Marché local Plaza Minorista, Parque Arvi, le Metrocable – Que Faire à Medellin #1 (Colombie)

Nous nous rendons aujourd’hui (en métro + bus) au marché local Plaza Minorista. Il s’agit d’un immense marché, où l’on trouve de tout. Mais nous y allons surtout pour sa section fruits et légumes

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Marché local Plaza Minorista

Comment y aller : Nous vous recommandons de prendre le métro jusqu’à Hospital (ligne A) puis le bus 1 jusqu’au pied du marché station Minorista (donc payer 2 fois plus car les correspondances ne sont pas incluses dans le ticket). Google Maps recommandera de marcher 10 minutes depuis le métro – mais nous déconseillons car le quartier que vous devez traverser à pied est un peu craignos. Dès que vous voyez des gens assis sur le trottoir, un sac poubelle à côté, changez de trottoir.

Dès l’entrée, nous sommes frappés par la multitude de couleurs, des fruits et légumes ultra frais. Ça ne sent rien curieusement, mais quand on passe devant des vendeurs d’épices… on se croirait en Inde.

Les vendeurs à côté de l’entrée ont des tarifs plus élevés, n’hésitez pas à vous perdre dans les petites allées de ce labyrinthe, vous aurez de meilleurs prix dans les coins cachés. Ici on peut trouver des avocats énormes, presque aussi gros que ma tête. Ils se vendent au poids et coûtent entre 4000COP et 5000COP l’unité.

Philippe (le papa de JB) achète 3 énormes avocats. Malheureusement, un des avocats a explosé dans la valise et repeint ses vêtements lors du retour en France. Donc si vous comptez en ramener en France, protégez-les bien dans un sac plastique, au cas où…

A part l’aspect visuel esthétique, on y trouve aussi plein de fruits qui ne sont pas du tout vendus chez nous. Les bananes-plantains sont vendues partout, elles sont énormes, c’est difficile de trouver des bananes classiques.

Les oignons sont vendus déjà épluchés. J’ai l’impression que les vendeurs ayant des produits différents, vendent aux particuliers.

Tandis que ceux qui ne vendent qu’un seul produit (que du maïs, pommes de terres ou oignons…) sont un peu plus isolés. Ils vendent aux professionnels et livrent de très grosses commandes.

Nous nous rendons à pied au bâtiment d’en face et découvre un univers chaotique. Il semble que ce bâtiment est dédié au recyclage et la vente des pièces détachées. On peut y trouver de tout : un pneu de vélo, des pièces de micro-ondes, une télécommande spécifique ou un moteur, des téléviseurs éventrés… Entre deux boutiques, se trouvent des bars à hôtesses. Le contraste est assez improbable.

Sur le trottoir jouxtant ce bâtiment, se trouvent de nombreux restaurants / cantines. Nous optons pour un menu del dia à 10 000COP/personne, composé d’une soupe de poissons énorme, du poisson frit, du riz, de la salade et de la banane frite et une boisson (limonade au citron vert, à l’intérieur jaune, super bon). Nous avons très faim mais la portion est tellement consistante que nous avons beaucoup de mal à la terminer.

Cela nous a fait beaucoup de peine de voir les petits vendeurs proposant des bonbons, des sacs poubelle, des chaussettes… Même en vendant tout leur stock, ils vont empocher 3€ max (le smic colombien étant de 8-9€/jour) mais ils sont très travailleurs, dignes et tiennent à gagner leur vie honnêtement. Un monsieur passe d’un restaurant à l’autre, un avocat à la main. Pour 1000COP (0,25€), il nous sert une tranche d’avocat (énorme) directement pour améliorer notre assiette. En 1h, il a réussi à vendre 1,5 avocats soit 6000COP. L’avocat lui coûte 4000COP (s’il paie le prix « normal ») => bénéfice 2000COP (0,5€) pour 1h de travail. Une nouvelle illustration de la chance immense que nous avons.

Marché => Métro

Nous marchons jusqu’au métro le plus proche, ce qui fait 10 minutes de marche dans le stress. Outre le côté chaotique du quartier (trafic, soudure sur le trottoir), cette petite promenade nous semble un peu dangereuse par moment, avec des mendiants, probablement venu du Venezuela. Des pauvres personnes complètement droguées, des prostituées, … Nous marchons vite, changeons de trottoir quand ça nous semble nécessaire et sommes soulagés d’arriver enfin au métro.

Metrocable jusqu’au Parque Arvi

Nous suivons le trajet conseillé par Google Maps et arrivons à la station Acevedo (ligne A), où il y a une correspondance avec le Metrocable K.

Le Metrocable, c’est un réseau de téléphériques permettant de rejoindre les hauteurs de Medellín. C’est un transport public comme un autre, réservé surtout aux locaux. Qui dit zone accessible, dit moins de pauvreté.

Le Metrocable est un système de télécabines installé par la communauté urbaine colombienne de Medellín, en complément au métro de Medellín, au tramway, aux bus en site propre, pour permettre d’accéder aux quartiers les moins développés de la commune. Tous ces moyens, ainsi que les bus classiques du SITVA sont intégrés (Carte de transport et facturation uniques). Medellín est une ville de la vallée de l’Aburra, environnée de hauteurs. On trouve dans ces hauteurs des quartiers pauvres — barrios, voire invasiones — : l’importance des dénivelées, l’étroitesse et la sinuosité des rues y rendent difficile la mise en place de transports collectifs terrestres, même si la desserte par des busetas (minibus) est également importante.
Source : Wikipedia

A Medellín, qui se trouve au fond d’une énorme vallée, les plus pauvres habitent sur les hauteurs, tandis que les plus riches habitent dans les zones plus basses, mieux desservies par les transports.

Il y a plusieurs stops sur le chemin, mais il faut rester jusqu’au terminus : Santo Domingo.

Les colombiens sont très impressionnés par le système de métro et metrocable à Medellín. Un agriculteur rencontré à la campagne (Salento) considère que Medellín a 50 ans d’avance sur les autres villes en Colombie. C’était comme si, à Paris, on se déplaçait en voitures volantes autonomes…

Ensuite, nous payons un autre ticket (6000COP) pour aller jusqu’au Parque Arvi. Ce téléphérique au tarif spécial est utilisé essentiellement par les touristes car nous nous enfonçons dans la « forêt » /parc pendant 20 minutes, et il n’y a pas d’habitations par ici.

Le parc n’a rien d’exceptionnel (voire dangereux si vous visitez sans guide). L’intérêt de ce trajet, c’est surtout la vue imprenable depuis la cabine sur Medellín. Arrêtez-vous au marché d’artisanat en face de la station puis faites demi-tour.

Après un chocolat chaud au parc, nous reprenons le chemin inverse et nous nous arrêtons à la station Santo Domingo.

Santo Domingo

Le quartier (appartenant au 1er arrondissement, Comuna 1) est une favela comme tant d’autres, sur les collines à Medellín. Les habitants n’ont même pas assez de sous pour avoir un toit décent (c’est en taule avec quelques briques dessus pour que ça ne s’envole pas, les murs ne sont même pas enduits, d’où cette belle couleur rouge du quartier vu de loin).

Nous prenons d’abord une limonada au café Cebi y chelas, avec une belle vue (4000COP, la meilleure de Medellín), avant de descendre à pied au Mirador (cherchez Parquesito de Santo Domingo Savio sur maps.me).

mirador

De là, nous descendons à pied jusqu’à la station Popular. On ne se sent pas 100% rassurés, mais les habitants, surpris de nous voir là, ont été très gentils et nous ont montré le chemin (pas toujours bien indiqué sur Google Maps).

Visite des favelas

A côté de la Comuna 1 se trouve la Comuna 3. Philippe s’y est rendu avec une guide francophone et encourage tout le monde à s’y rendre aussi. Pour protéger la Comuna 3 d’être détruite par le gouvernement (car trop pauvre et désordonnée), il y a des leaders responsables de maintenir la bonne ambiance dans la zone et rendre le lieu plus agréable. Ils comptent sur les plantes et fleurs qu’ils plantent régulièrement pour protéger la zone. Philippe a pu, lui aussi, y planter un arbre.

Si vous souhaitez visiter la Comuna 3 et autres lieux hors des sentiers battus à Medellín avec une guide franco-colombienne (Sara), contactez l’agence Tika Travel (200 000COP pour une journée de visite privée). WhatsApp +57 301 648 8781.

Partie 2 : Conseils pratiques

Comment y aller ?

  • Marché local Plaza Minorista : station de métro Hospital (ligne A) puis un bus spécial (qui ressemble à un tramway) jusqu’à Minorista. Tarifs : 2 tickets de métro soit 5100COP
  • Parque Arvi : station de métro Acevedo (ligne A) puis metrocable K jusqu’à Santo Domingo. Tarif : 2550COP. Ensuite, metrocable ligne L jusqu’à Parque Arvi, tarif spécial : 6000COP.
  • Mirador près de Santo Domingo : de la station Santo Domingo, descendez à pied, cherchez Parquesito de Santo Domingo Savio sur maps.me.

Budget

  • 6 tickets de métro : 15 300COP
  • Ticket pour le metrocable jusqu’au Parque Arvi : 6000COP
  • Déjeuner au marché : 10 000COP + complément avocat 1000COP
  • Achat de fruits :
    • 4000COP pour un énorme avocat
    • caramboles : 1500COP la barquette
    • goyaves : 2000COP pour 1,5kg
  • Limonada : 4000COP
  • Chocolat chaud au parc : 4500COP

Vous avez aimé cet article ? Consultez tous nos articles sur Medellin et la Colombie

Escobar Tour, Plaza Botero, Parque Bolivar, Centre Culturel - Que Faire à Medellin #2 (Colombie)
La Piedra Del Peñol et Guatapé (Colombie) : Visite Indispensable à 1h30 de Medellin
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.