Viñales (Cuba) : au milieu de la vallée

Note : les photos seront ajoutées et la mise en page faite à notre retour en France

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Comment y aller

Nous tentons de prendre une vieille voiture américaine pour aller jusqu’au terminal de bus, mais les prix sont trop élevés (20 CUC). Nous prenons donc un taxi normal pour 8 CUC (le vrai tarif oscille entre 5 et 7 CUC). Comme prévu, le mec n’a pas de change pour 10 CUC, JB a présence d’esprit de lui demander de nous rendre la monnaie en moneda nacional, sinon on aurait été obligé de lui laisser 2 CUC de pourboire, juste comme ça, alors qu’on paie déjà la course très chère.
Pour aller à Viñales depuis La Havane, il y a 3 moyens :
(1) en empruntant le bus Viazul, le bus du gouvernement. Le trajet dure 3h et coûte 6 CUC/personne
(2) en prenant un bus privé de la compagnie Transtur. Perso, je ne sais pas où acheter les tickets de cette compagnie
(3) en partageant un taxi : 20 CUC/personne (en négociant je pense que vous pouvez baisser)
Avec nos billets achetés à l’avance, on doit se présenter et faire le « check-in » une heure avant le départ, sinon nos places risquent d’être revendues à quelqu’un d’autre. Un monsieur réceptionne et fait le check in des bagages, on dirait qu’on voyage en avion. Il y a même un espace qui fait trop « duty free » au terminal de bus, c’est marrant.
Le bus Viazul est vraiment confortable, climatisé, avec sièges inclinables et pauses pipi fréquentes. Avec cette chaleur écrasante et la vitesse max à 60km/h, je me vois mal partager un taxi avec 3 autres personnes, en mode collé-serré. Il y a 3 autres trajets pour lesquels nous n’avons pas acheté de tickets Viazul mais je pense qu’on fera tout pour les avoir.

Jour 1 :

Nous arrivons à Vinales à 18h.
Vinales correspond exactement à l’image que nous avions de la ville : de petites maisons, certaines avec terrasses, avec des rocking chairs sur la véranda.
De nombreux rabatteurs et proprios de casa attendent devant le bus. Certains pour proposer une casa, d’autres pour accueillir les clients qui ont réservé. Vue la compétition féroce (il y a 300 casas juste pour cette petite ville), il ne vaut mieux pas que leurs clients se trompent de casa et aillent chez quelqu’un d’autre.
D’ailleurs, en marchant vers notre casa, beaucoup de proprios nous arrêtent sur le chemin pour proposer leur chambre libre.
Yuliet nous accueille chaleureusement avec un bon jus frais. Ca change de l’accueil froid qu’on a eu à La Havane. Elle parle super bien anglais (bonne surprise) et nous présente plusieurs options d’excursions pour notre séjour. L’avantage de réserver les excursions directement depuis sa casa, c’est de bénéficier d’un pick-up tout en payant le même prix.
Malheureusement, on est mis dans une maison à côté et ne peut pas discuter avec les proprios à notre guise.
Nous dînons au bar 3J, le meilleur de la ville selon Yuliet. Ce bar propose aussi des tapas à tomber, il y a même un Wifi ETECSA dispo.

Jour 2 :

A 8h, nous avons droit à un énorme petit-déjeuner pour 5 CUC/personne, composé de salade de fruits, omelette, pain, fromage, saucisse, du thé/café et du jus d’ananas frais. C’est dommage que le prix du petit-déj augmente partout. Avant, c’était 3 CUC. Ca me gêne un peu de payer autant pour un petit-déj quand un plat au restaurant coûte aussi 5 CUC.
Vous allez me dire que je chipote pour rien mais 2 CUC par ci, 2 CUC par là… ça fait grimper la note. Saviez-vous que nous sommes déjà à un trend de 75€ à 95€ /jour à Cuba juste pour le logement & la nourriture. Visites et transport non compris ?
Aujourd’hui, nous avons réservé une balade à cheval à la Vallée du Silence.
A 9h, un taxi vient nous chercher devant notre casa pour nous déposer au centre de séchage de tabac. Un des guides là-bas nous présente les plantations, le hangar où sèchent les feuilles de tabac, comment on fabrique un cigare et nous offre un cigare à goûter. C’est le fameux Monte Cristo n°4 que fumait le Che. Et le Che aimait bien fumer son cigare avec un peu de miel.
Je n’ai jamais fumé de cigarette de ma vie, encore moins un cigare… mais ça a l’air moins immonde qu’une cigarette. Allez je me lance ! Le bout du cigare est trempé au miel, mais ça n’enlève en rien le goût dégueulasse du tabac. Savez-vous comment on fabrique un cigare ? des feuilles de tabac séchées roulées ensemble. Pour moi, fumer un cigare équivaut à inhaler la fumée des feuilles sèches qu’on brûle au bord de la route ou au fond de son jardin.
Je suis hyper déçue, je m’attendais à un truc fabuleux. Un mythe s’effondre ! Je ne comprends vraiment pas comment on peut aimer ça.
Bon, revenons à la fabrique de cigares. Le guide nous explique que les fermes doivent donner 90% des feuilles séchées au gouvernement, à un prix dérisoire. Le gouvernement fait ensuite ses cigares brandés Monte Cristo etc. et les vend dans de belles boîtes.
Les 10% restantes appartiennent à la ferme et ils peuvent eux aussi faire et vendre des cigares, mais non-brandés. Le packaging est plus cheap aussi : les cigares sont protégés dans une feuille de palmier (et non dans une boîte). Ils ne peuvent pas les vendre dans des magasins, mais uniquement à la ferme, pour 4 CUC/cigare. Cependant, ces cigares sont considérés comme de l’artisanat et non concernés par les limites imposées par la douane à savoir 50 cigares max/personne.
C’est vrai que le prix est attractif. Perso, je me méfie, ayant vu une affiche à l’aéroport de La Havane indiquant que seuls les cigares avec certification peuvent voyager avec nous. Je n’ai pas envie que la douane jette mes 40€ de cigares à la poubelle (comme elle l’a fait avec mon pot de miel manuka à 60$ à l’île de Pâques, pour des raisons de biosécurité).
Note : ce n’est que mon avis perso, si ça se trouve le mec a raison, c’est considéré comme de l’artisanat et vous n’aurez aucun problème à l’aéroport.
Nous sommes ensuite accueillis par un autre guide qui nous présente les deux chevaux qui vont nous accompagner ce matin. L’aspect des chevaux me fait un peu mal au coeur. S’ils sont bien nourris, ils ne sont pas du tout brossés ou chouchoutés comme il faut. Lors de notre balade en cheval au Mont Saint Michel, on devait brosser les chevaux avant de les monter, on devait leur parler, les caresser etc. Mais bon, dans un pays où les droits de l’homme ne sont pas toujours respectés, comment peut-on s’attendre à ce que les animaux soient bien traités ? Ils sont surtout considérés comme un moyen de transport ou outils de travail pour attirer les touristes. Bref, des esclaves.
J’ai lu sur un blog que la balade à cheval était une des meilleurs expériences de la vie de cette bloggeuse. Eh ben ! Qu’est-ce qu’on a été déçus ! On a été amenés d’une ferme (avec achat possible de café/rhum/miel) à un autre viewpoint avec bar puis à un autre bar avec vue, puis une cave à 2 CUC l’entrée… ça fait très attrape-touriste.
La vue n’est belle qu’à la fin du parcours où l’on passe 1h non-stop avec nos chevaux, à regarder les montagnes au loin et les champs sur le chemin. Nous pouvons voir des fermiers récolter les feuilles de tabac à la main. Les feuilles sont pour la plupart mangées par les vers. 30% des plantations de manioc, maïs etc. iront également au gouvernement.
Mon cheval tient absolument à rester en tête. Dès que le cheval de JB tente de le doubler, il fait tout pour garder la 1ère place. Car le cheval de devant est celui qui n’est pas fouetté par le guide qui ferme la marche.
Après 4h de balade et de pause, on a mal partout. C’est seulement en observant les autres touristes qu’on se rend compte que les sangles n’étaient pas bien réglés pour nos jambes. Le guide nous demande 45 CUC (c’est 5 CUC/h par personne mais il s’est ajouté un pourboire). On lui tend un billet de 50. Il n’a pas de change. Et puis quelques secondes plus tard, on se rend compte que le billet de 50 qu’on a est un billet de moneda nacional (il vaut 25 fois moins que le CUC). Oups ! Finalement, on se met d’accord pour qu’il récupère de l’argent via la proprio de notre casa.
Note : vérifier qu’on a bien des billets « convertibles » (CUC) et toujours avoir du change avec nous sinon on sera obligés de laisser d’énormes pourboires à tout le monde
Cette balade nous a foutu un coup au moral. D’une part, on comprend que les cubains aient besoin des touristes pour survivre. D’autre part, on a tellement l’impression d’être un ATM ambulant, alors qu’on a déjà payé beaucoup, que ça nous attriste un peu.
Morts de faim et de soif, on déjeune chez El Olivo, le resto recommandé par notre casa. Leur fameux canard à l’orange est cité dans le Lonely Planet. Et pour cause ! Il est délicieux !!!! Pour seulement 8 CUC.
Une boisson que j’aime beaucoup ici c’est Lemonada Frappé, c’est du jus de citron avec du sorbet citron fait maison. 2 CUC ! Je ne peux pas m’en passer ! JB teste pour la n-!ème fois le mojito cubain à 3 CUC. Il est officiellement déçu par ce mojito qui « n’est pas comme chez nous », sans glace pillée, sans morceaux de citron.

Jour 3 :

Nous déjeunons tôt ce matin chez un restaurant plutôt réservé aux locaux (où les plats coûtent entre 2 et 3 CUC). La cuisine est simple mais mangeable. Nous prenons ensuite un taxi à 4CUC vers l’hôtel Las Jazmines.
C’est un hôtel qui semble être figé dans les années 60, doté d’une belle piscine et une vue imprenable sur les environs. De nombreux bus touristiques s’y arrêtent pour la vue.
²
Pour utiliser la piscine, il suffit de payer 3 CUC/personne et nous voilà en train de bronzer sous le soleil des Caraïbes, en sirotant une limonada très fraîche, avec une vue époustouflante, en face d’un hôtel rose pastel figé dans le temps. Il y a même le wifi ETECSA mais nous sommes de plus en plus aptes à nous déconnecter, surtout quand on est dans un cadre pareil.
JB tient absolument à finir son cigare de la veille ici. J’en profite pour faire un massage d’une heure à 25 CUC. C’est le médecin de l’hôtel qui va me masser. Je crois qu’il a bien deviné que j’avais été maltraitée par l’excursion à cheval la veille, si bien qu’après le massage, tous mes os ont retrouvé leur place et je n’ai plus de courbature.
Le taxi pour le retour coûte 5 CUC (alors que l’aller coûte 4 CUC), mais puisque c’est une vieille américaine, nous acceptons le prix, trouvant que les sièges sont super confortables et qu’il y a un certain charme à prendre ce type de voitures à Cuba.
Nous sommes dans une nouvelle casa cette dernière nuit, car la première casa n’a pas de dispo. Avant de partir, JB offre 2 stylos à la femme de ménage. On est soulagé de voir que le cadeau lui plaît. Même si on avait lu que ce cadeau était apprécié, de notre point de vue c’est tellement étrange. C’est bien la 1ère fois que je vois quelqu’un aussi content de recevoir des stylos. A la Havane, on a vu que les stylos se vendaient à 0,7CUC l’unité (vs. salaire mensuel de 30 CUC). Ca ne fait que confirmer ce qu’on pensait : les Cubains manquent de tout, malgré l’apparence de belles casas qui ont tout le confort d’un hôtel 3 étoiles.
La nouvelle casa est meilleure que la précédente, car on a une vue magnifique sur les champs, les montagnes. La terrasse d’en haut, toujours à l’ombre grâce à un manguier (dommage que les mangues soient encore trop petites), est parfaite pour un après-midi relaxant sur une rocking chair.
Nous choisissons de dîner à la casa. Menu du soir : langouste (une par personne, quel luxe !), soupe, riz, salade, boisson et fruits pour 12 CUC/personne. Les menus avec langouste sont souvent proposés au sein des casa. Avant, le prix moyen était de 8 CUC (avec langouste) mais maintenant, j’ai l’impression que toutes les casas ont augmenté leur prix. Mais bon, pour la quantité et la qualité du dîner, ça vaut vraiment le prix.

Partie 2 : Conseils pratiques

 Adresse de notre casa

Roger y Yuliet
yulietcorrea@nauta.cu
25CUC/nuit
La maison de sa mère juste à côté est apparemment plus facile à trouver.
DATOS DE CASA MARGARITA.
Esta ubicada en la entrada de la ciudad, pintada de color azul, situada en la izquierda, cerca de la escuela secundaria. Dirección, calle Rafael Trejo.numero 150.Viñales.
TELÉFONOS :
CASA :+ 53 48 796042.
MÓVIL : +53 53373994.
—> A confirmer 2 jours avant

Budget

  • Taxi Habana Vieja -> Terminal Viazul : 5 à 7 CUC (ayez toujours du change)
  • Restaurant près du terminal Viazul : 3 CUC la pizza
  • Bus Viazul La Havane -> VInales : 12USD/personne
  • Hébergement : 25 CUC/nuit. Je vous recommande la casa particular de Daniel y Estela.
  • Petit déjeuner : 5 CUC/personne
  • Nourriture : entre 18 CUC et 25 CUC /repas pour deux, cocktails compris. En général, les 10% de pourboire sont ajoutés d’office. Je recommande 3J et El Olivo (il y a toujours du monde donc allez-y tôt pour ne pas faire la queue)
  • Dîner à la casa (avec une langouste chacun) : 12 CUC/personne
  • Eau : 1 CUC une petite bouteille, 1,5 CUC une bouteille de 1,5L, à acheter à La Cubanita
  • Balade à cheval : entre 4h et 5h avec visites de différentes fermes. 5 CUC/h/personne. Entrée à la cave (sans intérêt) : 2 CUC/personne. Possibilité d’acheter des cigares non brandés pour 4 CUC/cigare (équivalent des Monte Cristo n°4).

Astuces

  • Nous avons réservé nos tickets de bus Viazul en ligne, 1,5 mois avant notre voyage à Cuba. A ce moment là, il était indiqué 7 places libres. En réalité, il est tout à fait possible de venir le jour même et attendre que les places se libèrent à la dernière minute. Dans notre bus, il y avait même 3 places libres alors que nous sommes en pleines vacances de Pâques (bon ok on prend le bus en semaine aussi).
  • J’ai vu sur un blog qu’il ne fallait pas croire à ce qui est indiqué sur le site Viazul : toutes les places ne sont pas forcément mises en vente en ligne, donc en venant au terminal un jour à l’avance, voire le jour même, on peut peut-être acheter ses tickets.
  • Et si jamais aucune place Viazul ne se libère, de nombreux rabatteurs et taxis attendent patiemment devant le terminal pour vous proposer de partager un taxi pour 20 CUC/personne (prix sans négociation).
  • Les grosses bouteilles d’eau sont un peu difficiles à trouver à Vinales. Mais quelques-unes sont dispos à La Cubanita pour 1,5 CUC (ou dans votre casa à 2 CUC)
  • 2 lieux où vous pouvez vous connecter au Wifi ETECSA (avec une carte à gratter ETECSA) : devant l’église; et au bar 3J
  • Si vous n’avez pas de carte Internet ETECSA, il y a un bureau ETECSA pas très loin de l’église
  • 2 lieux pour changer de devises : à la banque ou au bureau CADECA. S’il y a beaucoup de queue à la banque, allez au CADECA, il n’y aura personne. Et vice-versa. Les taux de change sont les mêmes.
  • Vu le nombre de casas dispos dans cette ville, je pense que vous pouvez y aller sans réservation. Mais ne choisissez pas votre casa directement devant le bus Viazul, marchez un peu et toquez à la porte des casa (ou alors les proprios sortiront de leur casa pour vous proposer une chambre), car les gens devant les bus risquent d’être des rabatteurs et vous pouvez payer 5 CUC de plus par nuit en passant par eux.
  • Eloignez-vous de la route principale, il y a toujours beaucoup de bruit et de trafic
  • Vous achetez les cigares où vous voulez. Mais moi, je n’achèterai pas de cigares non certifiés par l’Etat, sinon ils risquent de ne pas pouvoir sortir du sol cubain.
  • Pour la balade à cheval, portez un pantalon long et des chaussures fermées, c’est mieux. Si vous avez une serviette pour protéger vos fesses et jouer le rôle d’amortisseur, c’est encore mieux.
Cienfuegos (Cuba) : une ville française à Cuba
La Havane (Cuba) : exactement comme dans mon imagination (1/2)
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    2 commentaires
    • Répondre Noemie

      10 mars 2018, 13 h 19 min

      Bonjour merci pour tous ces articles très intéressants !
      Nous partons à Cuba dans 6 semaines pour 11 jours sur place . Après 2 jours à la Havane et 3 jours à Viñales (dont 1 excursion à Cayo Levisa) nous partirons pour Cienfuegos. Le trajet étant long je pensais passer l’après midi dans la baie des cochons. Quelle plage me conseillez-vous? Est-il intéressant de faire de la plongée dans la baie des cochons? Sachant qu’après 1 journée à Cienfuegos nous partirons pour 2 jours à Trinidad et finirons par 2 jours à Varadero. Merci infiniment.

      • Répondre Anh

        10 mars 2018, 13 h 44 min

        Bonjour, si vous prenez Viazul faites attention le bus Vinales – cienfuegos ne s’arrête pas à la baie des cochons. Par contre dans le sens inverse ils s’y arrêtent, pensez y pour votre trajet vers Varadero.
        Sinon, Vous pouvez demander au chauffeur Viazul de vous arrêter à Jaguey Grande puis prendre un taxi colectivo pour Playa giron ou playa larga (je recommande playa giron pour explorer les environs, le bus touristique a des horaires plus sympas que depuis playa larga – par contre pour se baigner il vaut mieux aller à playa larga).
        Quant à la plongée, j’ai seulement les horaires de ce service partant de playa larga vers 9h-9h30 du matin, et rien dans l’après-midi. Quant à l’intérêt bien sûr que c’est très beau mais vu le comportement peu professionnel des moniteurs qui n’expliquent pas les règles de sécurité de base et qui consistent à accompagner les clients en les poussant dans le dos, je ne recommanderai pas la plongée aux débutants. J’espère que ca vous a aidé. Bon voyage !

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.