[story time] Devenir Famille d’Accueil pour une Association de Chat, mon retour d’Expérience

Noël approche et c’est la période où les associations reçoivent le plus de demandes d’adoption… pour offrir un chat ou un chien. Tous les jours, je vois passer sur mon Facebook « telle association n’accepte plus les demandes d’adoption avant Noël. Les animaux ne sont pas des objets. N’offrez pas d’animaux pour Noël etc. »

Pour avoir fait partie d’une association de sauvetage de chats pendant plus de 3 ans, je suis tout à fait d’accord avec ce discours. On n’offre pas un animal. On l’adopte !

Je vais vous révéler les coulisses et vous raconter ma propre expérience en tant que famille d’accueil pour une association de protection de chats.

Bon, si vous suivez plus ou moins ce blog, vous savez que nous avons adopté Rosalie. Elle vient de l’association Félin Possible, basée à Rennes. C’est en cherchant un chat à adopter que j’ai découvert le monde des associations de chats – la notion d’adoptants, frais d’adoption, familles d’accueil etc. Un an après l’adoption de Rosalie, on s’est dit qu’on pouvait sûrement aider d’autres « Rosalie » en devenant famille d’accueil. Mais comme nous sommes à Paris, il vaut mieux qu’on cherche une association parisienne (ça fait sens).

Rosalie, mon amour

Qu’est-ce qu’une association de protection d’animaux ?

Alors, à la base, on a les refuges, financés en partie par l’Etat. Et des associations créées par des particuliers. La taille des associations varie énormément, jusqu’à devenir une grosse fondation comme celle de Brigitte Bardot ou 30 millions d’amis…

Les refuges sauvent les animaux (chats errants, abandonnés ou maltraités…). En général, ils ont leur propre infrastructure et les animaux sont gardés dans des box; les volontaires passent plusieurs fois par jour pour nettoyer, donner à manger etc.

Les associations sauvent aussi les animaux (chats errants, abandonnés ou maltraités…) et n’ont en général pas d’infrastructure et doivent compter sur les volontaires càd des familles d’accueil qui gardent un ou plusieurs chats chez eux jusqu’à ce qu’ils soient adoptés.

Comment gagnent-elles de l’argent ?

Ces associations sont souvent des associations 1901, càd elles n’ont pas pour vocation de faire du bénéfice.

Elles gagnent de l’argent :

  • grâce aux frais d’adoption des chats
  • grâce aux dons
  • grâce à une petite aide d’Etat

Mais ils dépensent souvent beaucoup plus :

  • pour pucer, vacciner, stériliser, vermifuger, faire un check-up de santé de tous les chats qui « entrent » dans l’association – càd ils dépensent de l’argent avant même de savoir si le chat peut être adopté ou non
  • pour soigner les animaux malades (les factures sont souvent très lourdes)

Le bilan est souvent plus négatif que positif, car les chats malades ne sont pas adoptables tout de suite; les chats avec des problèmes de santé ne sont pas toujours les meilleurs candidats pour être adoptés… Beaucoup d’associations mettent la clé sous la porte car elles dépensent plus qu’ils ne reçoivent de dons. Pour avoir un bilen sain, il faut qu’elles fassent entrer autant de chats que de chats adoptés.

Ainsi, elles ont besoin :

  • de familles d’accueil pour accueillir les chats en attendant les adoptants
  • d’adoptants pour donner un toit définitif aux chats sauvés, et libérer une « place » chez les familles d’accueil, pour en accueillir d’autres
  • de dons pour continuer à sauver d’autres chats et soigner les chats « non-adoptables »

Comment trouver son association ?

Si les associations sont quasiment toutes associations loi 1901, les fonctionnements diffèrent d’une association à l’autre, c’est pour ça qu’il faut vraiment se renseigner avant de choisir son association.

Les associations sont en général très strictes et choisissent les familles d’accueil avec plus de soin que les adoptants. En effet, s’ils comptent sur une famille d’accueil pour accueillir un chat – et la famille d’accueil change d’avis à la dernière minute, ils risquent de se retrouver avec un chat de trop sur le bras, sans possibilité de l’accueillir correctement.

Sachant que quand un chat « entre » dans une association, il y a différents étapes :

  1. Trappage du chat
  2. Visite chez le véto pour faire le nécessaire : puce ou tatouage, vaccins, vermifuge, stérilisation, bilan de santé
  3. Minimum 3 semaines de quarantaine : le chat ne doit pas être en contact avec d’autres chats. Pendant cette période, il est souvent isolé dans une chambre à part, ou une cage, le temps de se refaire une beauté, se débarrasser de ses puces, se remettre de sa stérilisation…
  4. Le chat est tout propre tout beau et peut rejoindre une famille d’accueil :
    1. il est social, prêt à être adopté : la famille d’accueil prend ses photos, rédige un petit texte sur son caractère
    2. il est asocial, pas prêt à être adopté : la famille d’accueil va le socialiser, jusqu’à ce qu’il soit prêt à être adopté.
  5. Le chat est adopté et rejoint sa famille définitive

Donc, les volontaires peuvent intervenir dans une des 4 premiers étapes. Il y a des volontaires qui ne font que du trappage, ou que les 3 semaines de quarantaine (ils ont une pièce dédiée juste pour ça)…

Moi, je ne m’occupe que de l’étape 4.

C’est pour ça qu’il est très important de choisir son association. Car si l’étape 3 ne peut pas être fait chez un(e) membre de l’association, on vous demandera peut-être de vous occuper aussi de l’étape 3 + l’étape 4. Et si vous n’avez pas une pièce vide (ou de la place pour une cage) chez vous, ce sera difficile.

Ou alors, vous n’avez pas beaucoup d’expériences et on vous donne un chat difficile à gérer. Une association sérieuse va étudier la demande de la famille d’accueil et va lui confier LE chat qui lui convient le mieux. Le but est que tout se passe le mieux possible : pour la famille d’accueil, et aussi pour le chat.

Dans mon cas, j’ai contacté plusieurs associations :

  • La première : je me suis embrouillée avec la présidente de l’association pour une histoire toute bête
  • La deuxième : m’a raccroché au nez au bout de 2 minutes car je refusais de sécuriser ma fenêtre, alors que j’ai insisté sur le fait que j’aie conscience du danger de la fenêtre et que je ne laisserai jamais sortir les chats. Les associations ont des exigences très variables, il est important de se mettre d’accord sur les conditions imposées aux familles d’accueil.
  • La troisième : voulait me donner un chat qu’ils n’ont jamais vu en vrai; le jour même. Un chat non stérilisé, qui faisait pipi partout et sur le point d’être abandonné. En gros, ils voulaient que je fasse l’étape 2, 3 et 4.
  • La quatrième : on a eu un long échange téléphonique, j’ai rempli un formulaire pour vérifier si je suis apte à devenir famille d’accueil. J’ai pu poser toutes les questions qui me passaient par la tête. La présidente est venue chez moi donner des conseils sur la fenêtre, voir mon chat Rosalie et connaître son caractère. Ensuite, elle m’a ramené un chat compatible avec le caractère de mon chat; et correspondant à mon niveau : une chatte douce, avec de gros yeux verts, un petit miaou… au nom de Iza.

C’est ainsi que je suis devenue Famille d’accueil pour l’association Felis’City. Et 6 autres chats vont succéder à Iza et tous ont été adoptés (en 3 ans). Je ne suis pas peu fière.

Oui mais que se passe-t-il quand ils sont adoptés ?

Les gens craignent le plus ce moment de séparation. Disons que l’association choisit tellement bien les adoptants, que quand j’amène le chat chez sa famille définitive, j’en pars encore plus heureuse. Car l’environnement correspond parfaitement à ses besoins, et les adoptants l’attendent avec tellement d’impatience et de bonheur que tout le monde est heureux après.

Les chats cherchant une famille d’accueil n’en manquent pas. Dès l’adoption d’un chat, dans les 2-3 jours, un autre chat vient chez moi pour être chouchouté.

Et je le dis souvent : les adoptants, il y en a plein, mais pas les familles d’accueil. J’ai plus d’impact en devant famille d’accueil (j’ai « sauvé » 7 chats) que de devenir adoptant tout court (j’ai seulement « sauvé » Rosalie en étant adoptante).

Ça aide beaucoup que les familles d’accueil soient autorisées à déposer le chat chez les adoptants. Ainsi, ça me rassure énormément de voir qu’ils vont vivre bien, et être heureux. Il peut y avoir une visite de contrôle quelques mois après l’adoption. Ce n’est pas un contrôle comme on l’entend, mais juste une discussion amicale entre ancienne famille d’accueil et les adoptants, pour voir si tout se passe bien. Et revoir mes protégés, heureux (et qui m’ont complètement oubliée), ça fait beaucoup de bien aussi.

Que font les familles d’accueil ?

Cela dépend de l’expérience du volontaire. Mais le niveau de base, c’est juste accueillir un chat chez soi, lui donner de l’amour, de l’eau, de la nourriture, une litière… en attendant un adoptant.

Ensuite, ils peuvent faire de jolies photos, rédiger un texte sur le caractère du chat, recevoir de la visite d’adoptants potentiels (l’association n’envoie que des candidats sérieux) et amener, s’il le souhaite, le chat chez son adoptant.

Si le chat est malade, le volontaire peut amener le chat chez un des vétos partenaires et les frais sont entièrement couverts par l’association. La plupart des familles d’accueil paient de la nourriture et de la litière pour les chats; mais si elles ont des difficultés financières, l’association peut prendre en charge des frais de nourriture et de litière aussi.

Les familles d’accueil avec plus d’expérience peuvent (1) s’occuper des bébés chatons (en donnant le biberon toutes les heures) (2) faire de la quarantaine (3) socialiser les chats sauvages etc. tout dépend de la compétence, de la volonté et du temps disponible.

Mon expérience avec un chaton noir timide

Bon, Iza, avec sa petite bouille et son bon caractère, a été rapidement adopté. S’en suit Mélodie. Puis Justine (la préférée de JB). Après 3 chats avec un bon caractère, j’ai dit à la présidente que j’étais désormais prête pour relever un challenge : un chaton noir timide.

Il faut savoir que les chats noirs, malheureusement, sont encore considérés comme porte-malheur. Ils ont beaucoup de mal à être adoptés, et en plus, s’ils sont timides, ils n’ont quasiment aucune chance d’être adopté.

Mais puisque c’est un chaton, je me suis dit que j’avais encore de l’espoir et que je pouvais éventuellement le socialiser.

Les premiers jours, c’était une vraie catastrophe, il grimpait sur le mur pour m’éviter, j’avais super super peur de lui. Pendant des jours, il se cachait dans mon armoire et ne sortait que le soir quand la lumière était éteinte. J’ai appelé la Présidente de l’association, catastrophée. Elle m’a beaucoup rassurée en disant qu’elle pouvait récupérer le chaton si je le voulais, mais m’a donné d’autres conseils. Je lui ai répondu que je pouvais lui donner une deuxième chance.

Le hasard a fait que je sois au chômage pendant cette période. Et toutes les 2 heures, je me posais devant l’armoire, mettais du pâtée dans ma main et le montrais à Hélios (le chat). Au début, il se méfiait et ne bougeait pas. Mais au bout de 10 minutes, il a commencé à lécher ma main et manger du pâtée. Les jours suivants, je lui donnais du pâtée (ou du poulet bouilli) avec une main et de l’autre main, lui caressais la tête.

Quand le chat est trop sauvage, certains volontaires les caressent avec un gant de cuisine. L’idée est d’associer le contact humain avec quelque chose d’agréable (la nourriture, ou le jeu).

Ensuite, puisque c’est un chaton, il n’a pas pu résister au jeu. Avec une petite canne, je jouais avec lui, puis j’éloignais de plus en plus la canne, jusqu’à ce que ses pattes dépassent de l’armoire, puis sa tête.. puis son corps tout entier. Je continuais à lui donner du pâtée dans ma main, lui parler, le caresser… Et au bout d’une semaine, Hélios est complètement sorti de sa cachette.

Au bout de quelques mois, il a appris à me faire un bisou sur la bouche quand je disais « bisous ». Il ronronnait tout le temps, offrait son ventre pour être caressé. Il reste mon chat préféré parmi tous ceux que j’ai pu accueillir. Hélios a été adopté depuis et s’appelle Misha maintenant.

Malheureusement, on ne peut pas socialiser tous les chats du monde. Par exemple Gitane ne se laissait toucher que quand elle jouait à son appli préférée sur l’iPad 😀 ahahahha mais une fois placée chez sa famille définitive, elle est tombée amoureuse du fils de l’adoptante et il peut la toucher sans problème. Elle s’entend merveilleusement bien avec les autres chats et mène une vie heureuse désormais.

Gitane, terriblement photogénique

Comment faire adopter les chats ?

Les associations relaient les annonces sur leur Facebook, sur les sites spécialisés, sur les forums dédiés…. mais plus la famille d’accueil est active, plus les chats ont de chance d’être adoptés.

Et tout se joue sur la 1ère impression : la photo. C’est ainsi que je me suis mise à la photographie. Je me débrouillais tellement bien en portrait de chats que j’allais même donner un coup de pouce aux chats d’autres familles d’accueil, en prenant de belles photos d’eux.

Les autres familles d’accueil

Avec les autres familles d’accueil, on se voyait au moins une fois par an et c’était comme une grande famille bienveillante, ça se passait super bien. De temps en temps, il y a eu des journées « portes ouvertes », où l’on présentait les chats les plus sociables à adopter dans un local – les futurs adoptants pouvaient passer les voir. Ensuite, nous organisions de temps en temps des collectes de nourriture aux supermarchés, ou devant les animaleries. On se connaissait quasiment tous, et les familles s’entraidaient beaucoup pour la garde des chats pendant les vacances. Je suis allée donner de la nourriture aux chats et changer la litière chez une volontaire – pendant sa semaine de vacances; entre midi et deux par exemple.

Certains adoptants, sensibilisés à la cause animalière, sont devenus eux aussi familles d’accueil. Du coup, j’ai régulièrement des nouvelles de mes anciens protégés, et je reçois aussi leurs photos… Ça fait toujours super plaisir.

Malheureusement, après 3 ans, JB a développé une allergie contre les poils de chats, et avec le tour du monde, nous ne pouvions plus garder les chats en accueil. Même mon chat Rosalie est chez ma sœur en ce moment, et on la récupère 1 mois par an pour partir en vacances avec elle en France (à Trans sur Erdre puis à Bourville). Je la récupérerai quand je reviendrai m’installer en France.

Être famille d’accueil, c’était une expérience extraordinaire, et si je le pouvais, je le referais avec plaisir.

Si cette expérience vous parle aussi, voici les deux associations que je recommande :

Association Felis’City : ils sont des vétérinaires aux 4 coins de Paris, très pratique pour les familles d’accueil : https://www.facebook.com/AssociationFelisCity/

MACHA, 2 ANS (née 01/02/18) RECHERCHE FALD OU ADOPTANT EN IDF OU SECTEUR LIMITROPHEAVEC EXTERIEURBonjour nous…

Publiée par Association Felis'city sur Dimanche 15 décembre 2019

Association Felin Possible : à Rennes, j’ai adopté Rosalie via Felin Possible : https://www.facebook.com/felinpossible/

Traversée des frontières en Amérique Centrale - Frais d'entrée, Billet de sortie : Mexique, Guatemala, Belize, Honduras, El Salvador, Nicaragua, Costa Rica, Panama
Budget de transport total Tour du monde 2017 – 2020 – 29 pays traversés en 3 ans
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    2 commentaires
    • Répondre Claire

      25 décembre 2019, 17 h 47 min

      Hello Anh,

      Merci beaucoup pour cet article sur les familles d’accueil pour les chats. J’avais adopté une petite femelle de 4ans en 2008 mais elle est au Paradis des chats maintenant.. Je voudrais être famille d’accueil pour d’autre protégés mais je réside chez quelqu’un qui ne veut pas re adopter un chat et je me pose plusieurs questions:
      – y a t il un moyen d’être sûr que l’association ne va pas « se débarrasser » du chat en nous le laissant ad vitam?
      – quelle a été dans votre cas la durée moyenne d’accueil du petit pensionnaire?

      Encore une fois merci pour cet article un peu off topic et très intéressant, et comme toujours, merci pour tous les articles que vous publiez avec JB, je vous suis toujours avec grand plaisir!!

      • Répondre Anh

        25 décembre 2019, 19 h 01 min

        Bonjour Claire,
        Tout d’abord Joyeux Noël ! J’espère que le père Noël vous a gâtée cette année.
        Je suis heureuse que vous suiviez toujours notre aventure, et lisez même les articles off topic 🙂

        Pour répondre à votre question, il faut choisir les associations sérieuses car effectivement le risque d’avoir un chat qui reste éternellement chez soi arrive, surtout si l’association ne fait aucune promo pour faire adopter les chats, ou si elle ne répond pas vite aux demandes d’adoption… il y a aussi des assos aux finances instables qui risquent de fermer les portes du jour au lendemain.

        Chez les assos sérieuses, les familles d’accueil peuvent arrêter de devenir FA même si le chat n’est pas encore adopté, à condition de prévoir l’association suffisamment à l’avance. Dans les cas d’urgence extrême (FA à l’hôpital par ex), en général c’est le président de l’association qui le reprend. Tout est une question de confiance, d’où l’importance de bien échanger avec le président de l’association avant de signer le contrat pour devenir FA.

        Pour moi, ça s’est bien passé. Pendant mes vacances, une autre FA a gardé à la fois Rosalie et Hélios. On a attendu l’adoption de Croquettes, une autre chatte, avant d’arrêter de devenir FA mais on aurait pu arrêter avant si on le souhaitait.

        La plupart des chats que j’avais sont adoptés en moins de 4 mois. Seul Hélios, noir et mâle, a mis 1 an avant d’être adopté. Les vieux chats, malades, timides ou handicapés peuvent mettre des années à être adoptés.

        Je souligne que je fais aussi beaucoup de promotion pour ces chats de mon côté et prend de belles photos pour eux. Donc la durée d’adoption dépend aussi un petit peu de la FA, sauf si le chat est exceptionnel beau, ou c’est un chat de race, là il peut rester chez sa FA juste 3 jours…

        Si vous pensez ne pas pouvoir vous engager sur une longue durée, l’association peut vous confier un chat jeune, au bon caractère… donc facilement adoptable.

        Bonne journée
        Anh

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.