Trois jours à Salento (Colombie) : un Petit Village dans la Région du Café

Depuis Bogotá, nous continuons notre road trip vers Salento, en compagnie de Philippe, le papa de JB, en vacances actuellement en Colombie.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Comment aller à Salento depuis Bogotá ?

Nous avons le choix entre un bus qui prend quasiment toute la journée, ou un vol de 45 minutes. L’option avion a été votée à l’unanimité. Très sage décision car la vue depuis mon hublot est à couper le souffle.

Je pense qu’après les beaux paysages aperçus depuis le hublot en Colombie, il est conseillé de payer un supplément en plus pour choisir une place près du hublot (nous n’avions pas payé l’option pour choisir notre place, j’ai eu la chance d’avoir le hublot).

Nous atterrissons à Pereira vers 11h et attendons le bus 206 qui nous amène jusqu’au terminal de bus (1h). Nous arrivons au terminal à 12h28, et hésitons devant le bureau de vente de ticket pour Salento, en nous disant que c’est trop tard pour prendre le bus à 12h30, mais un monsieur nous fait signe de le suivre. On s’installe dans le bus tranquille et on paiera les tickets à la fin (1h15 de trajet).

L’explication, les horaires et tarifs détaillés de ce trajet sont disponibles sur cet article

Le bus s’arrête d’abord au terminal de bus de Salento (près de notre hôtel El Zorzal). Un homme est monté dans le bus pour nous annoncer que si nous voulons rentrer à Pereira le jour même, il faut acheter le ticket tout de suite car le bureau de vente ferme à 16h30. Ensuite, le bus continue jusqu’à la place principale.

JOUR 1 : Visite d’une finca

Dora l’exploratrice

Le trajet Pereira – Salento est très agréable car les paysages sont magnifiques. Je suis assise à côté d’une dame colombienne et croyant que je suis toute seule, elle commence à me parler en… anglais. C’est rare une colombienne, âgée en plus, qui parle aussi bien anglais. A l’approche de Filandia, elle me dit qu’elle est née là-bas, mais qu’elle a maintenant un autre chalet à Salento. Elle nous recommande d’y aller, c’est plus joli que Salento. En passant devant Boquia, elle me conseille aussi d’y consacrer un peu de temps, car la rivière est très jolie.

Je lui demande des conseils sur les restos à Salento et on finit par déjeuner tous ensemble.

de gauche à droite : Moi, Dora et Philippe

Elle s’appelle Dora et bien évidemment, tout le monde l’appelle Dora l’exploratrice. Dora nous amène dans un resto où elle déjeune depuis plus de 10 ans. C’est très propre et très frais selon elle, contrairement aux restos pour touristes bien décorés mais sales. L’élevage de truites se trouve dans la vallée d’à côté, la vallée de Cocora.

Le restaurant s’appelle Antorchas, il est très discret vs. les autres, vous y croiserez peut-être Dora à midi 😀 Si c’est le cas, dites-lui bonjour de notre part.

La truite, la spécialité du coin, est délicieuse. Nous optons pour une trucha asada chacun, accompagnée de salade et d’une énorme chip de banane plantain. Pendant 3 jours, nous ne mangerons presque que des truites, mais celle à Antorchas reste effectivement la meilleure, la plus fraîche, avec le plus de goût. Après le déjeuner, on donne RDV à Dora : dimanche à midi (2 jours plus tard), au même resto.

Finca Las Acarias

Il y a plein de fincas (fermes à café) dans la région. Toutes les fincas citées dans les guides touristiques sont inconnues des locaux. On a posé la question à Dora et un autre colombien du bus, les deux nous répondent « vous parlez de plantations d’avocat ? » #facepalm donc les fermes ici ne sont pas si connues que ça, il vaut mieux s’attendre à un truc plus ou moins touristique.

Nous nous rendons à la place principale, d’où partent les jeeps en direction des fincas.

Je voulais aller à la Finca de don Elias, recommandée par mon ancienne collègue; mais on me dit qu’elle ferme assez tôt, il fallait partir à 14h. Trop tard.

On opte ensuite pour la Finca Las Acarias, une petite ferme similaire à la 1ère… mais la vendeuse de tickets de jeeps veut absolument me vendre les tickets pour la Finca Buenos Aires et son coffee tour de 2h (plus cher, plus loin et selon elle plus « interactive »).

Qu’est-ce que je ferais pendant 2h dans une plantation de café ? Moi qui ne bois même pas de café. J’insiste pour aller à Las Acarias, où le tour ne dure qu’1h.

12 000COP/personne pour le tour guidé de la ferme (Las Acarias).
6000COP/personne pour l’aller-retour en Jeep
Départ toutes les 30 minutes en Jeep
Tous ces tickets s’achètent directement au bureau sur la place principale à côté des jeeps
La vendeuse parle anglais/espagnol et même un petit peu le français

horaires des départs des Jeeps pour les « fincas cafeteras »

Il est marqué 8 personnes max, mais on se retrouve finalement à 15 dans la jeep, certains assis, d’autres debout accrochés à la barre à l’arrière. Heureusement qu’on voyage léger.

Au bout de 20 minutes de piste inconfortable, nous sommes les premiers à sortir (ouf, on n’en peut plus) pour Las Acarias. Le guide de la ferme nous propose tout de suite un café (très concentré et très amer), je n’y connais rien en café pour vous dire si c’est bon ou mauvais. Je n’aime pas le café de toute façon, mais ça sent très très bon. Le tour est en anglais ou en espagnol, au choix.

Après une présentation des animaux présents sur la ferme : Monu, Mona, Hercules, Mario, Antonio (en référence à Marie-Antoinette)…

… le guide nous montre les légumes & arbres fruitiers de la ferme uniquement pour la consommation de la famille. Comme quoi, pour être en totale autonomie, rien que pour 3 personnes, il faut une énorme colline. Le rendement est très faible car tout est bio.

Viennent ensuite les plantes de café (arabica uniquement). Il faut 3,5 ans minimum pour avoir une bonne récolte, c’est pour ça que les fermes sont transmises de génération en génération

petites plantes de café
JB et Philippe

Dans cette ferme, au bout de 5 ans, les plantes sont taillées (sinon elles ne donnent plus de graines), et au bout de 15 ans, elles sont remplacées. Les bananiers sont plantés entre les plantes de café, pour apporter de l’ombre aux fermiers, et de l’eau aux plantes.

Une seule récolte a lieu par an (entre Mai-Juin) et ils paient de la main d’oeuvre supplémentaire pendant cette période. Selon la capacité de chacun, les cueilleurs peuvent choisir d’être payés à l’heure, ou au kilo. Un bon travailleur peut toucher jusqu’à 25€/jour (9h de travail). Le salaire minimum est de 9€/jour.

Les graines de café récoltées sont d’abord débarrassées de leur couche supérieure (direction composte), puis fermentées, lavées et séchées au soleil. Ils exportent ensuite les graines comme ça car la torréfaction se fait dans les pays de destination (selon le goût du pays).

A la fin du tour, on nous offre un deuxième café (non merci !).

Je repère un drone en train de voler et trouve assez rapidement son propriétaire, à qui je pose plein de questions. C’est un DJI Mavic Air avec une autonomie incroyable et un rayon d’action de 8 km ! Mon drone est un petit jouet à côté du sien.

Il me dit que ses drones ont été contrôlés au départ et à l’arrivée en Colombie mais comme son sac anti-explosion (qui contient plusieurs batteries en lithium) est approuvé par les réglementations aériennes, tout s’est bien passé. Il me conseille aussi de retoucher les photos et vidéos prises par le drone car même les siennes manquent un peu de contraste.

Je ne peux pas vous donner sa chaîne YouTube car il n’en a pas. Pour lui, c’est juste un hobby pour s’occuper pendant ses voyages. C’est à peu près ma démarche aussi, en faisant le drone et en filmant, je ne fais pas forcément de montage ni vous le montre, mais c’est fun pour moi.

Nous hélons une jeep qui passe juste devant la ferme. Dans ce sens, toutes les jeeps vont à Salento, on peut arrêter n’importe laquelle, monter dedans et payer (en espèce ou en montrant le ticket de retour). Les cadrants de la jeep ne fonctionnent plus du tout. Le chauffeur me dit que la jeep a déjà 57 ans, et cela fait 15 ans qu’il l’a. Il est devenu très fort en réparation de voiture (tu m’étonnes) et la repeint régulièrement. Si vous prenez la jeep n° 26, c’est notre chauffeur !

Notre auberge

Nous arrivons à la place et marchons 3 minutes jusqu’à notre auberge El Zorzal (lien Booking). Tout est très propre, calme, très joli avec des hamacs dans le jardin et une belle vue sur les environs. Seulement 20€ la chambre privée (paiement en espèce ou en carte de crédit avec quelques % de frais supplémentaires).

Nous nous dépêchons d’aller à un point de vue un peu en hauteur à 1 minute de marche (devant la maison de quelqu’un en gros) pour regarder le coucher de soleil. Pas extraordinaire, mais très joli quand même.

Le centre-ville devient très animé. Comme c’est un petit village bien tranquille, nous sortons le soir sans aucun souci. Il faut cependant faire attention aux chiens et changer de trottoir quand vous en croisez un, car il y en a qui défendent leur territoire plus que d’autres.

JOUR 2 : Vallée de Cocora

On est réveillés par le chant des oiseaux. Il y a pire comme réveil, mais ces oiseaux sont très matinaux. Aujourd’hui, nous irons à la Vallée de Cocora (carnet de voyage dans un autre article) et passerons 5h30 à marcher (au lieu des 2h-3h prévues).

A peine rentrés à Salento, qui voyons-nous ? Dora l’exploratrice !!! Elle a l’air toute déçue et nous demande pourquoi nous sommes pas venus à midi au restaurant. On lui dit que le RDV est pour le lendemain (dimanche), pas aujourd’hui. La pauvre, elle s’est trompée, elle a même cuisiné pour nous et comptait nous inviter dans son petit chalet 🙁

Au moins, le hasard fait qu’on ait pu se rencontrer, et se dire au revoir proprement. Ça aurait été bête d’aller au resto le lendemain à midi, ne pas la voir et ne pas comprendre pourquoi.

Comme la 1ère auberge n’a plus de disponibilités, nous changeons d’auberge et allons chez Posada Plaza Salento. Très fatigués par cette longue journée de marche, nous nous contentons de quelques snacks puis dodo. Malheureusement le week-end il y a un petit concert juste en face de notre hôtel 😀

JOUR 3 : Visite de Salento et retour à Medellín

Il est 7h30, nous passons au terminal de bus acheter les tickets pour un départ à 10h. Il reste encore 12 places d’après le site Internet mais on ne sait jamais 😉

Nous visitons rapidement Salento car finalement nous n’avons visité que ses alentours, mais pas la ville elle-même. On est dimanche et de nombreux touristes provenant d’Armenia (une ville colombienne) sont déjà sur place. Beaucoup se rendent au mirador (+200 marches), puis vont à la vallée de Cocora.

Carrera 6, avec ses boutiques et la route menant jusqu’au mirador

L’église sur la place principale est très simple à l’extérieur mais très jolie à l’intérieur. Les portes sont toujours ouvertes, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil.

8h de bus jusqu’à Medellín

Il est temps de reprendre le bus pour Medellín. On aurait pu prendre l’avion depuis Pereira mais on s’y est pris trop tard et il ne restait que des tickets hors de prix (100€ au lieu de 30€). Ce sont 8h de route qui nous attendent (au lieu de 6 normalement) à cause des travaux sur la route et il n’y a que 2 voies.

Par contre, le bus est plutôt luxueux : équipé de toilettes, prise, USB et écran individuel… (comme dans l’avion) et surtout des paysages somptueux… si bien que je n’ai même pas pu dormir : il y avait trop de choses à regarder. Par hasard, j’ai la chance d’être placée sur la droite, où les paysages sont les plus impressionnants.

Sur le chemin, on devine les plantations de café, d’avocat, de mangues… tout est vert et il y a énormément d’oiseaux.

Nous nous arrêtons à un petit resto sur la route pour déjeuner, et roulons non-stop jusqu’à Medellín. Le bus s’arrête devant la station de métro Sabaneta avant de continuer jusqu’au terminal del sur. Mais on s’arrête au métro car il ne se trouve qu’à 5 stations de Poblado, notre quartier.

C’est la fin de ce mini road-trip de 4 jours avec Philippe. Dans les 4 prochains carnets de voyage, nous allons visiter Medellín et les alentours.

Partie 2 : Conseils pratiques

Les transports, tarifs & horaires Depuis (Pereira, Medellin, Jardin)/Vers Salento sont expliqués ici

Si jamais ces infos ne sont plus à jour, sachez que les colombiens sont extrêmement gentils, sauront vous renseigner et trouver un bus pour vous, ne vous inquiétez pas.

Le déplacement en transport public en Colombie est un jeu d’enfant, la principale difficulté, c’est la longue distance entre les villes. Ne comptez pas sur Google Maps pour vous donner la durée exacte du trajet en bus. Il y a beaucoup de montagnes et de travaux. Si vous avez peu de temps, vous pouvez toujours compter sur l’avion, qui ne coûte pas très cher en Colombie, à condition de voyager avec un bagage cabine.

Si comme Philippe, vous ne parlez ni anglais ni espagnol, et n’avez pas l’agence Anh-JB à votre disposition, vous pouvez aussi venir en Colombie en voyage sur mesure

Distributeurs – ATM à Salento

Il y a plusieurs distributeurs à Salento, prenez un peu d’espèces en venant ici (pour payer les bus notamment) mais vous pouvez retirer sur place sans aucun souci (frais équivalent à 1,7% du montant retiré avec une carte internationale). Certains restaurants acceptent la carte de crédit.

A prendre avec vous

Salento est en haute attitude (1850m) et vous êtes peut-être amené à monter jusqu’à 2860m à la Vallée de Cocora. J’ai voyagé pendant 4 jours avec 1 tee-shirt et 1 pull en laine mérinos (en prenant la douche tous les jours) et ça suffit.

Même en transpirant beaucoup à la vallée de Cocora, les tee-shirts ne sentent rien. Donc pour voyager léger et ne pas avoir froid, je vous conseille:

  • un tee-shirt en laine mérinos manches courtes
  • un pull en laine mérinos manches longues
  • un k-way premier prix (il pleut souvent ici)
  • un pantalon de randonnée & un pantalon de change
  • des chaussures de trail & 2 paires de chaussettes
  • un parapluie
  • des boule-quiès
  • pyjama
  • de quoi grignoter

Budget

  • Taxi Bogota => aéroport de Bogota : 30 000COP (avec l’appli Cabify)
  • Avion Bogota => Pereira : 30€
  • Pereira => terminal de bus Pereira (bus 26) : 2100COP
  • Terminal de bus Pereira => Salento : 8000COP/personne
  • Salento => visite d’une finca : 18000COP (visite + transport A/R)
  • Bus Salento => Medellin : 54 000COP
  • Logement : 20€/nuit la chambre double : El Zorzal (lien Booking), tout près du terminal de bus, à 3mn du centre-ville à pieds, avec une vue imprenable sur les montagnes, très calme, eau chaude, hamacs dans le jardin, petit-déjeuner consistant.
  • Restaurant : comptez 15 000COP à 23 000COP le plat, et 6000COP la boisson. Nous recommandons vivement le restaurant Antorchas, moins cher et meilleur que les autres.
Horaires & Tarifs de Bus (2020) Aéroport Pereira - Salento. Transport Salento - Vallée de Cocora / Boquia / Armenia
Où acheter une émeraude à Bogotá (Colombie) : Notre Expérience
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.