Avis & Expérience : Acheter un Carré chez Hermès, au 24 faubourg Saint-Honoré Paris

Malgré mon amour pour l’artisanat, le fait-main, la technicité… j’avoue ne jamais avoir craqué pour un seul carré Hermès. Quand JB travaillait en dépôt-vente, j’ai vu passer un nombre incalculable d’articles de luxe. Passée la première excitation de les toucher et les regarder de près, à force de les voir défiler dans notre atelier, ils sont devenus tout simplement des objets ordinaires, et on a fini par les trouver beaucoup trop chers pour ce que c’était.

Jusqu’à récemment…

Nous étions en voiture pour sillonner la Normandie, je dormais à moitié et JB mettait la radio pour ne pas s’endormir sur la route, nous sommes tombés sur un reportage radio très intéressant sur Kermit Oliver, un des artistes les plus mystérieux mais aussi respectés pour ses créations de carrés Hermès. L’artiste n’a quitté son métier dans un centre de tri postal qu’en fin de carrière quand des machines l’ont remplacé, tout en menant à côté une seconde vie d’artiste et créateur de carrés Hermès. Ses carrés Hermès ont tellement de détails qu’il donne du fil à retordre aux artisans Hermès, qui doivent créer jusqu’à une trentaine de planches pour réaliser ses carrés.

Le reportage était non seulement passionnant, mais en plus, on y a appris qu’Hermès avait sortir, pour la première fois, des carrés double face grâce à une technique d’impression innovante. Ils sont, pour le moment, les seuls à savoir les faire. Trois modèles femme + un modèle homme étant proposés, dont un par Kermit Oliver.

Un nouveau chapitre de la soie Hermès : le carré double face, le « Carré au carré » ! Une innovation majeure : deux expressions d’un même dessin sur chacune des faces du carré.

En rentrant à la maison, je me suis jeté sur mon ordinateur pour regarder la collection Hermès SS20 et surprise, pour la première fois, il y a des carrés que je trouve tout à fait à mon goût. Je décide de faire l’aller-retour depuis Rouen jusqu’à Paris, juste pour aller voir ces modèles, et éventuellement en acheter si ça me plaît vraiment beaucoup. Coût de l’opération : 9€/trajet, 1h15 en train.

Hermès rue du Faubourg Saint-Honoré

RDV pris avec ma sœur à Saint-Lazare pour un déjeuner, puis nous nous dirigeons vers la boutique d’Hermès au 24 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris. Il y a plusieurs boutiques Hermès à Paris, mais j’ai choisi celle-ci car c’est LA boutique de la marque, qu’on voit sur tous les reportages à la TV, qui est liée à l’histoire de la marque. Elle est mythique et inspire plusieurs noms de parfum d’Hermès. Au dernier étage, il y a un jardin insoupçonné, qui a inspiré l’excellente eau de toilette « Un jardin sur le toit ».

La rue du Faubourg Saint-Honoré est une des rues de la capitale où l’on voit les Birkin et Kelly défiler sans cesse, agrémentés d’une twilly colorée au niveau des anses. On voit par ci un monsieur croulé sous les sacs Chloé, par là une dame les bras chargés de sacs Dior, Louis Vuitton, Chanel…

C’est la première fois que je me rends dans une flagship store Hermès. Autant j’aime bien squatter les bars des hôtels 5 étoiles et n’ai aucune honte à le faire, autant j’ai du mal avec les boutiques de luxe car je me sens souvent jugée, ou alors comme je suis asiatique, on me saute dessus en me parlant chinois, mais ce n’est pas le cas chez Hermès.

Je m’attendais à ce que ce soit ostentatoire comme la boutique Louis Vuitton aux Champs-Elysées, mais contrairement à mon imagination, tout est très sobre, voire minimaliste. Les univers se succèdent, et à l’étage, c’est assez compartimenté, on découvre les univers au fur et à mesure et a même l’impression de se perdre.

Ici, on ne se fait pas agresser dès l’arrivée, ni regardé de haut. J’ignore si notre origine asiatique justifie un certain accueil, mais tout le monde est très souriant, nous dit bonjour, sans nous demander forcément pourquoi on est là ou ce qu’on cherche. Ce que j’aime aussi, c’est que malgré nos têtes asiatiques, on nous dit bonjour et pas « good morning » ou « ni hao ». Ainsi, nous avons pu faire le tour du magasin, nous extasier devant des articles affichant des tarifs à cinq chiffres avant la virgule, sans avoir de pression.

C’est alors que les choses sérieuses commencent. Il y a un vendeur par mètre carré donc il faut juste regarder quelqu’un pour qu’on s’occupe de nous. Les carrés font partie des emblèmes de la marque et bénéficient d’un emplacement central (et historique), juste à côté de l’entrée. Avant, il y avait seulement 4 présentoirs pour la soie, mais nous sommes passés désormais à 6 présentoirs, donc autrement le paradis des foulards.

Au départ, les carrés Hermès n’existaient qu’en 90x90cm. Ils étaient destinés aux propriétaires de chevaux, pour qu’ils puissent reconnaître facilement leurs cavaliers, et cette taille était parfaite, visible, idéale pour la fabrication, tout comme l’utilisation et le nouage. Maintenant, on a des tailles plus variées mais le carré Hermès (90x90cm donc) reste emblématique.

Pourquoi ils coûtent chers ?

Il y a un véritable savoir-faire derrière ces carrés. Il faut d’abord créer le dessin, ensuite isoler les couleurs. C’est à dire créer une planche d’impression (une sorte de pochoir spécial) par couleur. Si le dessin est complexe, on peut avoir une quarantaine de « pochoirs ». Ensuite, les bords sont roulottés à la main, et ça prend 45 minutes à un artisan Hermès pour roulotter un carré. La même technique d’impression est utilisée par l’Atelier de Soierie, qui vend ses carrés dans les 150€, du coup avec l’image luxueuse d’Hermès + les artistes invités à créer les carrés, on arrive à 375€ chez Hermès.

Les carrés double face sont encore plus chers et rares car pour le moment, Hermès est le seul à savoir comment imprimer des deux côtés.

A titre de comparaison, à gauche vous pouvez voir un carré neuf, tissé et fabriqué en France (à Lyon, comme Hermès), en twill de soie aussi mais qui coûte 4 fois moins cher qu’Hermès. Vous pouvez voir que les couleurs « bavent », la soie est moins épaisse, alors que chez Hermès (à droite), la soie est beaucoup plus brillante, épaisse et les couleurs sont nettes et précises, elles ne bavent pas du tout.

un carré fabriqué en France vs. un carré Hermès

Carrés double face Hermès

Nous demandons à voir les nouveaux carrés double face. Seulement 3 modèles sur les 4 sont disponibles.

En plus, pas dans toutes les couleurs. Là, c’est facile, il n’y a que 3 modèles donc la vendeuse a pu nous les montrer tous, et les ouvrir sous nos yeux. Désolée, je n’ai que cette photo, mais je vais vous en montrer d’autres après

Je pense qu’il est nécessaire de venir les voir en vrai, car ils sont effectivement magnifiques, et complètement différents des carrés classiques. Quand il y a eu des fuites concernant ces double faces, les gens avaient peur d’avoir 2 couches de soie très fines cousues ensemble, ou de devoir payer 2 fois plus cher qu’un carré standard. Mais la réalité est toute autre : chaque carré double face coûte 490€ contre 375€ pour un carré standard. Et le carré double face a la même épaisseur qu’un carré standard. C’est juste que l’encre s’est « arrêté » au milieu au lieu de traverser / s’imprégner jusqu’à l’envers.

  • L’endroit comporte pas mal de couleurs, presque comme un carré standard
  • L’envers est monochrome : c’est un détail que je n’avais pas compris en regardant les photos sur Internet.

J’imagine que la technique innovante ne permet pas encore d’avoir des couleurs et contrastes importants sur les deux faces.

Conseils n°1

  • sur Internet, l’offre est moins importante par exemple le modèle Della Cavalleria Favolosa n’est plus disponible sur le site, alors qu’il reste un exemplaire au magasin. Le modèle Wow existe en une seule couleur sur le site, et deux couleurs au magasin. Vous pouvez aussi appeler les magasins avant votre visite pour demander les couleurs disponibles au magasin.
  • il faut regarder les carrés en vrai pour se rendre compte de la beauté du modèle Double Face.
  • n’hésitez pas à solliciter les vendeurs pour regarder les carrés de près. C’est leur job. Beaucoup de gens viennent ici sans acheter, personne ne vous maltraitera si vous voulez juste regarder. C’est quand même un achat onéreux, c’est normal de prendre votre temps ou revenir plusieurs fois.

Carrés standard

Je demande ensuite à regarder les carrés standard. Et c’est là que je suis contente d’avoir regardé les modèles sur Internet avant de venir. L’abondance de l’offre est telle qu’on ne sait pas où donner la tête, où regarder, ce qu’on veut. Les carrés sont classés par couleur, et chaque modèle peut exister en 12 couleurs. Il est donc quasiment impossible de voir tout l’inventaire proposé en magasin, ça aurait pris trop de temps, et je me serais senti complètement submergée et frustrée.

Pour nous aider dans les choix, les carrés de la nouvelle collection sont mis en avant comme des objets de décoration. Cela permet de bien voir les détails et être inspiré. Le modèle que j’avais repéré « Plumes en fête », était disponible et mis en avant également. A côté, il y a des bustes de mannequins, sur lesquels les vendeuses nous montrent comment nouer un carré Hermès…

Apparemment, les carrés des nouvelles collections ne sortent pas tous en même temps. Donc il vaut le coup de revenir régulièrement pour voir si tel ou tel carré est sorti et disponible en magasin. Les clients fidèles de la boutique ont souvent une vendeuse préférée, et elle connaît tellement bien leurs goûts qu’elle les appelle quand un nouveau carré susceptible de les intéresser, arrive en magasin.

Je demande à voir « Plumes en fête » et la vendeuse me sort toutes les couleurs disponibles pour ce modèle et les déplie une par une.

Après avoir vu le modèle Double Face, j’avoue qu’il ne m’est plus possible d’acheter un carré standard. Si l’endroit est de toute beauté, l’envers est tellement tristounet car les couleurs sont super fades. Notamment pour les modèles aux couleurs pastel, l’envers est presque blanc… (enfin, j’exagère mais ce n’est pas joli joli). Il y a une seule couleur qui, grâce à l’utilisation très foncée, arrive à traverser plus ou moins le carré, rendant l’envers plus coloré et plus attractif. Mais ce n’est pas la palette qui me convient ou qui me met en joie.

Conseils n°2

  • l’offre est tellement abondante qu’il faut se renseigner un minimum avant de venir
  • il ne faut pas hésiter à demander les couleurs disponibles chez d’autres boutiques Hermès. Ils peuvent envoyer un coursier chercher la couleur qu’il vous faut (sans obligation d’achat) si elle est encore en stock
  • il faut regarder les carrés en vrai pour se rendre compte des couleurs, des détails et nuances et notamment les couleurs à l’envers (qui ne sera jamais pris en photo en ligne)

J’ai ensuite choisi deux foulards à acheter. La vendeuse note mon nom et propose de créer un compte client pour moi. Elle me dit que je peux faire le tour du magasin et si je veux acheter autres choses, il faut juste signaler aux autres vendeurs que j’ai déjà une fiche de commande en préparation. Je reviens 10 minutes plus tard, elle m’accompagne à la caisse avec ma commande déjà emballée, toute prête. Le paiement se fait très rapidement, on me remet mes deux boîtes de foulards Hermès, avec le catalogue 2020 des carrés Hermès, la facture et une carte parfumée.

même le ruban indique « Hermès 2020 » et le thème de la collection « le geste innovant »

Ma sœur et moi ne sommes pas à l’aise avec l’idée de nous promener dans Paris avec un sac Hermès flashy. Asiatiques + sac Hermès = pickpockets, volez-nous !

D’ailleurs, ces boîtes oranges sont oranges car à la fin de la seconde guerre mondiale, il manquait encore de tout et il était impossible pour Hermès de mettre la main sur des boîtes aux couleurs sobres. Les seules dont personne ne voulait étaient oranges. Et cette couleur est restée jusqu’à aujourd’hui.

On range les boîtes ni vu ni connu dans mon sac à main. J’ai mal calculé car j’ai pris un sac trop petit vs. la boîte du carré. Il a donc été rangé tout simplement dans un pauvre sac plastique ahahhaa avec une écharpe (cachemire sans marque) par dessus et on a pu se promener à Paris, puis prendre le métro, puis le train jusqu’à Rouen, tranquille

Dans quels pays acheter les carrés Hermès

Avant de venir, j’ai comparé les prix sur les sites internationaux d’Hermès (car j’ai la possibilité de voyager un peu partout), avec l’idée de trouver le modèle « c’est la fête » encore en stock quelque part dans le monde.

Mais les prix en France (et dans la zone euro) restent toujours les meilleurs. Donc, ne craquez pas pour un carré Hermès en Suisse, avec le change, on paie 50€ de plus pour rien.

J’aurais aimé mettre la main sur le modèle double face C’est la Fête mais il est en rupture de stock depuis des lustres, dans le monde entier, je suis arrivée trop tard.

Les foulards que j’ai achetés

Carré 90 Double Face Della Cavalleria Favolosa

J’ai donc opté pour le modèle double face Della Cavalleria Favolosa, en rupture de stock dans la plupart des pays, et dont il reste un seul exemplaire dans le magasin. Je n’ai pas choisi le carré créé par Kermit Oliver car je le trouve moins abouti que d’habitude. Voici la couleur que j’ai choisie :

Bon, vous allez peut-être trouver ça stupide mais je l’ai acheté ça comme une forme d’investissement, c’est à dire que je ne le porterai pas et je le revendrai d’ici une vingtaine d’années, en espérant une plus-value. Je sais que les sacs Birkin auraient représenté un meilleur investissement mais le moins cher coûte 7000€ et je ne suis pas prête à investir une telle somme.

Le temps me dira si j’ai raison, car on ne peut pas savoir à l’avance si un modèle Hermès va prendre de la valeur avec le temps.
Dans ce cas précis, j’ai quand même plusieurs arguments encourageants :

  • ce modèle est sorti pour la première fois en 2018, et à sa sortie, il a rencontré un franc succès. En 2020, le modèle de 2018 (neuf jamais utilisé) peut être revendu à un prix légèrement plus cher que la valeur d’origine
  • aux Etats-Unis, ils ont moins de stock que chez nous donc la version 2020 double face (mon carré) est déjà proposé en dépôt vente là bas pour 700€ (alors qu’il coûte 490€ neuf en France).
  • c’est un des premiers carrés Hermès à profiter de l’innovation d’impression double face, et rien que pour ça, il sera spécial pour la vie
  • en plus, il est trop joli <3 <3 <3
  • j’ai remarqué que les acheteurs d’occasion se calaient sur prix de vente du carré neuf en magasin pour juger si tel ou tel achat vaut le coup. C’est-à-dire que si j’ai acheté un carré neuf en 2020 à 490€, mais qu’en 2040, le carré double face est étiqueté à 900€ (c’est souvent au-delà de l’inflation), je peux le revendre à 800€ sans trop de souci (il sera neuf, jamais utilisé). Soit un bénéfice de 310€, ou 3,1% d’intérêt annuel, donc normalement supérieur à l’inflation ou un livret A 😀
  • je voyage beaucoup, donc j’ai la possibilité de faire estimer, et revendre ce carré dans un nombre incalculable de pays

Ça vous paraîtra naïf comme calcul. D’ailleurs, selon JB, mon argument d’investissement n’est qu’un prétexte pour justifier mon craquage. J’ai effectivement choisi un modèle que je pouvais porter, au cas où mes calculs d’investissement tombent à l’eau. Dans le pire du pire des cas, je vais devoir le porter ohlala trop dure la vie 😀

Conseils n°3

  • Si vous comptez acheter beaucoup de carrés d’Hermès d’occasion, il y a un bouquin (lien Amazon, lien Fnac) qui recense les modèles de carrés Hermès et les note selon leur rareté et leur disponibilité sur le marché : « rare », « pas rare », « recherché », « pas recherché ».
  • Bien sûr, si vous tombez sur carré dans un vide grenier et que le modèle en question est très rare et très recherché, il ne faut pas trop hésiter, surtout si le prix est correct.
  • Ce qui est marrant c’est que même ce livre est aussi rare et très recherché 😀

Bon, je vous montre mon carré ?

Mon Premier Carré Hermès : 90 Double Face Della Cavalleria Favolosa

Description :

Carré double face en twill 100 % soie roulotté à la main.
Deux expressions d’un même dessin sur chacune des deux faces du carré : c’est le carré au carré !
Ici, les finesses du carré Della Cavalleria Favolosa se superposent en version colorée ou monochrome.

Fabriqué en France
Dessiné par Virginie Jamin
Dimensions : 90 x 90 cm
Prix : 490€

Della Cavalleria est l’un des plus extraordinaires traités de l’histoire de l’équitation. Écrit par Georg Engelhard von Löhneysen, il fut publié en Bavière au tout début du XVIIe siècle. Cet ouvrage, conservé dans la collection Émile Hermès, illustré de gravures baroques, présente en particulier quelques traîneaux allemands figurant créatures fabuleuses et chevaux richement parés. Jouant avec ces équipages, la dessinatrice pousse l’extravagance plus loin encore, assemble corps de chevaux et de monstres chimériques. Et puisque l’année est au jeu, elle distribue, non sans humour, à l’un une raquette, à l’autre un yoyo ou un diabolo, créant d’étranges associations visuelles dignes d’un cadavre exquis.

Pour chaque carré, il faut compter 450km de fil de soie, ou plus de 300 cocons de verre à soie (RIP) pour la confection d’un carré. Et une quarantaine d’artisans, de la création du modèle jusqu’aux planches puis couture, pour les bords roulottés à la main.

Mon avis : un univers typiquement Hermès : des chevaux, un traité de l’histoire de l’équation, une impression double face innovante, on retrouve toute l’essence d’Hermès. L’envers est de couleur marine, l’endroit a des tons doux mais pas pastel non plus. Les dessins sont nets, précis, mais pleins de détails. J’aime beaucoup ce motif, c’est plus facile à porter, et plus passe-partout que le motif équestre habituel chez Hermès. L’association des couleurs est moins criarde que la version 2018, et le toucher et le côté brillant de twill de soie, me plaisent beaucoup.

un monstre jouant au badminton, pourquoi pas
l’envers monochrome mais jolies couleurs quand même. On ne voit pas de travers la couleur de l’autre face
nom du carré : c’est le seul endroit où l’on devine l’autre côté car de l’autre côté aussi, on a le nom du carré écrit à l’endroit
détails sur l’endroit
l’endroit : nuances de vert, oups désolée pour le focus raté
l’envers : la soie reste soyeuse, les couleurs impeccables. on est certes sur du monochrome mais il y a quand même plusieurs nuances de bleu
mon carré dans le catalogue 2020

Gavroche 45 Un Jardin sur le Toit

J’ai quand même acheté une gavroche (càd un foulard de 45x45cm) pour porter au quotidien car je suis sensible aux courants d’air et peux choper une angine rapidement (Note par JB : encore un argument pour justifier son craquage). OK, tout simplement parce que je le vaux bien.

J’ai choisi un modèle probablement difficile à revendre, car les couleurs tirent plutôt vers le monochrome, et la version 2014 du même carré est quand même plus joli (mais introuvable en occasion). La version 2020 a plus de détails mais perd en couleurs. Mais cette gavroche me parle car j’adore les parfums de la collection « Un Jardin… », le design provient du dessin réalisé pour la boîte du parfum du même nom, il y a une vraie histoire derrière. La gavroche fait partie de la collection Automne-Hiver 2019.

Description :

Gavroche en twill 100 % soie.
Dans les cheveux, autour du cou, sur le sac, notre plus petit format de carré se porte facilement. Ses couleurs pétillantes twisteront votre look instantanément.

Fabriqué en France
Dessiné par Philippe Dumas
Dimensions : 45 x 45 cm

Prix : 175€

Un Jardin sur le toit, c’est d’abord cette terrasse, verte, arborée, du 24 faubourg Saint-Honoré. Elle existe depuis le milieu des années 20, lorsque Émile Hermès entreprit de surélever le bâtiment, d’augmenter la surface du magasin et des ateliers du cuir, d’aménager un cabinet de curiosité pour sa collection. Ce jardin suspendu nommé « vaisseau » de la maison, participe de son histoire. On y photographie les modèles de couture dès les années 30, on y cultive des pommes de terre pour nourrir le personnel pendant la Deuxième Guerre mondiale, Robert Dumas y plante un pommier, son fils Jean-Louis décide de faire de ces pommes de la gelée. En 1987, pour les 150 ans de la maison, un cavalier artificier y est installé ! Réséda, impatiences, crocus, aubépine, sauge, roses, tulipes, pommes… composent au fil des ans un véritable « jardin de plaisir qui n’en fait qu’à sa tête, et nous chante d’aimer la vie » dit le parfumeur Jean-Claude Ellena lorsque, en 2011, cette végétation citadine, luxuriante, lui inspire une eau de toilette. Philippe Dumas, qui connaît ce jardin depuis sa plus tendre enfance, crée pour l’occasion, d’un trait vif et plein de charme, l’un de ces dessins dont il a le secret.

la deuxième porte sur le dessin est celle par laquelle je suis entrée dans la boutique
l’envers est plutôt fade

Le plus dur serait, pour moi, l’entretien de cette gavroche. J’ignore comment je vais expliquer au pressing thaïlandais ou indien le concept des bords roulottés à ne pas écraser lol et l’interdiction d’utiliser les épingles. Pas facile !

Même au pressing français, ils ne connaissent pas forcément le principe des bords roulottés qu’il ne faut pas aplatir au fer. Pour savoir si un pressing sait s’en occuper ou pas, je vais poser des questions du type « bonjour, avez-vous l’habitude de nettoyer les carrés Hermès ? » « Donc vous savez pour les bords ? » et je les laisse me dire ce qu’ils savent sur les bords ahaha. S’ils disent juste « oui oui » sans donner de détails, je ne fais pas confiance. A Rouen, j’ai trouvé un pressing qui s’en occupe très bien : Euro Pressing, place saint-marc

Pour celles et ceux qui n’ont confiance en personne, voici une méthode de nettoyage maison, partagée par ma bloggeuse préférée Sonia. Vous pouvez consulter ses stories permanentes ici, elle a plein d’anecdotes concernant ses carrés. Elle a acheté « à l’aveugle » un carré qui s’est avéré tellement rare que même Hermès voulait le lui racheter pour le mettre dans son musée.


Voilà, j’espère que ce compte-rendu vous a plu et qui sait, vous donnera envie de franchir les portes d’une boutique Hermès. Un grand merci à ma sœur qui a pris toutes ces belles photos car je vous avoue que les carrés sitôt sortis, sitôt ils sont rangés, il faut être très rapide pour vous prendre toutes ces photos. Si vous aimez les expériences luxueuses dans la capitale, sachez qu’on a déjà écrit un article sur la boutique Dior place Vendôme, les bijoux personnalisés chez un joaillier, le Tea Time au Ritz, pour mon anniversaire il y a 2 ans. Ainsi que les bars d’hôtels 5 étoiles à découvrir à Paris.

Avis & Expérience : Acheter une Bague chez Dior, place Vendôme
IP Tracking : mythe ou réalité ?
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    2 commentaires
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.