6 astuces pour profiter un max des guides de voyage pendant le tour du monde (sans les porter)

Que l’on aime ou pas, voyager avec un guide comme le Lonely Planet ou le Routard peut aider à débloquer certaines situations dans l’urgence, comme éviter de surpayer un taxi par exemple. Comment en tirer profit pendant son tour du monde sans avoir à trimballer 17 livres de 1kg chacun dans son sac ?

1. Téléchargez l’extrait des guides Lonely Planet sur l’appli Kindle

La partie que j’aime le plus dans les guides Lonely Planet c’est celle des « itinéraires ». J’ai beau détester le côté « destinations touristiques incontournables », je dois dire que ces itinéraires ont été parfaitement bien étudiés pour être faisables, hassle-free et économiques; en plus d’être super visuels. Les nombreuses fois où j’ai dévié ou ajouté des stops en plus (je suis une rebelle moi), ça m’a coûté cher en temps et en argent (souvenez-vous de l’ajout de Puerto Galera depuis Coron aux Philippines ? un trajet cauchemardesque de plus de 24h).

Photo : Itinéraire extrait du guide « South America on a Shoestring » par Lonely Planet

Cette partie « itinéraires » est toujours disponibles GRATOS quand on télécharge l’extrait du guide depuis l’application Kindle. De plus, l’extrait, gratuit, donne toujours accès à la partie la plus intéressante : coordonnées de l’ambassade, fiche du pays, itinéraires recommandés, les incontournables, budget par jour et le plan de la capitale du pays.

2. Achetez des guides regroupant plusieurs pays sur Kindle/ou par chapitre

J’achète quand même les guides Lonely Planet, mais seulement pour les pays que je ne connais pas du tout, et surtout quand il y a des guides multi-pays. Par exemple, le guide couvrant tous les pays de l’Amérique du Sud ne coûte que 18€ alors que le guide du Chili coûte déjà 16€. Pareil, vous ferez une bonne affaire en achetant le guide Cambodge – Vietnam – Laos – Thailande, et qui propose en plus des itinéraires traversant ces pays (info précieuse qu’on ne trouve pas partout sur Internet).

Il est évident que j’évite de me promener avec des guides de voyage de 3 tonnes dans mon sac. L’application Kindle par Amazon est parfaite pour ça, et les guides de voyage sont adaptés au format Kindle pour être lus sur un petit smartphone. De plus, la version Kindle est moins chère que la version papier.

Si vous ne comptez pas visiter tout le pays, il est possible d’acheter juste un chapitre via Kindle. C’est ce que j’ai fait pour le Rajasthan en Inde. Les chapitres coûtent peu chers (3€) et comportent quand même les infos essentielles du pays (Fiche du pays/Transport/Santé/Langue).

3. Achetez la version anglaise

Si vous maîtrisez l’anglais, il vaut mieux acheter la version anglaise. La version française n’est qu’une traduction has-been de l’anglais. Les guides en anglais sont mis à jour chaque année, alors que la version française peut mettre 2-3 ans à être mise à jour. C’est rageant quand on voyage dans des pays ayant une inflation à 2 chiffres, les budgets indiqués par le guide sont complètement à côté de la plaque.

4. Pour le budget & la gastronomie, faites confiance au Routard

J’ai eu de nombreuses occasions de comparer les budgets donnés par Lonely Planet et le Routard. Je dois dire que les estimations de budget du Routard sont plus proches de la réalité. La section « gastronomie » est toujours une déception chez Lonely Planet, alors qu’elle est superbe chez Routard. Ces deux sections (budget & gastronomie) sont disponibles gratuitement sur le site du Routard pour chacun des pays.

5. Ouvrez les yeux, les guides de voyage vous attendent peut-être dans une auberge

Ces guides papier sont tellement lourds qu’ils sont souvent abandonnés par les voyageurs en cours de route. Il n’est pas rare de tomber sur des guides de voyage presque neufs dans les auberges de jeunesse.

6. Ne croyez pas tout ce qu’on vous dit

Les guides de voyage sont écrits par des humains. Ainsi, les opinions exprimés sont tout à fait subjectives. Une expérience incontournable pour l’auteur peut être un cauchemar pour quelqu’un d’autre. Demandez toujours confirmation aux locaux/checkez TripAdvisor avant de zapper une destination, ou payer très chère une excursion. Voici quelques exemples pour vous prouver « qu’on ne nous dit pas tout ! »

  • les guides ne comparent pas les paysages du pays A au pays B. Ainsi, ils vous pousseront à visiter le Franz Josef en Nouvelle Zélande, un gros navet vs. le glacier Perito Moreno que vous allez visiter en Argentine.
  • les guides doivent s’adapter au plus grand nombre. Ainsi, même s’il existe des options de visite pour les handicapés (ou handicapés du sport comme moi), ou familles avec enfants, les guides vont les ignorer. Ainsi, j’ai failli louper Torres del Paine en pensant qu’il fallait absolument faire le parcours W; ou le parc Abel Tasman en pensant que la seule option était de faire du kayak et marcher pendant une semaine.
  • la fréquence et l’existence des transports sont à vérifier systématiquement : de nouvelles routes se construisent tous les jours, de nouvelles compagnies de bus aussi.
  • Personne n’a mentionné la possibilité de visiter le désert de sel de Uyuni en un jour (et économiser mes $). Tous les guides parlent du parcours du combattant de 3 jours. Quand une excursion coûte trop chère, soyez sûr qu’une alternative moins chère existe (sinon comment feraient les locaux ?)
  • Peu de mention sur la sécurité et les arnaques. Un quartier craignos mais joli sera présenté de la même manière qu’un quartier résidentiel ultra sécurisé. De temps en temps, les mots « populaire », « quartier pauvre » peuvent être employés, sous-entendu « n’y allez pas la nuit »; ou alors quand le mot « préférable » est utilisé, cela sous-entend « c’est ça ou tu risques de mourir ». C’est à vous, à chaque fois, de vous renseigner sur les zones sécurisées de chaque ville pour réserver votre hôtel.
  • La durée des itinéraires proposés est toujours exagérée (enfin pour moi qui aime des voyages intenses et express). Comparez votre rythme de voyage à celui suggéré par les guides et ajustez votre itinéraire en fonction.
A la découverte de l'art du découpage de papier japonais
Test & avis du Arima onsen Taiko-no-yu à Kobe (Japon)
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (58 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.