonne idée. Est-ce que vous voyez la faille entre les deux énormes rochers ? C’est par là qu’il faut entrer. On peut essayer de marcher sur les grosses pierres en faisant attention à ne pas mouiller ses chaussures, mais c’est difficile. Certains touristes y sont sortis trempés de la tête aux pieds. Si vous êtes équipés de Gore-tex avec chaussures montantes, vous serez épargné(e).

Nous avons bien profité de cette cascade, sans être trempés. Eh oui, quand une frileuse comme moi organise un voyage, vous pouvez être sûr que la valise contiendra suffisamment de vêtements et d’équipements pour aller en Antarctique 😀

Stop 2 : Seljalandsfoss

Nous longeons le petit chemin de randonnée, passons devant 3 autres petites cascades, jusqu’à la fameuse Seljalandsfoss. Elle est tellement énorme qu’elle est visible depuis la route.

La particularité de cette cascade, c’est le petit chemin qui amène derrière la cascade. Le kiff absolu !! Ce chemin est un peu boueux et glissant (il y a quelques restes de neige en plus), je suis contente que nos bottes de chasse, achetées 9,9€ la paire chez Decathlon aient tenu leur promesse. Ici aussi, l’eau nous fouette le visage, notamment quand on passe derrière la cascade pour la fameuse photo.

la fameuse photo

Bref, j’ai beaucoup, beaucoup aimé. Nous reprenons la voiture. Sur le chemin, nous verrons plein d’autres cascades, mais comme elles sont dans des propriétés privées, ou alors difficilement accessibles, personne ne les visite. Dommage !

Stop 4 : Piscine Seljavallalaug

C’est un secret pas très bien gardé : cette piscine en plein air compte parmi les premières piscines du pays, destinées à apprendre aux islandais à … nager.

L’eau vient des sources naturelles, acheminée par des tuyaux (pas touche car c’est brûlant). La piscine est malheureusement plus tiède que chaude, le fond est glissant à cause des algues, et les vestiaires pas super (pas du tout ?) entretenus. Mais le cadre est magique. Seul JB s’est baigné car je ne supporte pas une eau aussi tiède et aussi sale 😀

Pour y aller, tapez Seljavallalaug Parking sur Waze, il faut ensuite marcher 15 minutes. A un moment, il faut traverser une petite rivière (très facile car on peut marcher sur les pierres). Derrière les montagnes que vous voyez au loin, se trouve le volcan au nom imprononçable (Eyjafjallajökull) qui a bloqué le trafic aérien en 2010. La vue depuis la piscine (et même sur le chemin) est incroyable, la promenade est très agréable et facile, je vous recommande vivement.

la rivière juste en face de la piscine

Stop 5 : Skogafoss

Cette cascade est la raison pour laquelle nous sommes venus en Islande. J’étais en train de regarder la série Vikings, saison 5, tranquillement, quand un personnage de la série s’est échoué accidentellement sur une plage noire, avant de découvrir cette cascade magnifique. Je me suis demandé si cette cascade existait vraiment, si oui, où, et comment je pouvais y aller. Quelques mois plus tard, me voilà devant LA cascade de mes rêves.

Encore une fois, pour s’approcher de près, il faut s’équiper d’un poncho (ou des vêtements imperméables). Le débit est impressionnant.

Il y a un escalier qui mène jusqu’en haut. c’est un peu dur physiquement mais la vue vaut tout l’effort. On voit l’énorme rivière à l’origine de cette belle cascade, une vue panoramique, des nids d’oiseaux et surtout une autre cascade derrière (il faut pousser la porte métallique pour y accéder). L’eau est bleue, transparente, c’est vraiment incroyable !

on voit bien l’escalier à droite, qui mène en haut
une cascade en cache toujours une autre

Détails pratiques : nous avons déjeuné près de la cascade, devant un food truck vendant du fish & chips. 15€ (2000kr) une barquette, heureusement que c’est bon. N’aimant pas le poisson, j’ai opté pour une barquette de frites, 500kr seulement. Les toilettes près du parking sont payantes (200kr), il faut mettre soi-même de l’argent dans une boîte.

Stop 6 : Épave d’avion sur la plage de Sólheimasandur

Tapez Solheimasandur Plane Wreck et vous trouverez l’emplacement exact de cet épave d’avion. L’accident n’a fait aucune victime, donc c’est pas gore comme visite je vous l’assure. Avant, on pouvait y aller en voiture, mais le propriétaire du champ en a décidé autrement. il faut d’abord se rendre au parking (celui affiché sur Google maps n’est pas correct, tapez plutôt Plane Wreck Parking sur Waze)

Dès l’arrivée au parking, on est accueillis par un panneau qui nous met en garde contre les conditions météorologiques. Quand je vois « au moins 3-4heures aller-retour », j’ai eu envie de zapper cet étape. Finalement, en checkant avec les infos de maps.me, l’aller-retour est estimé à 1h30 seulement + le temps passé sur place.

Mais le vent souffle très très fort et je suis du genre à me dire « s’il y a des moyens alternatifs, pourquoi marcher ? » alors quand j’ai vu ce shuttle arriver, j’ai couru voir le chauffeur pour lui demander combien ça coûte. J’ai dit à JB : « je suis prête à payer max 1000kr/personne ».

Finalement, ce sera 2500kr/personne (aller-retour), avec une heure sur place. Apparemment ce shuttle part toutes les 30 minutes, et il nous tamponne un truc sur la main pour qu’on puisse reprendre le bus pour rentrer sans avoir à payer une deuxième fois. Seul le paiement par carte est accepté.

Je me suis fixé une limite de 1000kr, mais devant un vent pareil, 1h30 de marche… qui est-ce qui a mis la pression à JB pour qu’on prenne le shuttle ? C’est moi ! Donc en 15 minutes à peine, nous sommes déjà devant cet épave. Yaayyyy JB s’attend à beaucoup plus de monde, mais on était seulement une dizaine.

Malheureusement, beaucoup de touristes montent dans et sur l’avion en l’abîmant un peu plus chaque jour pour une jolie photo Instagram. L’intérieur de l’avion semble avoir changé par rapport aux photos que j’ai vues sur le blog, il n’y a plus rien dedans, alors qu’avant, il restait encore des câbles.

Je pense que juste après le crash, des parties utilisables et de valeur de l’avion (comme les ailes, le moteur, les chaises etc.) ont été récupérées tout de suite ? En tout cas, ça se visite assez rapidement, et le vent souffle tellement qu’au bout de 15 minutes, on n’en peut plus, on est déjà retournés au shuttle, au lieu d’attendre les 60 minutes.

Finalement, c’était une bonne décision de ne pas traîner, car on avait encore plein de choses à visiter juste après.

Stop 7 : Péninsule de Dyrholaey

Avant, c’était un îlot, créée par une éruption sous-marine. Peu à peu, grâce à d’autres éruptions, il est désormais lié au rivage. Nous devons prendre un chemin en zig-zag destiné uniquement aux 4×4, pour arriver jusqu’à ce phare. J’ai vu certaines petites voitures venir jusqu’en haut, et c’est là qu’on voit que les touristes ne respectent aucunement les consignes… en tout cas, s’il neige, la petite voiture aura beaucoup de mal à monter.

Le vent souffle très fort, si fort qu’il a failli m’arracher la porte de la voiture. Heureusement que j’ai pris le réflexe de m’agripper à la porte à chaque ouverture – car je sais que l’assurance ne couvre pas ce genre d’accidents (c’est clairement précisé dans la voiture).

La vue est exceptionnelle, car nous voyons cette plage de sable noir, à perte de vue, avec au fond des volcans, montagnes enneigées… C’est à couper le souffle. Dommage que le soleil joue à cache-cache car vous ne le verrez pas aussi bien que nous sur les photos.

Nous reprenons la voiture pour aller au point nommé Kirkjufjara Beach sur Google Maps. L’accès à la plage est malheureusement interdit, depuis l’accident d’un touriste se faisant avoir par une énorme vague. En tout cas ici, il ne faut JAMAIS avoir le dos tourné à l’océan. Il y avait aussi une énorme chute de pierres (une falaise s’est effondrée). A gauche de cette plage, il y a un trou dans une falaise, et les vagues passent en-dessus – c’est bien pour les photos, mais vous risquez d’être complètement arrosé (d’eau de mer, moins cool). La nature peut être dangereuse en Island, n’est-ce pas ?

Et quand on monte un peu, c’est ce genre de paysages qui nous attendent. C’est tellement beau ! Et le soleil est réapparu en plus ! Quels paysages de rêve !

On voit les îles Westman de loin, ce petit bout complètement plat. Parmi elles, il y a une qui est apparue du jour au lendemain, grâce à l’éruption sous-marine. Pratique !

d’ici on voit un bout de la plage de sable noir Reynisfjara

On aurait bien aimé descendre visiter cette plage (en faisant un détour en voiture) mais on est trop fatigués à cause du vent. On se rend directement à notre guesthouse : Guesthouse Reynir (lien Booking), un guesthouse quelconque, sans charme, mais très propre, bien chauffé, grande cuisine et qui fait le job (81€/chambre double). Sans petit déjeuner malheureusement.

Partie 2 : Conseils pratiques

Aujourd’hui, nous avons parcouru 140km. Temps passé dans la voiture : 2h30 (à cause de quelques routes limitées à 20km/h à 50km/h ou accessibles seulement aux 4×4)

Budget

  • WC : 200kr/personne à chaque fois
  • Déjeuner : fast-food (fish & chip) 2000kr/barquette, 500kr si on ne mange que les frites
  • Piscine & cascades : accès gratuit
  • Plane wreck shuttle (shuttle jusqu’à l’épave d’avion) : 2500kr/personne
  • Guesthouse Reynir (lien Booking) : 81€/chambre double, petit-déjeuner NON-inclus, salle de bain commune, cuisine équipée, il y a un petit lavabo dans la chambre. Le chauffage est au top comme d’habitude

Astuces

  • Nous sommes stationnées devant la cascade Gljufrafoss pour ne pas payer le parking. Mais si vous stationnez devant Seljalandsfoss, le paiement est obligatoire, il y a une machine acceptant les cartes de crédit
  • Pour la piscine : venez avec une serviette, un maillot de bain, un sac pour le maillot mouillé, et des tongs. il y a des crochets dans le vestiaire où vous pouvez accrocher vos vêtements.
  • La route vers le parking de la piscine est pleine de trous et de graviers, plus ou moins goudronnée une voiture normale peut y aller mais soyez prudent !
  • Encore une fois, nous vous recommandons Waze pour la navigation en voiture, Maps.me pour les promenades (vers la piscine & l’avion), et une carte de crédit internationale car les paiements se font parfois uniquement par carte
Carburant en Islande : comment ça marche ? Combien ça coûte ? Essence ou diesel ?
[Roadtrip en Islande] Jour 2 : Cercle d'or : Thingvellir, Gullfoss, Geysir et autres surprises
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (21 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.