Mal de montagne à San Pedro de Atacama (Chili) à 2500m d’altitude

Santiago – San Pedro de Atacama : 24h de bus.

Après avoir souffert des 26h de bus entre El Calafate et Bariloche, cette fois, nous divisons le chemin en deux : Santiago – Copiapo (12h) puis Copiapo – San Pedro de Atacama (12h).

Copiaco est l’endroit où 33 mineurs ont été pris au piège dans les mines pendant 3 mois. Nous y sommes arrivés à 20h. Le lendemain, à 8h, nous partons déjà pour San Pedro de Atacama (2500m d’altitude), un des oasis du désert d’Atacama, le plus aride au monde.

Ce que je ne savais pas, c’est que même en ayant mis toutes les chances de mon côté, ces 12h de bus allaient être très dures pour moi. Rouler en plein désert (mais à 24°C seulement à cause de l’altitude) n’est pas une expérience plaisante. Je m’hydrate à fond mais j’arrive quand même à être KO à l’arrivée de San Pedro de Atacama. S’y ajoutent des repas sur la route pas si nourrissants que ça (empanadas pleines d’huile, 2-3 jus en bouteille), un mal de montagne suite à l’élévation de 2500m en seulement 3,5h et ce qui devait arriver est arrivé : vomito toute la nuit.

Heureusement, nous avons une chambre privée car tous les lits de dortoirs sont déjà pris, la seule personne que j’ai dérangée, c’était JB. Le lendemain, je passe toute la journée au lit pendant que JB s’active pour me faire du thé, une soupe de riz, acheter des jus de fruits…

Par sécurité, JB écrit quand même à sa maman infirmière et un ami médecin pour décrire les symptômes au cas où ils pensent à quelque chose de plus grave. Une française infirmière croisée à l’auberge s’intéresse aussi à mon cas (elle est d’une gentillesse !). Tous les trois confirment que c’est le mal de montagne. Je crois être la seule personne à avoir le mal de montagnes à seulement 2500m ! Ni les feuilles de coca, ni les médicaments pris AVANT de monter dans le bus n’ont aidé.

Du coup, en étant complètement KO pendant 1,5 jours et faible pendant les 2,5 jours restants, je n’ai vu de San Pedro de Atacama que l’intérieur de l’auberge de jeunesse.

Conseils pratiques

On n’en parle pas beaucoup mais San Pedro de Atacama (2500m) est une destination assez dangereuse pour ceux qui souffrent du mal de montagne comme moi. Depuis cette ville, sauf pour revenir à la mer, toutes les directions vous amènent à des altitudes supérieures à 3500m :

  • San Pedro de Atacama -> Salta (Argentine) : traversée d’un col à 4800m
  • San Pedro de Atacama -> Désert de sel d’Uyuni 3 jours en jeep : traversée d’un col à 5000m le 1er jour et première nuit dans une auberge glaciale à 4500m
  • San Pedro de Atacama -> Calama -> Uyuni en bus (11h) : probablement le chemin le plus cool, passage de 2500m à seulement 3500m
  • San Pedro de Atacama -> Excursions vers les lagunas : passage à 4000m voire plus en une journée

J’ai fait mes recherches avant de venir donc j’étais bien préparée. J’ai même fait exprès de venir ici en bus pour m’acclimater plus rapidement, au lieu de prendre l’avion directement pour la Bolivie. J’ai envisagé l’achat de bouteilles d’oxygène portatives mais aucune pharmacie n’en avait (ni à Santiago, ni à San Pedro).

Ainsi, malgré mes précautions et la prise de médicaments avant de venir ici, j’ai quand même souffert du mal de montagne. La seule chose qu’il me reste à faire avant de monter plus haut (càd aller en Bolivie) est de rester à San Pedro de Atacama jusqu’à ce que je sois parfaitement acclimatée.

Le fait d’être assise dans le bus ne m’a pas aidée non plus. Pour faciliter la digestion, on m’a conseillé de me masser le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre; et de respirer par le ventre.

J’en profite pour vous donner deux recettes en cas de vomito/diarrhée/gastro : (1) 1 litre d’eau avec 9g de sel et un peu de sucre (2) une c.a.s de riz à cuire dans 1 litre d’eau, jusqu’à ce que les graines de riz deviennent énormes. On obtient ainsi une soupe. Ajoutez un peu de sel et buvez tout.

Chacun réagit différemment

La plupart des voyageurs supportent très bien l’altitude à San Pedro de Atacama et font San Pedro de Atacama -> Salar de Uyuni en jeep dans la joie et le bonheur. Mais comme le prévient Lonely Planet, sur les 6 passagers, il y en a toujours un pour qui c’est le cauchemar. Mon article n’a pas pour but de vous faire peur, mais pour donner plus d’informations sur cette destination, pour laquelle je n’ai eu que des retours des gens qui ne souffrent pas de mal de montagne.

Pour infos, pour ne pas monter trop vite, j’ai choisi d’aller à Uyuni depuis San Pedro de Atacama en bus local, puis visiter le désert de sel avec une agence (excursion d’un jour depuis Uyuni). Ainsi, je ne monte que de 2500m jusqu’à 3500m – en mode tranquille (plus d’infos ici).

Cependant, malgré une semaine d’acclimatation à San Pedro de Atacama, plusieurs jours à 3500m à Uyuni, j’ai fini quand même par être KO à Potosi à 3900m (mais pas de vomito cette fois ici ouf). Si vous n’êtes pas habitué à la haute attitude comme moi, prenez votre temps.

Uyuni (Bolivie) : une ville plus sympa que prévu
Contenu de notre trousse de premier secours / pharmacie pour le tour du monde
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.