Comment nous trouvons nos clients en tant que nomades digitaux ? 7 conseils pratiques

Beaucoup de monde nous demande comment nous arrivons à vivre en tant que nomades digitaux et comment nous trouvons nos clients. Cet article n’est pas un guide car nous sommes des privilégiés et n’avons aujourd’hui (on touche du bois) pas de soucis pour trouver des clients.

Sans que cela ait été planifié, nos 10 premières années professionnelles nous ont permis de développer les compétences et le réseau professionnel nécessaires à notre mode de vie actuel.

Si vous avez quelques années devant vous avant de vous lancer et devenir nomades digitaux à plein temps, vous y trouverez peut-être des conseils qui pourront s’appliquer à votre activité.

contexte

Pour rappel, nous avons fait un tour du monde de 11 mois avant de décider d’être nomades à plein temps. Quelques mois avant la fin du tour du monde, JB signe un gros contrat pour 6 mois et nous décidons d’être nomades à plein temps.

Nous avions déjà créé notre société (SAS) 2 ans avant le tour du monde, car JB avait déjà à cette époque quelques contrats de freelance en parallèle de son activité salariée.

Premier conseil : ne pas partir de zéro. Il est bien plus facile de démarrer une vie de nomade digital si on a déjà un début d’activité et quelques clients.

Notre activité

JB est spécialiste en référencement naturel (SEO). Je suis spécialiste en référence payant (SEA). Nos services sont très recherchés car nous nous sommes spécialisés sur une niche dans nos activités, à savoir que nous savons coder tous les deux, nous créons des solutions sur mesure pour nos clients si besoin, et ciblons en priorité des clients à forte volumétrie (millions de pages, ou avec un budget d’achat média très important).

Deuxième conseil : spécialisez-vous pour vous différencier de la masse. Il y a des milliers de webdesigners, il y a des milliers de développeurs, … pourquoi un client ferait appel à vous qui êtes à des milliers de kilomètres ? Si votre seul argument est le prix… vous êtes mal barré car il y aura toujours quelqu’un de moins cher que vous quelque part sur la planète.

Notre parcours

Ces connaissances ont été acquises grâce à la gestion de très gros portefeuilles pendant nos périodes respectives en agence. C’est un choix que nous avons fait, pour être formés par les meilleurs du secteur, sur les comptes les plus intéressants, en un temps record – certes, il y a quelques sacrifices à faire, au niveau salaire (les salaires ne sont pas top en agence) ou le temps perso (je rentrais régulièrement à minuit). Encore une fois, c’est un choix, car nous sommes vraiment passionnés par nos métiers respectifs. Et nous avons tout fait pour travailler avec les meilleures personnes de notre agence, qui sont visionnaires et qui nous ont orientés vers les compétences de niche que nous avons acquises à leur côté.

Troisième conseil : acceptez d’être « esclave » en agence pendant quelques années au début de votre carrière. C’est ingrat car on bosse beaucoup et qu’on est mal payé mais c’est une excellente école qui vous permettra de développer rapidement vos compétences et de multiplier les expériences. Ces quelques années difficiles vous serviront pendant toute votre carrière.

Nos clients

Ainsi, grâce à ce passage en agence, nous avons acquis non seulement des connaissances techniques mais en plus construit notre réseau professionnel. Nos anciens collègues en agence sont partis travailler chez l’annonceur et certains font appel à nous pour des missions plus ou moins longues.

JB a ensuite travaillé pendant 5 ans pour une grande entreprise qui n’est pas en bonne santé économique. Beaucoup de ses anciens collègues ont changé de boulot : autant de clients potentiels en plus !

Aujourd’hui, 100% de nos clients sont des anciens collègues ou des gens auprès de qui nous avons été recommandés. Vive le bouche à oreille ! Nos Linkedin, Viadeo, notre site… sont à jour, nous sommes inscrits sur des plateformes de freelances, mais soyez honnêtes, tout ça ne nous a apporté presque aucun lead.

Notre société est française, nous permettant de participer de temps en temps, lorsque nous sommes sollicités, aux appels d’offres des institutions publiques françaises. En savoir plus sur notre statut fiscal ici.

Quatrième conseil : vos collègues d’aujourd’hui peuvent être vos clients de demain. Montrez que vous êtes quelqu’un de fiable, soyez professionnel, construisez des relations avec des collègues et entretenez-la une fois qu’ils ne le sont plus. Si un jour un de vos anciens collègues cherche un prestataire, il sera plus que partant pour faire appel à quelqu’un avec qu’il a déjà travaillé et en qui il a confiance. 

Nos Tarifs

N’aimant pas les démarches commerciales, nous avons décidé d’afficher directement nos tarifs sur notre site internet. Cela permet d’écrémer : nous ne perdons pas de temps avec quelqu’un qui finira par nous trouver trop cher après de longues discussions. Cela nous permets également de réduire au maximum la phase de négociation dans laquelle nous ne sommes pas forcément très à l’aise.

Cinquième conseil : beaucoup de freelances perdent énormément de temps dans des démarches commerciales. Celles-ci sont évidemment indispensables lorsqu’on recherche des clients mais réduisez au maximum ce qui peut l’être. N’oubliez pas que le temps que vous passez sur le commercial est du temps durant lequel vous n’êtes pas payé.

Nos partenaires

Nous gardons contact avec d’autres freelances en qui nous avons confiance. Ainsi, lorsque nous sommes sous l’eau, nous les recommandons à nos prospects, et vice versa. Nous proposons ainsi une solution à notre prospect et apportons du business à notre partenaire, qui nous le rendra peut être un jour.

Nous avons ainsi un partenaire à Paris qui peut-être mis à contribution si certaines missions nécessitent absolument une présence physique.

En aucun cas, nous ne sous-traitons le travail aux autres. Notre réputation est notre seul actif et ne prenons pas le risque de fournir des services de mauvaise qualité.

Sixième conseil : développez-vous un réseau de partenaires de confiance avec qui vous pourrez échanger du travail si vous n’avez pas le temps, si une mission ne vous intéresse pas, … ou au contraire, récupérer une mission si ça ne les intéresse pas.

Savoir dire non

Si votre affaire commence à fonctionner, le risque est d’accepter trop de travail.

C’est le principal axe d’amélioration de JB qui a beaucoup de mal à refuser du travail.

Je pense qu’il faut garder en tête la raison du choix de notre mode de vie. Voulez-vous gagner plus d’argent ? Être plus libre ? Voyager ? Travailler moins ? En fonction de l’objectif de chacun, les contrats signés seront différents.

Par exemple, je n’accepterai jamais un contrat qui m’oblige à travailler 5 jours/5 – car mon objectif est d’avoir plus de temps perso.

Septième conseil : n’oubliez pas vos objectifs perso et apprenez à dire non en conséquence. Il nous est déjà arrivé de dire non à un prospect faute de temps et il accepte de nous confier sa mission quelques mois plus tard quand nous aurons du temps. Il vaut mieux refuser un contrat plutôt que de livrer un travail médiocre et ruiner votre réputation.

Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

All author posts
Un commentaire
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.