Trinidad (Cuba) : une ville vieille de plus de 500 ans

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Comment y aller ?

Nous nous présentons au bureau Viazul à Cienfuegos 30 minutes avant le départ pour faire le check-in, comme ce qui est indiqué sur nos billets achetés 2 jours plus tôt. Attention ! Le bus ne part ni devant ni derrière le bureau de bus, mais sur la droite. Il ne faut pas attendre le bus au frais, mais dans la rue !

Jour 1 : Cienfuegos -> Trinidad

Trinidad est LA ville où il y a(vait) le plus de rabatteurs. Je crois que tout le monde l’a compris, y compris Viazul. L’arrêt de bus Viazul de Trinidad est maintenant équipé d’une ligne de séparation rabatteurs – station de bus. En descendant du bus, on les voit de loin, montrant des panneaux « taxi », ou en faisant des signes « venez chez moi » ou en montrant des photos de casa. Je pense que Lonely Planet a fait un bon boulot de prévention contre les rabatteurs pour Trinidad (il y a un encadré dans le guide déconseillant à tout voyageur de passer par eux pour trouver une casa à Trinidad). Les rabatteurs sont même moins insistants ici que dans les autres villes, c’est surprenant !
Photo: c’est la seule ville où les rabatteurs nous sont séparés par une petite ligne. D’habitude, ils nous sautent dessus dès l’arrivée
Nous allons passer 5 nuits à Trinidad. Oui, 5 ! Tous les cubains à qui on le dit se retiennent de demander « mais pourquoi ? » mais leur langage corporel montre une incompréhension totale. Pourquoi 5 nuits pour une toute petite ville ? Parce que nous avons beaucoup de temps à perdre voilà c’est tout !

Depuis le terminal de bus Viazul, nous marchons jusqu’à notre casa.

La terrasse/jardin, où l’on entend plein de chant d’oiseaux, est magnifique. On nous a réservé la meilleure chambre avec une énorme terrasse + salle TV, rien que pour nous.
Nous faisons le tour de la ville. Les rues de Trinidad sont beaucoup plus étroites que Cienfuegos, la pollution et les poussières évacuent moins vite, j’en prends plein le visage, c’est super désagréable ! Heureusement, près de la Plaza Mayor, les rues sont pavées et piétonnes, l’air est respirable. C’est comme dans une carte postale, trop trop beau !
D’ailleurs, on trouvera les plus belles cartes postales du pays (celles qu’on voit dans les autres villes sont pixelisées alors que celles qui sont vendues ici sont très jolies). J’en profite pour acheter et écrire plein de cartes postales aux amis. A chaque fois, je précise que « c’est le meilleur endroit pour finir un tour du monde » et « Cuba me fait revivre mon enfance ». Ce n’est pas le cas de JB, qui n’a pas jamais vécu sous embargo américain.
Je suis née en 1985 et c’est seulement en 1995 que l’embargo américain a été levé pour le Vietnam. D’ailleurs, c’est en 1995 que j’ai découvert qu’on était sous l’embargo et ai dû demander à mes parents ce que ça voulait dire. Contrairement à Cuba où l’on voit plein d’affiches « l’embargo est le plus grand génocide de l’histoire », au Vietnam, à cette époque, personne n’y faisait référence. Et puis, n’ayant pas (encore) visité d’autres pays, mon monde était parfait, je ne savais pas que mon pays était pauvre. On jouait avec les feuilles et fleurs tombées sur le trottoir, on avait quasiment tous ces couvertures moches fleuries au fond rouge (offertes par la République de Chine), on avait tous la même canette en métal toute déformée, on avait toutes la même poupée souriante qui se balance à gauche à droite en faisant un petit bruit « cling cling ». Que j’aimais l’odeur de cette poupée ! Sur 10 maisons (pavées de carrelage comme ici), il y en avait peut-être une avec une télé sans couleurs. Tous les soirs, tout le monde se regroupait devant cette télé à 7h pour regarder les infos, et quand la musique annonçant le film du soir retentissait, tous les enfants couraient vers cette source d’émerveillement. Toutes les maisons avaient les portes ouvertes, comme c’est un peu le cas de Cuba maintenant, on entrait chez les autres comme dans un moulin. En regardant les enfants jouer à la place principale à Cienfuegos, en se laissant glisser sur la marche censée réservée au vélo, je me suis rappelée d’un « tobogan » comme ça près de chez moi, où mes cousins et moi passaient je ne sais pas combien d’heures à se laisser glisser sur 50cm. On n’avait pas de smartphones, pas de consoles, mais qu’est-ce qu’on était heureux !
Papa faisait ses missions de guide touristique de temps en temps, dont une fois pendant 15 jours pour un couple français. Quelques années plus tard, ils sont retournés au Vietnam, ont retrouvé notre maison et je ne sais pas quel miracle, ils se souvenaient que papa avait une petite fille, moi. Je me souviens très bien de cette visite, j’ai seulement pu dire « bonjour » en français, mais ils étaient très impressionnés de pouvoir discuter ma grand-mère, toujours bilingue, et puis ils ont sorti de leur sac une petite sacoche avec une Barbie usée et des vêtements pour cette Barbie. Je m’en fichais que leur fille ait déjà joué avec, c’était un des plus beaux cadeaux qu’on ait pu me faire. Ce cadeau est toujours gardé chez mes parents au Vietnam et je n’arrive toujours pas à m’en séparer tellement ça m’émeut rien que d’y penser.
Donc vous pouvez bien comprendre à quel point ça me touche d’être ici à Cuba : je retrouve cette ambiance qui me rappelle mon enfance, cette vie paisible que je ne retrouve plus, ces murs vierges de publicité, ces panneaux propagande pour la révolution, ces habitants qui s’assoient dehors et passent leur temps à regarder les gens passer, ces enfants qui jouent avec rien du tout. Un jour, ce monde disparaîtra, et il sera de plus en plus difficile pour moi de retrouver ce bout de paradis perdu.

Jour 2 : Playa Ancon

Nous prenons un petit déjeuner, bien copieux, comme c’est le cas partout dans les casas particulares cubaines à 9h.
A 11h, nous prenons le shuttle/bus turistico qui relie 4 fois par jour Trinidad à Playa Ancon (5CUC/personne/jour), juste devant le bureau de Havana Tour. Heureusement que nous sommes en avance (10h40) car 5 minutes plus tard, le bus est plein et une quinzaine de personnes doivent rester debout pendant le trajet de 30 minutes.
Le premier stop est une plage pleine de coraux. Le deuxième stop est la plage d’Ancon, célèbre pour son sable blond qui s’étend sur plusieurs km. Pour se baigner, cette plage est parfaite ! On peut louer des transats pour 2CUC/transat/jour. Cependant, pour le snorkelling, la visibilité n’est pas bonne, il y a beaucoup d’herbes et peu de coraux.
Deux vendeurs passent avec des pizzas (froides). Tous les touristes se ruent sur eux, 3CUC la pizza, sachant qu’ils les ont achetés à 0,5CUC chacune à Trinidad.
Pour le retour à 15h30, c’est un peu la guerre pour entrer dans le shuttle, en mode « chacun pour soi », les gens perdent toute éducation. Une femme a même refusé de laisser la place libre à côté d’elle (qu’elle voulait réserver à son mari) à une maman avec enfant de 2 ans ! Donc si vous avez besoin de vous asseoir obligatoirement, oubliez ce shuttle, prenez plutôt un taxi (20CUC aller-retour).
Le soir, devant la Casa de la Musica, il y a un concert (comme tous les soirs), les gens s’asseoient sur les marches pour regarder le concert, certains dansent, d’autres sirotent un mojito en allumant un cigare.
Nous dînons à côté, au restaurant Aldaba conseillé par notre hôte de casa. C’est un endroit très fréquenté par les locaux grâce à son petit prix. La pina colada est à tomber ! Les portions sont malheureusement trop petites, nous finissons avec une crêpe Nutella (3CUC) dans un resto à côté pour être sûrs de ne pas avoir faim ce soir.

Jours 3, 4 et 5 : Trinidad

La pluie est annoncée chaque jour vers 12h alors nous ne sommes pas très motivés pour aller à la plage. Nous connaissons bien les rues de la petite ville de Trinidad maintenant et pouvons nous déplacer sans regarder le plan.
J’échange 400€ au CADECA. L’employée me signale qu’elle n’a que des billets de 3 pesos, elle m’a donc filé 135 billets de 3CUC. J’ai l’impression d’être millionnaire 😀 Une autre touriste me voit avec ma pile d’argent et me dit qu’il vaut mieux ça que de se trouver avec que des billets de 20 (on sent l’expérience vécue). Ici, même pour un billet de 5CUC, les gens n’ont pas (ou font croire qu’ils n’ont pas) de change.
Il y a beaucoup de panneaux « massage », 16€ l’heure, c’est trop tentant ! Ca n’égale pas les massages thaïlandais mais ça a le mérite de me remettre les os en place. Après le massage, j’attends JB dans la boutique. Deux allemandes entrent et demandent si elles peuvent se faire masser tout de suite. La masseuse ne se lève même pas de sa chaise, leur dit que la place sera dispo dans 10 minutes. Cette nonchalance décourage les allemandes qui partent plus vite que leur ombre. Je suis surprise que la masseuse n’ait rien fait pour retenir ces touristes, et puis après réflexion je me dis que c’était peut-être ça le secret du bonheur, chose que ne pourront pas connaître ceux qui courent après l’argent. Ma masseuse a fait sa journée en empochant 16CUC avec moi (moitié d’un salaire mensuel moyen), à quoi ça sert de se prendre la tête ?
Nous visitons ensuite le musée de la ville (2CUC/personne), dont le seul intérêt est une vue magnifique en hauteur sur toute la ville. Ces toits rouges, ces rues pavées, ces murs colorés… tout cela restera exactement comme ça d’ici quelques années car la ville est classée UNESCO.
Nous passons voir la Maqueta de Trinidad (1CUC/personne), où l’on trouve une maquette de la ville. Le seul intérêt est de trouver sa casa sur cette maquette et la pointer en disant « ma chambre se trouve ICI » Pour nous, ce sera déceptif car notre casa n’est pas sur cette maquette, étant pile à la limite entre la vieille ville et la ville moderne.
Nous dînons 2 fois  à Iberostar Grand Hotel, le service est nickel et tous les soirs, il y a un groupe de musique qui y joue.
Demain, nous partirons pour Varadero
 

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Hébergement : Casa particular 25CUC/nuit
  • Petit déjeuner : 5CUC/personne
  • Shuttle jusqu’à Playa Ancon : 5CUC/personne/jour
  • Nourriture : ça dépend des restaurants, mais c’est entre 15CUC et 30CUC un repas pour deux.
  • Massage : 16CUC/massage d’une heure

Nos adresses préférées :

Casa particular :

Hostal Dr Lara y Sra Yuda

Adresse : Camillo Cienfuegos 118 | e/Miguel Calzada y Frank Pais, Trinidad 62600, Cuba

Autres adresses :

  • Iberostar Grand Hotel : 30CUC/repas pour deux boissons comprises, service impeccable, musique live très agréable
  • San José Paladar : 30CUC/repas pour deux boissons incluses, je conseille leur paella aux fruits de mer
  • Aldaba : 15CUC/repas pour deux boissons comprises
  • Restaurante Plaza Mayor : buffet à volonté à midi, 12,5CUC/personne une boisson comprise
  • Glace : à quelques maisons du CADECA rue José Marti, une dame vend des glaces italiennes à tomber, à seulement 3CUP (moneda nacional). Seulement jusqu’à 15-16h.
  • A 4-6 maisons sur la gauche de CADECA, il y a une longue queue pour des pizzas locales à 15CUP (moneda nacional). Seulement jusqu’à 14h-15h.
  • Cubatur propose de nombreuses excursions, bus vers Varadero, La Havane, Cienfuegos, snorkelling, plongée etc… j’ai pris en photos leurs excursions et les tarifs, à consulter en bas de l’article
  • Si vous voulez visiter El Nicho, il vaut mieux y aller depuis Cienfuegos (depuis Trinidad, les montagnes sont trop hautes pour les vieilles voitures américaines)
  • Le shuttle/bus touristique Trinidad Bus Tour qui fait Trinidad -> Playa Ancon part du Havana Tour. Tapez « Bus to Praia » sur Maps Me pour trouver l’emplacement exact. Ce bus part de Trinidad à 9h, 11h, 14h et 17h. Il part de Playa Ancon à 10h, 12h30, 15h30 et 18h. 5CUC/personne/jour. On achète le ticket directement dans le bus.
  • Venez tôt pour prendre le bus touristique, sinon vous risquez d’être debout pendant 30mn.
  • Il y a aussi un train touristique qui part tous les jours à 9h et 14h, allant à Valle de los Ingenios, Mirador, San Isidro et Manaca Iznaga. Départ devant Havana Tour. Prix : 8CUC/personne

Varadero et Matanzas (Cuba) : la plus belle plage au monde
Playa Larga (Cuba) : plages de rêve et sable fin
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (30 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    2 commentaires
    • Répondre Sarah

      1 mai 2018, 15 h 03 min

      Ce que tu as ecris sur ta vie au Vietnam m’a énormément touchée. Je comprends que Cuba te rappelle autant ton pays. Je voulais te demander si tu avais referais ou pas d’y être resté 5 jours? Je pensais y rester 6 nuits en sachant que la première journée est réservée au trajet de la Havane à Trinidad et une autre journée pour faire En Nicho en excursion du coup ça me ferait 4 jours à profiter uniquement de Trinidad. Tu en penses quoi ?

      • Répondre Anh

        1 mai 2018, 15 h 09 min

        Merci Sarah ! 5 jours à Trinidad c’était too much. J’aurais préféré passer 2 jours max là bas et 3 jours à Varadero même si beaucoup trouvent Varadero très touristique. En plus, la plage à côté de Trinidad est vraiment toute moche. Attention El nicho se visite mieux depuis cienfuegos parce que la montée est plus supportable pour les vieilles voitures. Depuis Trinidad, la montée est très difficile donc tu risques de devoir prendre un détour pour y aller et payer plus cher.

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.