San Pedro de Atacama (Chili) : des paysages lunaires

Cet article est mis en ligne avec une semaine de retard, mais mieux vaut tard que jamais, non ? Más vale tarde que nunca!
Anh préférant rester au repos, je m’organise pour partir en excursion tout seul. Dans la rue principale, je suis attiré par le panneau « nous parlons français » de l’agence « Flamingo Travel Agency ». Je vérifie les avis sur Tripadvisor et c’est parti !
Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

L’employé parle effectivement très bien français, je lui explique que j’ai une journée 1/2 pour faire des tours. Je suis attiré par le tour « Astronomico » mais il m’explique que la visibilité n’est pas bonne à cause des nuages et de la luminosité de la lune, ils ne proposent donc pas cette excursion actuellement. L’honnêteté est appréciable car ça ne pose aucun problème à d’autres agences.
Il nous déconseille aussi le tour de 3 jours depuis San Pedro de Atacama jusqu’à Uyuni en ce moment car le salar est inondé. Plusieurs jeeps ont dû contourner le salar; pour y aller seulement le lendemain depuis Uyuni.
Cliquez sur la photo pour zoomer et obtenir les tarifs d’autres tours
Après discussion, je choisis donc le tour « Valle de la luna » pour l’après-midi même et le tour « Piedras Rojas » pour le lendemain. Comme je prends deux tours, je demande un discount, il m’en accorde un joli sans discussion. Rendez-vous donc à 15h50 pour un départ à 16h. « Pour les chiliens je dis 15h40 » me précise-t-il, on découvrira plus tard que ce n’était pas qu’un trait d’humour.
A 16h, la quinzaine de touristes est bien au rendez-vous avec une grosse moitié de français… en train de râler en découvrant que le guide n’est pas francophone. Je peux comprendre leur agacement, le « nous parlons français » étant un bel argument marketing. Pas de soucis pour moi, l’employé m’avait prévenu que ce tour serait uniquement en espagnol et en anglais.
Nous prenons le bus en direction de la réserve nationale de Los Flamencos. Nous devons nous acquitter de 3000$CH de frais d’entrée. Une belle occasion pour que certains de mes compatriotes justifient notre terrible réputation à travers le monde. Deux d’entre eux présentent en effet leur CARTE VITALE pour se faire passer pour des étudiants… et économiser ainsi 500$CH, soit 75 centimes d’euros. Il n’y a pas de petites économies me direz-vous !
La vallée de la lune se caractérise par une aridité exceptionnelle rendant impossible l’existence de vie. Pas de faune, pas de flore à l’horizon, juste un désert immense, un paysage lunaire sculpté par l’érosion de l’eau et le vent pendant des millénaires. La couleur ocre m’évoque plutôt Mars mais vous avez compris l’idée.
Nous faisons un premier arrêt pour explorer une grotte. Exploration qui aura des petites allures de spéléo puisque nous nous retrouverons à quatre pattes dans le noir complet. Rien d’exceptionnel au premier abord jusqu’à ce qu’on comprenne que cette grotte est composée uniquement de sel cristallisé laissé par la mer qui était présente il y a 120 millions d’années. Avec notre espérance de vie d’environ 80 ans, on se sent tout petit.
Deuxième arrêt pour saluer les « Tres Marias », des statues naturelles (en sel évidemment) à qui les mineurs demandaient protection lorsque les mines étaient encore exploitées. Il faut un peu d’imagination pour voir trois vierges en train de prier, d’autant qu’un touriste (français apparemment) a explosé l’une d’entre elles en l’escaladant il y a quelques années.
Nous escaladons ensuite une dune qui me rappelle la dune du Pilat en Gironde.
De là-haut nous aurons une vue panoramique exceptionnelle. Cela ressemble à l’idée que je me fais du Grand Canyon de l’Arizona. Un touriste me confirmera que c’est assez similaire.
Dernier stop pour profiter du coucher de soleil. Ca manque un peu de charme car tous les bus de touristes se retrouvent ici. Un petit apéritif symbolique nous est proposé et je suis un peu jaloux devant le festin proposé par un autre tour opérateur avec champagne, saumon fumé, la totale ! Le prix n’était sûrement pas le même.
Je trouve un petit point tranquille pour me poser et admirer ce panorama somptueux.
La journée prend fin et nous rentrons à San Pedro.
Pour la partie conseils pratiques :
J’ai eu la bonne inspiration en troquant ma casquette par le bob d’Anh, mes oreilles auraient probablement grillé sinon. J’en ai acheté un le soir même, c’est indispensable. Il fait très très très sec, vraiment ! J’ai bu 1,5 litres d’eau en 4h, sachant que le tour a commencé à 16h, heure à laquelle l’intensité du soleil commence à décliner. Inutile de vous rappeler que la crème solaire n’est pas une option même si vous n’aimez pas ça comme moi.

Jour 2 :

Le lendemain matin, réveil matinal et le bus vient me chercher directement à l’auberge à 7h. Comme promis, la guide du jour parle français. Français approximatif mais qui suscitera toute mon admiration lorsqu’elle m’expliquera qu’elle étudie cette langue depuis seulement 3 mois, toute seule grâce à Internet. Internet est vraiment l’une des plus belle inventions de l’humanité.
Nous faisons un premier arrêt dans le petit village de Toconao. Le seul intérêt réside dans sa toute petite église qui dispose d’un joli escalier en bois de cactus. C’est mignon mais je ne suis pas certain que ça mérite un arrêt.
Nous nous arrêtons au bord de la laguna Chaxa. Cette lagune est intéressante pour y observer des flamants roses. Je suis un peu déçu car je m’imaginais les voir plus nombreux et de plus près. La guide nous explique qu’il y a des exploitations de lithium très consommatrices en eau ce qui réduit la quantité d’eau de la lagune et décourage les flamants roses. Le lithium est considéré comme « la ressource de demain » et est indispensable aux batteries des smartphones, ordinateurs portables, voitures électriques, … 30% des réserves mondiales se trouvent dans le Salar d’Atacama. Tant mieux pour l’économie du Chili, tant pis pour la nature… Le spectacle des flamants et de leur reflet lorsqu’ils volent au ras de l’eau est cependant magnifique.
J’apprends également que les flamants roses sont de vrais gloutons et se nourrissent de crevettes 17h / 24 ! Je n’ai pas mangé de bonnes crevettes depuis le Vietnam, l’envie de plonger dans la lagune la tête la première se fait pressante. Je résiste car c’est l’heure du petit déjeuner.
L’employé de l’agence m’avait parlé de bonnes baguettes de pain et il n’a pas menti ! C’est le meilleur pain que j’ai mangé depuis mon départ de France il y a 8 mois. Un touriste m’explique que le pain vient de la « Franchuteria » : une boulangerie gérée par un français. Une boulangerie en plein milieu du désert, les français sont décidément partout ! Cette information ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd et j’irai le lendemain matin m’acheter croissants et pains au chocolat, miam !
Nous nous rendons ensuite aux Lagunas Altiplanicas, pour y arriver, nous monterons jusqu’à 4000 mètres d’altitude. Pas de mal de montagne mais on s’essouffle au moindre effort.
C’est l’heure du déjeuner et bonne surprise : nous avons droit à des tomates, du maïs, de la salade, du blanc de poulet, des concombres, du quinoa… pour composer notre propre salade. C’est digne d’un bar à salade parisien à la mode mais nous sommes en plein désert. La guide nous explique que le quinoa coûte très cher au Chili, 10 000$CH le kg, soit 15 euros et qu’il est 10 fois moins cher en Bolivie et au Pérou qui sont les deux plus grands producteurs mondiaux. J’espère qu’on pourra s’en régaler sur place.
Prochain arrêt Piedras Rojas, les pierres rouges offrent un joli contraste avec la lagune.
Nous nous arrêtons enfin au bord du salar d’Atacama qui est un tout petit aperçu de ce que nous découvrirons au désert d’Uyuni en Bolivie. Petite déception : la guide nous explique qu’il n’est pas autorisé de marcher dessus.
C’est l’heure du retour et la fin de cette journée magnifique où nous aurons tout de même fait 300 km de route !

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • 12000$CH la visite de la Vallée de la Lune (avant ristourne) + 3000$CH l’entrée
  • 45000$CH la visite des Piedras Rojas (avant ristourne) + 5500$CH l’entrée
  • Hôtel : Juriques Hostal 12500$CH/lit (mais on a été upgradé dans une chambre privée pour le même prix)
  • Restaurants : il faut s’éloigner de la rue principale pour trouver des restaurants moins chers
    • Restaurants chers : 9000$CH le menu voire 8000$CH le plat
    • Restaurants moyens : 6600$CH le menu
    • Restaurants pas chers (à côté du terminal de bus) : 4000$CH le menu
    • Fast-food : 2500$CH le hot-dog, 1500$CH à 2500$CH le jus pressé
  • Supermarché :
    • 2500$CH le bidon d’eau à 6L (qu’on vous conseille d’acheter, on s’évapore à une vitesse !) -> l’eau n’est pas potable ici, il faut se brosser les dents avec de l’eau minérale
    • il y a peu de produits frais au supermarché, achetez quelques snacks (Springles) ou du Nutella pour vos excursions

Astuces

  • Adresses :
    • Agence de tourisme française : Flamingo Travel Agency
    • Boulangerie française : Franchuteria (un peu difficile à trouver, elle est dans une ruelle et ouvre à 9h)
    • Restaurant végétarien : Tierre Todo Naturale, un peu cher (8000$CH/plat) mais c’est le seul restaurant proposant de bonnes salades. Etant malade, Anh ne pouvait manger que ça
  • Pour toute excursion aux alentours de San Pedro de Atacama :
    • Troquez votre casquette contre un bob (5000$CH dans les boutiques à San Pedro)
    • Prenez une grande bouteille d’eau
    • Et beaucoup de crème solaire
  • Pour éviter le mal de montagnes, achetez des feuilles de coca (au supermarché) à mâchouiller, évitez de boire de l’alcool et manger de la viande rouge. Buvez beaucoup d’eau !
  • Il est possible de louer un vélo pour visiter la vallée de la Lune et la vallée de la Mort (mais il vaut mieux y aller tôt le matin)
  • Il y a beaucoup d’agences à San Pedro de Atacama donc n’hésitez pas à négocier les tarifs
Comment aller de San Pedro de Atacama (Chili) au Salar de Uyuni (Bolivie) en bus
Salar de Uyuni (Bolivie) : quand le désert de sel se transforme en un miroir géant
    Jean-Benoit

    Passionné de SEO, Jean-Benoit a toujours rêvé d'aventures et de grands espaces. Ce tour du monde est pour lui la réalisation de son plus grand rêve.

    Tous Mes Articles
    4 commentaires
    • Répondre Jean-Benoit

      18 janvier 2017, 0 h 02 min

      Salut,

      L’image est un peu floue mais en cliquant tu l’auras en plus grand. Le prix barré est le tarif que j’ai obtenu.

      Donc 10 000 au lieu de 12 000 pour le tour « Valle de la luna ».

      Et 35 000 au lieu de 45 000 pour « Piedras Rojas ».

      Ca fait 12 000 d’économisé, comme si le tour « Valle de la luna » m’était « offert ».

      Sachant que j’ai à peine négocié et que je n’ai pas été voir d’autres agences, il est sûrement possible de trouver moins cher.

      • Répondre DPAM

        18 janvier 2017, 0 h 32 min

        Merci ! J’étais sur mon smartphone et ne voyais la photo, c’est impeccable sur ordi. Merci pour les précisions et bonne continuation de périple bolivien. A bientôt.

        • Répondre Anh

          18 janvier 2017, 13 h 53 min

          Hello,
          Je viens d’ajouter les tarifs d’hébergement + restaurants aussi. J’espère que ça aide ! Tout coûte tellement cher à San Pedro à Atacama !!
          Bonne journée !

    • Répondre DPAM

      17 janvier 2017, 20 h 10 min

      Salut JB,
      En termes de tarif, ça donne quoi pour les différentes excursions et la « ristourne intéressante »
      Grace à vous jaffine le budget..
      bonne continuation en Bolivie.
      Cyrille

    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.