Retour à Koh Phangan (Thaïlande) en 2024

JB tient absolument à revenir à Koh Phangan, le lieu où nous avons passé 6 mois pendant le Covid. A cause de la reprise du tourisme, j’ai peur qu’il soit déçu et le classe dans la catégorie « paradis perdu », mais il vaut mieux regarder la réalité en face et accepter que le « Koh Phangan Covid » n’existe plus. Heureusement pour nous, notre Koh Phangan adoré existe encore un peu, surtout en basse saison.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Nous prenons un speedboat depuis Koh Tao avec la compagnie Lomprayah. Ils proposent de nous déposer à notre hôtel pour 150THB/personne. C’est pratique ! Nous sommes déposés devant Green Papaya Hotel (en face de la plage Haad Salad). J’aurais aimé être à l’hôtel d’à côté Salad Beach Resort mais il est très mal noté, mal entretenu donc je préfère passer 2 nuits à côté, chez Green Papaya Hotel. Cet hôtel est connu par tous, car leur piscine est extraordinairement longue. C’est un hôtel 4 étoiles. Avant, ils avaient un très bon restaurant (qui n’existe plus).

Nous déjeunons une fois à l’hôtel d’à côté (Salad Beach Resort). Ce n’est pas exceptionnel mais je suis très attirée par cet hôtel un peu vieillot. Quand je l’ai visité pour la première fois, nous sommes passés par leur piscine et ça sentait divinement le monoï. Aujourd’hui, il y a toujours cette odeur de monoï. Une sensation de bien-être qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Au niveau du restaurant, il y a un grand arbre fleuri. Je ne sais pas quelle fleur c’est, mais elle change de couleur quand elle tombe.

JB a l’impression de revivre dès l’instant où nous mettons les pieds à Koh Phangan. Cette île a une énergie particulière que ni Koh Samui, ni Koh Tao n’a. On s’y sent immédiatement bien, et puisqu’on a passé 6 mois ici, on a l’impression de revenir à la maison.

Notre loueur de scooters nous dépose notre scooter et deux casques devant notre hôtel. Il demande 200$ de caution mais nous avons dépensé tous nos dollars au Bhoutan donc nous avons dû lui filer un mélange de dollars néo-zélandais et thai bahts. Ces 200$NZ ont été ramassés dans la rue à Buenos Aires par JB. Il lui arrive très souvent de trouver de l’argent par terre. Récemment, à Koh Tao, il a encore trouvé 100THB par terre. Une fois, il a trouvé un portefeuille avec 3000$NZ dans un camping mais on ne sait pas ce qui est arrivé à ce portefeuille car on l’a apporté à l’accueil.

Dès que nous avons le scooter, nous allons immédiatement au restaurant Beach Garden voir Jérémie, notre chef 5 étoiles. Sa femme et lui sont super contents de nous voir, surtout que nous ne les avons pas prévenus (je n’ai plus l’app Viber). Nous devons avoir une certaine connexion car à quelques jours près, nous ne les aurions ratés. Cela nous fait plaisir de voir que Beach Garden a beaucoup plus de tables, beaucoup plus de serveurs, les travaux ont été faits pour installer une belle terrasse, de jolis transats et hamacs sur la plage et au restaurant. C’est magnifique ! Et la nourriture est bien sûr toujours délicieuse !

Villas sur plan

Nous apprenons que Jérémie est en train de construire de belles villas avec piscine à Koh Phangan. Koh Phangan a 84% de terres protégées (parc national) donc les terrains constructibles sont bien limités. Jérémie nous invite à manger à la maison, une « villa témoin ». Il me montre comment il fait le design, les petits détails de la salle de bain, de la cuisine, du mobilier, de la piscine… comment il oriente la villa par rapport au soleil, au terrain… quand c’est bien fait, on ne fait pas attention à tout ça, car rien ne nous gêne, mais quand une villa est mal conçue on remarque tout de suite. Sa villa est vraiment une villa de rêve, pour les familles, ou un couple de retraités qui veut vivre « au paradis ». Ses villas sont toujours en vente ici si ça vous intéresse. Le terrain seul prendra de la valeur car les terrains constructibles sont de plus en plus rares à cause de la règle de 84% de forêt. Son entreprise peut aider pour le financement et les papiers administratifs. J’en parle, non pas parce que c’est mon ami, mais c’est parce que sa villa est vraiment de grande qualité et j’aurais été très intéressée si j’avais du cash. Mais nous sommes à sec car nous venons à peine de réceptionner notre studio à Nice.

Jérémie est une personne que j’admire beaucoup. Tout ce qu’il fait, il le fait avec passion et à un niveau d’exception. Quand il était joaillier, il était à l’école Boulle, l’équivalent de Polytechnique des métiers d’art. Le genre d’école où seuls les meilleurs joailliers seront reçus, avec une dextérité d’exception, le genre d’école qui forme des joailliers pour la place Vendôme. Quand il a ouvert son restaurant à Koh Phangan, celui-ci est rapidement devenu le meilleur restaurant français – japonais de l’île, donnant sur la plus belle plage de Koh Phangan. Nous avons travaillé ensemble sur la recette des nems vietnamiens pour son restaurant et j’ai pu apprendre de lui la manière professionnelle d’introduire un nouveau plat au restaurant. Il m’a beaucoup appris quant à la sélection des ingrédients. Il y a un avant et après Beach Garden, tous les autres restaurants me semblent fades maintenant 😀 Notamment les tartares de bœuf 😀 parce que chez Jérémie, les produits français viennent directement de Rungis. Et maintenant, il se lance dans un projet de construction de 100 (!!!) villas à Koh Phangan !

Bref, une personne qui transforme tout ce qu’il touche en or, par le travail, par passion, par l’apprentissage sans cesse, par son perfectionnisme, c’est le type de personnes que j’aime beaucoup fréquenter. J’avoue qu’il m’a beaucoup inspirée pour écrire cet article. Je n’ai pas beaucoup d’amis parce que je n’aime que les perfectionnistes qui ont une multitude de passions, qui arrivent à prendre des décisions importantes rapidement (parce qu’ils savent parfaitement quelles sont leurs priorités), et ces gens ne sont pas nombreux. Je suis persuadée que les gens qui se ressemblent se retrouvent tous seuls, car même à mon cours de maroquinerie au Vietnam, les élèves sont aussi des « obsédés » de la haute couture, du fait main, du cuir de grande qualité etc. D’ailleurs, Jérémie a tout de suite remarqué que mon sac avait quelque chose de spécial. Les artisans remarquent tout !

Nous lui demandons pourquoi l’ambiance de Koh Phangan est si différente d’autres îles, et il nous explique que Koh Phangan est assise sur une mine de quartz, ce qui explique l’énergie extraordinaire de l’île. Elle n’accepte pas n’importe qui (mauvaises vibes) et les gens ont souvent envie d’y revenir pour se recharger.

Lors du dîner chez Jérémie, nous découvrons le plat thailandais mi-fondue mi-BBQ, j’ai oublié le nom thaïlandais. Ensuite, il nous fait goûter de l’armagnac venant de Darroze, rare et difficile à acheter. Les chefs ont souvent accès à des produits d’exception dont le public n’est même pas au courant, comme moi avec mes cuirs d’un certain tanneur.

J’en profite pour lui poser des questions sur la platine, car je compte me faire une bague en platine sur mesure (PT900 ou PT950) et il me dit qu’il vaut mieux partir d’un modèle en cire au lieu de travailler à la cheville, car la soudure aurait utilisé un alliage plus faible, annulant les propriétés de la platine (ce passage est pour moi, je mets sur le blog pour ne pas oublier, ce n’est pas grave si vous ne comprenez pas). La platine, selon mon joaillier, n’est pas adaptée aux chatons, ce qui m’étonne beaucoup car Tiffany’s n’utilise que la platine pour les chatons de leurs bagues, c’est pour ça que je préfère avoir l’avis de Jérémie. La platine coûte chère mais l’avantage c’est que peu de gens l’utilisent donc pour une bague sur mesure, je paie juste le métal (provenant souvent du recyclage), pas les frais de fabrication.

Baan Tang Resort

Nous passons voir « notre hôtel » près de Chaloklum. C’est ici que nous avons passé 6 mois. La proprio et l’employée birmane qui y travaillent se souviennent encore de nous et nous apprécient beaucoup. Elles nous donnent tout de suite un tarif mensuel alors qu’on ne reste que 9 nuits, à condition de payer nous-mêmes l’électricité. Il reste un bungalow familial pour nous, qu’on paie donc 1166THB/nuit, 2 fois moins cher que sur Booking, 2 chambres à coucher, 2 salles de bain. C’est presque trop grand pour nous mais tous les autres bungalows et chambres sont désormais full plusieurs mois à l’avance. Comme quoi, par chance, Koh Phangan nous accueille quand même d’une manière ou d’une autre. On peut rentrer « à la maison » quand on veut.

Nous sommes tellement contents pour elles. Surtout qu’il y a 3 bungalows familiaux en construction à l’arrière. Chaloklum est la plus belle plage de l’île et pourtant il manque terriblement de logements car les pêcheurs tiennent à leur maison et ne veulent pas vendre leurs terrains. Ça ne nous étonne pas que Baan Tang Resort soit toujours full, surtout qu’il y a une piscine sympa, et c’est tout propre.

Quand nous sommes partis après 6 mois en 2020, nous leur avons laissé 2 chaises de travail, 1 table de travail et un vélo de fitness, mais aucun bungalow ne semble être équipé de nos affaires donc je pense que la proprio les a vendus. En même temps, tant mieux car si un bungalow en est équipé est l’autre non, ça aurait créé des jaloux.

E-foiling chez Surfwing

Je contacte Surfwing sur Instagram, chez qui j’ai appris à faire du e-foiling car je ne les trouve plus sur Google Maps. La proprio me raconte ce qui s’est passé avec Google Maps et depuis, on a pu recréer pour elle un autre pin Google Maps. Je suis devenue un peu experte de Google Maps ahaha.

Nous optons pour un pack de 5h chacun (12 500THB). Puisque nous ne restons pas très longtemps, nous prenons 1h de cours presque tous les jours avec notre nouvelle instructrice Dasha. Nous sommes satisfaits de constater que l’e-foiling, c’est comme le vélo, ça ne s’oubli pas ! La première heure est éprouvante physiquement (on arrête pas de tomber !) mais les habitudes et les sensations reviennent dès la deuxième heure. A partir de la 4ème heure, je peux décider de voler ou non à ma guise. Je ne gère pas encore parfaitement bien les virages, notamment à gauche, mais nous tombons beaucoup moins souvent et avons moins mal.

J’ai horriblement peur des vagues et de la profondeur, donc quand on est allés au petit rocher au loin de Chaloklum, je suis restée assise. A un moment, j’ai complètement flippé, j’ai fait demi tour en laissant Dasha et JB au loin ahahah Je suis super peureuse et pour me forcer à aller un peu plus loin chaque jour, je prends souvent des packages et paie tout à l’avance (comme ces 5 jours de ski au Monténégro par ex). C’est ma façon d’affronter ma peur.

Mais là, avec les vagues, il m’aurait fallu quelques heures encore pour surmonter ma peur. Le pire c’est qu’entre JB et moi, c’est moi qui nage le mieux ahahah 😀 Les plus avancés peuvent faire Koh Phangan – Koh Samui en efoil, je pense que ce ne sera pas d’actualité tout de suite. En tout cas, je pourrai me débrouiller sans problème sur un lac. A un moment, je suis tombée et j’ai cru voir des méduses, en fait c’est le reflet de mon propre t-shirt anti-UV ahaahah: Le plus grand obstacle, c’est soi-même, on doit s’auto-dépasser, des fois, personne ne nous attaque et on n’ose pas avancer car on se crée des peurs tout seul.

Une fois, à cause des vagues, je suis allée droit vers les coraux et la planche a été coincée entre les coraux. J’ai dû retourner la planche jusqu’à ce qu’il y ait assez de profondeur. Les coraux m’ont laissé quelques blessures au pied qui ont mis deux semaines à guérir. Donc faites attention, et si vous avez des aqua shoes, c’est peut-être mieux.

En tout cas, on se fait masser régulièrement suite à nos cours de e-foiling (400THB/heure) ici (เดือนนวดเพื่อสุขภาพ, lien Google Maps), ce qui ne me déplaît pas 😀

Lors de notre séjour, nous profitons des Saturday market au centre-ville, Sunday market à Chaloklum et night market tous les jours à Thongsala. Cela nous fait bizarre maintenant de devoir rouler 10-15 minutes, alors qu’à Koh Tao, tout n’est qu’à 5 minutes maximum.

JB tente de faire du snorkeling chez ses deux spots préférés mais les vagues sont beaucoup trop fortes et il risque de se faire très mal à cause de gros rochers. Pas de regrets, on en a fait suffisamment à Koh Tao.


Bref, après nous être rassurés que nos amis et connaissances vont bien et que leur business roule, nous quittons Koh Tao, en optant pour le speedboat et un bus, VIP cette fois pour Bangkok. Le départ est à 8h30 et nous arrivons péniblement à Bangkok à 20h30. JB nous réserve 2 nuits chez MGallery Muse. Le service de cet hôtel est très inférieur à celui de VIE Mgallery Bangkok. Le style colonial fait un peu dandy, il y a des malles dans la chambre et des trunks en bois pour les boissons, c’est très joli, mais il manque de charme et il est trop petit. Même le lobby n’arrive pas à « vendre du rêve » comme les autres hôtels 5 étoiles en Asie.

Nous en profitons pour déjeuner avec un ancien camarade de lycée de JB, il est thaïlandais, diplomate et travaille pour les nations unies. Ils ne s’étaient pas vus depuis 20 ans ! J’apprends beaucoup de sa manière de mener la conversation : en révéler suffisamment sans entrer dans trop de détails intimes, tout en restant authentique. Un vrai diplomate.

Partie 2 : Conseils pratiques

  • Meilleur restaurant à Koh Phangan : Beach Garden. Ils ont aussi des plats thaïlandais, cuisinés par la femme du chef
  • Meilleur hôtel à Chaloklum : Baan Tang Resort
  • e-foiling : contactez Surfwing sur Instagram https://www.instagram.com/surfwing.thailand/ ils ont aussi un bureau à Koh Samui.
Combats de box Thaï au Rajadamnern Muay Thai Stadium de Bangkok
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.