Séville (Espagne) : la suite de notre aventure

Je vous ai raconté nos premiers jours à Séville. Plus je passe mon temps ici, plus j’aime la ville et l’Espagne. La ville est suffisamment grande pour qu’on se perde dans ses petites rues, mais suffisamment petite pour tout faire à pied.

gastronomie

Nous continuons notre découverte gastronomique. Il y a tellement de bons bars à tapas qu’on ne s’en lasse pas.

Nous découvrons enfin le bar à tapas Antigua Abaceria de San Lorenzo, recommandé par notre proprio d’airbnb. L’ambiance fait très locale, il y a toujours du monde, la déco date d’une autre époque. Nous sommes placés dans la cuisine donc nous voyons les cuisinières préparer les plats et les serveuses s’activer. C’est délicieux, mais les portions sont trop petites => ça revient à très cher si on veut manger à sa faim.

Nous avons aussi testé le bar à tapas : Duo Tapas, repéré par hasard sur Google Maps. Il doit être très bien noté ou être listé dans un guide touristique francophone car il n’y a que des français autour de nous.

Cependant, nous avons fait deux belles découvertes, l’une chez El prégon, un restaurant péruvien où l’on a l’impression d’être transporté à Cusco.

Il existe aussi de « vrais » restaurants hein, comme celui-ci, mais les prix n’ont rien à voir avec des bars à tapas (càd mêmes prix qu’à Paris)

Dans des bars à tapas locaux, sans prétention, on s’en sort facilement pour 17€-20€ pour deux. Et dans des bars à tapas un peu plus raffinés, entre 25€-30€ pour deux – boissons incluses.

Match de foot

Comme Séville a une très bonne équipe de foot, JB est allé voir un match Séville vs. Leganes avec une victoire des locaux (2-1). Contrairement à l’Argentine, cette fois-ci, nous avons à la fois l’ambiance ET un haut niveau de jeu.

Les billets s’achètent en ligne (pour 30€/personne environ).

Plaza de Espana

C’est la plus belle place de Séville ! Elle est un peu loin de chez nous, nous avons pris le bus pour y aller. Conçue pour l’Exposition ibéro-américaine de 1929, la place forme une demi-ovale, symbolisant l’Espagne accueillant à bras ouverts ses anciennes colonies.

La fontaine au milieu est superbe. On traverse ensuite des petits ponts pour accéder au palais.

Des bancs en céramique s’adossent au palais et représentent les régions d’Espagne.

C’est ici qu’a été tournée une scène de Star Wars, épisode II : L’Attaque des clones 

Arènes de la Real Maestranza de Caballería

Je me demande vraiment ce qu’on fait là, dans ce lieu de souffrance animale. Mais JB insiste trop.

On nous donne à chacun un audio guide. Une personne du « musée » nous accompagne, juste pour nous dire sur quelle touche il faut appuyer. L’audio guide explique l’origine de la corrida, qui est à la base un entraînement équestre destiné aux militaires. Et puis, la bêtise humaine a pris le dessus et maintenant, on se trouve avec des mecs à pieds tuant une brave bête – sans aucune raison.

20 minutes plus tard, on visite enfin l’arène. On y reste 10 minutes à peu près et puis on s’en va.

Dans mes souvenirs, la visite de l’arène de Madrid était beaucoup plus intéressante.

Hôtel Alfonso XIII

JB et moi avons l’habitude de squatter les bars des hôtels 5 étoiles. Alors quand on nous a parlé de l’hôtel Alfonso XIII, on s’est dépêché d’aller squatter son bar. Il y a deux bars et c’est celui à l’intérieur qu’il faut squatter.

Au moment où nous y allons, il y a des gens en costume (sûrement pour le tournage d’un film). On se croirait au milieu d’un tournage de Pride & Prejudice.

C’est tellement beau !!!!!

D’ailleurs, le personnel a l’habitude de voir les gens squatter, on peut y entrer juste pour prendre une photo.

Photos en vrac

On est toujours en short-sandales fin octobre. Il fait même trop chaud parfois.

Nous ne sommes pas dans une boutique spécialisée, non, juste dans un supermarché Mercadona.

J’adore la marque Mr. Wonderful, à chaque passage en Espagne, je passe des heures devant leur stand à la Fnac ou chez El Corte Inglés.

Tapas, tapas et tapas !!! <3

Il y a des orangers partout dans la ville. Les oranges tombent toutes seuls sur les trottoirs mais personne ne les ramasse pour manger car elles sont amères. Les orangers sont plantés surtout pour l’odeur des fleurs. Si vous passez à Séville entre novembre et février, faites attention aux oranges, en recevoir une sur la tête n’est pas très agréable.

Ce qui me gêne à Séville c’est la saleté des trottoirs. Je ne sais pas si ça ne concerne que mon quartier (moins touristique que d’autres), mais il y a des crottes de chiens PARTOUT ! Beaucoup de sévillians ont des chiens (très gros chiens même), mais tous ne ramassent pas les crottes. Et je n’ai pas l’impression qu’ils nettoient régulièrement les trottoirs – techniquement ça doit être difficile car les rues sont toutes petites et les trottoirs souvent cachés par deux rangs de voitures (bcp de problème de parking à Séville).

Par ailleurs, il n’y a pas de poubelles dans notre immeuble. Pour jeter les déchets, il faut aller à un endroit spécifique (à une rue de notre appartement), qui regroupe 3-4 grosses poubelles bien puantes – et des poubelles enterrées sous-terre pour le tri. Bref, pour la propreté, ce n’est pas aussi sale que Marseille, mais même Paris est plus propre.

A part ça, je n’ai rien à redire de Séville. Ah si, les hommes matent tout ce qui bouge, font du catcalling – le « Hey Mademoiselle » – piropo en espagnol, beaucoup plus qu’à Paris, mais moins que ce que j’avais constaté à Bucarest en Roumanie.

The Piropo

You will likely encounter a cultural phenomenon called the piropo (something like a catcall). What this means is that, if you
are a woman, you may get shouted at on the streets of Spain. “Eh, guapa, ven aquí…” It is almost always harmless, but it
can make you feel uncomfortable nonetheless. The best way to deal with a man who shouts a piropo to you is to just ignore
him and keep on walking. Remember that piropos are only annoying shouts. Physical contact and/or incessant
harassment is never okay and is not acceptable no matter where you are.
Things to remember when it comes to piropos:
• They’re inevitable. Some are worse than others but all are annoying.
• Forget your manners; it is best not to make eye contact and smile at strangers on the street, especially to strange
men yelling at you on the street.
• Keep on walking and don’t respond. If the person is persistent, say “Déjeme en paz” or something similar.
• It’s a part of the culture, so the men don’t necessarily think that what they’re doing is offensive.
• If a piropo turns into physical contact or you experience any other uncomfortable incident, talk with Spanish Studies
staff; always feel free to call the emergency number.

Source : A survival Guide to Seville

Test et avis du service de domiciliation d'entreprise ABC Liv
La fiscalité du Nomade Digital : suis-je Résident Fiscal Français ?
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.