Tirana (Albanie) : une Capitale avec une ambiance extraordinaire

Après 3 mois au Monténégro, c’est avec beaucoup de regrets que nous devons quitter le pays pour visiter son voisin : l’Albanie. Nous décidons de passer les premières semaines à Tirana, histoire de prendre le pouls du pays. Heureusement, pour une capitale, Tirana est extraordinairement rempli de « good vibes ». On s’y sent vraiment bien.

Désolée d’avoir mis autant de temps pour mettre en ligne les nouveaux carnets de voyage. Je suis fatiguée et je suis sous l’eau. Heureusement que ce week-end prolongé me permet de me remettre à l’écriture.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Podgorica – Tirana dans un bus quasiment vide, ça a été (cf. l’article). Pensant arriver après le couvre feu, nous réservons un hôtel à 5 minutes à pied du Terminal de bus (hôtel Dilo). Mais nous arrivons finalement 1h avant le couvre-feu, et la vie semble continuer quand même un peu après 20h, donc on s’est inquiétés pour rien.

En tout cas, notre première rencontre avec un albanais en Albanie se passe super bien : le réceptionniste de l’hôtel fait tout pour nous commander deux pizzas même s’il ne comprend pas anglais. 2 pizzas + 2 boissons livrées = 6 euros. On paie en euros et le livreur nous rend même la monnaie en devise locale (on n’a pas eu le temps de retirer de l’argent). La vie nous semble beaucoup plus facile tout d’un coup.

Le lendemain, on explore le quartier autour de l’hôtel. Entre les visages souriants, des gens qui parlent parfaitement bien anglais, des distributeurs qui ne prennent pas de frais, et des cafés encore remplis de monde, on a l’impression de revenir en un instant dans un monde pré-Covid, où tout était facile et insouciant.

Ici, ils ont l’air d’avoir beaucoup de restaurants de fruits de mer, barbecue et une sorte de cantines réservées aux cols blancs, où il y a des plats préparés. On pointe ce qu’on veut. C’est cool car les menus sont rarement traduits en anglais.

Nous achetons chacun une carte SIM pour moins de 10€ et déménageons vers notre appartement, où nous resterons 3 semaines.

Notre appartement

Notre appartement (lien Booking, 25€/nuit) ne se trouve pas au centre-ville, mais comme tous les quartiers de Tirana semblent être animés, nous n’avons pas l’impression d’être excentrés. Au contraire, nous bénéficions des prix plus attractifs, que ce soit pour le logement comme pour les restaurants.

Je vous mets les photos officielles car l’appartement ressemble exactement à ça.

Petite surprise : en plus de la table à manger où JB peut travailler, il y a un autre bureau dans la chambre avec une véritable chaise de bureau. C’est génial car mes calls se multiplient ces derniers jours et j’en ai marre de devoir m’asseoir sur le lit pour faire des calls. Au moins, là, j’ai un bureau à part, et surtout, une chaise ergonomique.

Attention, l’eau du robinet n’est PAS potable ! Elle est trop chargée en plomb. On peut acheter 15L d’eau au supermarché, pour environ 10LEK

Au début, il faisait trop froid dans la chambre (la clim réversible ne marchait pas bien), mais après avoir demandé une solution auprès de la propriétaire (qui habite juste en face), on a eu un chauffage d’appoint. Nos conditions de travail sont idéales (à part la vitesse d’internet qui est un peu juste). L’appartement est trop bien décoré (en mode Mad Men), 100% équipé (machine à laver, sèche-serviette, cuisine..). Et surtout…

Livraison à domicile

Il y a une app qui livre de la nourriture à domicile !!!! BABOON. Traduite partiellement en anglais.

On ne le faisait pas à Budva au Monténégro et on devait cuisiner chaque soir car les adresses monténégrines n’étaient pas super précises (on a pu se faire livrer plus souvent avec GLOVO à Podgorica, mais les choix n’étaient pas énormes).

Ici, les adresses ne sont pas très précises non plus, mais on a un point de référence pour la livraison (le café d’à côté). Il y a beaucoup plus de restaurants qui livrent, plus de choix de cuisine. Certains restaurants sont presque gastronomiques. Les livreurs parlent tous quelques mots d’anglais, et m’appellent sur mon numéro albanais quelques minutes avant la livraison. Le paiement se fait en cash, lors de la livraison.

Voici les restaurants que j’aime beaucoup sur Baboon :

  • Fresco pour leur tartare de thon. Une véritable explosion de saveur.
  • Chakra : restaurant indien. Avec quelques plats thaïlandais

A midi, nous pouvons aller au restaurant normalement. Alleluia ! Enfin, nous n’avons plus à cuisiner. Je n’en pouvais plus !

Il n’y a aucun restaurant coréen, ni vietnamien. Les restaurants japonais sont OK, les poissons sont frais, mais ils ont du mal avec le riz, qui n’est jamais cuit correctement.

Lounges vs. restaurants

Ce n’est pas toujours facile de repérer les restaurants dans la rue. Les albanais passent toute leur journée dans les lounges et cafés. Les lounges font la taille d’un restaurant, mais ils ne vendent quasiment pas de nourriture (ou juste des sandwichs). Il faut éviter les lounges même si les chaises sont super design et confortables car il ne semble pas avoir d’espace fumeur dédié. Ca pue ! Je ne sais pas comment on faisait avant quand tout était fumeur mais on n’arrive plus à supporter cette odeur.

Il n’y a pas de menus devant les restaurants, donc il faut se fier à son instinct et y aller au pif. Même si la moitié de la population est musulmane, tous les restaurants ne sont pas halal. Et même quand ils sont halal, j’ai l’impression que ce n’est pas super bien indiqué non plus. On remarque parfois l’absence du porc dans le menu.

La cuisine albanaise est fortement influencée par celle de l’Italie (et de la Grèce) donc on peut trouver du saucisson sans aucun problème (j’en parle parce qu’une des choses qui m’a frustrée en Turquie, c’est l’impossibilité de trouver du saucisson ahaahha).

Enfin, si on ne voyait pas autant de minarets dans la ville, on n’aurait pas deviné qu’il y avait autant de musulmans en Albanie. Personne ne se voile, on n’entend pas de prières.

Mes restaurants préférés

On mange mieux en Albanie qu’au Monténégro, c’est clair et net. Au Monténégro, ils sont trop influencés par la cuisine italienne, alors que l’Albanie offre un parfait mélange de la cuisine italienne et la cuisine grecque. Même dans les boui boui au milieu de nulle part, ils sont capables de délivrer. Ils ont plein de fruits de mer aussi, tout frais, donc ils mangent beaucoup de fruits de mer crus. Leur salade est toujours servie parfaitement assaisonnée, contrairement au Monténégro ou en Italie, où il faut assaisonner sa propre salade (chose que je n’arrive jamais à bien faire). Je me sens revivre ici, c’est fou ! Pour quelqu’un aussi difficile que moi, trouver de la bonne nourriture à un prix raisonnable, c’est être au paradis.

Voici quelques restaurants que j’aime beaucoup. Beaucoup sont à côté de mon appartement. 1000LEK = 8€

  • Oberon Bar : c’est un restaurant japonais-fusion, gastronomique. Les tarifs sont élevés pour l’Albanie mais par rapport à la qualité, c’est s’offrir de la cuisine gastronomique pour le prix d’un bistrot français. J’aime particulièrement leur sashimi du jour (200g minimum), leurs soupes qui sont faites dans le respect total de l’art de cuisine japonaise. On retrouve des éléments importants et codes de la cuisine traditionnelle japonaise. Depuis que j’ai suivi un Masterclass sur ce sujet, j’ai été capable d’apprécier ce type de cuisine. Comptez 2200LEK/personne
  • Ejona : très populaire et fréquenté. A 15 minutes de la place principale au centre-ville. J’ignore si tout est bio, mais ça en a l’air. Le menu change régulièrement. Le serveur adore lister tous les ingrédients de chaque plat. C’est délicieux, frais et on dirait qu’ils ont été conçus par un nutritionniste car il y a une harmonie dans les ingrédients et leurs quantités. Comptez 700LEK/personne
  • Te Poli : je ne sais pas pourquoi les gens n’y vont pas plus souvent. Le restaurant est un peu caché et n’a que des tables en terrasse. Cependant, tout est frais. Ici, ils ont l’habitude de manger des crevettes crues, marinée dans une sauce à l’huile d’olive et au citron. C’est délicieux et addictif. Dans les restaurants de fruits de mer comme celui-ci, les poissons frais sont toujours clairement visibles, et on peut choisir le poisson qu’on veut. Comptez 1500LEK/personne.
  • Kledi Restorant/Piceri : une sorte de cantine avec des plats préparés. On peut commander à la carte ou pointer le plat qu’on veut à travers la vitre. Leur aubergine farcie est trop bonne, et leur plat au saumon aussi. Comptez entre 500 et 700LEK/personne
  • Spaghetti House & Fish : pas très loin du terminal de bus. Tout est simple mais bon. Comptez entre 500 et 700LEK/personne

Les locaux m’ont donné deux autres adresses inratables :

  • Era « Blloku » : fruits de mer
  • Grill House Greek Original Souvlaki : le souvlaki est à tester absolument (une sorte de brochettes)

Une bonne ambiance

C’est peut-être lié à notre perception après un an de contraintes Covid, mais on trouve que Tirana a une ambiance extraordinaire.

Il y a de bonnes vibrations ici. Je me sens extrêmement bien.

Pour une capitale, l’air est anormalement pur. Marcher est désagréable pendant les heures de pointe à cause des bouchons, mais à part, la pollution est quasiment inexistante. On se sent en sécurité.

L’Albanie, d’un point de vue architecture, ressemble énormément à Hanoi. J’ai pris en photo notre immeuble et l’ai envoyé à ma famille. Tout le monde a cru que j’étais devant l’immeuble de ma marraine à Hanoi. ahahahha. Si Cuba me permet de revivre mon enfance (années 90 à Hanoi), Tirana me donne l’impression de vivre à Hanoi, ma ville natale. Je détecte parfois des odeurs familières, des immeubles qui me semblent familiers, alors que je suis à 10 000km. C’est peut-être pour ça que j’aime autant Tirana.

On peut voir les montagnes de loin, certaines encore enneigées en avril. Et pourtant, ce n’est pas oppressant comme à La Paz en Bolivie par exemple car la « cuvette », la vallée n’est pas polluée.

Les bâtiments ne sont pas les plus beaux au monde. On sent les années de communisme. Il y a toujours trop de béton, tout a l’air désorganisé, ils manquent clairement de goût (et d’architecte), mais ce pays dégage une énergie incroyablement positive. Je suis surprise d’aimer une capitale à ce point. Même JB, qui a horreur des grandes villes, a plus envie de rester à Tirana que moi.

J’ignore pourquoi certains commentaires sont si négatifs sur l’Albanie, mais les gens ici sont extrêmement gentils.

Ils nous dévisagent beaucoup, mais souvent, c’est pour anticiper nos besoins et proposer leur aide, toujours dans un anglais impeccable. On sent qu’ils sont très contents de nous voir. Ceux qui parlent moins bien anglais ont envie de discuter avec nous, nous poser des questions, même s’ils doivent puiser tout leur vocabulaire en anglais. Tout cela nous touche énormément. Partout où nous allons, il n’y a que de la bienveillance.

Bunk’Art 2

Le seul endroit à Tirana qui dégage de l’énergie extrêmement négative, c’est ce bunker. Pendant les décennies de communisme extrêmement dur, la paranoïa du régime vis à vis du monde extérieur l’a poussée à construire 170 000 bunkers à travers le pays. A tel point qu’on en aperçoit quasiment à chaque virage lorsqu’on sort de la ville en voiture.

A Tirana, Il y a 2 bunkers que l’on peut visiter. Un dans la montagne, loin de la capitale, et le second est juste à côté de la place principale, entourée par de nombreux ministères. Il est censé être un vrai bunker càd invisible depuis l’extérieur, mais ils ont ajouté une entrée et une sortie pour les touristes. Normalement, il doit être accessible depuis une entrée secrète à triple portée, et gardée en permanence, et connectée avec le Ministère de l’Intérieur.

A l’intérieur du bunker, il y a plusieurs salles réparties sur 3 couloirs. A l’intérieur de chaque salle, on nous explique comment le régime communiste en mode « hard core » a été instauré, les méthodes de la police secrète, les techniques de torture, … C’est un bunker donc l’air circule mal, les salles sont obscures et glauques. Je n’ai pas aimé du tout.

Les salles réservées au ministre sont les plus belles, et super bien décorées.

Il y a une histoire d’un micro caché dans un balai, qui a été introduit à l’ambassade de l’Italie pour espionner les 6 membres d’une famille albanaise qui s’y est cachée. Le balai y a été amené chaque jour par la femme de ménage, sans jamais être découvert.

Je suis contente qu’on ait pas fait de la route pour aller voir l’autre bunker en banlieue. Ca m’aurait tuée.

Sheshi Skënderbej

Juste à côté se trouve la place principale avec une statue de Scanderbeg, un seigneur albanais du XVᵉ siècle considéré comme le héros national albanais pour sa résistance à l’Empire ottoman.

Cette place est énorme. Venez avec des lunettes de soleil car le carrelage reflète les rayons du soleil et j’ai été complètement éblouie sans mes lunettes de soleil. J’ai failli pleurer lol.

Juste à côté se trouve une mosquée magnifique, malheureusement en travaux, un opéra et un musée.

Tous les ministères autour de la place gardent encore le style communiste.

Un peu plus loin se trouve une église orthodoxe moderne. Les peintures à l’intérieur ne sont pas terminées mais reprennent le style ancien des peintures qu’on voit un peu partout dans les Balkans.

Juste en face de l’église se trouve « House of Leaves », ancienne maternité devenue lieu de torture & base pour la police secrète. C’est too much cette concentration de bad vibes lol.

Heureusement que nous avons RDV pour un massage au spa d’à côté.

Le massage d’1h30 coûte 4000LEK. Ca fait vraiment du bien, surtout après nos exploits au ski il y a quelques semaines. Je vous le recommande vivement. Le spa s’appelle La Vie en Rose. Le quartier autour du spa est très animé. Excellent endroit pour chiller, boire un café, ou faire du shopping. J’ai trouvé des crèmes hydratantes chez l’Erbolario, une marque italienne.

En marchant vers le spa, puis vers notre appartement, on découvre des rues thématiques comme au Vietnam. Il y a une rue avec uniquement des notaires et avocats, puis une rue avec uniquement des boutiques de vêtements.

La suite de notre aventure en Albanie, c’est par ici

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Logement :
    • Hôtel Dio (près du terminal de bus) : 40€/nuit
    • Third Floor’s Apartment : 25€/nuit (lien Booking)
  • Taxi : entre 400LEK et 700LEK (ça dépend s’il y a des bouchons)
  • Bunk’Art 2 : 500LEK/personne
  • Massage : 4000LEK pour 1h30 chez La vie en rose spa
  • Restaurants : entre 500LEK et 2000LEK/personne/repas

Liens

Tous mes articles sur l’Albanie sont disponibles ici

Pour les excursions, visites guidées en Albanie, regardez sur Civitatis ou Viator (de Tripadvisor) ici.

Mes meilleures adresses en Albanie sont sur ce Google Maps personnalisé. Vous pouvez aussi y accéder ici

Road Trip : Découverte de l'Albanie du Sud
[Test & Avis] La carte Binance : Aucun frais à l'étranger + cashback
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.