Temples d’Angkor (Cambodge) : Angkor Thom, Bayon Temple, Ta Prohm, Preah Khan – Carnet de voyage

Nous l’attendions, et ce jour est enfin arrivé ! Nous visitons les temples Angkor pour la première fois (deuxième fois pour JB qui y est déjà passé il y a 11 ans, une éternité !) !

Note : comme nous restons un mois ici, nous avons acheté un ticket de 7 jours utilisable en un mois, comme ça nous pouvons visiter le site à petites doses et éviter de trop cramer sous le soleil.

Carnet de voyage

Pour cette première journée, nous avons loué un scooter automatique. 10$ la journée. Pour la location de scooter, l’achat de tickets etc. je vais en parler dans un article à part, pour ne pas polluer celui-ci.

Nous suivons les tuk tuk qui partent du centre de ticket, et heureusement d’ailleurs, parce que Google Maps nous indique un chemin plus court; mais le chemin pris par ces tuk tuks permettent de s’arrêter à un point de contrôle (sur l’avenue Charles de Gaulle). En gros, ils compostent notre ticket d’entrée, un trou par jour – pour mieux contrôler les entrées. D’ailleurs, si vous voyez des « Checkpoint – STOP », arrêtez-vous pour montrer votre ticket.

Nous passons devant Angkor Wat, mais vu la foule et la difficulté à faire garder notre scooter correctement, nous passons le chemin et comptons y revenir un autre jour en louant un tuk tuk à la journée (avec chauffeur bien sûr).

L’itinéraire que nous faisons ces deux premiers jours est complètement aléatoire (au feeling). Je vous ferai un article sur l’itinéraire idéal plus tard.

JOUR 1

Bayon Temple

Juste avant d’arriver à Bayon Temple, nous voyons ce pont mythique avec sa tour à visages, figurant sur toutes les cartes postales et peintures vendues à Siem Reap. Trop contents, on s’arrête, sans faire attention à la voiture de police juste à côté. Voilà, ça nous a valu un contrôle par la police (à cause de la location de scooter – considérée comme interdite aux touristes), alors appréciez ces photos SVP ! 😀

Note : en cas de contrôle de police, soyez juste patients. Et passez un coup de fil au loueur du scooter, ils vont se parler entre eux au téléphone. Dans notre cas nous avons dû patienter environ 45 minutes avant de repartir sans problème.

Tous les ponts (ou presque) menant aux temples sont décorés des deux côtés par une armée d’hommes tirant sur la queue d’un serpent. Cela fait référence à un mythe d’origine hindoue du barattage de la mer de lait, permettant à la fin la production d’un breuvage d’immortalité.

Dans une action commune, les dieux (deva) et les démons (asura) barattent pendant 1 000 ans la mer de lait pour en créer un breuvage d’immortalité (l’amrita).

Ils utilisent un serpent, nommé Vasuki. Ce dernier est  enroulé comme une corde autour d’une montagne appelée Mandara. Ceci permet ainsi de faire tourner le mont dans un mouvement de va et vient, grâce à l’action des dieux et des demons, qui tirent à tour de rôle sur le corps du serpent. Le dieu Vishnu, situé au centre de la scène, supervise le déroulement du barattage.

Source

Arrivés devant le temple, nous confions notre scooter à une vendeuse de boissons, en faisant attention à le verrouiller (en bloquant le volant).

Le lieu est déjà noir de monde. Nous empruntons tous des escaliers en bois pour monter sur la plateforme, qui nous donne une vue plus près des tours à visages.

Les bas-reliefs du temple sont extrêmement travaillés, j’adore ce genre de décoration, ça me rappelle les temples indiens.

Ta Prohm

Ta Prohm est un des temples très connus grâce à ses murs emprisonnés ou détruits par des racines d’arbres centenaires – et son apparition dans le film Tomb Raider.

Ce magnifique couloir a été entièrement renové

Ce qu’on espère voir :

La réalité :

Voilà voilà la triste réalité derrière les photos de voyage 😀

L’énorme arbre qu’on voit précédemment sur la photo est en fait une réunion de deux arbres. Le deuxième envahit tellement le premier que le premier est mort mais ses racines restent bien visibles.

Regardez bien cet arbre apparu dans Tomb Raider

Eh ben il est toujours là !

La visite de Ta Prohm est vraiment agréable car on est tout le temps à l’ombre. Ce qui n’est pas le cas des autres temples.

Nous l’avons visité au pire moment (vers 11h) en compagnie d’autres cars de touristes. L’avantage c’est que nous avons eu des explications gratos en suivant malgré nous des groupes anglophones et vietnamiens. Mais nous allons y revenir un autre jour à un moment plus calme.

En face de Ta Prohm, il y a une multitude de restaurants. Nous prenons deux noix de coco (en échange de la garde du scooter) puis nous reprenons la route.

Note : en réalité, personne ne fait vraiment attention à notre scooter, mais ça me rassure toujours de désigner quelqu’un comme responsable 😀 

Preah Khan

Preah Khan fait partie des grands temples à Angkor, mais comme nous le visitons à l’heure du déjeuner (13h environ), il y a moins de monde. Ici, personne ne peut garder notre scooter, on le laisse donc à côté des vélos d’autres touristes.

Il faut d’abord traverser un joli pont richement décoré avant d’apercevoir le temple. Nous assistons à un échange entre deux catalans (de Barcelone) et des moines bouddhistes en train de prendre des photos. Les catalans demandent aux moines d’où ils viennent. Réponse : Miami ! Wooow, c’est super des croiser des moines globe-trotters.

Voici le temple, côté Ouest :

Franchement, je me demande comment tout ça tient encore debout ! Ce type de plafond s’obtient en superposant des pierres de plus en plus petites jusqu’à ce que ça forme un plafond/arc. C’est très différent de la technique de construction de voûte qu’on a vue en Andalousie.

L’inconvénient de cette technique c’est que les constructions ne sont pas stables à long terme et les chambres/couloirs ayant ce type d’arc doivent être de petites tailles (en largeur).

Les décorations et reliefs sont mieux appréciés quand il y a moins de monde 😀

Surprise !

Dans ce temple, nous voyons beaucoup de pierres avec des trous (cf. la photo ci-dessous, à gauche), les trous ont été faits pour faciliter leur transport par des éléphants.

Ayant bien petit-déjeuné, nous n’avons pas trop envie de manger. Et comme il fait trop chaud, nous décidons de rentrer alors qu’il n’est que 14h.

En passant de nouveau à côté d’Angkor Wat, nous croisons des vendeuses de riz gluant (sticky rice) cuit dans des troncs de bambou. C’est le genre de street food délicieux dont les touristes non-asiatiques passent complètement à côté. Donc il faut ouvrir les yeux et ne pas hésiter à demander aux vendeuses ce que c’est.

Pour manger, écartez le bambou en éventail comme ce que fait JB, vous trouverez à l’intérieur du riz gluant mélangé aux haricots noirs, un peu de coco; et un film transparent de bambou resté collé au riz, ce qui donne un petit goût sympa. Nous avons payé 1$/bambou.

Jour 2

Nous profitons du scooter pour tenter de visiter les temples moins bien desservis, ou moins populaires. Malheureusement, malgré nos efforts, nous n’avons pas pu visiter le Banteay Thom Temple ni Mebon occidental – car Google Maps pense que toutes les routes sont compatibles aux voitures. Alors qu’en réalité, en allant aux temples perdus dans la jungle, nous passons de cette superbe route :

à cette route poussiéreuse avec plein de trous

à celle-ci où le sable remplace les cailloux. Même à vélo, ça aurait été super chiant. Du coup, on abandonne et on espère qu’un tuk tuk pourra nous y amener plus tard, en empruntant une route plus safe.

A côté du point de contrôle de tickets, JB retrouve ses bananes fries (1000 riels chaque) – qu’il a eu l’occasion de tester il y a une dizaine d’années au Cambodge

Je vois ces mini-coquillages partout. Je ne sais même pas si c’est cuit ou pas. Le fait que ça reste des heures sous le soleil me rebute un peu, mais ça me démange. Un autre jour peut-être.

Terrace of the Elephants

Du coup, aujourd’hui, nous visitons ce site que nous avons repéré la veille, toujours plein de touristes.

Voyez-vous les éléphants en relief sur le mur ? C’est magnifique !! J’ai failli les zapper car ils sont assez loin de l’entrée principale.

Si la terrasse des éléphants est aussi fréquentée, c’est parce que derrière se cachent des choses magnifiques, comme le temple Phimeanakas

Phimeanakas

C’est un temple que j’ai repéré en regardant les photos d’Angkor. Il me fait penser aux temples birmans. Avant, c’était possible de monter jusqu’en haut, mais ce n’est plus possible car c’est trop dangereux. Quand il pleut beaucoup et les alentours sont inondés et la végétation plus abondante, c’est vraiment magnifique.

Attente :

Réalité :

Bon, ça reste quand même très joli hein 😉

Baphûon

Le temple à côté (Baphûon) est tout aussi impressionnant, et en plus, on peut monter jusqu’en haut (mais il ne faut pas avoir le vertige)

Vue d’ensemble du temple

Vue d’en haut du temple. A cause d’une végétation très dense, on ne peut malheureusement pas voir les autres temples d’en haut (contrairement à Bagan en Birmanie).

En passant derrière le temple, on voit la tête du bouddha couché. Il a été restauré pour notre plus grand bonheur.

Très gênés par la chaleur, nous terminons notre deuxième journée à Angkor ici, à 13h aussi. Nous passons chercher deux morceaux de riz gluant cuit dans des troncs debambou et quelques fruits puis nous rentrons à Siem Reap.

Après 2 jours en scooter, nous avons un peu mal aux fesses lol… les prochains jours, nous allons réserver un tuk tuk (un copain se joindra à nous).

A bientôt pour de nouveaux carnets de voyage aux temples d’Angkor !

Budget

  • Ticket de 7 jours valable 30 jours : 72$
  • Location de scooter : 10$/jour
  • Essence pour le scooter : 1$/jour
  • Nourriture au sein d’Angkor :
    • Soda : 1$
    • Mangue/Ananas : 1$/fruit, négociable à 0,5$
    • Sticky rice : 1$/bambou
  • Garde du scooter : Il est d’usage de donner un pourboire. Soit on achète une boisson, soit on donne 1000 riels.
  • Je sais que d’autres touristes ne donnent rien, considérant qu’il n’y a aucun risque. Il y a des sous-entendus et règles en Asie qui sont difficiles à expliquer aux touristes étrangers car nous n’avons pas la même culture. Je vous conseille vraiment de donner quelque chose, surtout si vous louez un scooter parce que vous êtes quand même hors la loi (c’est interdit normalement)
Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

Lire tous mes articles
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.