San Andrés (Colombie) : La preuve que le Paradis Existe

Pour mon n-ième anniversaire, nous sommes allés à San Andrés, une île caribéenne très loin de la Colombie, mais qui appartient quand même à la Colombie. Elle se trouve au même niveau que le Nicaragua.

Nous l’avons repérée en regardant les trajets en avion au départ de Medellín. La météo annonce de la pluie pendant nos 4 jours d’escapade (on est mi-septembre) mais nous croisons les doigts pour avoir quand même quelques rayons du soleil. Ce voyage a été entièrement planifié par JB (merci !)

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Medellin => San Andrés en avion

Avant d’entrer dans l’avion, on nous demande d’acheter une carte de tourisme. Mauvaise surprise ! On ne savait pas que l’accès à l’île était payant. Heureusement que la carte peut s’acheter au moment de l’embarquement et nous pouvons payer par carte bancaire (112 500 COP par personne).

Le trajet Medellín – San Andrés dure 1h47mn (comptez 98€ A/R avec LATAM). Les billets coûteront moins chers si vous partez de Carthagène (54€ A/R avec LATAM). Malgré l’emplacement de l’île, nous restons dans le même fuseau horaire que la Colombie.

Je suis placée sur la gauche, à côté de la fenêtre et à l’approche de San Andrés, j’aperçois, bouche bée, deux petites îles entourées d’une barrière de coraux, c’est magnifique ! Il s’agit des Corn Islands (îles de Maïs) appartenant au Nicaragua. Contrairement à San Andrés, ces îles sont plus difficiles d’accès (avion très cher, ou un bateau de 6h30 où la moitié des passagers tombent malade pendant le trajet).

Jour 1 : découverte de l’île

Location de scooter

JB a répéré à l’avance un loueur de scooter aux tarifs imbattables (200 000 COP pour 72h). Il le contacte sur Whatsapp, et le scooter nous est livré directement à l’aéroport. Bon, avec un petit scooter comme ça, il n’est pas possible d’avoir 2 gros sacs à dos. Heureusement que nous venons avec deux petits sacs entre 10L et 15L, le premier passe très bien dans le coffre, et le second entre les jambes de JB.

Nous faisons partie des rares touristes (non colombiens) à opter pour le scooter. La plupart louent des voitures de ce type (à essence), pour 2 à 6 personnes. Il faut compter environ 200 000COP par jour.

Vue depuis l’hôtel

Nous passons d’abord à l’hôtel déposer nos affaires et nous changer. L’hôtel se trouve au 3ème étage et nous apercevons pour la 1ère fois le fameux « océan aux 7 couleurs ». Notre hôtel, super propre, plein de lumière, est dans le centre-ville, mais loin des hôtels pour touristes, dans une rue tranquille. Il faut cependant avoir un scooter car à pied, c’est loin de tout.

Tour de l’île

Le Centre-ville

une des nombreuses épaves de San Andrés
sculpture Barracuda
Coral Plaza

Une des activités préférées des touristes à San Andrés, c’est le shopping dans le centre-ville. Vous y trouverez plein de boutiques duty-free (parfums, électroniques, valises…)

Playa Zarpada

Nous mourrons de faim et choisissons le 2ème emplacement le plus touristique de l’île pour nous poser et déjeuner. Il s’agit de la Playa Zarpada.

On a vraiment beaucoup de mal à trouver l’accès à la plage. Tout est privatisé. On décide d’opter pour la solution facile et touristique : se garer gratuitement au resto Aqua Beach Club et déjeuner là-bas. Je vous recommande l’Arroz Thai, du riz sauté aux fruits de mer, très bon et consistant. Comptez 35000COP minimum par plat + 9000COP/boisson + 10% de pourboire. Nous sommes sur une île je vous rappelle. Carte bancaire acceptée.

Qu’a-t-elle de spécial, cette plage ? Depuis Playa Zarpada, on peut marcher sur un banc de sable (et nager un petit bout) pour rejoindre le tout petit îlot Rocky Kay, faire du snorkeling. Le « chemin » est sécurisé via une ligne de bouées. Les très bons nageurs peuvent nager jusqu’à l’épave d’à côté.

Note : le ciel s’assombrit, d’où les couleurs tristounettes sur les photos, mais quand il fait beau, la partie près de l’îlot est toute bleue, c’est très joli.

Cette plage n’est pas ma favorite, elle est pleine d’algues et ne sent pas la rose. L’eau reste cependant très propre, transparente, voire super bleue par endroits… on y reviendra une autre fois.

Nous décidons de faire un tour complet de l’île et apercevons sur notre chemin un bar/restaurant très célèbre au bord de la plage. Il est devenu célèbre car le proprio écoute du Bob Marley toute la journée.

Toujours sur le chemin, ce type de plages est très prisé par les touristes. Car les rochers forment une piscine naturelle, où les enfants peuvent s’asseoir et profiter tranquillement de la plage, en observant de grosses vagues de l’autre côté.

Plus on roule, plus on voit des cocotiers, des arbres, des collines…

Si les vagues sont assez fortes du côté Est de l’île, du côté Ouest, on dirait un autre monde. C’est tellement calme, tellement paisible. Par contre, les grandes plages de sable fin sont remplacées par des criques au parois rocheux, très profondes. Théoriquement, on peut s’arrêter n’importe où et faire du snorkeling. Il y a quelques escaliers réservés aux plongeurs, accessibles à tous, mais c’est dangereux. Nous préférons quand même qu’il y ait une petite structure, au cas où…

La Piscinita

C’est pour ça que quand nous avons vu le panneau La Piscinita, nous sommes arrêtés direct. Pour 6000COP/personne, quelqu’un surveille notre scooter et nous donne à chacun un morceau de pain pour nourrir (et donc attirer) les poissons.

On voit les poissons d’en haut, ils sont très nombreux et attendent tous ici car ils savent qu’ils seront nourris. Quand ils ne sont pas nourris, nous sommes entourés par une vingtaine de poissons « seulement ».

Par contre, quand quelqu’un leur jette un bout de pain, c’est le chaos, une cinquantaine nous entoure (sans nous toucher, ils bougent super vite). Ils sont énormes en plus, au moins 30cm ! J’ai été complètement submergée la 1ère fois que je me suis retrouvée parmi eux, mais j’ai appris à aimer ce « mouvement de panique » 😀 Voici une vidéo pour illustrer mes propos. La vidéo n’est pas en accéléré !

Il y a plein d’autres points d’intérêt sur la route mais nous y reviendrons un autre jour.

Ceci est l’emplacement idéal pour observer le coucher du soleil. Nous sommes malheureusement très fatigués par le snorkeling et la conduite, et n’avons pas la patience d’attendre jusqu’à 18h30. Nous nous contentons de rentrer, sortir manger rapidement puis dodo.

SAI = San Andrés Island

A peine rentrés à l’hôtel, une personne de l’hôtel nous propose une sortie en mer le lendemain. L’hôtel a un bateau privé et comme nous sommes 11 clients en tout, nous pouvons partager les frais. Après discussion avec une autre personne de l’hôtel (qui parle espagnol super lentement pour qu’on comprenne), on se met d’accord sur le programme du lendemain.

Jour 2 : Island hopping

C’est là où les choses se compliquent. La personne qui nous a expliqué le programme n’est pas organisatrice, et le téléphone arabe fait qu’elle s’est trompée sur certains détails (ce qui est inclus/n’est pas inclus). Du coup, on se sent un peu cons de devoir demander à chaque fois où nous allons, ce que nous devons faire à l’instant T (nous sommes les seuls non hispaniques dans le groupe). Mais les deux guides qui nous accompagnent sont très patients et ne nous prennent pas pour des cons. Ils apprécient au contraire nos efforts de parler et essayer de comprendre l’espagnol. Et ça, c’est vraiment top ! Un des guides parle anglais si besoin.

Après division, le tour nous coûte 66 000COP par personne (incluant les 8000COP d’accès à l’îlot Johnny Cay).

Nous sommes avec 6 colombiennes, 3 espagnoles et deux guides colombiens. L’ambiance est super relax, on dirait qu’on part entre amis. Nous payons des taxis pour nous rendre au port (taxi appelé par le guide fort heureusement, on n’aurait pas su quoi dire) puis achetons des boissons avant de monter dans le bateau. Les autres clientes ont l’air plus intéressées par le rhum que par l’eau ahahha. Nous sommes les seuls à boire uniquement du soft 😉

Voici le programme du jour (enregistrez la photo sur votre téléphone/ordinateur pour pouvoir zoomer)

  1. Johnny Cay
  2. On passe devant une épave (stop photo uniquement)
  3. Acuario pour le snorkeling
  4. Haynes Cay pour le déjeuner
  5. Au large de Haynes Cay pour le snorkeling
  6. Estrella de Mar
  7. Manglares (pas de stop, on passe juste à côté)
  8. White Watta (bar flottant)

Notre bateau est plus petit que les autres, donc ça bouge un peu plus. Sensations fortes garanties.

Stop 1 : Johnny Cay

Le premier stop nous éblouit déjà. Ça aurait été dommage de rater ça ! Cet îlot est une merveille. L’eau est tellement bleue qu’on n’en croit pas à nos yeux (la photo n’est pas retouchée je vous signale). Je pense qu’elle n’a rien à envier aux Bahamas

La plage principale, malgré sa couleur bleue qui donne trop envie, a beaucoup de vagues et de rochers. Le sable rend la visibilité moins bonne, impossible de faire du snorkeling. JB ayant oublié ses sandales dans le bateau, s’est trouvé avec quelques égratignures. En marchant un peu, on a accès à ces « piscines naturelles », plus calmes, protégées par une barrière de rochers, avec plein de petits poissons.

Ici, l’eau est tellement peu profonde (10 à 20cm) qu’il est difficile de les observer avec un masque, mais j’ai posé ma caméra de sport et j’ai vu un monde merveilleux (après coup, sur l’ordinateur). Les poissons sont tous petits (5cm à peine) mais sont beaux, variés et colorés.

On continue un peu et apercevons plein d’iguanes. Ils sont énormes, et n’ont pas peur de nous, on dirait qu’ils ont l’habitude d’être nourris. Dès qu’un touriste sort un sandwich, il est entouré d’iguanes.

Au milieu de l’île se trouvent les toilettes, les coins de pique-nique… tandis que la plage principale est pleine de restaurants. C’est trop tranquille par ici.

Stop 2 : Epave

Il y a beaucoup d’épaves à San Andrés, et celle-ci n’est pas à visiter car elle est dans une zone très profonde avec beaucoup de vagues. Nous sommes passés devant en bateau seulement.

A San Andrés, il suffit de s’éloigner un peu et on est entre 15 et 50 mètres de profondeur, pour atteindre très rapidement 1000m de profondeur !

Stop 3 : Acuario

La magie continue avec ce stop incroyable. Acuario = Aquarium, est un long banc de sable nommé ainsi car on peut voir beaucoup de poissons, juste à côté. Il y a des bars installés sur le banc de sable même. En continuant à pied, on arrivera sur l’îlot Haynes. C’est un des meilleurs stops de la journée.

Malgré un ciel nuageux, la couleur de l’eau est digne d’une carte postale alors imaginez un jour ensoleillé !

On est en train de s’extasier devant le banc de sable quand le guide nous encourage à enfiler nos masques de snorkeling et aller plus loin, là où se trouve une petite barrière de rochers. Je le suis avec réticence, préférant marcher sur le banc de sable, mais suis le mouvement, le lieu s’appelle « Acuario » quand même.

Et mes efforts ont été largement récompensés, c’est effectivement un aquarium mais en pleine nature. La plupart des touristes profitent du banc de sable, donc nous ne sommes que 6 par ici. Nous avons vu des poissons de toutes les couleurs, ils sont énormes comme hier, mais d’une autre espèce.

Le guide nous dit que c’est une espèce proche de Dory dans Le monde de Nemo. Ici, nous n’avons absolument pas besoin de les nourrir, ils y sont naturellement, en train de manger des coraux. JB me montre des oursins, qui sont heureusement cachés (ils doivent avoir marre qu’on leur marche dessus). Certains ont des piques de 20cm, c’est incroyable !

oursin

Et puis le guide nous dit « il y a un requin ici ». Par réflexe, je crie de peur, alors que je sais, depuis que nous avons nagé librement avec eux en Polynésie Française, que les requins n’attaquent pas l’homme (sauf si celui-ci a un poisson mort dans la main, ou accroché à un harpon). C’est un nurse shark, qui préfère être plus près du sable que de la surface. Il est en train de se cacher sous les rochers, tranquille. Des bancs de poissons bleus l’entourent, l’air de dire « ça va, requin ? As-tu peur des humains ? on va les distraire t’inquiète ».

laisse-moi tranquille !

Il est assez petit (1m50) mais plus large que les requins en Polynésie française et a une tête plus gentille. Au bout de 30 minutes, il en a marre qu’on le prenne en photo, et s’enfuit entre les jambes de JB. Nous essayons de le suivre mais il nous distance rapidement.

Stop 4 : Haynes Cay

On reprend le bateau juste pour faire 30 mètres, direction Haynes Cay pour déjeuner. J’opte pour une portion de poisson, heureusement car le poisson entier m’aurait achevé. 35 000COP/plat, il est possible de prendre sa propre boisson. Paiement en espèce uniquement.

Stop 5 : A la rencontre des raies

On s’éloigne un petit peu de l’île, au milieu de nulle part et les guides nous montrent, enthousiastes, les grandes ombres noires qui nous entourent. Ce sont des raies ! Wouaaahhh, depuis la Polynésie Française, on n’en a vu qu’à l’aquarium. Et on va pouvoir nager avec eux, ENCORE UNE FOIS !!!

Je pense que nous sommes très chanceux parce que la plupart des bateaux (surtout ceux qui sont hyper chargés) ne s’y arrêtent que pour voir les ombres passer. Seul un guide descend, remonte une raie et explique aux clients.

Mais nous avons pu y rester 20 minutes. A un moment je suis entourée d’une famille de raies, dont la plus grande doit faire la moitié de ma taille. C’est très impressionnant de voir quelque chose d’aussi grand passer juste à côté. Mais elles sont toutes très gracieuses, respectueuses.

Je demande aux guides pourquoi on les trouve ici, spécifiquement. Ils me répondent qu’elles ont l’habitude d’être nourries par les autres bateaux, et attendent sagement. Je pense que ça aurait été difficile de les croiser au hasard. Même en Polynésie, les raies étaient nourries au spot d’observation.

Les photos sont floues à cause des raies, elles remuent trop le sable 🙂

Stop 6 : Estrella de Mar

C’est un stop au milieu de l’océan, avec du bois submergé, sûrement pour attirer les poissons. Ils sont petits mais très variés et nombreux.

Nous y avons vu également une étoile de mer (d’où le nom du stop), une holothurie et un oursin blanc (avec des piques plus petites que les oursins noirs). J’ai pu toucher l’oursin blanc et ses piques bougent doucement… pour s’enfoncer dans mon doigt. Aie ! Il faut savoir le reconnaître car de loin, on dirait les coraux tout simplement (ou une sorte de cactus).

Stop 7 : Mangroves

Les mangroves, on en a vu beaucoup (trop) aux Keys, mais ici il y a des moules toutes plates qui s’accrochent aux racines des mangrove. Le guide a expliqué beaucoup plus de choses mais c’était en espagnol donc je n’ai pas compris grande chose 😀

Stop 8 : Bar flottant

A cause de la pluie, le bar flottant n’est plus actif mais nous y allons quand même car les filles doivent finir leur bouteille de rhum. De notre côté, on a un peu froid (car on ne boit pas d’alcool), et il pleut depuis un bout de temps. L’eau de mer est plus chaude, donc c’est plus sympa pour nous d’y aller quand même et nager non-stop.

Nous hélons des taxis et peu acceptent de nous prendre car nous sommes tous trempés. Finalement, le guide tombe sur un ami à lui et le chauffeur nous donne à chacun un sac poubelle pour nous asseoir dessus 😀 On est trempés, on a froid, mais on est tous super contents de cette belle journée.

Jour 3 : re-Tour de l’île

Rocky Cay

La journée commence par une visite matinale du Rocky Cay, dont je vous ai parlé au début de l’article. Cette fois, nous ne passons plus par le resto mais par une petite route (repérez le panneau « ice cream »), la dame qui en vend propose de garder les scooters pour 5000COP.

C’est d’ici qu’on peut rejoindre un îlot en marchant (et en nageant un petit peu). L’eau est basse le matin, et à part quelques mètres où l’eau est vraiment profonde (même JB qui fait 1m85 n’a plus pied), le reste se fait à pied, ou alors on peut s’accrocher aux bouées.

Nous confions notre sac à l’un des nombreux lockers dispos sur place (7000COP) et entamons la traversée.

L’îlot lui-même n’a rien d’exceptionnel. Il y a un bar sur l’île (fermé), et si on n’a pas d’argent, ce n’est pas grave, on peut payer plus tard aux potes du propriétaire sur la plage.

Autour de l’îlot, l’eau arrive jusqu’au ventre. Par contre, si on veut aller jusqu’à l’épave, ça a l’air bien profond et le courant assez fort. J’ai vu quelqu’un sauter de l’épave, et il ne l’aurait pas fait avec 50cm de profondeur.

l’épave

Sur la droite de l’îlot, là où il y a d’autres bouées, les locaux nous indiquent qu’il y a un « acuario » càd qu’il y a des poissons. Ils sont tous petits, super colorés, ils n’ont pas peur, ils se laissent porter par les vagues, en mode super relax. On n’en a pas encore vu comme ça ces derniers jours. Auprès des rochers, on voit des milliers de plancton.

Il est 10h et la foule commence à venir (la foule a tendance à s’accrocher aux bouées, pour chiller). Il est temps de partir d’ici. On s’arrête à une plage sur le chemin pour acheter une noix de coco (7000COP). Malgré le ciel tout gris, l’eau reste très belle.

Reggae Roots

Nous reprenons le scooter. Comme nous avons aimé l’expérience chez La Piscinita, nous cherchons un endroit similaire. Google Maps indique West View (5000COP/personne), mais on change d’avis assez rapidement en voyant une vingtaine de scooters, et plusieurs bus de touristes stationner devant.

Juste à côté se trouve un bar/restaurant à la Bob marley (Reggae Roots), vide de chez vide, avec un plongeoir aussi et des transats. On n’hésite pas deux secondes et profitons du lieu, seuls. A 10m de là, on regarde avec amusement la foule de West View faire la queue juste pour sauter du plongeoir.

Ici, ils ne nous donnent pas de pain pour nourrir les poissons. Alors que chez Piscinita et West View, les poissons sont nourris, donc ils sont beaucoup plus nombreux. Ayant vu la frénésie des poissons nourris, ça nous fait quand même du bien d’être dans un lieu 100% naturel. Il y a moins de poissons, mais ils sont plus variés, très colorés, nous avons vu des oursins blancs aussi, et deux poissons qui ressemblent à une flûte.

A un moment, un poisson tente de communiquer avec moi, j’ignore s’il est agacé par ma caméra, ou alors il pose pour moi en souriant. Qu’en pensez-vous ?

¡Hola Tour du monde 5 continents!
des petits crabes sur les rochers

On se sent tellement bien ici qu’on y retournera l’après-midi même. L’entrée est gratuite, en échange d’une consommation. Le limonada natural est à tomber, même si il coûte un peu cher (10000COP). C’est le lieu idéal pour observer le coucher du soleil car il est ouvert plus tard que les autres endroits.

au loin : un navire militaire

Bref, nous avons fait 2 fois le tour de l’île aujourd’hui, en nous arrêtant régulièrement pour les stops photos et pour manger. Nous avons choisi d’ignorer les autres stops touristiques comme : le trou souffleur, la visite d’une cave, musée je-ne-sais-quoi…

Nous avons croisé beaucoup de policiers, certains se cachant derrière un arbre. La vitesse est limitée à 30km/h et avec notre petit scooter, on est déjà à 25km/h. Donc les voitures type golf qui font le tour de l’île dépassent régulièrement la vitesse et se font arrêter fréquemment par la police. Faites attention donc !

Nous avons déjeuné dans le meilleur restaurant de fruits de mer de l’île : Regatta, conseillé par les locaux. Si vous y allez le soir, il vaut mieux réserver. J’ai opté pour leur langouste (pêchée sur l’île, donc fraîche) et c’était trop trop bon et consistant. JB a pris une paella, qu’il a trouvée bonne, sans plus.

Jour 4 :

Nous avons RDV à 11H pour rendre le scooter devant l’aéroport (notre avion décolle à 12h30). Nous rendons la chambre et comme il fait beau, nous nous rendons à la plage principale pour profiter une dernière fois des beaux paysages de l’île. On ne s’y est pas baignés une seule fois car il y a trop de vagues pour nous, rendant le snorkeling peu intéressant.

des fruits frais, miam !!!

Tout le monde s’entasse là où se trouvent les cocotiers, mais en longeant le chemin piéton jusqu’au bar The Islander, on peut être quasiment seuls au monde.

C’est ainsi que s’achève notre séjour inoubliable à San Andrés. Désolée pour la qualité des photos prises avec notre caméra de sport, les couleurs sont un peu plus ternes qu’en vrai. Pour voir des vraies couleurs, il faudra que vous veniez à San Andrés 😀

Dans l’avion, je suis placée sur le côté droit et pour mon plus grand bonheur, la vue est à couper le souffle. Merci à JB pour ce joli cadeau d’anniversaire !

Partie 2 : Conseils pratiques

Un guide dédié à San Andrés a été mis en ligne ici. En attendant, je vous donne le budget global :

Budget

Taux de Septembre 2019 : 1000COP = 0,27€

  • Transport aéroport => Medellin et vice versa : 25000COP par personne (en transport public)
  • Carte de tourisme (obligatoire) : 112 500COP
  • Hôtel : 40€/nuit, chambre double
  • Avion : 98€/personne A/R depuis Medellin, sans bagage en soute
  • Repas : entre 20000COP et 35 000COP/personne dans les restaurants touristiques
  • Chez Regatta : 62€ pour deux, plat + dessert + boisson
  • Location de scooter pour 72h : 200 000COP (paiement en espèce)
  • Limonada au plongeoir : 10000COP
  • Entrée chez Piscinata : 6000COP/personne
  • Tour en bateau : 66000COP/personne
  • Taxi pour aller au port : 10000COP pour deux

TOTAL : 618€ pour deux personnes, 4 jours TOUT INCLUS

325 500COP à payer en espèce (pour deux) et 530€ payable par carte bancaire ou en ligne

[Guide] Que faire à San Andrés (Colombie) ? Transport, Logement, Excursions, Conseils pratiques
[Guide] Visite du Canal de Panama en Bateau, en Voiture ou en Transport Public - Miraflores, Agua Clara, Pedro Miguel (Panama)
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.