Le bateau / slow boat de Mandalay à Bagan : 12h à observer la vie locale

Notre bateau part de Mandalay à 5h30 pour un long voyage de 12h vers Bagan. Il s’agit d’un « slow boat » (vs. « express boat » qui désigne celui les compagnies privées et touristiques), pris par les marchands birmans pour transporter essentiellement de la nourriture vers leurs villages lointains. Nous avons réservé les tickets directement au bureau d’Inland Water Transport (cliquez ici pour plus d’infos).

Update Novembre 2018 : Attention, ce bateau n’est plus proposé par le gouvernement depuis Décembre 2017, et ce, temporairement (enfin bon cela fait déjà un an). Vous pouvez cependant toujours opter pour le bateau touristique à 42$ (que je n’ai pas testé) : http://www.mgrgexpress.com/

Le trajet Mandalay – Bagan est plus rapide que le trajet dans le sens inverse, car on descend l’Irrawaddy. Pendant la saison sèche, ce trajet peut prendre beaucoup plus de temps, surtout si le bateau est coincé dans le sable. La navigation sur l’Irrawaddy demande donc beaucoup d’expériences.

Après la pluie torrentielle de la veille à Mandalay, notre bateau est beaucoup moins fréquenté que d’habitude (ou peut-être parce qu’on est dimanche aussi). Les étrangers ont droit à une chaise en plastique.

14022167_316392028704068_1855916271657322613_n

Les birmans, eux, s’assoient par terre sur leur tapis portatif en bambou. La plupart sont très bien équipés : tapis, couverture, vaisselle et nourriture… sont gardés dans un petit panier. Les marchandises sont éparpillées à côté, dans des paniers ou à même le sol. On l’appelle « bateau » mais c’est aussi costaud qu’un ferry. Le seul problème c’est que c’est ouvert sur tous les côtés, s’il pleut trop, on peut être complètement trempés. C’est pour cela que nous nous mettons là où il y a le plus de birmans, car ils savent exactement où se mettre pour éviter le vent et la pluie.

S’asseoir par terre est une meilleure option quand on veut dormir. Faute de tapis, nous avons sorti notre sac à viande. Adossés à nos backpacks, on a pu faire une petite sieste. Il y a même un espace sur le devant du bateau où on peut trouver quelques lits en bois pour dormir. Je crois que c’est réservé uniquement aux membres de l’équipage, mais quelques passants ont pu y faire la sieste sans aucun souci.

Le bateau avance aussi lentement qu’un scooter. Les paysages ne sont franchement pas extraordinaires, mais ce qu’on aime le plus c’est observer la vie locale quand le bateau s’arrête. En effet, le bateau s’arrête une dizaine de fois dans des villages dont on ne peut pas soupçonner l’existence. A chaque fois qu’il s’arrête, on voit un petit groupe de villageois qui nous attend :

  • soit pour vendre des produits locaux : gâteaux, des fruits ou du poulet rôti aux passants. Je vous encourage vivement à acheter chez ces vendeurs car ce sont des produits de saison, cultivés dans leur village. Le prix de départ sera toujours très élevé (2$ pour un beignet), mais sortez la petite monnaie (entre 200 et 500 kyats), donnez ça aux vendeuses pour mettre fin à la négociation.
  • soit pour vendre des marchandises aux marchants : à un moment, on a vu un petit bateau remplit de pastèques s’approcher de notre bateau lors de son arrêt et décharger la moitié de sa cargaison, vendus aux différents marchands se trouvant sur le bateau
  • soit pour aller voir la femme du cuisinier qui tient un petit stand sur le bateau et lui acheter toutes les bonnes choses qu’elle a prises lors de différents arrêts
  • soit pour aider les marchands à descendre leurs marchandises rapidement. Il y en a qui sont tellement chargés qu’une dizaine de personnes doivent les aider. Les villageois transportent ensuite ces marchandises à pied, sur une charrette ou à l’aide d’un petit bateau

Même si le confort est sommaire, beaucoup de choses sont prévues pour rendre le voyage le plus agréable possible. Il y a un cuisinier à bord qui propose des plats simples et des boissons (nous n’avons pas testé son service, préférant les produits des vendeurs ambulants). La femme du cuisinier tient un stand également, qui grossit au fur à mesure des stops, donc si on a raté le passage des vendeuses ambulantes, on peut toujours acheter chez elle. Les toilettes (turques) sont nettoyées régulièrement et ne sont franchement pas si horribles que ça. Et des chaises en plastique sont prévues pour les touristes qui ont du mal à s’asseoir par terre.

Les birmans ne partagent que la moitié du trajet avec nous. Ils descendent tous près de Myingyan. Nous et quelques touristes profitons du bateau presque vide pour nous asseoir là où il y a le moins de vent et de soleil 😀

14034752_316393958703875_6488620055108907559_n

Arrivés à 17h30 à Bagan (Nyang-U précisément), plusieurs jeunes montent sur le bateau et nous demandent poliment s’ils peuvent récupérer nos sacs poubelle. Très gênée, je leur dis qu’il n’y a rien d’intéressant dedans, mais apparemment les bouteilles d’eau vides les intéressent. Je leur ai donné ça en les remerciant de nous avoir aidé à nous en débarrasser.

Plusieurs chauffeurs nous attendent. On nous explique que le tricycle coûte 5000 kyats et le taxi 7500 kyats. Pensant que c’était un équivalent de cyclo vietnamien, on décide de prendre le tricycle. Quelle erreur ! Il est minuscule, JB ne peut poser qu’une seule fesse sur le siège 😀 Quand on voit une montée, on descend et pousse le tricycle avec le chauffeur. Heureusement que le trajet ne dure que 10 minutes.

14095781_316393972037207_5358857620739388693_n

Bref, c’était un super voyage. On regrette juste qu’il n’y ait pas plus de monde (et de vendeuses). Nous avons effectué ce voyage en Août 2016, un dimanche. Voyager un mercredi aurait peut-être été une meilleure expérience ?

 

Bagan (Birmanie) - le must-see de la Birmanie
Mandalay (Birmanie) - beaucoup plus grand qu'on n'imagine
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    3 commentaires
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.