S’expatrier en Thailande : Rien de plus facile

Lors de notre passage à Bangkok et à Chiang Mai, nous avons eu l’occasion de discuter longuement avec deux de nos compatriotes expatriés en Thailande et nous en avons profité pour leur poser toutes les questions concernant la vie en Thailande. Cet article est donc un résumé de nos discussions.

Visa

Le visa de travail s’obtient très facilement… si vous avez un boulot. C’est votre employeur qui s’en charge pour vous.

Si vous n’avez pas de boulot (vous êtes retraité par exemple), les expats font souvent l’aller-retour tous les mois, soit vers le Laos soit vers le Cambodge. Il y a des agences qui organisent des trips comme ça dans la journée, dont le but est juste de sortir de la Thailande et revenir aussitôt. Car à chaque fois que vous revenez, vous pouvez rester un mois de plus.

Cependant, cette solution est de plus en plus risquée car l’immigration commence à être agacée par ces gens au passeport rempli de tampons thaïlandais et un jour, vous risquez de tomber sur un mec franchement pas sympa et qui ne veut plus vous tamponner le visa de 30 jours.

Du coup, il y a des sociétés spécialisées particulièrement adaptées aux nomades digitaux (comme nous). Fonctionnant un peu sous le principe du portage salarial, ces sociétés vous embauchent et vous garantissent un visa de travail et un espace de coworking. En échange, vous devez gagner au moins 2000$/mois grâce à votre activité de digital nomad. Ils vous reverseront 1600$, et garderont les 400$ restants.

Si vous êtes seul, vous pouvez toujours compter sur des agences qui proposent des visa étudiant en vous inscrivant aux cours de thai.

Travail

Malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’infos à vous donner concernant le marché du travail en Thailande car nos compatriotes à qui nous avons posé toutes ces questions sont soit salariés d’une boîte française ayant une antenne à Bangkok, soit entrepreneur.

Logement

Ici, il y a l’embarras du choix. Nous avons vu des pancartes d’appartement à louer pour 250€/mois sur l’île Koh Phangan (l’île préférée de JB). A Chiang Mai, nous sommes actuellement dans un condominium. Càd une résidence avec services.

L’avantage du condominium c’est qu’on peut s’y installer ASAP pour un tout petit prix : l’appartement est déjà meublé (au standard européen), et un 40m² – super bien agencé – coûte environ 400€/mois.

Les services varient selon les condominium. Ca peut être une simple résidence avec gardien, jusqu’à un condominium avec piscine, salle de fitness, ménage hebdomadaire, laverie automatique, espace de travail. C’est comme être dans un hôtel, mais en moins cher.

Quelques photos de notre appart’.

Et la photo de notre piscine de 80m de long au sein du D Condo Nim à Chiang Mai.

Les condominium sont en général à côté d’un centre commercial (normal, il faut nourrir et divertir tout ce petit monde), ce qui rend la vie super simple. Les centres commerciaux thailandais ont tout ce dont vous avez besoin : deux étages dédiés à la nourriture, un pour le high tech, un pour la beauté, un pour les choses trop mignonnes etc. et un pour le cinéma (IMAX, 3D, 4D).

Pour trouver un appart’ dans un condominium, on peut passer par Airbnb (et payer plus cher). Ou alors, il suffit de se pointer devant le Condominium de votre rêve, demander à parler au manager du condominium et il vous donnera le jour même les clés d’un des nombreux appartements à louer. Pas besoin de justif de salaire, juste une photocopie de passeport pour la police et un déposit en cash.

Il existe également de nombreuses agences qui peuvent vous proposer des logements. Nous en avons contacté plusieurs mais un séjour d’un mois est trop court, il faut rester plusieurs mois pour faire appel à leurs services.

Si vous aimez trop la Thailande, vous pouvez aussi acheter un appartement dans le Condominium, à condition que la résidence soit déjà occupée par au moins 50% de thailandais. Une société étrangère peut aussi acheter des appartements de Condominium. On nous a parlé d’un ordre de grandeur de 100 000€ pour 80m².

Attention ! vous devez être sûr que le proprio déclare votre résidence temporaire à la police. Vous pouvez donner une photocopie de votre passeport au proprio par exemple, ou au responsable du condominium qui déclarera pour vous. Ce sont des procédures mises en place pour lutter contre le terrorisme. Si vous ne faites pas, on risque de vous poser quelques questions désagréables lors de votre extension de visa.

Internet

Ils ont la fibre optique en Thailande ! La 4G est hyper rapide et peu chère (j’ai payé 10€ pour 30 jours, carte SIM incluse mais je pense qu’on peut trouver encore moins cher). On peut s’asseoir des heures au café du coin pour travailler si besoin (en commandant un café pour toute la journée). Dans notre condominium, nous avons évidemment internet dans l’appartement mais aussi dans les parties communes. Du coup JB peut regarder Youtube pendant qu’il transpire sur son tapis de course 🙂

Transport

Uber, Grab (version asiat d’Uber) existent. Sinon, il est tout à fait possible de louer un scooter (à Chiang Mai nous n’avons payé que 3200 bahts/mois). Même si on n’a pas de permis moto, la police tolère la location de scooter aux étrangers sans permis. Ils vont juste nous faire payer une amende de 500 bahts. Lorsque vous payez cette amende, vous recevez un reçu vous autorisant à continuer à rouler pendant 3 jours. Donc dans le pire des cas, si vous n’avez vraiment pas de chance, attendez vous à payer 500 bahts d’amende tous les 3 jours. Il faut toujours rouler avec des casques, sinon une amende de 500 bahts va s’appliquer en plus. Certains expatriés en ont eu marre et ont fini par passer le permis moto en Thailande (en anglais).

Santé

Quand on voit le nombre de touristes américains qui viennent ici pour se faire soigner pour moins cher, je pense que la question ne se pose plus. Il y a des cliniques créées pour ça, où le personnel parle parfaitement bien anglais et a été formé à l’étranger. J’ai testé ce service une fois, à Krabi quand j’avais une intoxication alimentaire, et le médecin a pris son temps pour remplir le formulaire de soin; ainsi j’ai même été remboursée par mon assurance de tour du monde Chapka.

Nourriture

La cuisine thailandaise est une des meilleures au monde. Mais si vous avez envie d’un bon fromage ou d’un vrai saucisson corse, les restaurants français sont un peu partout, et les épiceries fines dans les centres commerciaux en vendent aussi. Bref, le plus dur serait de choisir où manger tant il y a du choix.

école & garde d’enfants

La plupart des expats français choisissent d’inscrire leurs enfants à l’école française du coin. Et payer une maid birmane qui s’occupe de tout (ménage, cuisine, enfants…). Il ne faut pas hésiter à le faire car c’est une pratique commune, même les thailandais paient des maids pour les aider.

Je ne parlerai pas des plages de rêves, des massages divins pour 5€… car on va croire que je suis payée par le gouvernement thailandais pour écrire cet article lol. Mais promis, je vous ferai des articles de ce type, notamment sur le Vietnam, car j’aurai encore plus d’infos là-dessus, étant vietnamienne. Stay tuned !

Nos premiers jours à Chiang Mai (Thailande)
Cuba en 27 jours : Itinéraire, bilan, guide (budget, transport, hébergement, Internet, conseils pratiques)
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.