Nos premiers jours à Chiang Mai (Thailande)

Après un mois de bonheur à Siem Reap, nous reprenons la route, direction Chiang Mai.
Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Comment aller de Siem Reap à Chiang Mai ?

On aurait pu prendre 2 vols avec une escale à Bangkok, mais malheureusement cela voudra dire aussi de payer 2 fois pour les bagages en soute (qui sont généralement en option avec les compagnies low cost). Nous décidons de prendre un bus pour Bangkok, puis un avion pour Chiang Mai depuis Bangkok.

L’agence de voyage nous a parlé de 7h30, maximum 8h de trajet, mais la réalité est toute autre. C’est donc un peu surpris qu’on apprend via le chauffeur de bus qu’on arrivera à Bangkok à 18h, au lieu de 16h. Et notre avion décolle à 20h20.

On reste quand même relax en se disant que de toute notre vie, on n’a jamais raté d’avion ou de train – même si ça a failli arriver quatre-cinq fois pour moi – donc il n’y a aucune raison que ça arrive maintenant.

Si le trajet prend autant de temps, c’est parce que le passage à l’immigration prend une éternité. Pour sortir du Cambodge, il faut faire la queue. Certains passagers de notre bus se sont vus demander 4$ de tips, sans aucune justification. Donc ils ont dû négocier, mettre la pression. Ensuite, on marche 5 minutes jusqu’à l’immigration thaïlandaise. En tant que vietnamienne, je passe devant tout le monde (héhéhé, vive l’ASEAN !), mais JB fait la queue pendant 45 minutes avec les autres.

Vu le trafic à l’approche de Bangkok, nous et les autres voyageurs demandons au chauffeur de s’arrêter en banlieue, comme ça on ira plus vite en taxi à l’aéroport. Il s’arrête au milieu de l’autoroute et on ne sait pas comment, plusieurs taxis nous y attendent déjà. JB demande au taxi de mettre le compteur, mais le taxi veut nous faire payer 500 bahts. On négocie à 400 bahts, et sans le savoir, c’était le bon prix, puisque le compteur indiquera au final 250 bahts + 150 bahts de péage.

C’est donc à 17h30 que nous arrivons à l’aéroport de Don Muang et nous avons plein de temps pour manger un morceau et acheter une carte SIM thailandaise.

Coût : 11$/personne pour le bus Siem Reap – Bangkok et 52$/personne pour l’avion Bangkok – Chiang Mai, bagage en soute compris. 400 bahts de taxi

Découverte de notre condominium

Arrivés à Chiang Mai, toutes les compagnies de taxi annoncent un prix de 250 bahts pour nous amener jusqu’à notre apparte. Allons-y ! Sur le chemin, le chauffeur de taxi nous apprend que notre condominium (càd résidence avec services) est une résidence 5 étoiles, récemment construite et à côté d’un énorme centre commercial qui s’appelle Central Festival. Bon, on est très excentrés (environ 20 minutes en scooter du centre ville), mais l’avantage est d’être entourés de thaïs et d’avoir l’impression de vivre comme des locaux.

Je suis tellement contente de découvrir notre bel appartement, loué pour un mois sur Airbnb (750€)

Il y a même un espace fitness et un espace de travail commun à l’immeuble, où l’on a vu une YouTubeuse en train de se filmer.

Il y a du wifi partout, même dans les espaces communs. Et de la fibre optique dans notre appart’. Les gardiens sont là 24/7, et ils nous ouvrent le portail à chaque fois en se mettant en garde à vous, c’est trop la classe ! Il y a des machines à laver à disposition (pour 10 bahts), mais je vois beaucoup de mes voisins prendre la voiture pour laver leurs vêtements on-ne-sait-où le week-end. Plus d’infos sur les condominimum ici

Ce qui est marrant en Thailande, c’est qu’ils utilisent uniquement ces douches électriques, comme en Amérique du Sud. Fort heureusement, celle-ci a l’air plus performante que la moyenne et j’ai une douche plus chaude que d’habitude ET avec pression.

Ce qui m’énerve cependant, c’est la présence des fourmis. Elles sont vraiment partout en Thailande. Il faut tout ranger dans le frigo et ne pas laisser traîner la moindre miette de nourriture. Comme je traîne un pot de miel avec moi depuis plusieurs mois, il fait office de détecteur de fourmis (à Siem Reap par exemple, il n’y avait pas de fourmis)

Location d’un scooter

Le lendemain, on décide de louer un scooter chez Mango Bikes Rent. On choisit la moto la plus chère (3200 bahts/mois càd 82€) car c’est la plus grosse et comme nous devons prendre le périphérique régulièrement (notre condominium est à côté), ça nous paraît plus safe. Les mecs sont cool, ils ne demandent que 1000 bahts de caution (et pas le dépôt du passeport comme c’est généralement le cas).

Ils nous expliquent également que comme on n’a pas de permis moto, si on croise la police, on aura une amende de 500 bahts qui nous permets de continuer à rouler 3 jours en infraction. Donc si on croise la police tout le temps, il faudra s’attendre à payer 500 bahts tous les 3 jours. En réalité, on les croise pas si souvent que ça.

Maintenant super bien équipés, on fait un tour de la ville en scooter pour découvrir que :

  • Chiang Mai ne ressemble pas à la ville de notre imaginaire càd une petite ville tranquille adossée à la montagne. Il y a effectivement des montagnes, mais elles sont loin.
  • Cependant, il y a effectivement des temples dorés partout partout, comme c’est indiqué sur Lonely Planet
  • Il n’y a pas vraiment de lieu adapté à la promenade à pieds, même en centre ville.

Mais on s’en fout un peu car on a notre scooter, et le soleil tape trop fort pour marcher de toute façon. Et on a vite compris que Chiang Mai était plus un stop agréable à partir duquel on peut visiter les environs.

Quand on regarde le plan du centre ville de Chiang Mai, on s’aperçoit que c’est un carré parfait, entouré de remparts et d’eau. Trop mignon ! (le petit cœur mal dessiné, c’est là où se trouve notre appart’).

Ça me rappelle une anecdote lue sur Internet : un touriste français visite Chiang Mai pour la 1ère fois. Après avoir déposé ses affaires dans une auberge de jeunesse, il prend un tuk tuk pour aller à l’immigration prolonger son visa. Une fois son visa prolongé, il sort, monte sur le tuk tuk, direction l’auberge de jeunesse. Sauf que, ce n’est pas le même chauffeur de tuk tuk. Et comme il a choisi son auberge le jour même, il ne sait plus où il a posé ses affaires. C’est parti donc pour des heures de recherche en tuk tuk, dans une ville en forme de carré parfait. Mais l’histoire finit bien, il a vraiment retrouvé son auberge 😀

Rencontre avec François

Nous passons une partie de l’après-midi avec François, un expat français installé à Chiang Mai depuis 6 mois. Il nous donne rdv chez Dom Cafe, un café « Instagram » (où tout est mignon pour faciliter l’upload des photos sur Instagram).

On est dans un quartier chic de la ville, avec de très bons restos. En face du Dom Café, il y a un mini marché d’artisanat haut de gamme, et de la street food. J’ai fait le compte rendu de cette rencontre dans cet article consacré à l’expatriation en Thailande.

Centres commerciaux Thailandais

Nous sommes juste à côté d’un énorme centre commercial donc a priori, c’est là où nous allons déjeuner les jours où nous travaillons. Les centres commerciaux asiatiques sont en effet des paradis gastronomiques. On y trouve tout type de restaurants ainsi qu’un « food court » où l’on peut manger de la street food pour 3 fois rien. Il est tellement immense qu’il me faudra plusieurs jours pour visiter chacune des boutiques. Il y a deux choses que j’aime le plus au monde : faire du shopping & manger. Et ce centre commercial est comme une réponse à mes prières. On essaiera aussi de regarder ENFIN un film en IMAX.

Regardez-moi ça, on a payé 12€ pour tout ça !!

Sunday Night Market

C’est LE truc à ne pas rater à Chiang Mai. Ce marché de nuit est très différent de ceux qu’on a pu faire à Bangkok. Déjà, ça prend plusieurs heures pour tout parcourir. Ensuite, les produits sont très variés, et ont l’air d’être fabriqués en Thailande, et non importés de Chine. Certains artisans confectionnent d’ailleurs leurs produits sous nos yeux. Donc si vous aimez quelque chose, il faut acheter tout de suite, la chance de recroiser un autre vendeur avec le même produit est très faible.

D’ailleurs, on vous recommande de venir en Uber/Grab ou tuk-tuk, c’est dur de se garer et en plus, retourner au parking avec tout ce petit monde n’est pas quelque chose que je vous souhaite.

On a vu des choses sympas qu’on n’a jamais vues auparavant. Désolée pour la qualité des photos, elles sont été prises dans des conditions peu optimales.

Ce monsieur sculpte des savons (blancs à la base).

Ou ce monsieur qui décore les tee-shirts au feutre

Niveau nourriture, il y a moins de stands de nourriture que de stands de souvenirs, mais on a quand même découvert quelques nouveautés, à part le Tom Yum, salade de papaye et nouilles sautées. Par exemple ce dessert à base de blanc d’œuf fouetté

ou des omelettes grillées sur des feuilles en forme de bateaux

et une sorte de riz gluant à manger avec du sucre ?? (je n’ai pas essayé)

des boissons à base d’algue et des noix de coco prêts à manger (photo prise ailleurs mais il y en a au night market aussi)

Les fruits de mer ne sont pas très chers

Gros point faible : il y a énormément de monde. Tous les 200m environ, des stands de massage sont là pour soulager nos petits pieds en feu (140 bahts/h)

Ah oui, en parlant de massages, en 2 jours, j’ai pu tester 3 adresses 😀 en fait, les massages à Siem Reap sont tellement mauvais que ça fait plus de mal que de bien.

J’ai testé Chai Massage 2 et je valide pour le massage thailandais (300 bahts/heure) mais pas le massage à l’huile, trop cher (700 bahts)

J’ai testé le massage des pieds à Time to Massage, que je valide aussi (260 bahts/heure)

Enfin, je recommande le soin du visage chez Dee Dee Beauty (lien Google Maps), un institut de beauté local, un peu moins bien qu’au Vietnam, mais au-dessus des soins du visage pratiqués dans les centres de massage. Mais je vous ferai un article à part.

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Siem Reap => Chiang Mai
    • Bus Siem Reap => Bangkok : 11$/personne
    • Avion Bangkok => Chiang Mai : 52$/personne
    • Taxi banlieue de Bangkok => Aéroport Don Muang : 400 bahts
  • Frais bancaires pour un retrait de 15 000 bahts : 200 bahts
  • Location d’un appartement pour un mois : 750€ (via Airbnb) chez D Condo Nim
  • Location d’un scooter pour un mois chez Mango Bikes Rent : 3200 bahts + 1000 bahts de caution
  • Massage : entre 250 bahts et 300 baths le massage d’une heure
  • Soin visage : 500 bahts
  • Carte SIM + 1GB pour un mois : 260 bahts chez Truemove H
  • Linge : 40 bahts/kg
  • Nourriture :
    • 40-60 bahts pour un pad thai
    • 10 bahts une petite bouteille d’eau
    • 40-60 bahts pour une soupe/un potage
    • 20-25 bahts pour une brochette
    • 10-15 bahts pour une portion de riz/riz gluant/vermicelles
    • 30-35 bahts pour un thai iced milk tea

Quelques conseils

  • Uber et Grab sont concurrents et proposent régulièrement des réductions. Téléchargez les deux apps et comparez les tarifs pour chaque trajet. Ces voitures coûtent moins chères que les tuk tuk
  • Si vous préférez louer un scooter comme nous, assurez vous de porter tout le temps des casques et surtout ROULEZ A GAUCHE !!!!
  • Truemove H propose les meilleures cartes SIM pour touristes. Vous pouvez les acheter à l’aéroport ou chez 7 Eleven.
  • Chaque retrait vous sera facturé par la banque thailandaise, entre 200 bahts et 220 bahts. Retirez beaucoup ! J’ai retiré par exemple 15000 bahts d’un coup.
  • A Chiang Mai, les billets de 1000 bahts s’écoulent moins bien qu’à Bangkok, les gens font des grimaces quand on leur donne un billet de 1000, essayez de les casser dès que vous pouvez (notamment dans les salons de massage, restaurants huppés)
  • Si vous aimez bien les marchés de nuit, il y a un en face du Hard Rock Café tous les jours à partir de 18h. Il est beaucoup plus petit que le Sunday Night Market, mais c’est de la street food de qualité et pas chère
  • Les food courts des centres commerciaux proposent aussi des équivalents de street food au dernier étage, et au sous-sol. Si vous préférez vous asseoir dans un endroit climatisé pour manger, c’est the place to be.

A bientôt pour d’autres carnets de voyage & guide de Chiang Mai !

Test et avis de Washdrop - Pressing / Laundry à domicile à Chiang Mai (+ code promo)
S'expatrier en Thailande : Rien de plus facile
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.