El Calafate (Argentine) : une petite ville sympa

Le trajet Ushuaia – El Calafate dure 18h, avec un ferry à prendre et 2 traversées de frontières (en effet, on passe d’une ville en Argentine à une autre ville en Argentine, mais il faut obligatoirement passer par le Chili). Taqsa est la seule compagnie de bus proposant ce trajet direct.

Contrairement aux chauffeurs de Bus-Sur qui n’expliquent en rien les démarches administratives, avec Taqsa, dès qu’on arrive à une frontière, on est les premiers à faire la queue et les passer. Pour entrer au Chili, il faut remplir un formulaire et un des chauffeurs passe voir chacun d’entre nous pour nous dicter ce qu’il faut remplir. Ensuite, tous les bagages à main sont scannés afin de détecter la moindre trace de fruits ou viandes fraîches.

Nos passeports sont remplis de tampons chiliens et argentins maintenant. Heureusement les douaniers essaient de maximiser l’espace et font jusqu’à 4 tampons sur la même page.

Arrivés à minuit trente à El Calafate, nous décidons de marcher 15 minutes jusqu’à notre auberge, une décision qui me fait très peur vu les rues désertes, mais finalement tout s’est bien passé.

El Calafate est une ville très agréable, au bord du lac Argentino. C’est le lieu de passage obligatoire pour tous ceux qui veulent soit visiter le glacier Perito Moreno, soit continuer vers El Chalten, soit descendre au Torres del Paine (Chili) depuis l’Argentine. Nous décidons de rester ici 5 nuits, pour nous reposer un peu, et nous remettre de 2 excursions qu’on va faire ici. La ville en soi n’a rien d’extraordinaire, le lac Argentino est entouré de vase donc pour pouvoir toucher l’eau du lac, il faut marcher un peu plus loin que le suggère Google Maps.

Jour 2 :
Journée repos après le trajet de bus éprouvant la veille (même si on a dormi pendant une bonne partie du trajet, c’est quand même très fatiguant). On en profite pour faire toutes les réservations de bus, transferts vers Perito Moreno et excursions. On n’arrive pas à retirer de l’argent, il y a une longue queue devant les distributeurs, apparemment les argentins se préparent à un long week-end et retirent de l’argent en masse. Heureusement, tous les tickets de bus et les excursions peuvent être payés par carte bancaire.
Nous faisons les courses dans un petit supermarché près du terminal de bus, on se croit en temps de guerre tellement l’offre est limitée, les légumes fanés nous regardent, l’air désespéré… tandis que le poulet rôti froid attend d’être réchauffé au micro-ondes. On apprendra plus tard qu’il y a un autre supermarché, plus fourni.

Jour 3 :
C’est la journée du glacier Perito Moreno, j’en ai dédié un article entier ici. Le transport a été assuré par Taqsa pour 500$AR/personne.
De retour, nous arrivons enfin à retirer de l’argent à la Banco de la Nacion. Victoire ! On ne mourra pas de faim à El Chalten (où il n’y a que 2 ATM).

Jour 4 :
Nous passerons toute une journée au Torres del Paine (2300$AR) avec l’agence South Road. J’ai aussi écrit un article sur Torres del Paine ici.

Jour 5 :
Complètement épuisés, nous faisons grasse mat et ne sortons qu’à 12H30 pour déjeuner. On est dimanche mais El Calafate est suffisamment touristique pour que son centre ville reste ouvert (pas comme Punta Arenas au Chili). Alleluia car on meurt de faim. On s’arrête à un petit restaurant nommé « Casablanca » pour prendre deux salades. Dans un pays à viande comme l’Argentine, les salades peuvent coûter aussi cher qu’un bon steak. Je commande un mate (la boisson nationale) en espérant avoir le pot traditionnel argentin, mais finalement on me donne tout simplement un sachet individuel (comme un thé normal) avec un pichet d’eau chaude. Au début, ce mate ressemble à un thé fumé, mais dès qu’il est bien infusé, le goût devient très amer. JB n’aime pas du tout.

Ici, comme partout en Argentine, les glaces (helados) sont très populaires. Pour 45$AR, j’ai droit à un petit cornet avec une boule de glace 3 fois plus grosse que le cornet, tout ça accompagné d’une petite cuillère.

Nous passons au vrai supermarché du centre-ville pour faire un stock pour les treks à venir. Il y a même un coin boucherie et des saucissons !

Retour à l’auberge de jeunesse où JB tente de réserver les auberges pour les prochains jours avec un Wifi inqualifiable.

On sympathise avec nos voisins. Tout le monde fait des trips de plusieurs mois en Amérique du Sud et très peu parlent espagnol (soulagement lol ça veut dire que je peux encore me permettre d’être nulle en espagnol encore un bout de temps). On s’échange nos bons plans et nos projets pour Noël et le Nouvel An. Un point commun entre les serial-voyageurs : on s’en fout un peu de Noël. Les destinations sont choisies au pif, plus pour le côté financier que pour l’ambiance des fêtes.

Ca fait énormément de bien à JB de rester au même endroit plus de 2 nuits consécutives (c’est vrai qu’on ne l’a pas fait depuis le Vietnam, chez mes parents, il y a 4 mois…). On décide de réduire (un petit peu) notre rythme de voyage et d’essayer de passer entre 3 et 5 jours à chaque endroit. Ce sera plus simple à planifier pour moi et cela réduira notre budget de transport (un des plus importants en Amérique du Sud).

Torres del Paine (Chili) : à ne pas rater
Glacier Perito Moreno (Argentine) : impressionnant et bavard
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.