Turin (Italie) : Le Musée du Cinéma – partie 3

Ciao! J’espère que tout va bien pour vous.

Aujourd’hui, je vous amène voir le Musée du Cinéma à Turin, qui est, avec le Musée égyptien, un must-see de la ville.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Musée du Cinéma

Le musée se trouve à l’intérieur de beau bâtiment qui s’appelle : Mole Antonelliana

La partie qui m’intéresse le plus, c’est la 1ère, celle qui présente les techniques et outils utilisés au début du cinéma pour créer des images animées (ou en 3D).
Il y a beaucoup de machines que je ne connaissais pas du tout et qui m’amusent particulièrement, puisque c’est fait en papier (et j’adore tout ce qui est fun et fait en papier).

Théâtre d’ombres, parfois avec des personnages pouvant bouger les bras/jambes

 

Créer du relief en superposant les scènes découpées du papier

 

Peepshows

Les peepshows ci-dessus permettent de voir un paysage de jour, et de nuit (avec un effet lumière aux fenêtres/lampes). Pour cela, c’est du découpage traditionnel avec des papiers colorés et transparents collés aux fenêtres. Deux lumières sont utilisées pour créer soit l’effet de jour, soit l’effet de nuit. C’est très astucieux, mais simple à mettre en place.

On nous explique (enfin j’ai pas pris le guide audio mais je lis les explications écrites en anglais) aussi les règles fondamentales de l’optique, ce qu’on a appris en classe de seconde, pour expliquer le principe de la photo et pourquoi le photographe voyait l’image à l’envers à cette époque.

Dans le musée, il y a des zones rouges, facilement identifiables, interdites aux mineurs (mais sans gardiens, du coup les parents doivent surveiller leurs enfants), montrant des images « animées » érotiques de l’époque (une série de photos qui défilent très vite). Il y a aussi des projections type fantasmagoriques dans des petites salles (je n’ai pas accroché).

Ensuite, on prend un ascenseur (un employé du musée est chargé de faire fonctionner cet ascenseur) pour passer à l’étage suivant, pour visiter leur collection de posters de film, photos et costumes d’acteurs. Beaucoup d’anciens films que je ne connais pas du tout, cette partie, je l’ai visitée très rapidement.

Ensuite, on accède à un espace très grand, au milieu du bâtiment. Au centre se dresse un ascenseur qu’on peut prendre pour aller jusqu’en haut.
Et tout autour, il y a des décors de films (une salle de bain, un salon des années 50, un laboratoire…) pour nous montrer à quel point les gens qui cinéma sont doués pour re-créer la réalité. On y trouve aussi des masques de Star Wars, un alien et autres objets des films plus ou moins vieux.

« Je suis ton père »

Au milieu se trouvent des sièges allongés, pour regarder les deux grands écrans diffusant des extraits de films connus. Un énorme escalier mène aux différents niveaux, où l’on peut prendre des écouteurs et suivre une exposition (en ce moment, c’est l’évolution de la musique au cinéma). Le plafond, est exquis.

Plafond du Mole Antonelliana

Ensuite, pour prendre l’ascenseur il faut sortir dans le hall du bâtiment (càd descendre d’un étage) et faire la queue pendant 10 minutes.
La montée en ascenseur peut donner le vertige, on se sent vraiment petit. Et on a la vue sur toute la ville de Turin. C’est vraiment tout mignon, on comprend mieux, en voyant tous ces petits blocs d’immeubles, pourquoi il y a autant de piazza (place) à Turin.

Turin vu depuis la terrasse de Mole Antonelliana

Astuces : Il y a toujours de la queue devant le musée. S’y ajoutent des gens qui entrent en billet coupe-file => l’attente peut être longue.
Donc si possible, venez tôt ou achetez un ticket (avec horaire marqué dessus) sur Internet avant de venir. Nous avons opté pour le ticket combiné : musée + ascenseur panoramique
Passé les contrôleurs de ticket, tournez à droite puis montez quelques marches pour accéder à l’expo du début du cinéma. Ne continuez pas jusqu’au bout du couloir parce que vous risquez d’être perdu, visitant le musée à l’envers.

Mangiare

On opte pour le resto Crudo jusqu’en face du musée. C’est une chaîne de restos qui vendent des tartares et pizzas. La qualité n’est pas la même partout. En l’occurence, les pizzas de celui-ci sont moins bonnes que le Crudo près de chez nous. Le tartare de veau est une spécialité du coin. C’est très très bon.

Cependant, je n’aime pas le fait que les salades ne soient pas du tout assaisonnées ici, et quand je le fais moi-même, le résultat est catastrophique, c’est super dommage parce qu’ils nous donne que l’huile d’olive de qualité (et italienne), accompagnée du vinaigre balsamique de qualité (et italien)

Nous prenons ensuite le dessert chez le glacier juste à côté, c’est super super bon.

Tartare de Veau. Glace italienne

L’équivalent de La Fourchette est thefork.it et au centre-ville, il y a beaucoup de restaurants qui peuvent être réservés sur ce site, des fois avec réduction. C’est comme ça qu’on a découvert pas mal de restos sympas. Cependant, au centre-ville, ça coûte cher (40€ par repas à deux). Les italiens sont toujours en vacances, les cantines sont fermées.

Pizza gastronomique et Panna cotta chez Taste It. Tartare chez Crudo

Mais quand ils reviennent de vacances, à midi, comme les autres travailleurs, on peut s’offrir des plats à 7€ et la boisson à 1€, comme chez Caffè Francia ou Caffè Mokita.

Déjeuner typique dans une cantine/un café italien

Ce n’est pas non plus de la haute gastronomie mais ça se mange, ils sont généreux en mozzarella (un morceau entier qu’on découpe nous-même). Les assiettes sont déjà préparées, on pointe ce qu’on veut au bar et ils les réchauffe. Le pain et les couverts sont toujours facturés, entre 1€ et 3€/personne.

Il y a une sorte de salad bar que je vous recommande, c’est Soup & Go, pour un déjeuner ou dîner dans les 10€, en plus d’avoir un jardin-terrasse magnifique.

Université de Turin

Université de Turin

C’est en nous promenant qu’on tombe sur cette université, tellement belle. Ça donne envie de retourner à l’école.

Baratti & Milano

Turin est très connu pour son chocolat. Et une des adresses connues pour déguster son chocolat chaud, c’est chez Baratii & Milano
Le cadre est magnifique, adossé à une superbe galerie (complètement vide en août). Le chocolat chaud n’est pas aussi épais que celui d’Andalousie mais c’est mieux comme ça.

A Turin, en se promenant au centre-ville, on peut tomber sur de très belles choses, pas forcément recensées par les guides. L’architecture reste homogène, avec une bonne hauteur sous plafond. Il y a des fontaines par ci par là. C’est vraiment agréable comme ville.

Comme Turin n’est qu’à 1h de train de Milan, je pense qu’on aurait dû venir ici et s’en servir de base et faire l’aller-retour pour l’expo universelle à Milan il y a quelques années (on voulait y aller mais les hôtels étaient absolument hors de prix). Mais on ne le savait pas !

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Musée du cinéma : 15€ le billet avec ascenseur. 1,5€ de plus si on achète sur Internet (frais de pré-vente)
  • Crudo : tartare de veau dans les 16€
  • Glace : environ 3,4€ la taille moyenne
  • Taste It : 6 morceaux de pizzas pour 18€ à 23€
  • Caffè Francia : plat à partir de 7€
  • Caffè Mokita : menu à partir de 9€
  • Soup & Go : salade à partir de 6€
  • Transport : 0, tout se fait à pied aisément
  • Cuperto : frais de couverts + pain : entre 1€ et 3€ dès que vous mangez sur place

Si vous avez aimé cet article et voulez en savoir plus sur Turin :

Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

Lire tous mes articles
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.