Cours de Création de Bijoux / Joaillerie (Paris) : Mon Retour d’Expérience & Mes Adresses

Aujourd’hui, j’écris cet article pour vous donner mon avis sur les cours de bijoux que j’ai pris à Paris. Sur Internet, il y a souvent des descriptions de cours, mais très peu de retours d’expériences.

Contexte

Mon amour des bijoux a débuté grâce à ma petite collection de bijoux en argent et en or que mes parents m’ont offerts depuis que je suis petite. Ça a continué avec JB, qui m’a offert une bague à chaque anniversaire de mariage. En 2015, après qu’il m’ait offert toutes les bagues qui me faisaient envie (après 5 ans de mariage, ça commence à faire beaucoup), je me suis dit : « pourquoi ne pas créer mes propres bijoux ».

C’est alors que j’ai commencé à chercher des cours de création de bijoux à Paris.

Malgré l’offre abondante, j’ai finalement eu beaucoup de mal à trouver mes professeurs car :

  • je ne souhaite porter que les bijoux en argent/or, étant allergique aux autres métaux => exit les cours de bijoux de fantaisie
  • je porte des bijoux extrêmement fins, ayant de petites mains => exit les cours de bijoux en pâte d’argent
  • je veux travailler directement le métal => exit les bijoux en pâte d’argent ou le travail en cire

Donc, en faisant beaucoup de recherches, j’ai compris que je voulais prendre des cours où je devais travailler devant l’établi, faire des soudures, et utiliser de l’argent laminé. S’y ajoutait mon manque de temps (je travaillais énormément)….

J’ai donc :

  • suivi des cours le soir (1 fois/semaine) chez Iris Hellen
  • suivi un stage d’une semaine chez Thierry Grave
  • acheté du matos moi-même et payé une place dans un atelier de bijoux les jours de RTT

Je vous raconte tout ça dans cet article :

Premier cours chez Iris Noir

Horaires : lundi au vendredi, soit en matinée (10H – 13H), soit l’après-midi (14H – 17H), soit enfin le soir (18H – 21H) certains jours de la semaine.

Plus d’infos : https://irisnoir.fr/cours-de-bijouterie/ ou sur Facebook

Séance d’initiation de trois heures : 65€
Forfait de douze heures (quatre cours) : 240€
Forfait de trente heures (dix cours) : 550€

Matos & métal (laiton) inclus

Je suis tombée sur le site d’Iris, avec qui je reste toujours en contact. C’est une femme brillante, qui a quitté le monde financier pour créer son propre atelier. Elle donne désormais des cours, entre autres, le soir, 18h-21h. Son atelier est à Levallois, près de mon travail de l’époque, et près du métro. A cause du travail, j’arrivais toujours en courant vers 18h20 🙂

De peur que je ne sois pas douée, j’ai commencé avec 3h de cours. Normalement, le premier cours consiste à faire une médaille, mais comme je ne porte pas de gros bijoux, j’ai préféré faire une petite bague en forme de chat, sans soudure. Iris m’a aidée à concrétiser mon idée de bague et m’a guidée étape par étape. Le laiton est fourni et inclus dans le prix du cours, donc ma première bague a été en laiton.

Les 3h sont passées extrêmement vite. J’ai appris à utiliser le bocfil (outil qui ressemble à une scie, pour couper le métal). Vous pouvez voir sur la photo que j’ai coupé un peu trop l’oreille du chat. J’ai été extrêmement lente pour la découpe, mais nous avons quand même réussi à polir tout ça à temps.

J’ai tellement aimé ma séance que j’ai opté pour 5 autres séances chez Iris. Tous les lundis, j’allais dans son atelier. Elle donne des cours à partir de 2 élèves, et maximum 3 élèves à la fois. Il y a toujours des élèves qui passent toute l’année chez elle, et ça tourne. En général le lundi soir, il y a toujours au moins une autre personne, ce qui fait qu’elle n’a jamais annulé de cours ou ne m’a jamais dit « j’ai personne pour lundi soir ».

Malgré la petite taille de l’atelier, il est très très bien équipé, chaque élève a sa pièce à main, son établi, il y a même des laminoirs, des machines pour agrandir les bagues, pour polir etc. Il y a de tout sauf pour faire de la fonte (une tâche qui ne m’intéresse guère).

Premiers matos achetés

Le laiton n’est pas une matière que j’aime particulièrement, ça s’oxyde vite donc elle me conseille d’aller faire dorer ma bague chez un doreur, choses que je n’ai jamais fait (faute de temps). Ainsi, pour optimiser mon temps et rendre mes bijoux portables tout de suite, je lui ai demandé où je pouvais acheter de l’argent. Il y a des adresses « secrètes » comme ça dans Paris où seuls les gens du métier savent qu’elles existent.

C’est ainsi que je me suis rendu dans une de ces adresses secrètes, donner une sorte de « mot de passe » avant de franchir une double porte (façon banque), près du Métro des Arts & Métiers, pour acheter ma première plaque en argent. Iris m’a donné les instructions (taille + épaisseur).

25€ tout de même ! Ouhlala, je pensais pas que c’était aussi cher pour une toute petite plaque. Mais ce n’est que le début des dépenses. C’est comme toutes les passions, comme la photographie, et même la couture, quand on veut faire quelque chose de bien, tout de suite, on a envie de s’équiper.

Sachant que je découpe lentement, j’ai préféré faire les découpes à la maison, en achetant un bocfil, les lames de toutes les tailles… et faire le reste (soudure, polissage…) chez Iris pour gagner du temps (déjà j’arrive toujours en retard chez elle) et pratiquer un peu plus à la maison. Le résultat n’était pas terrible sans Iris car je suis moins exigeante avec moi-même qu’Iris l’est avec moi. Donc je fermais les yeux sur les « fautes » alors qu’elle m’aurait sûrement demandé de refaire 😀 En tout cas, après beaucoup de sueur et de peine, j’ai pu finaliser et offrir ce porte-clé.

Ce qui m’a toujours beaucoup touchée, c’est de voir mes mains toutes sales et toutes noires (à cause du polissage) et admirer mes bijoux tout beaux, briller entre mes mains.

Première soudure avec Iris

Le bocfil à peu près maîtrisé, il est temps de passer à la première soudure avec une bague toute fine 0.8mm (je refuse de porter quelque chose plus épais). Je pense qu’elle reste ma bague favorite parmi toutes les bagues que j’ai pu faire. Simple, et la soudure est particulièrement réussie. On ne voit pas du tout de trace de soudure tellement ça a été bien limé et bien poli.

Je l’ai faite très rapidement d’ailleurs (1h30 je crois ?) et le bout de fil d’argent utilisé m’a coûté 1€ !

Note : chez Iris, il n’y a qu’un seul poste de soudure mais ce n’est pas gênant du tout, ce n’est pas comme si on doit passer 3h non-stop à faire de la soudure. Donc nous y installons seulement quand nous avons une soudure à faire.

Voici mes bijoux réalisés après 5 autres cours chez elle.

Iris propose aussi des cours de création de bijoux à partir de la cire, et ça permet de faire des bijoux plus sophistiqués encore. J’ai vu ses élèves créer des bijoux très complexes, avec chatons ou emplacements prévus pour les pierres précieuses, et le sertissage est ensuite donné à un sertisseur professionnel. D’autres élèves travaillent avec de l’or, chose que je n’ai pas osé faire encore, vu mon petit niveau.

Stage chez Thierry Grave

Stage de 5 jours chez Thierry Grave (6h de cours/jour) : 750€ – matos & plaques en argent inclus.

24 rue Durantin, 75018 Paris

Téléphone : 06 09 68 35 00

plus d’infos : http://thierry-grave.over-blog.com

Après les cours chez Iris, j’ai commencé à beaucoup aimer cette activité et voulais passer une semaine entière à faire des bijoux, pour savoir si c’est un métier qui peut me passionner. Si oui, je vais peut-être envisager une reconversion. C’est ainsi que je suis allée chez Thierry, avec qui je suis toujours en contact.

J’ai posé une semaine de congés exprès pour effectuer ce stage dans son atelier du 18ème (pas très loin de chez moi à cette époque).

Thierry, avec ses 40 ans d’expériences, propose des stages d’une semaine en Janvier – Février et Juin-Juillet chaque année. Le reste du temps, il se concentre sur la création de sa collection annuelle.

Chez Thierry, tous les outils sont présents. Et comme il taille aussi les pierres, il y a beaucoup de grosses machines.

L’objectif de ce stage est de faire un peu de gravure et du sertissage clos. Tout était fourni (y compris l’argent), même si j’ai préféré amener mon bocfil pour le « travailler » (comme on fait travailler son violon).

Thierry a bien remarqué que je n’étais pas encore parfaite en bocfil et soudure donc la première bague a été une concentrée de bocfil & soudure. J’ai dû limer, beaucoup beaucoup limer car j’ai fait apparaître quelques taches de feu 🙁

La deuxième bague a été encore plus dure : énormément, énormément de soudure, mise en forme, puis le serti clos qui m’a achevée.

Et dernière tentative pour la gravure (catastrophique !) qui m’a fait comprendre que je n’aimais pas du tout la gravure 🙂 La seule chose dont je suis sûre c’est la bélière « faite maison » avec des trous en forme de coussinets.

J’ai ENORMEMENT aimé ce stage. J’étais la seule élève en plus, donc Thierry a passé beaucoup, beaucoup de temps avec moi et ne me permettait aucune erreur. Cependant, j’ai compris à quel point ce métier pouvait être dur. Chaque seconde où je n’étais pas concentrée me coûtait chère : une découpe de travers, une trace sur le métal… Ce n’est pas possible pour moi, à long terme, d’être concentrée sur mon établi 8h/jour.

En traînant chez Thierry, j’ai vu passer d’autres joailliers-en-devenir et ils avaient un niveau de ouf. Je sais que je ne pourrai jamais m’en sortir dans cet univers, étant moins douée, moins patiente et moins perfectionniste. De plus, en discutant avec tout le monde, je me suis rendu compte qu’il était très difficile de vendre des bijoux faits main, à partir de métal laminé… car les bijoux issus de la fonte sont beaucoup moins chers et les consommateurs n’y voient que du feu. Même les bijoux vendus chez les marques de luxe ne sont plus faits à la main.

Cependant, j’ai été très contente de m’en rendre compte tout de suite, avant de tenter une reconversion et m’apercevoir trop tard que ce n’était finalement pas pour moi 🙂

Un atelier à la maison

Ensuite, j’ai été promue au travail et je n’avais plus le temps de courir jusqu’à chez Iris ou poser une semaine chez Thierry. J’ai décidé de m’équiper un maximum, tout en étant raisonnable (car j’avais d’autres équipements d’autres passions, comme la couture, les fleurs en papier, le tricot, la photographie….) et ça commence à chiffrer.

Pour la pièce à main, je suis allée au salon Bijorhca (Thierry m’a gentiment offert un ticket d’entrée) et je me suis renseignée sur les pièces à main premier prix. Non seulement il n’y a pas de pédale (pour régler la vitesse, on devait tourner un bouton) mais ça coûtait une blinde : 250€. J’ai boudé et acheté des pierres à la place.

Donc, entre temps, je me suis inscrite au forum « Bijoux à la cheville » et j’ai fouillé tout le forum. J’ai enfin opté pour :

  • le kit Dremel de premier prix 70€
  • une pédale achetée chez Amazon USA (livrée chez mon host lors de mon voyage à Chicago) à 30$ pour régler la vitesse

Ma pièce à main était un petit peu grosse, mais c’était suffisant pour moi.

Et enfin, j’ai acheté de quoi transformer ma table à manger en établi temporaire.

ma soeur s’y met aussi. Elle met un masque pour ne pas être dérangée par la poussière métallique

Le coin soudure a été rendu possible avec un petit appareil plus adapté pour faire de la crème brûlée que de la soudure. Mais ça a marché !

J’avais du borax de pro, mais après chaque soudure, au lieu de tremper les bijoux dans une solution acide (en risquant de me tuer), je me contentais de laisser les bijoux dans un mélange de vinaigre et de sel. J’essaie de limiter au max les produits chimiques chez moi, ne sachant pas où les conserver, et ne sachant pas où les jeter non plus.

Je dois vous avouer que tout ce qui est sorti de mon atelier-maison était super moche. Donc ne me demandez pas les photos !

Les ateliers du créateur : location d’un établi

Tarif de location d’établi :

à la journée 25 € TTC (accès aux établis de 9h00à 17h30)
à la soirée 13 € TTC(de 18h à 21h30 le lundi et le vendredi sur réservation)
au mois 450 € TTC

Journée de cours avec un pro : 100€

Près du métro Art & Métier

Plus d’infos : http://lesateliersducreateur.blogspot.com/p/horaires-et-tarifs.html

Ensuite, j’en ai eu marre de mon matos très bas de gamme, ne permettant pas d’avancer assez vite. J’ai donc loué à la journée un établi dans un atelier. Il n’y a que le borax fourni sur place, du matos de soudure (chameaux, un mini planche de soudure…), et un moteur pour la pièce à main. Tout ça pour 25€/journée.

J’ai donc amené tout mon matos et j’ai passé plusieurs RTT là-bas, à travailler à côté d’autres bijoutiers professionnels, en déplacement à Paris et ne voulant pas gâcher une journée de travail. On ne se parlait pas trop car tout le monde était concentré. Mais tout le monde a été très gentil avec moi, me prêtant du matos manquant. Le big boss (le « maître », comme d’autres bijoutiers l’appellent) je ne l’ai jamais vu, mais je l’ai eu en SMS et il a toujours été très gentil à chaque fois.

Je pense que si je le savais, je ne me serais pas embêtée à acheter ma dremel et tout le matos de soudure. J’aurais juste acheté une pièce à main (sans le moteur) à brancher au moteur de l’atelier, les petites pinces de soudure, venir avec mon bocfil, mes petits matos de polissage (papier d’émeri etc.) et ça aurait été suffisant. Cela m’aurait coûté moins cher en temps et énergie de venir ici plutôt que de tenter de créer un atelier à domicile.

L’atelier est super super super bien équipé !!! On peut faire de tout ici, il y a un espace fonte, pas pour de la cire, mais pour faire des lingots. J’y ai amené tous mes bijoux pour les nettoyer à fond dans la machine ultra-sons 😀 J’avoue que je me suis bien éclatée !

Ici, j’ai auto-réalisé quelques sertissages, mes professeurs m’auraient hurlé dessus s’ils voyaient le niveau !!! Mais j’aime bien être rebelle de temps en temps 😉 Il faut avouer que je n’ai pas encore le niveau pour être autonome, mais j’ai adoré pouvoir pratiquer dans la limite de mon temps disponible.

J’ai cassé un peu la pierre en faisant mon sertissage tension. Que les pros me pardonnent !
Je ne zoomerai pas sur ce sertissage car j’ai honte 🙂

Mes conseils si vous souhaitez vous y mettre

C’est une passion coûteuse donc avant de vous y engager, je vous conseille de faire 3h de cours pour tester votre motivation mais aussi votre dextérité.

Ensuite, ne faites pas les mêmes erreurs que moi, n’essayez pas de créer un atelier à la maison tout de suite, on part rapidement dans des sommes monstrueuses.

Je vous conseille, si jamais vous voulez vous entraîner à la maison : un étau porte-cheville (20€), une cheville (5€), un bocfil (20€) et les différentes tailles de lames (10€).


Quand vous vous sentez capable de tout faire vous-même (càd quand vous aurez vraiment un très bon niveau, pas comme moi), je vous conseille de n’acheter aucune machine, mais d’aller plutôt à un atelier. Pour cela, vous devez acheter :

  • une pièce à main (pas le moteur) : environ 100€
  • un kit d’outillage de bijouterie niveau intermédiaire (chez Cookson Clal par exemple), avec les limes, marteaux, règle, pinces… ça coûte 107€
  • un kit d’outillage de soudure (juste les pinces, pinceau, et blocs de soudure), ça coûte à peu près 100€
  • du papier d’émeri, des embouts de polissage, des forêts : pour à peu près 30€

Autres ressources

Voici les livres, forums, sites & chaînes YouTube que j’aime énormément et qui m’ont beaucoup aidée :

Enfin, je vous souhaite de kiffer comme j’ai kiffé chacune des mes heures passées à limer, souder, créer… même si mes bijoux ne sont pas encore parfaits, ils m’aident à mieux apprécier le travail, à comprendre et admirer la technicité derrière chacun des bijoux.

Comment faire une réunion téléphonique efficace en étant à l'autre bout du monde ?
Quels cosmétiques acheter au Maroc ? Où les acheter à Marrakech & Essaouira ? Que ramener du Maroc ? Prix & Adresses
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (26 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.