Nous avons passé le 4 juillet à Washington (Etats-Unis) – Carnet de voyage

Après 2,5 mois au Canada qui ont duré une éternité (pas marrant quand on ne fait qu’aller chez le dentiste), nous voilà aux Etats-Unis. Premier stop : Washington DC (qu’on appellera Washington tout court dans l’article) 😉

Après avoir passé le Canaday Day (1er juillet) à Ottawa, nous souhaitons nous rendre ASAP aux Etats-Unis pour faire l’expérience de l’Independence Day (4 juillet) à Washington. On nous a mis en garde pour l’immigration US qui peut être très tatillonne mais finalement tout s’est bien passé (je vous raconterai en détails dans un autre article).

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Chinatown

Notre hôtel (Pod Hotel, lien Booking) est plutôt central, à 10 mètres d’un métro, et se trouve juste à l’entrée du Chinatown. Petit bonus surprise, il se trouve à côté d’une chaîne chaîne de restos italiens qu’aime beaucoup JB : VA PIANO.

Nous allons rester ici 3 jours mais en réalité, nous n’avons qu’1 jour et demi de visite car nous devons travailler le reste du temps.

Je vous recommande le resto vietnamien d’en face : Pho 88, pas mal du tout. Et le fastfood coréen BIBIBOP, à côté aussi.

Le métro

Le métro est fréquent et efficace. Cependant, l’achat de tickets est un peu complexe. Il faut acheter d’abord la carte (2$), puis ajouter des sous, puis payer. Mais les instructions ne sont pas très claires. Le forfait journalier ne nous semble pas très intéressante (13$) car les petits trajets coûtent peu chers (2$ à 3$) et nous marchons quand même beaucoup. Pour 1 jour et demi de visite, nous avons dépensé environ 16$/personne.

Jour 0,5 (visite de demi-journée)

Le Capitol

Les billets étant pris à l’avance sur le site officiel du Capitol, pour nous permettre de choisir l’heure qu’on veut. En réalité, beaucoup viennent à l’improviste et se voient distribuer l’heure de visite. La visite est obligatoirement guidée (en anglais) et gratuite. Je ne vois pas si vous voyez « in god we trust » sur la photo de l’accueil ?

Note : tout le monde peut accéder à la zone d’accueil, même sans ticket (tapez The U.S. Capitol Visitor Center sur Google Maps), à condition de passer un check de sécurité. il ne faut amener ni eau ni nourriture ni sacs trop gros.

Nous visitons en tout 3 grandes salles : une avec des colonnes constituant des piliers (il y en a 13 en tout, représentant les 13 premiers états). Une autre salle juste en-dessous du dôme du Capitol, et une dernière salle qui servait de salle du congrès, jusqu’à ce que le nombre de sénateurs ne devienne trop important. La visite dure plus ou moins une heure, mais il faut compter le temps d’attente et check de sécurité (1h en tout alors que nous avons pris RDV avant).

Je vous laisse admirer la beauté du lieu. Ma salle préférée reste, bien évidemment, celle où l’on voit le dôme de l’intérieur. La construction du Capitol n’a pas été interrompue pendant la guerre civile. Au contraire, il était considéré comme le symbole d’une nation unie.

1ère salle
sous le dôme du Capitol
Deux grands monsieurs
3ème salle

C’est en me trouvant sous ce dôme que je me rends compte vraiment où je suis, et je suis saisie d’une excitation incroyable, comme si j’allais bientôt en Egypte ou à Cuba 😀

Library of Congress

Après la visite guidée, nous sommes libres de rester dans le hall, sortir ou suivre un long couloir pour nous rendre à la « Library of Congress », la bibliothèque du Congrès. Sur le chemin, j’intercepte quelques conversations des touristes américains qui s’y rendent en même temps que nous. Ils ont l’air vachement calés sur l’histoire de cette bibliothèque, plusieurs sont en train d’expliquer à leurs enfants ou leurs proches l’histoire de cette bibliothèque : bibliothèque fédérale la plus ancienne du pays; plus grande bibliothèque au monde en termes de livres & de références; Thomas Jefferson a donné sa propre collection de livres, après que la collection originale de la bibliothèque ne soit détruite par les anglais lors de la guerre en 1812.

Note : j’ai entendu plusieurs personnes parler du don de Thomas Jefferson à la bibliothèque. Cela fait peut-être partie de la culture générale américaine.

N’ayant jamais entendu parler de cette bibliothèque de notre vie, mais ayant vu seulement un commentaire sur Google Maps, nous découvrons, bouche bée, la beauté de ce bâtiment, considéré comme un des plus beaux à Washington (il nous rappelle Vienne). On peut aussi y accéder sans passer par le Capitol (elle a sa propre porte d’entrée), mais avec une chaleur pareille, nous sommes contents d’avoir pris le tunnel.

Il y a plusieurs salles d’expo, et nous pouvons admirer une des premières Bibles éditée par l’imprimerie de Nuremberg (il y en avait 120 pour la 1ère édition), en parfait état. La salle de lecture est fermée au public, mais on peut l’admirer d’en haut. Certains visiteurs sont autorisés à y aller car ils ont contacté directement leur sénateur et ont droit non seulement à une visite plus détaillée du Capitol, mais en plus, ont accès à certains endroits fermés du complexe.

The US Capitol (bis)

Nous devons, à regret, quitter cet endroit fortement climatisé pour nous jeter dans le four (cad la rue) : 32°C, mais 37°C ressenti. Nous ne sommes pas en Inde à ce que je sache. Le peu de graisse que j’ai en stock commence à fondre. D’ici Miami, il ne me restera que du muscle, yyyyéééé. Il nous faudra de longues minutes pour parcourir le Capitol d’un bout à l’autre. Pourquoi ont ils besoin d’autant de places hein ? Ils ne sont qu’une centaine.

Nous nous motivons cependant pour faire tout le tour et nous rendre de nouveau devant le Capitol pour une photo souvenir.

Puis devant la Cour Suprême, juste en face, pour une autre photo souvenir. Tout est trop blanc, trop propre, ça fait mal aux yeux. D’ailleurs, je sens ma beau brûler malgré le tartinage de crème solaire ce matin. C’est horrible ! Heureusement que dans les toilettes du Capitol & des fois dans la rue, il y a de nombreuses fontaines pour se désaltérer.

Deux zoombies asséchés et brûlés – que nous sommes devenus – tentent de continuer la visite. Allez, la Maison Blanche n’est qu’à 20 minutes (à pied + métro).

La Maison Blanche

C’est quand même fou de se dire que le POTUS pourrait se trouver juste derrière cette pauvre petite barrière. Certes, les mesures de sécurité doivent être au max (on aperçoit d’ailleurs des snipers sur le toit), mais c’est chouette de pouvoir offrir une vision aussi belle d’un bâtiment si important, aux touristes. Deux fois par an, on peut même visiter les jardins de la Maison Blanche (sans les Trump par contre, ouffff) !!

Devant la Maison Blanche, il y a toujours des panneaux de protestation. Une femme s’est fait même une sorte de tente, on la retrouvera 2 jours plus tard au même endroit. Je trouve cette liberté d’expression très saine, et surtout dans un lieu pareil.

Pentagone

On se motive, encore, à prendre le métro (20 minutes) pour nous rendre au Pentagone, de l’autre côté de la rivière. Il est interdit de prendre des photos, ce bâtiment vu de face est très moche, et pas si haut que ça. C’est le bâtiment le plus grand au monde. Le deuxième plus grand au monde, mais tout aussi moche, se trouve à Bucarest.

On aurait pu penser qu’un tel bâtiment soit gardé secret, caché dans la jungle, ou rendu invisible grâce aux miroirs auto-réfléchissants. Or, il y a même une station de métro qui s’appelle « Pentagon », passant quasiment en-dessous du bâtiment. En arrivant, on s’est même demandé quelques instants où il était alors qu’on était littéralement à l’entrée.

Cimetière Arlington

A une station de métro de là se trouve le célèbre cimetière militaire, qui accueille donc les militaires, vétérans et leurs familles. Je trouve que le lieu, bien que très paisible, moins impressionnant que le cimetière en Normandie, car en Normadie, le terrain est plat, les tombes sont à perte de vue; alors qu’il y a beaucoup de collines ici (ce sont des anciennes plantations). Je trouve ça bien qu’on ne soit pas autorisé à marcher au milieu (sauf pour rendre visite à une personne en particulier).

Un peu plus loin se trouvent les tombes de la famille Kennedy. Rest in peace!

USMC War Memorial

A 15 minutes à pied se trouve ce mémorial très célèbre, rendant hommage aux marines.

Le 4 juillet

Il faut dire que le programme de chaque Independence Day à Washington est assez light : une parade le matin, un concert le soir suivi d’un feu d’artifice. Très light par rapport à la France et de nombreuses activités pour promouvoir l’armée française. Du coup, Trump, malade de jalousie après avoir assisté au 14 juillet français, a décidé de faire quelque chose de plus quali. Sauf que Washington DC a refusé de financer son caprice, si bien que 1 semaine avant la fête nationale, le programme officiel n’est toujours pas communiqué – car tout était en négociation et Trump devait trouver des financements pour se mettre – lui même – en avant cette année alors que traditionnellement, le 4 juillet est une journée apolitique aux Etats-Unis.

Pour protester contre cette intervention jugée peu démocratique (la fête nationale ne doit pas être politisée), plusieurs protestations ont lieu à Washington, dont le mouvement Code Pink, à la faveur des femmes, qui a obtenu le droit de protester juste devant le Washington Monument (le truc qui ressemble à un obélisque).

Matin

Comme d’habitude, la matinée est réservée à la parade, des associations, particuliers qui en ont fait la demande (on peut candidater sur le site officiel !)… et un peu des forces de la police dans une ambiance joviale, typiquement américaine, avec des chorégraphies, ballons… Malheureusement, il n’y a pas assez d’arbres pour faire de l’ombre à tout le monde, et le soleil tape trop fort. Au bout d’une heure, nous n’en pouvons déjà plus, et devons passer plusieurs heures à récupérer à l’hôtel – dans notre chambre climatisée #tropdurelavie #déshydratésetpresquemorts

On se demande comment on a pu survivre aux 43°C en Inde, et ne pas supporter les 37°C à Washington. On a, soit beaucoup vieilli, soit passé trop de temps dans les pays froids.

Fin d’après-midi

Le discours de Trump, qu’il appelle de manière pompeuse « Salute to America », a lieu à 18h30. Nous nous motivons pour quitter l’hôtel à 17h mais il pleut des cordes. Nous retardons le départ jusqu’à 17h30, et même Trump doit encourager tout le monde à sortir sur Twitter, en disant que le ciel allait s’éclaircir sous peu. Bref, même le ciel n’en peut plus de Trump, c’était la canicule et juste avant – et pendant le discours de Trump, il pleut.

Donc, nous arrivons tant bien que mal à nous rendre devant Lincoln Memorial, pris en otage par le POTUS (on aurait trop aimé le visiter, mais il était occupé par les équipes du président ces derniers jours, l’accès était bloqué). Cela fait des années qu’un président n’a pas fait de discours en public pour le 4 juillet. On est mortifiés en pensant qu’il va nous compter parmi ses partisans et pouvoir se vanter que JB et Anh de Tourdumonde5continents sont venus pour lui 😀 ainsi que xx millions de gens (en réalité, il y avait encore beaucoup beaucoup de places libres).

Et quand on pense que c’est en ce même lieu que Martin Luther King a prononcé son célèbre discours. Ahalala !

Bref, on passe très rapidement les contrôles de sécurité (qu’on trouvé étonnement light pour un discours de POTUS) et on tombe nez à nez avec le mouvement Code Pink, qui pose un Baby Trump là, comme ça. Comme le Baby Trump n’a pas été autorisé à être gonflé d’hélium aujourd’hui mais seulement autorisé à rester par terre, les gens se sont vengés et ont posé, en plus, un Trump aux toilettes (qui raconte des âneries et fait des prouts ahahha). ils sont trop drôles ces américains. Et surtout surtout, la liberté d’expression respectée à 100%. Bravo ! Imaginez l’équivalent pour un discours de Macron en France, ce serait dégagé en 5 minutes.

Il nous est très difficile, avec autant de parapluies, de voir les écrans géants. La sono est mauvaise, donc les applaudissements se font par mimétisme (ceux qui comprennent applaudissent, et ceux qui sont derrière suivent le mouvement). La foule crie « USA, USA, USA » à nombreuses reprises. Quelle émotion !

Apparemment son discours raconte de manière succincte l’histoire des USA (avec quelques erreurs historiques – à cause du prompteur qui ne marche pas bien – justifie-t-il), et il en profite pour faire son marchand de tapis / animateur M6 Boutique, en présentant chaque avion qui passe dans le ciel.

note : son côté marchand de tapis ne le quitte jamais. Il a même décidé de mettre en vente certaines places VIP (sur les estrades) à prix d’or au lieu de tous les réserver aux invités #soupir

Trump derrière la vitre pare-balle, dégoulinant de pluie. Ce qui explique la fouille light à l’entrée.

Nous avons pu voir un Air Force One, l’avion du POTUS et surtout un bombardier furtif, très impressionnant. Par contre, il doit y avoir 20 avions en tout, qui passent avec des intervalles de 10 minutes. Moins impressionnant qu’en France (alors qu’on doit être beaucoup moins bien équipés), et surtout les avions ne sont pas toujours bien alignés, c’est bizarre, mais le public est ravi car c’est la 1ère fois qu’ils voient ce genre de spectacles. Trump a l’air de gagner quelques points.

A un moment, un groupe anti-Trump, mégaphone à la main, proteste contre Trump et le traite de raciste et anti-féministe. Et nous réalisons avec horreur que toute cette foule, qui fait « bouhhh » aux anti-Trump, sont avec lui. OMG ! Si le public est représentatif, il risque d’être réélu haut la main en 2020. En même temps, JB pense que comme la plupart sont fonctionnaires à Washington, c’est un peu normal qu’ils soient pro-Trump. Les casquettes, T-Shirt, Mugs, … « Trump » se vendent comme des petits pains dans la rue.

Après ce long discours d’une heure, nous sommes libérés et attendons avec impatience les feux d’artifice. Mais il y a déjà trop de monde pour nous rendre au Capitol pour le concert. La bonne nouvelle c’est qu’il ne pleut plus.

Washington Monument

Alors on essaie de trouver la meilleure place possible, juste devant le « lac » de Lincoln Memorial, et regardons le concert diffusé sur les écrans géants. A 21h07, c’est le début des feux d’artifice. Les gens peuvent les voir depuis le Capitol (même si c’est moins bien que nous) ou de l’autre côté du fleuve. Les 3 premières minutes sont impressionnantes, nous sommes vraiment idéalement placés.

Ces feux d’artifice sont financés par 2 compagnies privées, et c’est Trump qui a décidé de les déplacer derrière Lincoln Memorial, sûrement pour attirer plus de monde (on a 2 fois plus de place). Ils ont coûté 750 000$.

Alors, les 3 premières minutes ont été très impressionnantes, mais avec Trump on n’est jamais déçu. Du mauvais goût de A à Z. Les feux sont tirés sur 3 niveaux dès le début, ce qui fait qu’au bout de 3 minutes, il y a déjà tellement de poudre et de fumée que pendant les 27 minutes restantes, on voit juste des éclairs rouges et blancs. Sur Twitter, les gens comparent le spectacle à Bagdad ou une scène de bombardement 😀 partout à Washington, la fumée générée déclenche les alarmes d’incendie et pendant des heures, toute la ville (et les banlieues) est plongée dans une odeur et un brouillard de poudre. Ça donne des airs d’apocalypse.

Juste après les feux d’artifice, nous entendons 2 bruits secs sur notre gauche. Les gens ne sont pas en panique mais très surpris. Sincèrement, j’ai pensé à des coups de feu. On découvre quelques secondes plus tard qu’il y a un deuxième feu d’artifice tiré on ne sait où, par on ne sait qui. Cela durera 30 minutes encore mais on ne voit rien à cause du nuage de fumée, et les gens en ont tellement marre qu’ils préfèrent tous rentrer. 750 000$ pour 3 minutes de visibilité.

Trump accusera sûrement le ciel, la pluie, ou les anti-Trump de cet échec, j’en suis sûre. Mais ça m’a fait quand même marrer de voir comment il s’est battu pour révolutionner cet événement, promettre un 4 juillet de ouf, pour finalement n’attirer que de la malchance et se faire critiquer #karma #ahahaha


Nous rentrons tous à pied, en marchant dans le silence. Nous voyons très peu de policiers, mais le sentiment de sécurité est là. A Paris, pour le même événement, les CRS seraient plutôt occupés à neutraliser les casseurs. Ici, l’alcool est interdit dès l’entrée sur le site, et les américains ne fument plus depuis longtemps et il n’y a pas de casseurs. Je suis vraiment impressionnée par cette ambiance très safe très relax. Ce n’est finalement pas si différent de l’ambiance relax lors du canada day à Ottawa (Canada).

Conclusion

La plupart des touristes s’arrêtent à New York, mais Washington a tellement de choses à visiter. Je vous recommande d’y aller pour le 4 juillet, comme nous.

La ville est super safe, bien desservie, et on reconnaît plein de monuments. Si vous avez en plus regardé House of Cards, vous allez aimer davantage.

Bonus : quelques photos de Washington, tellement propre qu’on dirait Disneyland.

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Hôtel : 80€/nuit Pod Hotel, lien Booking : central, peu cher pour Washington, à côté d’un métro, on recommande !
  • Restaurant : entre 20$ et 25$/personne taxes et tips inclus. Oui c’est cher !
  • Transport : nous avons payé 2$ pour la carte de transport + et ajouté environ 15$/personne pour nos différents déplacements
  • Toutes les visites citées ci-dessus sont gratuites. Pour vous inscrire aux tours guidés du Capitol, rendez-vous sur : https://www.visitthecapitol.gov/ la visite se fait uniquement en anglais, mais si vous ne parlez pas anglais, le guide peut vous donner un document en français à lire
  • On peut s’inscrire pour visiter le Pentagone également : https://pentagontours.osd.mil/Tours/tour-guidelines.jsp il faut réserver tôt (entre 14 jours et 90 jours avant la visite)
Jours 1 & 2 à New York (Etats-Unis) : Times Square, Katz's Delicatessen, Bibliothèque de NYC, Shopping
Carte SIM 4G prépayée aux Etats-Unis : Combien ça coûte ? Où en acheter ? Quel débit ? (2019)
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.