Vallée de Cocora (Colombie) : 5h30 de marche au milieu des Palmiers de Cire

Après la visite d’une ferme de café la veille, nous partons aujourd’hui pour la Vallée de Cocora, à 30mn de Jeep de Salento. Toujours en compagnie de Philippe, le papa de JB.

Partie 1: Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1: Carnet de voyage

Nous prenons une Jeep depuis la place principale du village. 8000COP/personne aller-retour. Nous comptons prendre celle à 8h30 mais comme elle est déjà pleine à 8h15, la voiture part tout de suite. Philippe et moi sommes assis à côté du chauffeur donc avons un peu plus de place que ceux qui sont assis à l’arrière (ou JB qui doit être debout pendant tout le trajet).

A cause de la fatigue cumulée ces derniers temps, ma mémoire me fait défaut et je suis persuadée que la balade ne dure que 3h maximum, malgré les warnings d’un mec sur place qui parle de 6h de marche (ou 3h à cheval).

Du coup, au lieu de faire ça (expectation) : 5,6km. J’ai dit à Philippe que je n’aimais pas marcher. Et lui non plus…

Nous avons fait ça (reality) : 9,1km

Oups !

On apprendra plus tard que c’est aussi le chemin recommandé par les guides de montagne, et les gens paient pour faire le même trek, avec un guide.

Mais pour le moment, nous ne le savons pas encore. Nous marchons joyeusement dans la vallée, en prenant un petit chemin vers la droite (tapez Cabanas Truchas Cocora sur maps.me).

La Vallée de Cocora est très connue pour ses 2000 palmiers de cire, un espèce protégé qui fait la fierté de la Colombie. Ils sont même représentés sur le billet de 100 000COP. Son bois, pourtant long, ne peut pas être utilisé pour la construction, et ses fruits peuvent juste nourrir les animaux… mais ils sont beaux, très grands (jusqu’à 60m).

Un agriculteur nous arrête (Punto de Control Sendero El Porton sur le plan) et nous fait payer 3000COP/personne pour traverser sa ferme. Ça vaut le prix car le chemin est bien balisé, c’est très agréable.

Une heure plus tard, le ciel commence à s’assombrir, mais nous sommes déjà dans la jungle et devons traverser 5-6 ponts comme ça. Tellement artisanaux que seulement une personne est autorisée à la fois.

Après avoir traversé tous les ponts, le dénivelé augmente et avec l’altitude, nous mettons 45 minutes à faire 700m. Je me maudits de m’être trompée d’itinéraire. Si nous faisons demi-tour, la descente est encore plus dure que la montée. Il faut continuer.

Nous décidons de ne pas nous rendre à la réserve des oiseaux Acaime (car cela voudrait dire qu’il faut ajouter 30 minutes de marche aller/retour), mais nous tournons tout de suite à gauche pour aller à la Finca la montaña.

Nous apercevons la Finca la montaña (avec un joli jardin et beaucoup de fleurs) d’en bas, et pour nous, c’est comme le paradis. Le nom Finca et le logo « café » sur maps.me nous promettent un bon déjeuner, un café/thé chaud après ces longues heures de marche. Etant parti pour une petite ballade, on n’a rien pris à manger et une toute petite bouteille d’eau. On a bien faim et soif !

les visages pleins d’espoir en apercevant la Finca

Quelle déception lorsqu’on apprend que non seulement il n’y a rien à manger (ça peut se comprendre), mais rien à boire non plus. Attendez, deuxième grosse déception : en faisant la boucle et descendant via un autre chemin plus touristique, il n’y a rien à manger/boire non plus pendant 2 bonnes heures.

Heureusement qu’il nous reste encore de l’eau, mais on n’a toujours pas appris à mettre du snack dans le sac pour les treks. Philippe nous sauve tous en sortant un peu de chips et des bonbons. Avec ça, on a devoir endurer encore 2h30 de marche, mais heureusement en descendant.

Finca la montaña

Nous traversons une petite forêt de pins (magnifique) pour arriver au 1er mirador… complètement couvert par les nuages.

On se raisonne en se disant que cette partie est couverte par les nuages depuis ce matin de toute façon, et qu’on aura une meilleure vue par la suite.

Nous faisons voler notre drone en pleine forêt et contre toute attente, notre drone perd soudainement de l’altitude, devient incontrôlable, et se crash dans les arbres.

Un touriste anglais super sympa s’enfonce dans la jungle et le retrouve pour nous. Mais malheureusement, un des 4 moteurs est HS et il est définitivement mort. Au moins, on a pu le ramener et le jeter à la poubelle, au lieu de le laisser comme ça dans la forêt.

Les chants des oiseaux nous consolent un peu, et à un moment, nous en avons vu une dizaine, chantant et volant au-dessus de nous, c’est incroyable ! Nous avons vu un oiseau spécial avec une longue queue, avec des ailes qui ressemblent à un écureuil volant.

Nous payons encore un droit d’entrée pour la 2ème ferme (4000COP/personne) que nous traversons. C’est à ce moment que je comprends mon erreur, je voulais faire le chemin fléché sur la carte, mais à la place, j’ai suivi la rivière bleue à droite. Oups.

Ce n’est pas trop grave, on ne fait que descendre maintenant, et les paysages deviennent de plus en plus spectaculaires. C’est superbe de terminer un long trek par le meilleur.

2ème mirador

3ème mirador

Ce mirador est mon préféré car on est tout près des palmiers et on peut les toucher. Ils sont également plus nombreux. Nous avons en plus une vue à 270°C sur la vallée.

Je pense que si vous n’aimez pas marcher, il faut au moins venir jusqu’ici avant de faire demi-tour.

Forêt des Palmiers de cire

Nous descendons jusqu’au village en suivant le chemin rouge du plan pour nous retrouver dans la forêt de palmiers. Les paysages sont extraordinaires, c’est définitivement le highlight de notre trek.

D’autres touristes, plus malins, optent pour une balade à cheval (entre 2h et 3h). Il faut compter au moins 20 000COP/heure.

Morts de faim, nous sommes très contents quand la serveuse nous sert une truite baignée dans une sauce à l’ail. C’est moins bon que la truite dégustée à Salento mais nous avons tellement faim et sommes tellement fatigués que nous le trouvons délicieux. Même moi, j’ai fini mon assiette.

Nous montons sur une Jeep avec des places disponibles et ferons le trajet avec un couple italien qui a marché encore plus que nous (les courageux sont allés jusqu’à Acaime).

Le hasard fait bien les choses, nous avons beaucoup de points en commun : le mari est polyglote, et sa femme, développeuse, a aussi un blog de voyage. La conversation devient soudainement technique, entre les crawlers, le SEO, l’affiliation, le nomadisme digital pour/contre… 😀 les 30 minutes de trajet passent super vite.

Partie 2 : Conseils pratiques

Les itinéraires, tarifs et conseils pratiques pour la Vallée de Cocora sont détaillés dans cet article

Retrouvez notre carnet de voyage à Salento, transport depuis/jusqu’à Salento et tous nos carnets de voyage & guides pratiques en Colombie ici

[Guide Pratique] Vallée de Cocora en Colombie : Transport, Itinéraire de Trek, Tarifs 2019
Horaires & Tarifs de Bus (2019) Aéroport Pereira - Salento. Transport Salento - Vallée de Cocora / Boquia / Armenia
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.