Managua, Premiers jours au Nicaragua & micro-bus jusqu’à Granada

Un petit article pour vous raconter nos premiers jours à Managua, la capitale du Nicaragua.

Nous sommes partis de Panama City où nous avons passé 2,5 jours. A l’enregistrement, on ne nous a pas demandé de billet de sortie, mais le carnet de vaccin contre la fièvre jaune (fiebre amarilla). Heureusement que nous l’avons (fait en 2016 avant le départ de tour du monde).

Arrivés à Managua, quelqu’un nous checke avec une machine, pour voir si nous avons la fièvre ou pas. Le carnet de vaccin contre la fièvre jaune (fiebre amarilla) est demandé à la sortie de l’avion (c’est parce que nous venons d’un des pays touchés par cette maladie).

Nous passons devant l’immigration, où nous payons 10$/personne le droit d’entrée.

C’est l’aéroport le plus tranquille au monde, on ne se fait même pas harceler par les taxis. Il faut leur DEMANDER s’il peuvent s’occuper de nous 😀 Ils nous annoncent tous un tarif aux alentours de 25$ jusqu’à notre hôtel. Too much !

On retire de l’argent aux distributeurs Banpro, sans frais à l’aéroport alors que c’est 1,5% à 4$/retrait en ville. Moi pas comprendre.

On achète une carte SIM chez Claro (infos & tarifs ici). Comme on parle espagnol et demandons le tarif en cordobas, on se fait moins avoir qu’un autre couple – ne parlant ni anglais ni espagnol – qui paie 10$ pour presque la même chose.

C’est alors qu’il se met à pleuvoir des cordes. Il y a tellement d’eau que ça fait un bruit d’enfer. Dans la rue, même les bouches d’égouts sont ouvertes pour faire partie l’eau plus vite – et elles n’y arrivent tellement pas que cela se transforme plutôt en fontaine.

Avec l’application Ray (l’équivalent de Uber), la course ne nous coûte que 250 cordobas (7,4$ au lieu des 25$ annoncés par les taxis). Paiement en cash.

Notre hôtel est un condominium dans un quartier riche et il n’y a malheureusement pas beaucoup de restaurants aux alentours (normalement il devait en avoir mais à cause de la crise de l’année dernière, beaucoup de projets comme ça sont inachevés).

Il y a un centre commercial à 1km mais nous ne pouvons même pas marcher (route rapide sans trottoir). Soit on doit prendre un VTC avec Ray (la honte, pour une telle distance), soit on doit commander pour une livraison à domicile. Nous remarquons les scooters de livraison avec le logo Hugo et arrivons enfin à commander avec eux. Youpi ! Le paiement se fait toujours en cash par contre, et l’appli demande lors de la commande si oui ou non le livreur doit prévoir de la monnaie.

Ce qui est un peu gênant pour cette ville c’est qu’il n’y a pas de centre-ville où l’on peut marcher tranquillement et visiter. Le vrai centre-ville a été détruit lors d’une éruption de volcan. Sans quoi, Managua aurait été comme les autres villes coloniales Leon et Granada aujourd’hui.

Ici, la vitesse de connexion est très rapide, mais nous avons hâte de quitter cette ville sans charme pour Granada.

Managua -> Granada en micro-bus

Sur les conseils de Lauriane, nous nous rendons en VTC au terminal de bus UCA (100 cordobas).

Le « Terminal de bus » est un grand mot, puisqu’il s’agit juste d’un endroit assez désorganisé où partent plusieurs micro-bus (24 places).

Sitôt le taxi arrêté devant un bus marqué « Granada », quelqu’un nous prend les valises et les met dans le coffre du bus. JB suit le porteur pour éviter qu’il disparaisse avec nos bagages, tandis que je paie le chauffeur de taxi. Le trajet Managua – Granada ne coûte que 33 cordobas/personne. Les valises sont dans le coffre, mais on nous demande de payer quand même pour les valises. On ne savait pas que c’était une pratique acceptable et refusons de payer. Ma prof d’espagnol me dira plus tard que c’est acceptable de payer le moitié-prix pour le bagage, même s’il est dans le coffre et n’occupe pas un siège.

Suite de notre aventure à Granada par ici

le micro-bus
l’intérieur du micro-bus

Vous avez aimé cet article ? Consultez tous nos carnets de voyage & guides pratiques sur le Nicaragua ici

Granada (Nicaragua) : Une Ville Coloniale Charmante
Le eVisa de Groupe pour la Chine - une option intéressante pour les Voyageurs en Tour du monde
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.