[story time] Mon exchange semester en Australie : Sydney, Brisbane, Melbourne & Adelaide (Carnets de Voyage) 2/2

Je vous ai raconté que la vie n’était pas en rose pour moi en tant qu’étudiante asiatique à Sydney, mais j’ai quand même bien profité de mes 4 mois d’échange en Australie en 2009 pour voyager un petit peu.

Partie 2 : Mon carnet de voyage en Australie

Mes habitudes à Sydney

J’allais souvent au Fish Market de Sydney où le sashimi était vendu au kg. J’étais tellement gourmande (j’achetais souvent 500g de saumon pour manger toute seule) qu’on m’a souvent prise en photo pour illustrer les blogs de voyage.

Je lisais beaucoup de magazines féminins. Ils contenaient moins de pubs que la version française et coutaient plus cher (8$AU). Un de mes tweets pour Cosmopolitan Australie a été choisi et imprimé dans leur magazine. Je garde encore aujourd’hui cette page comme souvenir.

Je ne sais pas si vous le saviez mais pour avoir une adresse xxxxx Sydney, il faut être au CBD (central business district), ce qui correspond, en taille, à un arrondissement en fait (c’est petit et cher et il n’y a que des gratte-ciels). Ensuite, il y a d’autres « arrondissements » autour du CBD, le tout forme la ville de Sydney. Mon appartement se situait à une rue du CBD, et ça m’a toujours fait marrer que mon arrondissement s’appelle Chippendale, comme les strip-teaseurs 😀

Cet appartement, en plus d’être central (même si j’avais droit qu’à 2m² derrière l’armoire), avait l’avantage d’être à 50m de Mc Donalds et 60m de mon bubble tea préféré. Donc, toute ma petite fortune est passée par là : tous les jours : 2 bubble tea matin et soir à 4$AU chaque, et quelques nuggets chez McDo le soir si j’avais la flemme de cuisiner.

Près de mon appartement, il y avait une piscine nommée Ian Thorpe (je suis trop fan de lui, il a ramené plusieurs médailles olympiques en natation pour l’Australie). J’y passais toutes mes matinées, entre la piscine taille olympique et le sauna.

J’ai aussi visité le village olympique (presque désertique) et la fameuse piscine olympique à Sydney où Ian Thorpe a gagné sa médaille d’or.

J’allais souvent au cinéma aussi, à regarder des films en 3D dans des salles deux fois plus grandes qu’en France. Le prix était deux fois plus cher aussi (20$AU) et les places numérotées.

J’ai même créé un blog de cuisine, ayant beaucoup de temps à perdre et une grande cuisine à l’apparte.

J’ai eu quelques missions en tant que cliente mystère. Ils payaient beaucoup mieux qu’en France, entre 20$ et 25$ la mission d’1h + 1h de compte-rendu.

Je passais énormément de temps au Circular Quay pas loin de l’opéra de Sydney.

La première fois que j’ai vu l’opéra de Sydney, j’ai été très surprise de voir que ce qui la couvrait, c’était juste des morceaux de céramiques un peu cheap.

C’était un lieu très agréable pour se promener, faire de la lèche-vitrine mais comme dans le film Némo, il y avait une espèce de mouettes (celles qui font « mine, mine » dans Némo), un peu trop présente à mon goût, qui n’hésitait pas à voler de la nourriture. A côté de ça, il y avait un gros oiseau tout moche dont le bec, étrangement long, faisait très peur. On n’a pas envie de recevoir ça dans l’œil. Une fois, alors que je mangeais tranquillement mon sandwich assise sur une des nombreuses marches, un oiseau est venu de derrière et m’a piqué la moitié de mon sandwich. Snif.

Un jour, je me suis réveillée très tôt et le ciel était tout orange, comme dans une scène d’apocalypse. J’ai allumé la télé et on nous a expliqué que le vent avait soufflé tellement fort que le sable du désert est venu jusqu’à Sydney. Il y avait du sable orange partout, tout le monde essayait de rester à l’intérieur pour ne pas se pourrir les poumons, c’était vraiment un spectacle incroyable.

JB à Sydney

JB est venu passer un mois à Sydney. Il a loué une chambre privée dans une auberge de jeunesse à 30$AU/nuit, dans le quartier rouge de Sydney, mais ce n’était pas si craignos que ça. Franchement, j’aurais pu sécher les cours et aller aux îles Fidji, ou au Golden Coast avec lui mais j’aimais vraiment assister au cours et je ne manquais aucun cours, sous aucun prétexte.

A cette époque, il n’y avait pas encore de 3G/4G donc JB m’attendait sagement à la bibliothèque (mes cours ont lieu souvent le soir), en se connectant à l’ordi de l’université pour avoir Internet haut débit et illimité. Ensuite, on allait cuisiner du kangourou à l’auberge. La viande de kangourou était une des moins chères en Australie, et la version pré-marinée est délicieuse. En plus, l’élevage des kangourous produirait -40% de méthane que le bœuf.

Comme moi, JB est trop fan du fish market et on en parle encore des années plus tard. Je pense que si on revient à Sydney, ce sera seulement pour ce fish market 😀

Nous avons pris le ferry pour aller visiter le zoo de Sydney, le fameux où l’on pouvait prendre la photo d’un girafe avec l’opéra de Sydney au fond. Pour faire ça, il y a des marches pour se mettre au niveau des girafes. Dans ce zoo, il y a régulièrement des animations, où l’on peut toucher certains animaux, dont le koala. On n’a pas eu cette chance là, mais on a pu les voir de très près, en train de manger et dormir (de toute façon, ils ne savent pas quoi faire d’autres).

C’était l’occasion aussi de voir des kangourous de près (c’est trop chou). On s’en mordait les doigts d’aimer un peu trop leur viande 🙁

Nous avons pris le bus pour nous rendre aux Blue Mountains. Pour mieux profiter du lieu, on a payé en plus pour un bus hop-on hop-off.

Maintenant, après avoir fait le tour du monde, ces mêmes paysages auraient pu nous décevoir. Mais à l’époque, un trip d’un jour à 35$AU comme ça, c’était une occasion inespérée. Et on était tellement contents !

Ce qu’on aimait beaucoup faire également, c’était de prendre le métro, ou le ferry (au tarif aussi peu cher que le métro parce que c’était un moyen rapide de relier les deux parties de Sydney) et être en moins de 30 minutes sur une plage (Bondi, Manly…).

Il y avait un joli chemin longeant la falaise à Bondi Beach et depuis les falaises, on a pu voir les mesures de sécurité mises en place (des filets) pour empêcher les requins de s’approcher de trop près de la plage. On n’en a pas vu dans l’eau, mais il y avait une piscine qui est juste à côté de l’océan, pour ceux qui avaient vraiment peur des requins.

Et puis, je suis allée à Canberra, la capitale australienne. Les tours en anglais coûtaient dans les 80$AU mais les tours en chinois vendus au quartier chinois s’affichaient seulement 45$AU, alors j’ai acheté ce tour. Confortablement assise dans le bus avec d’autres chinois, j’attendais le départ quand le chauffeur qui parlait en chinois depuis 5 minutes est venu me voir « Miss xxx » ? « Yes » ? et là tout le bus a rigolé. Apparemment, il faisait l’appel depuis tout à l’heure et tout le monde a répondu présent, sauf moi, parce que je ne parle pas chinois justement 😀 Il a été très gentil, et a fait la présentation des monuments en anglais, juste pour moi.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’en Australie tout coûte tellement cher que les agences ne peuvent pas se permettre de payer ET un chauffeur ET un guide. Donc le chauffeur doit conduire et faire le guide en même temps.

Après les études, j’ai passé 2 mois à voyager avec mon cousin, basé à Brisbane.

Il m’a amenée visiter son université, plus grande que mon université à Sydney. Il était logé dans une maison en banlieue. Je me souviens, un jour, nous sommes rentrés à la maison assez tard et il n’y avait aucune lumière. Il m’a raconté que comme la maison était à côté d’une petite rivière, c’était presque la nature sauvage : après chaque pluie, les serpents remontaient et il n’était pas rare d’en voir un en ouvrant la porte. Et il m’a raconté tout ça pendant qu’on marchait dans le noir.

On a fait la côte pour aller voir les dauphins sauvages (cf. mon article) et la plus grande barrière de coraux (cf. mon autre article)

Ensuite, on est allés à Melbourne, on a fait l’excursion d’un jour pour visiter les 12 apôtres, the look out…

Là aussi, le chauffeur faisait guide touristique et conduisait super vite.

De mémoire, nous avons payé plus d’une centaine de dollars pour le tour d’un jour comme ça (chacun). L’année suivante, mes amis sont partis en lune de miel en Australie et ils ont dû casser leur PEL pour se payer des excursions entre 100$AU et 600$AU chacun.

A l’époque, je ne savais pas conduire, alors conduire à gauche me semblait impossible. Maintenant si on revient en Australie, on va plutôt louer une voiture et je sais que je peux conduire à gauche maintenant, ayant pratiqué sans trop de difficulté en Nouvelle Zélande et en Afrique du Sud.

Donc ne venez pas en Australie sans votre permis de conduire international !

Mon cousin et moi avons terminé le road trip par Adelaide. Avec notre petit budget d’étudiants, nous n’avons pas visité de monuments ou attractions payants, et ça a tourné court (2 semaines à peine). Mais c’était mon premier road trip et j’ai beaucoup aimé.

J’ai raté les feux d’artifice du nouvel an à Sydney, à 4 jours près, à cause de mon visa.
Je n’osais pas rester 4 jours après l’expiration de mon visa.

Ensuite, je suis revenue au Vietnam et je ne me suis pas encore retournée en Australie.

Mais ce pays fait partie de notre liste pour le 2ème tour du monde, on va peut-être y aller en 2019/2020.

Comment assister à des ventes aux enchères chez Drouot à Paris ? (France)
[story time] Mon exchange semester à Sydney (Australie) : Entre l'attente et la réalité (1/2)
Anh

Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

All author posts
Write a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.