Varadero et Matanzas (Cuba) : la plus belle plage au monde

Je fais partie d’un groupe de voyageurs sur Facebook, et sur ce groupe, on peut lire, trop souvent, « n’allez pas à Varadero, c’est trop touristique ». Heureusement que je n’ai pas écouté ce mauvais conseil. C’est à Varadero où j’ai pu profiter de la plus belle plage au monde !!!

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Jour 1 : Boca de Camarioca

Notre bus Viazul Trinidad -> Varadero part à 7h du matin, d’où notre présence au terminal dès 6h15 pour faire le check-in (pas de check-in -> nos billets seront revendus à d’autres touristes à 6h30). Après une pause déjeuner forcée à 11h, nous arrivons à Varadero à 13h (soit 30mn d’avance).
Surprise générale : au terminal de bus Viazul, il n’y a AUCUN rabatteur. Nous devons même faire la queue pour prendre les rares taxis qui passent par là. Notre casa se trouve à Boca de Camarioca, à 11Km de Varadero. Un taxi jaune (taxi officiel) accepte de nous y déposer pour 10CUC, puis une fois que nous sommes installés dans sa voiture, il nous balance « Boca a deux parties, une partie avant le pont, et une autre après le pont. Si votre casa se trouve après le pont, ce sera 15CUC ». Hein ??? Bienvenue à Varadero, où les taxis (jaunes) sont des requins ! On lui explique que ce sera 10 CUC et pas un de plus, il accepte à contre coeur.
Finalement, notre casa se trouve AVANT le pont, ce qui nous épargne une dispute en espagnol avec le chauffeur.
L’accueil de la casa est ultra bizarre, on a l’impression qu’on doit leur apprendre leur métier tellement la dame qui nous accueille est à l’ouest (mauvaise clé, sourire béat qui craint, la dame est un peu trop tactile). Heureusement que la casa dispose d’une belle terrasse et se trouve à 2mn à pied d’une très très belle plage.
C’est une double plage séparée par une petite bande de sable fréquentée essentiellement par des locaux. Aujourd’hui, il y a beaucoup de vent, un kitesurfer en profite pour montrer tout son talent. A un moment il passe très près de JB qui est en train de faire du snorkelling. JB doit abandonner son activité : s’il assomme JB, il ne le remarquera même pas, personne ne le saura. Même si après 11 mois de tour du monde, on se dit qu’on peut mourir tranquille, on préfère éviter.
Nous dînons à la casa, ce sera un des meilleurs dîners en termes de rapport qualité/prix.

Jour 2 : Playa Varadero et le mystère du camion réaménagé

Il y a un bus qui part à 9h sur la route principale vers la plage de Varadero. Nous nous dépêchons pour être à l’arrêt de bus à 9h pile. Une trentaine de personnes sont en train d’attendre le bus. On s’inquiète un peu en se disant qu’on ne pourra jamais supporter la foule façon la ligne 13 du métro parisien, sous le soleil brûlant des Caraïbes. On remarque un camion réaménagé et quelques personnes qui descendent/montent. On regarde à l’intérieur : il y a des sièges et ça a l’air confortable. 10CUP (moneda nacional) par personne soit 0,37€.
Nous avons déjà vu ces camions dans d’autres villes mais on croyait que c’était réservé aux locaux désespérés, obligés d’être transportés avec des marchandises/du bétail. Mais non pas du tout ! Nous sommes loin de Pékin Express. Ce sont juste des camions réaménagés avec sièges plus ou moins confortables. Ce camion coûte 10CUP, soit 10 fois plus cher que le bus local (1CUP), c’est pour ça que seulement une petite partie des locaux le prennent. On a un bouton rouge sur lequel appuyer pour signaler au chauffeur qu’on veut descendre au prochain arrêt. Nous descendons au pif car nous ne savons absolument pas où se trouve le prochain arrêt (Note : après « enquête », ces camions s’arrêtent sur l’autoroute, aux intersections avec les rues 21, 26 et 45 à Varadero).
On s’arrête à la rue numéro 21. Nous marchons vers la plage et découvrons 20KM DE SABLE BLANC ET FIN, avec une eau TURQUOISE TRANSPARENTE et SUPER PROPRE. Je croyais que Punta Perdiz était la plus belle plage que je n’aie vue de ma vie, mais non, la plage de Vardero dépasse mes attentes, mon imagination, et les photos que j’ai vues.
Note : que ceux qui conseillent aux autres, sur les groupes de voyage, de ne pas se rendre à Varadero s’auto-flagellent ! C’est CRIMINEL de conseiller à quiconque se rendant à Cuba de NE PAS aller à Varadero.
C’est difficile de vous décrire les sentiments qui m’envahissent quand je découvre pour la première fois la plage de Varadero. Il y a des moments comme ça, où l’on se dit : j’ai fait le tour du monde pour voir ça ! j’ai travaillé dur, j’ai fait des nocturnes au travail, sacrifié ma vie perso, mais si c’est m’offrir ça, ça vaut le coup !
Cette plage fait 20km de long, il y a plein d’endroits où il n’y a personne et on peut être à l’ombre, gratos. Mais on préfère des transats, le sable est trop fin, il y a du vent, pas envie de manger du sable. Nous voulons éviter les hôtels « pension complète » (il y a beaucoup de touristes canadiens ou russes qui viennent à Cuba juste pour se relaxer pendant 7 jours dans ce genre d’hôtels à Varadero). C’est pour ça que nous finissons dans un bar avec transats à la 29ème rue. 2CUC/transat pour toute la journée. 1,5CUC le mojito. La belle vie !
La plage de Varadero est vraiment extraordinaire. A part ses 20Km de sable blanc, l’eau est tellement transparente qu’on peut voir ses pieds sous l’eau. Il n’y a aucun déchet dans l’eau (quelques feuilles de cocotiers par ci par là mais c’est rien). Les 5 premiers mètres sont très fun, on peut sauter les vagues, l’eau arrive jusqu’aux jambes. Si on veut être tranquille, on n’a qu’à s’éloigner un peu, l’eau arrive jusqu’au torse, il n’y a plus de vague. L’eau est particulièrement salée, on peut faire l’étoile et flotter dans l’eau sans aucun effort (on dirait la Mer Morte). C’est la couleur de l’eau qui m’impressionne particulièrement, cette eau turquoise, je crois que je n’ai encore jamais vue comme ça ailleurs. C’est le type de plages que j’aime : on peut être actif si l’on veut ou tout simplement bronzer en regardant ces belles nuances de bleu. Et si on tient vraiment à faire du snorkelling, un mec propose de nous amener en catamaran à 50m de la plage, il nourrit les poissons pendant qu’on fait du snorkelling pour 20CUC/personne/1h.
Nous décidons d’aller à une autre plage, Playa Coral (à 19km) pour que JB fasse un peu de snorkelling. Nos tentatives pour trouver un camion échouent lamentablement (on le saura pourquoi quelques jours plus tard). Nous devons prendre un taxi colectivo qui nous fait payer 10CUC. Il nous dépose devant le club de plongée « El Coral » qui veut nous faire payer 10CUC/personne pour un snorkelling accompagné. On dit non merci et continuons de marcher jusqu’à une autre plage, tout aussi pleine de coraux (gratos cette fois). JB loue des palmes (le loueur lui a dit que les coraux de feu ici étaient tranchants et risquaient de le blesser) et découvre un fond marin de toute beauté. Les poissons sont moins nombreux ici qu’à Punta Perdiz mais ils sont plus variés. Nous déjeunons sur place puis décidons de rentrer.
Un local nous montre l’arrêt de bus (enfin un bout de terrain) mais nous ne voyons aucun camion passer. Aucun bus ne s’arrête pour nous. Un peu désespérés (et très brûlés par le soleil), nous hélons un taxi jaune (surnom « requin ») qui nous demande 15CUC (alors que le prix correct pour touristes devrait être 5CUC, 1CUC pour les locaux). Nous tentons lamentablement de faire baisser le prix à 10CUC. C’est en étant assis tranquille dans la voiture qu’il nous dit « je vous dépose après le pont, pas devant la casa ». Hein ? Porquéééé ???? A ce prix tu pourrais nous faire faire un tour de la ville non ?
Nous noyons ensuite notre amertume dans une coupe de glace vanille, qui nous est vendue 10 fois plus cher juste parce qu’on a le malheur d’être touristes.

Jour 3 :

La beauté des paysages que nous avons vus n’arrive pas à effacer ce sentiment d’être des ATM ambulants. Nous avons dépensé 1900€ depuis votre arrivée à Cuba (86€/jour). Et ce n’est pas fini ! L’hôtesse de la casa me met trop mal à l’aise en me caressant le bras en me demandant de lui laisser un avis positif sur Tripadvisor. Le taxi de la casa nous fait payer 25CUC pour nous déposer à Matanzas (contre 15CUC pour 24km) et en plus, sur le chemin, alors que nous pensions pouvoir enfin oublier cette casa, on nous accompagne en voiture juste pour faire de l’up-sell (une excursion à cheval à 40CUC/personne). Pour couronner le tout, nous découvrons avec horreur que Matanzas n’est qu’une ville ultra polluée capable de me pourrir les poumons en 10 minutes.
C’est dans ces moments où on se dit : j’ai travaillé dur, j’ai fait des nocturnes au travail, sacrifié ma vie perso, tout ça pour me faire plumer et respirer la fumée des pots d’échappement ????

Jour 4 :

Pendant ces baisses de moral,, on a deux choix :
(1) rester à la casa/hôtel et dormir/regarder une série
(2) aller dans un endroit où l’on se sent bien (Tour Eiffel, Iguazu, Salar de Uyuni…)
Alors, même si notre nouvelle casa a des airs d’une chambre de milliardaires (avec jacuzzi et tout et tout), JB me convainc de revenir à la plage de Varadero qui se trouve juste à 30km – parce que c’est là où je me sens le mieux.
Sur les indications de notre hôte de casa, on trouve l’arrêt officiel des camions à 5 rues de la maison. C’est parti pour 40mn de trajet pour seulement 10CUP (moneda nacional) par personne, soit 0,37€. Nous sommes déposés à la 45ème rue, on longe la plage pour retrouver notre bar préféré à la 29ème rue et passons toute la journée sur les transats.
Nous avons bien fait d’y revenir ! Aujourd’hui la mer est encore plus calme et plus belle. On voit encore mieux les différentes couleurs, de bleu turquoise à bleu foncé; et l’eau est tellement calme que j’ai pu rester en mode « étoile » dans l’eau pendant de longs moments (j’aurais pu dormir ou lire un bouquin en fait). Cette plage vient de me reconcilier totalement avec Cuba et me faire oublier les petites arnaques des derniers jours.
Le retour à Matanzas risque d’être un peu sportif, la dernière fois, nous n’avons pas pu trouver de camion. Nous longeons la 45ème rue et attendons à l’intersection de l’autoroute avec d’autres locaux. C’est en les observant qu’on a enfin compris les règles du jeu.
Depuis Varadero, le chemin bifurque : à gauche se trouve Cardenas (où habitent la plupart des employés des hôtels/restaurants à Varadero), et à droite se trouve Boca, Carbonera, Matanzas (les coins qui intéressent les touristes). Quand un camion passe, le chauffeur nous fait signe de loin, en pointant son doigt vers SA GAUCHE pour signifier qu’il va à Cardenas, ou vers SA DROITE pour signaler qu’il va à Boca/Carbonera/Matanzas. Donc si on veut arrêter un camion ou un taxi colectivo (taxi à partager), il ne faut pas héler, mais faire signe avec son doigt pour lui indiquer dans quel sens on veut aller. Si notre signe concorde avec sa direction alors il s’arrête, sinon il ne s’arrête pas.
Bonus : Quand on hele comme de pauvres touristes pigeons/bisounours/ATM sur pattes, il n’y a que des requins qui s’arrêtent.
La plupart des camions/taxis colectivos vont à Cardenas, car (1) il y a plus de demande (2) il y a un péage pour aller à l’autre direction (Boca, Carbonera, Matanzas). Il y a donc très peu de camions allant dans notre direction.
Aujourd’hui est notre jour de chance. Il y a beaucoup de monde allant dans notre direction, ce qui attire l’attention des chauffeurs. Après 30 minutes d’attente, un camion s’arrête enfin pour nous. Nous n’arrivons toujours pas à croire que nous venons de faire l’aller-retour Matanzas – Varadero pour 1,5€ !!! (contre 25€ la veille). Youhouuu ! on aurait dû jouer au loto !
Dans le camion du retour, je regarde maps.me pour savoir où nous sommes. Les cubains sont intrigués par mon application, on dirait qu’ils voient une appli GPS pour la 1ère fois. Un cubain m’a même demandé si je pouvais lui envoyer l’appli sur son téléphone, lui qui n’a que l’appli « mapa cuba » (juste le plan, mais pas de géoloc). Pour leur faire plaisir à tous, je me mets vraiment en mode « GPS » avec destination finale, et ils sont tout contents de se dire tout haut tout fort « tu sais que nous sommes à 4km de Matanzas ? ». C’est vraiment trop mignon !
Pour couronner le tout, Martha la cuisinière de la casa nous fait du poulet façon « trop wow » et de la ropa vieja (boeuf effilé) à tomber ! Accompagné par deux mojitos cubains à 1,5CUC. Trop dure la vie !

Partie 2 : Conseils pratiques

Nos adresses

Casa à Varadero :

La raison me dit de vous recommander notre casa à Boca de Camarioca. Elle est quand même bien située dans un village tranquille, la chambre est spacieuse, le dîner et le petit-déjeuner sont excellents. Mais mon coeur me dit que l’attitude de la vieille dame là-bas ne nous a pas mis très à l’aise. Je vous laisse me contacter (via commentaire) si jamais vous voulez les coordonnées.
Nous n’avons pas séjourné à Varadero, nous avons été seulement de passage, mais à part les hôtels « pension complète » que je trouve très vieux pour le prix demandé, la ville n’est pas si horrible que ça. Je n’ai pas entendu de bruit de construction, je n’ai pas été dérangée par la horde de touristes (fin avril 2017), la plage fait 20km, vous trouverez toujours des coins tranquilles. Je vous recommande de chercher une casa particular à Varadero.
Et le cas échéant, séjournez à Matanzas (30km de Varadero), ou Boca de Camarioca (11km de Varadero). Il suffit de suivre mes instructions en haut pour trouver/arrêter un camion desservant ces deux villes depuis Varadero pour 10CUP (moneda nacional) par personne.

Casa à Matanzas :

Notre casa est à 3km du centre ville. Elle est vraiment très bien (nourriture pas chère et délicieuse, service impeccable, hôtes qui parlent anglais/français). On peut aller au centre ville de Matanzas en prenant un bus local (1CUP) ou camion (5CUP) ou taxi colectivo (2-3CUC si vous négociez bien).

Casa Dona Edita

 
Adresse : Street 131 No. 21608, between 216 & 218, quarter Playa, Matanzas 40100, Cuba
A una calle del centro comercial « la sirenita », calle 131 numero 21608, entre calle 216 y 218.
Telephone : mi # es +53 52952260 alay y el de la casa es +45 261841

Le bar sur la 29ème rue :

Bar Villa La Mar, 2CUC/transat, pas de toilettes.
Juste à côté se trouve la Casa de… (oups j’ai oublié le nom) où vous pouvez déjeuner pour 1,75CUC. Il y a des toilettes (propres mais payantes, donnez 0,10CUC).

Budget

  • Hébergement :
    • Casa à Boca : 30CUC/nuit
    • Casa à Matanzas : 25CUC/nuit
  • Petit déjeuner : 5CUC/nuit
  • Dîner :
    • Casa à Boca : 10CUC/personne
    • Casa à Matanzas : 8 à 10CUC/personne
  • Transats : 2CUC/transat pour toute la journée
  • Boissons : entre 1 et 1,5CUC
  • Location des palmes à Playa Coral : 5CUC/personne
  • Déjeuner à Playa Coral : 9,5CUC/personne boissons incluses
  • Transport : évitez de prendre des taxis jaunes, ils chargent 2x plus
    • Terminal de Viazul -> Boca : 10CUC
    • Matanzas -> Varadero en taxi colectivo : 15CUC pour deux est un bon prix pour moi (même si les locaux paient 2CUC/personne)
    • Varadero -> Matanzas en taxi colectivo : 25CUC pour deux risque d’être le prix qu’on vous fera payer (même si les locaux paient 2CUC/personne)
    • Varadero -> Playa Coral en taxi colectivo : 10CUC pour deux personnes est un prix acceptable (même si les locaux paient 1CUC/personne)
    • Matanzas -> Varadero en camion (ou l’inverse) : 10CUP (moneda nacional) par personne
    • Matanzas -> Varadero en bus local (ou l’inverse) : 1CUP (moneda nacional) par personne

Bus touristiques :

  • Il y a un bus hop on hop off à Varadero (je l’ai vu à nombreuses reprises) qui passe par toutes les rues de Varadero.
  • Il y a un bus hop on hop off à Matanzas qui relie Matanzas à Varadero en passant par quelques points touristiques mais je ne connais pas du tout les horaires de ce bus.

Les points d’intérêt dans le coin :

  • Playa Coral pour le snorkelling (pas beaucoup de poissons mais ils sont très variés et très beaux). Ne vous arrêtez pas au club de plongée El Coral, continuez 500m, vous trouverez une plage où vous pouvez faire du snorkelling gratuitement.
  • Cueva de Saturno (à 2km de Playa Coral), une cave où l’on peut faire du snorkelling
  • Cueva de Bellamar près de Matanzas : la plus grande cave de Cuba
  • Plages : Matanzas n’a pas de belles plages, allez plutôt à Varadero pour profiter de sa superbe plage paradisiaque. Autres plages dans le coin : Playa Buey Vaca, Playa Coral, Playa Villa de los Pinos.
  • Le seul intérêt de Matanzas (pour moi en tout cas) est de prendre le train électrique Hershey jusqu’à La Havane. Sinon, la ville est comme toutes les autres villes cubaines, mais beaucoup beaucoup plus polluée
12 choses insupportables dans les auberges de jeunesse
Trinidad (Cuba) : une ville vieille de plus de 500 ans
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.