Siem Reap (Cambodge) : Les premiers jours

Depuis Bangkok, nous prenons un avion avec AirAsia vers Siem Reap. Même si l’avion a 1h de retard, le tuk-tuk envoyé par l’hôtel nous attend toujours.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Malgré cette longue attente, le chauffeur de tuk-tuk a toujours le sourire aux lèvres et nous dit bonjour à la cambodgienne, càd en joignant ses deux mains devant la poitrine.

C’est parti pour 1h de tuk tuk, où nous respirons la pollution à pleins poumons. Mais c’est encore très supportable vs. Bangkok ou Kathmandou.

Notre hôtel s’appelle Sakun Angkor Boutique, c’est un tout nouvel hôtel, c’est pour ça que les tuk-tuks ont toujours du mal à le trouver. Comme d’habitude, nous avons fait une petite vidéo pour présenter notre chez nous pendant un mois.

JB a négocié par email un tarif très avantageux de 25$/nuit, déjeuner inclus (et ménage tous les jours si on le souhaite). Franchement, c’est un luxe de pouvoir rester un mois complet dans un hôtel 3 étoiles tout en payant un loyer ridiculement bas par rapport à nos standards parisiens (ça nous revient à 637€/mois). Le plus économique depuis que nous nous lançons en tant que nomades.

Jour 1 :

Notre hôtel se trouve seulement à 10mn de deux endroits les plus touristiques de la ville : Pub Street et le Old Market.

Nous tombons tout de suite sur un resto vietnamien (The Soup Dragon). Bon, la nourriture khmer attendra. J’ai le plaisir de retrouver des jus de citron vert, ça m’a bien manqué. Ce resto, comme tous les restos pour touristes à Siem Reap, est assez cher (càd 3-4$/plat) – sauf le sandwich à 1,5$.

Des dollars américains au Cambodge

Alors, j’ai oublié de parler des moyens de paiement ici. A cause du manque de confiance et de l’inflation de la monnaie locale (le riel) il y a une vingtaine d’années, les cambodgiens ont commencé à utiliser des dollars américains entre eux (sans que ce soit une décision du gouvernement). Maintenant, malgré la stabilité de leur monnaie, les deux monnaies circulent toujours ensemble. Et on ne perd pas trop au change. Exemple : dans la vie courante, 1$ = 4000 riels. Alors que le vrai taux est de 4028 riels. Quand on donne 1$ pour payer quelque chose qui coûte 2000 riels, on nous rend 2000 riels.

Dans les pays à forte inflation comme en Argentine ou au Vietnam, les gens acceptent toujours le paiement en dollars, mais le taux appliqué est vraiment moins bon qu’à la banque.

J’ai tenté de faire des retraits, mais que ce soit des retraits en dollars ou en riels, le distributeur tente de me prélever 4$ à chaque fois quelque soit le montant.

Du coup, nous décidons d’écouler notre stock de dollars (on les a achetés exprès en Roumanie avant de venir), sauf pour l’hôtel où nous avons payé par carte bancaire.

Les billets de 100$ sont relativement facilement acceptés dans les restaurants pour touristes, ce qui nous permet d’avoir de la petite monnaie pour les tuk-tuk et la street food.

Le fait que les transactions se passe en dollar augmente considérablement les prix (pour les touristes). Car au lieu de fixer le prix à 2000 riels (0,5$), ils ont tendance à arrondir à 1$ (« seulement 1$ madame »), 2$ voire 3$. C’est le cas notamment des tuk tuk où il faut négocier un peu. A cause de ça, certaines choses sont plus chères qu’en Thailande où le Vietnam (une bouteille d’eau au resto par exemple).

Pour une raison inconnue, les cambodgiens n’aiment pas les billets de 2$. Si vous essayez de payer avec, on va souvent vous demander deux billets de 1 $ à la place.

Night Market et les boui boui

Il est urgent de trouver des boui boui locaux car les restos pour touristes ne sont franchement pas bons et chers.

A titre d’exemple, on était chez Old House près du Pub Street, et j’étais trop excitée de voir la salade de tiges de lotus au menu… et d’autres plats vietnamiens, que les cambodgiens ont sûrement adoptés. Eh ben, j’étais trop déçue, car ici, ils ont tendance à mettre beaucoup de sucre. Alors que la recette originale vietnamienne met plus de sauce de poisson (salée) que de sucre. 3$ pour manger du sucre !

Au long de la rivière qui sépare le Old Market de la zone de mon hôtel, se trouvent plein de stands de boui boui comme ça. Tous les plats sont seulement à 1$. C’est un stand fixé à un scooter, comme ça le vendeur peut le bouger très facilement. Ingénieux !

Tous les stands ont des menus super longs (une douzaine de plats), principalement ailes de poulet grillés (2 pour 1,5$), nouilles sautées (1$) – mais en fait, les stands bossent entre eux. Si on prend 3 plats différents, il est possible que la commande soit dispatchée entre 3 stands, car l’espace de cuisine est tellement petite qu’ils ne font que 2-3 plats par stands.

Ces stands ne sont là que le soir, ce qui normal car il ferait trop chaud en journée. Même les locaux mangent ici, assis sur des petites chaises sur le trottoir. J’aime beaucoup !

En marchant un peu plus loin, je tombe sur un autre boui boui qui vend des brochettes grillées dans des feuilles de banane. Ca a l’air très local car je n’ai encore jamais vu ce plat dans les menus. On roule la brochette dans la salade, en ajoutant des concombres, des herbes aromatiques et un peu de vermicelles. Puis on trempe le tout dans la sauce de cacahuètes.

Un peu hors sujet : le poivre cambodgien (le célèbre poivre de Kampot) est vraiment superbe ! Corsé comme il faut et ça sent divinement bon.

A l’intérieur du Old Market, où les touristes ne s’aventurent pas trop, comme au Vietnam, il y a des zones réservées aux boui-boui. Bon, j’avoue que tout ça n’est pas très hygiénique car 10m plus loin, ça pue le poisson et la viande crue. Mais nous pouvons y trouver des boui-boui pour le déjeuner. Les plats coûtent environ 2$, et les desserts 0,25$ (mais il faut savoir ce qu’ils vendent, et oser les manger).

J’ai repéré une vendeuse de viande crue fermentée par exemple (un de mes goûters préférés), mais pour des questions d’hygiène, je passe devant son stand plusieurs fois sans oser les acheter. Rhhaaaa… 😀 un jour peut-être.

Un autre boui-boui très populaire ici vend des brochettes de ??? (on ne saura jamais), servies avec du pain beurré grillé, et une salade de papaye verte à tomber. Tout ça pour 1,5$ (1000 riels par brochette et 1000 riels pour le pain). C’est un plat vendu uniquement le soir. C’est une sorte d’amuse-bouche car les locaux viennent manger plutôt en fin d’après-midi.

En tout cas, la même règle s’applique partout, dans tous les pays : dès qu’on voit plus de touristes que de locaux dans un resto, il faut fuir.

Massage & shampooing

Il y a des centres de massage partout partout. Ceux qui ont un vrai centre (à l’intérieur) coûtent à partir de 6$/heure (sans huile), 8$/h (avec huile). Ceux qui installent des chaises de massage dans la rue ont des tarifs de dingue : 2$/h !!!

Nous avons testé les deux, et quelque soit le prix, le travail est bien fait. Il faut être moins regardant sur l’hygiène des massages dans la rue (par ex ils utilisent la même serviette pour plein de clients). Alors que dans les centres de massage, ils nous lavent les pieds avant le massage.

Ici comme au Vietnam, on peut faire juste un shampooing et brushing. Je pense qu’on s’est fait un peu avoir en payant 3$, mais je voulais tester pour comparer.

La première partie du shampooing se fait assis, on me pschitt de l’eau sur la tête puis met du shampooing. Le deuxième shampooing et l’après-shampooing se font sur une chaise allongée (que vous voyez à gauche sur la photo), massage de la tête en bonus.

Ah oui, parlant de soins tout ça : Les cambodgiennes ont une peau de rêve (malgré la pollution), car ça veut dire que la nourriture et l’environnement sont favorables. Pourquoi je parle de ça ? En fait, il suffit de regarder l’état de la peau des locales pour deviner quelle peau j’aurai 😀 Quand je vois que les thaïlandaises de Bangkok ont toutes une peau de m*rde, eh ben, je ne m’en suis pas échappée non plus. La nourriture est tellement épicée et l’air tellement pollué qu’il est impossible d’avoir une peau lisse. Alors qu’il suffit d’un jour à Siem Reap pour que ma peau devienne belle comme jamais.

Ostéo

Sur le groupe Facebook des francophones à Siem Reap, nous tombons sur un post d’un ostéo voyageur, Mathieu, qui propose ses services d’ostéopathie. Trop contente, je prends rendez-vous avec lui.

Car les massages, c’est bien, mais ça ne remet pas les os en place.

Normalement, il aura un cabinet à Hoi An au Vietnam dans les prochains mois, et sortira une appli – où l’on pourra trouver des ostéo voyageurs dans le monde. Je vous en parlerai dans un article à part.

P/s : son whatsapp : +33(0)644 01 79 36

Floating Village

Ayant aperçu les villages flottants depuis l’avion, nous payons sans hésiter un tour pour les visiter. 18$/personne. L’agence nous donne rdv à 13h30 à l’hôtel. Nous mettrons 1h à aller chercher tous les touristes autour de Siem Reap, avant de prendre la route pendant 1h.

Nous prenons ensuite un gros bateau comme ça :

L’intérêt du tour est assez limité, puisque nous ne visitons aucune maison sur pilottis. Il y a peu de scènes de vie, et les maisons ne « flottent » pas comme ce que sous-entend le nom du tour.

On peut ensuite prendre un petit bateau pour 5$/personne pour s’enfoncer un peu plus dans la forêt

Le resto à côté a acheté des crocodiles – au cas où quelqu’un aurait envie d’une petite brochette.

Une noix de coco plus grosse que ma tête….

Nous arrivons enfin au lac – tellement grand qu’on a l’impression d’être à la mer – pour voir le coucher de soleil. Wooowww !!!

Etant un ventre sur pattes, je suis un peu déçue de ne pas voir de marché flottant. On aperçoit de temps en temps de petits bateaux pleins de produits pour la vie courante. Une sorte de supermarché ambulant, mais c’est tout.

Jusqu’en 1990 environ, cette zone n’avait pas d’eau courante, les habitants se servaient de l’eau du fleuve pour tout faire. Maintenant, heureusement pour eux, ils ont de vraies toilettes, de l’eau courante.

Pour terminer le tour, nous visitons une petite zone non inondée. Mais dans quelques mois, l’eau reviendra et toute cette zone sera de nouveau inondée.

Ecoutez, je suis un peu déçue par ce tour. Nous n’avons pas consulté le programme avant, pour nous laisser un effet surprise. Si c’était à refaire, je pense qu’on se renseignerait pour un tour privé.

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Hôtel : 750$/mois au Sakun Angkor Boutique (il y a une longue table dans la chambre + tables au restaurant pour travailler, Internet est super rapide)
  • Restaurants :
    • Boui-boui : 1$ à 2$/personne
    • Restos pour touristes : 6$/personne boisson incluse
  • Supermarchés :
    • Petite bouteille d’eau : 1000 riels
    • Grosse bouteille d’eau de 6L : 2$
  • Carte SIM : 5$ avec 5G inclus, en vente dans les supermarchés
  • Linge : 1$/kg

Astuces

  • Si vous êtes en Asie depuis peu de temps, évitez les légumes crus et glaçons dans les boui boui
  • Si les prix sont corrects dans la plupart des restaurants et boui boui, négociez avec tuk tuk et marchandez à mort au marché
  • Prenez des dollars américains avec vous. Ils s’en foutent de l’état du billet, donc gardez vos beaux billets pour la Birmanie, mais dépensez les billets un peu plus moches au Cambodge. Les taux de change sont très bons, au pire, faites le change si jamais vous n’avez pas de dollars sur vous. Pour tout retrait, la machine vous prend 4$/transaction (sauf chez MayBank – merci Marlène). J’ignore quelle est la limite de retrait maximum.
  • Internet est très rapide ici, c’est idéal pour les nomades digitaux, la ville est suffisamment petite pour ceux qui aiment marcher. La location de scooter est encore possible (contrairement à ce qu’on peut lire sur les blogs), pour 10$/jour
Temples d'Angkor (Cambodge) : Angkor Thom, Bayon Temple, Ta Prohm, Preah Khan - Carnet de voyage
Bangkok (Thailande) : Retour après 1 an
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    2 commentaires
    • Répondre Marlène

      12 décembre 2017, 9 h 10 min

      Bonjour. Nous sommes rentrés au Cambodge il y a 1 semaine. Nous nous rendons à siem reap demain. Pour les retraits sans frais, vous pouvez aller dans une Maybank. J’ai utilisé une visa et pas de commission.

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.