Mandalay (Birmanie) – beaucoup plus grand qu’on n’imagine

La Birmanie a toujours été une destination de rêve pour nous. Pendant des années, nous nous disons qu’il faut qu’elle soit sur notre top liste avant qu’elle ne devienne trop touristique. Nous y sommes, enfin.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Nous arrivons à Mandalay après 2h (je crois) de vol depuis Bangkok. Pourquoi nous allons directement à Mandalay au lieu d’Yangon ? Pourquoi nous ne faisons pas comme tout le monde ? Tout simplement parce que je n’ai jamais entendu parler d’Yangon avant (oups). j’ai mal fait mes recherches et ne me suis pas rendue compte qu’Yangon était mieux desservi que Mandalay. Cette erreur nous a « coûté » l’ajout de la Thaïlande à notre itinéraire (on voulait faire Kathmandou – Mandalay mais les billets étaient trop chers. On a donc fait Kathmandou – Thaïlande – Mandalay).

Finalement, je ne regrette pas du tout mon choix.

Depuis l’avion, je peux apercevoir une montagne dont le sommet abrite deux stupas (on ne voit pas bien sur la photo désolée)

img_2869.jpg

Avec l’e-visa demandé il y a 3 mois, nous passons les contrôles à l’aéroport en 5 minutes, avec un petit tampon sur notre passeport nous autorisant à rester 28 jours sur le territoire. Il faut remplir une carte d’arrivée, une autre carte pour la douane… mais c’est très facile et rapide.

Nous effectuons nos démarches actuelles :

  • Retrait d’argent : le distributeur marche bien mais facture 6,5% de commission. C’est un peu/beaucoup abusé. Nous choisissons l’autre solution : money exchange. Le taux de change varie selon les billets. Plus le billet est gros (50, 100), plus le taux est avantageux 😀
  • Repérage de taxi/shuttle : c’est le shuttle qui gagne avec son tarif plus acceptable : 4000 kyats/personne
  • Carte SIM OK chez Telenor

Notre hôtel se trouve en face de l’ancien palais royal, qui ressemble à un énorme carré parfait de plus de 2Km de largeur.

Nous nous rendons compte très rapidement que personne ne comprend l’anglais ici, mais ils sont très souriants, gentils et n’hésitent pas à faire appel à ceux qui comprennent l’anglais pour nous aider. Clairement, ce n’est plus la Thaïlande, il n’y a pas de « bike for rent » tous les 5m ni des panneaux de « Laundry » partout, même les chiffres sont écrits en birman.

On se renseigne sur les points d’intérêt dans le coin et comment aller à Bagan. La réceptionniste nous propose un bateau à 35$ qui fait Mandalay – Bagan en 6h30. On refuse poliment car Caroline de Voirlemonde nous a parlé d’un slow boat qui fait le même trajet en 15h pour 10$. Il s’agit d’un bateau pour birmans, très sympa, qui a été pris ensuite par ma copine Lauriane qui a beaucoup aimé aussi.

Après beaucoup de recherches sur Internet, nous prenons un taxi (cher !) pour acheter nos tickets. Le manque d’infos sur la Birmanie me motive pour faire quelques articles pour updater quelques infos, notamment sur les tarifs, les transports & l’argent. Nous sommes mercredi, le bateau part 2 fois/semaine : mercredi & dimanche. Nous sommes donc « coincés » à Mandalay pendant 4 jours.

Premier dîner dans un bui-bui

img_2882.jpg

Jour 2 : Kuthodaw Pagoda -> Sandamuni Pagoda -> Mandalay Bo Bo Gyi Nat -> Shwenandaw Kyaung

Après le preview en taxi hier soir (5000 kyats, 15 minutes pour 4,4km), nous nous rendons compte qu’il est impossible de visiter cette ville à pied (à moins d’être un athlète) et c’est trop cher de prendre des taxis. Nous louons 2 vélos à l’hôtel (3000 kyats/personne).

Il ne fait que 30°C et le ciel est nuageux -> tout à fait OK pour faire du vélo. Les routes sont OK, je les trouve moins dangereuses que les trottoirs où il y a des trous partout. Nous nous rendons à la pagode Kuthodaw, le plus grand livre du monde. Citons Wikipedia :

La Pagode Kuthodaw est un ensemble de stûpas bouddhistes situé à Mandalay, en Birmanie. Elle abrite le plus grand livre du monde (par la taille), le canon bouddhique en pâli, ou Tipitaka. Il est gravé sur 729 stèles de marbre protégées chacune dans une kyauksa gu, ou grotte à inscription, sous un petit stûpa chaulé. Au centre se trouve un stûpa doré, haut de 57 m, construit sur le modèle de la pagode Shwezigon de Nyanung U (près de Bagan).

On fait garder nos vélos dans un parking non-officiel qui occupe le trottoir en face de la pagode.

J’ai lu sur Tripadvisor des avis de personnes très en colère parce qu’on leur fait payer 100 kyats pour faire garder leur vélo (alors que même les birmans paient). S’ils paient le parking en France, pourquoi ils ne paient pas le parking, même s’il est non-officiel, en Birmanie ? Surtout quand ça coûte l’équivalent de 7 centimes…

Petite remarque concernant les pagodes : les filles doivent couvrir les épaules et genoux. Contrairement à la Thailande, ici, personne ne vous prêtera d’écharpe ou robe pour vous couvrir. Les garçons peuvent entrer avec leur bermuda. Et évidemment, on ôte ses chaussures avant d’entrer.

Cette pagode est vraiment magnifique. Des centaines de stupas, tout blancs, sont alignés. Les stèles sont protégés par des grillages, on ne peut pas les toucher. Derrière un énorme bouddha (magnifique !) se dresse un stupa doré. On voit les birmans pique-niquer dans les environs, à côté des stupas, ou pas très loin des bouddhas.

img_2907.jpg

img_2894.jpg

img_2888.jpg

Un groupe de filles propose de nous mettre du Thanaka, JB sent l’arnaque venir à des kms mais je suis trop contente que quelqu’un me le propose donc je dis oui tout de suite. En plus, elles le font super bien : tout le monde complimente JB pour son Thanaka en forme de feuilles. Le Thanaka est une pâte jaune que mettent les birmans sur leur visage et le corps pour se protéger du soleil. On peut en mettre de manière artistique, en créant des motifs, ou en couvrant totalement le visage sans se soucier de l’esthétique. Il existe en version poudre, morceau de bois…

14068046_314857735524164_816278252119514004_n

Si vous vous souvenez de Pékin Express d’il y a quelques années, les candidats étaient en Birmanie et avant de partir vers le lac Inle, ils devaient demander aux birmans de leur mettre du Thanaka sur le visage. Je me rappelle toujours de ce détail. Voià, le Thanaka et moi, c’est une histoire de longue date 😀

Après ce geste très intéressé, les filles nous proposent d’acheter des cartes peintes ou en bambou. J’avoue, on en acheté à un prix exorbitant même après négociation.

Nous marchons ensuite jusqu’au Sandamuni Pagoda (à 3mn à pied), une pagode de même style mais avec des stupas encore plus grands et plus nombreux. C’est vraiment impressionnant. Cependant, les stupas sont si proches l’un de l’autre que l’accès aux stupas est complètement interdit. On peut les voir mais pas s’en rapprocher comme à Kuthodaw. La bonne nouvelle c’est que les stèles ne sont plus cachés derrière les grillages, on les voit bien.
img_2899.jpg

img_2900.jpg img_2901.jpg

Nous déjeunons dans un bui-bui en face de Kuthodaw. le repas est simple et peu cher (1700 kyats soit 1,27 €, boissons + fruits en dessert compris), la patronne me prête même son éventail quand elle voit que je fonds <3 <3

Partout où on passe, les gens nous sourient, nous disent bonjour et nous aident un maximum, qu’ils comprennent l’anglais ou pas. Contrairement à l’Inde où chaque « Où allez-vous ? » est suivi d’un « Et sinon, mon frère est guide touristique », ici, les gens s’intéressent à nous de manière vraiment sincère et désintéressée.

Nous nous rendons ensuite à Mandalay Bo Bo Gyi Nat, où tout est étincelant et de couleur dorée. Pareil, les stupas sont partout, mais une grande partie est en travaux, ce qui nous empêche d’explorer les lieux (n’oubliez pas qu’on est pieds nus et marcher pieds nus sur un chantier n’est pas très plaisant).

img_2917-1.jpg img_2919-1.jpg img_2909-1.jpg

Quelques étales attirent mon attention de shoppeuse : j’achète la fameuse poudre de Thanaka pour 1000 kyats et un n-ème éventail (j’en perds tout le temps).

Nous décidons de rentrer à l’hôtel en passant par la 62ème rue, où il y a des monastères tous les 10m. Nous nous arrêtons Shwenandaw Kyaung qui me rappelle les beaux temples népalais. Le frais d’entrée nous rebute un peu (10 000 kyats, soit 10$), mais le ticket est valable pour plusieurs monuments, pendant 5 jours.

img_2932.jpg

img_2930-1.jpg img_2923-1.jpg img_2928-1.jpg

J’aime j’aime j’aime ! Tout est en bois de teck (la Birmanie en exporte), tout est sculpté, une grande partie est même dorée. Il y a un Bouddha à l’intérieur avec une plateforme un peu élevée. La visite se fait très rapidement, mais trop contents de la beauté de ce lieu, on rate complètement le palais doré à côté (oups).

Nous nous arrêtons au KBZ Bank, recommandé pour faire le change. La Birmanie est moins parano maintenant par rapport aux billets de devise étrangère. Lauriane me racontait que l’année dernière (2015), son échange de billets demandait la vérification de 3 employées, tout le monde courait dans tous les sens. Mais ça, c’était avant. Ils n’ont plus besoin de billets nickel sans tache sans pliure. Je donne exprès 2 billets de 100$ plutôt neufs mais pliés en deux. 0 réaction. Voilà, voyageuses voyageurs, vous n’êtes plus obligés de venir en Birmanie avec les billets 0 défaut. C’est du passé ! Si le taux de change est plus avantageux qu’à l’aéroport, il suit la même logique : plus le billet est gros, plus le taux est avantageux.


Après le change, nous récupérons des billets birmans qui sentent… l’anti-mites, une odeur caractéristique et très désagréable.

Nous assisterons également à deux retraits d’argent des birmans. Une pile de billets est sortie par l’employée de la banque, mise dans un sac plastique et donnée à une birmane. Vu la pile, ça doit être dans les 5 000$. La birmane donne le sac à son fils de 6 ans environ 😀 Une autre birmane vient chercher son argent à la caisse, pareil, une pile d’argent dans un sac plastique noir. P/s : quand vous passerez au Vietnam, allez chez les bijoutiers pour assister à l’achat de lingots d’or (livrés aussi dans les sacs plastique hihihi).

Nous dînons dans un restaurant d’à côté pour goûter au fameux curry birman, accompagné de délicieux petits plats végétaux.

Jour 3 : Sagang Hill – Mahamuni – Mandalay Hill – 26th Street

Nous louons un scooter pour la journée. Le loueur nous apprend qu’Inwa est inondé en ce moment. On décide de se rendre uniquement à Sagang Hill.

Arrivés sur place et morts de faim, nous nous arrêtons dans un restaurant local. La communication est difficile même si la patronne comprend quelques mots d’anglais. On demande du riz et elle nous sert la même chose que le bui bui hier devant la pagode Kuthodaw : du riz, des cacahuètes fris, un œuf au plat par personne, une sauce pimentée au Maggie, une sorte de kimchi et un bouillon. Je pense que c’est le type de nourriture qu’ils mangent tous les jours. Très simple et peu cher (1400 kyats pour deux). Avec des sourires sincères en prime.

La suite est un peu plus compliquée que prévu puisque le Samsung de JB a du mal à nous localiser. Sagang est un Bagan bis, càd qu’il y a une multitude de pagodes, monastères et stupa (cf. la vue sur Sagang depuis l’autre rive, les pics dorés sont des stupas, il y en a beaucoup)

img_2944.jpg

Voyez-vous des moines entourant le bouddha ?

img_3004.jpg

On ne se met pas la pression car tout est beau, on peut se permettre de visiter les pagodes « au feeling ». Les flèches et indications sont en birman, on suit les flèches sans trop savoir où ça nous mène.

img_2956.jpg

Malgré ça, nous arrivons quand même en haut de la montagne où nous avons une belle vue sur le fleuve et toute la ville. La présence des touristes nous fait comprendre que c’est bien « The place to be ».

img_2964.jpg

img_2950.jpg

img_2953.jpg

On passe devant une école monastique (petits moines, ils ont moins de 10 ans). Ça reste encore des enfants : on en voit une dizaine autour un stand de brochettes et salade de papaye devant l’école, profitant de la pause pour casser la croûte. Devenir moine peut être la seule option ici notamment pour les familles pauvres.

On longe ensuite un petit chemin : il est très poussiéreux car il est emprunté pour acheminer du sable, extrait du fleuve d’en face.

Nous rentrons à Mandalay en nous arrêtant à Mahamuni, où l’on trouve une des cinq images de bouddha faite de son vivant. Les croyants se succèdent pour coller des feuilles d’or à la statue de bouddha qui devient, au fil des années, une énorme statue en or massif. Un écran TV permet de suivre tout ça en direct, car les femmes ne peuvent pas s’approcher de près, et il y a beaucoup trop de croyants pour bien voir (désolée pour la qualité de la photo)

img_2958.jpg

Nous profitons d’avoir un scooter pour nous rendre à Mandalay Hill et éviter 1h30 de marche (ou 8$ par personne one way, pour monter jusqu’en haut en pick up). Nous croiserons sur la route beaucoup de birmans empruntant la route réservée aux motos/voitures pour faire du sport (une autre route constituée de milliers de marches est réservée aux croyants et touristes).

On ne  dirait pas sur la photo mais ces statues font 20m de haut, elles sont sur le chemin menant à Mandalay Hillimg_2966.jpg

Le stupa de la pagode en haut de Mandalay Hill

img_2971.jpg

Le coucher du soleil au Mandalay Hill n’est franchement pas exceptionnel comme nous le vendent les guides. Je comprends pourquoi ceux qui marchent pendant 1h30, pieds nus, arrivent ici et se disent « tout ça pour ça ». Cependant, la vue à 360 degrés tout en haut est quand même sympa. Plusieurs moines viennent ici pour pratiquer l’anglais avec les touristes… Ou tout simplement pour faire du tourisme, et des selfies. Ce sont des humains avant tout.

img_2968.jpg

Pour monter jusqu’en haut, malgré notre scooter, il faut quand même monter quelques marches. contrairement à ce qu’on peut lire sur TripAdvisor, ce n’est pas si sale que ça, il faut juste regarder où on met ses pieds nus.

JB rejoint un groupe de birmans jouant au football autour d’un énorme stupa avec enclos. À cause du lieu, tout le monde doit se déchausser. Les joueurs se donnent à fond, pieds nus, ils n’hésitent pas à se jeter par terre s’il le faut.

img_2973.jpg

Apres cette pause sportive, nous assistons à un spectacle de jets d’eau (avec son et lumière) sur la 26eme rue, en face de l’ancien Palais Royal. L’espace autour de cet ancien palais royal (rempli d’eau) sert aussi de salle de sport ouverte aux birmans. Ici, le jogging n’est pas très tendance mais la marche rapide est adoptée par tous. On voit même des machines, très simples, installées sur le trottoir pour qu’ils puissent travailler leurs muscles. Pour ceux qui ont faim après leur effort physique, plusieurs stands de salades de mangue/papaye et brochettes sont installés tout au long. On a aussi une vue incroyable sur Mandalay Hill et ses pagodes illuminées le soir.

img_2980.jpg

Nous dînons au resto de l’hôtel, afin de découvrir la fameuse salade de thé, une spécialité birmane difficile à trouver à Mandalay. C’est très bon, les feuilles fraîches n’ont pas du tout le goût amer du thé infusé.

20160819_213010

Jour 4 : pluie, pluie, pluie

Nous sommes très motivés pour nous rendre à Amarapura pour assister au déjeuner des milliers de moines.

Armés de nos ponchos de pluie, nous bravons la pluie torrentielle asiatique sur notre scooter, pour déclarer forfait seulement deux minutes plus tard. Nous ne sommes pas trempés, mais les rues sont inondées. On ne voit pas les imperfections de la route et risque à tout moment de finir dans un gros trou.

Nous décidons de rendre le scooter tout de suite, avant que les routes ne deviennent impraticables. Nous suivons les chemins les moins inondés, quitte à faire un énorme détour.

On croisera aussi un serpent sur la route, apparemment non venimeux. Cela me décourage définitivement de marcher dans les rues inondées. Par ailleurs, chaque année pendant la mousson, on déplore en Asie plusieurs victimes tombant (et disparaissant) dans les égouts.

Hier même, mes parents ont utilisé le « safety check » de Facebook après qu’une tempête ait frappée Hanoi. Notre maison à Hanoi se situe en haut d’une mini-colline, nous n’avons jamais souffert d’inondation, mais ceux qui habitent dans les zones plus basses (notamment le vieux quartier d’Hanoi), où près du fleuve rouge, ont appris à vivre avec et à devoir nettoyer leur mur et sol au moins une fois par an. Certains sont même équipés maintenant de bateau 😀

Arrivés sur place, Tim, qui nous loue le scooter, nous propose de nous ramener à l’hôtel en voiture car selon lui, aucun taxi ne s’aventurera jusqu’ici (il est vraiment trop sympa !). Sur le chemin, Tim nous apprendra que l’écriture birmane est très difficile et différente de la langue parlée. Vivant depuis 18 ans en Birmanie, il connaît par cœur ce pays et s’étonne qu’il ne pleuve pas plus que ça cette année. Normalement, pendant 4 mois, il pleut des cordes comme aujourd’hui, toute la journée. Cette année, à part le Sud, il pleut beaucoup moins dans le Nord. Nous comprenons mieux pourquoi les hôtels à Dawei (au Sud de la Birmanie) sont tous fermés pendant la mousson.

Nous verrons également sur le chemin des scooters à moitié sous l’eau, des femmes marchant dans la rue où l’eau arrive jusqu’au mollet. Il suffit qu’une voiture passe pour que les piétons et scooters à côté soient trempés jusqu’aux os. Et pourtant, tout reste ouvert : les bui bui, les salons de coiffure…

Nous changeons d’hôtel pour nous approcher du port (le bateau pour Bagan part demain à 5h). Le nouvel hôtel est tout aussi confortable que le premier, ce qui nous étonne beaucoup compte tenu du développement touristique récent de la Birmanie. Et le service est IMPECCABLE.

img_2981.jpg

Derniers jours en Birmanie

De retour à Mandalay après 8h de bus depuis le lac Inle, nous choisissons un autre hôtel (Hôtel 8) et sommes ravis de l’avoir découvert. Non seulement ils prêtent les vélos gratuitement mais ils louent aussi les scooters directement à l’hôtel pour 15 000 kyats/jour.

Nous n’avons toujours pas oublié notre envie de visiter Amarapura. Nous partons à 9h40 en scooter pour être au monastère Mahar Gandar Yone pour assister au repas des moines à 10h15. Malgré le GPS, nous ne trouvons pas l’entrée du monastère mais un moine, en scooter, nous guide jusqu’au réfectoire où des milliers de moines font la queue pour leur unique repas de la journée. De nombreux fidèles viennent cuisiner et distribuer les repas. Certains touristes participent également à la distribution. Je trouve juste dommage le nombre d’appareils pointés sur les visages des moines, ou des touristes venues en mini-short alors qu’on est dans un monastère. Par respect devant cette démonstration d’humilité, nous ne prendrons qu’une ou deux photos avant de nous éclipser rapidement. Ce n’est pas le cas de tout le monde.

img_3268.jpg

Nous allons ensuite au pont U Bein qui se trouve juste à côté et qui fait 1,2Km de long. Il s’agit du plus long pont en teck du monde. C’est agréable de se promener sur ce pont, il y a des bancs et coins de repos tous les 20m. Les nombreuses vendeuses ambulantes sauront vous convaincre d’acheter quelques snacks (salade de mangue, brochettes, crabes…), à visiter pour son ambiance plutôt que pour sa beauté. Le couché de soleil est paraît-il magnifique mais n’aurons pas l’occasion de le vérifier.

img_3263.jpg

Les arbres sont sous l’eau car il pleut beaucoup à Mandalay ces derniers jours. D’ailleurs, quelques minutes après cette photo, il a plu.

img_3262.jpg img_3274.jpg

Nous passons ensuite la soirée au centre commercial Diamond Plaza et découvrons tardivement des Beauty Salons pas chers à 6000 kyats le massage de 45 minutes (qu’on n’a pas testés, n’ayant plus beaucoup d’argent sur nous).

Nous testons un restaurant coréen dans ce même centre (pas très coréen finalement car réadapté au goût birman mais c’est bon quand même) et le cinéma au même endroit.

Le cinéma en Birmanie, une expérience inoubliable

Nous choisissons un film coréen (Train to Busan) avec sous-titres en anglais (pas de sous-titres en birman ici, si le film est anglophone alors il n’y aura pas de sous-titre). C’est un peu bizarre car les birmans sont plutôt mauvais en anglais. Les places sont numérotées et on peut les choisir sur l’écran (mais pourquoi on n’a pas ce sytème en France ??) et il y a 3 niveaux de prix (1500/2500/3500 kyats), nous choisissons les places de la 2ème catégorie (2500 kyats environ 2€/personne).

cinema

Nous avons BEAUCOUP aimé cette séance. Au milieu des pubs, comme en Thaïlande, on se lève tous devant une musique (l’hymne Birman ?) très émouvante avec le drapeau de la Birmanie (si j’étais birmane j’aurais pleuré de fierté devant ce drapeau un peu cheap et pixelisé, OMG cette musique était way too damn good). Ensuite, il y a un movie clip trop bizarre où il y a plein de textes en birman, la chanteuse sourit et chante. Au milieu de son clip, il y a une scène où les gens sont électrocutés en essayant de sauver d’autres gens électrocutés et où on te montre comment sauver proprement en cas de problèmes électriques avec un bâton en bois. Peut-être la fille est juste en train de chanter « Premiers secours pour les nuls » en birman ? Nous lui souhaitons de vendre beaucoup de CD.

Tout au long du film, on entend un bruit de fond assez drôle, comme s’il pleuvait. En réalité, cela provient du « pop corn local » des birmans : les graines de tournesol. C’est très addictif ce petit snack, ça n’apporte que dalle niveau calorie et on met une éternité à finir un petit paquet. D’ailleurs, après la séance, il y a des graines par terre, mais partout partout. Je suis certaine que ce n’est pas du tout lié à l’impolitesse des birmans mais au film. En effet, le film parle des zoombies et il y a des scènes où tout le monde sursaute et hurle de peur, je pense que les graines sont tombées à ces moments-là. Le public a l’air de comprendre les sous-titres (pourquoi ces gens ne travaillent pas pour l’industrie du tourisme où ils manquent d’anglophones ?) car il réagit bien aux dialogues. Un peu trop, même. Ils commentent tout haut tout fort, surtout quand un zoombie apparaît et que le personnage principal ne le remarque pas encore. Je suppose qu’ils conseillent aux personnages de courir.

Ah oui, dernière chose : à cause de la coupure d’électricité récurrente en Birmanie, le film a été interrompu 3 fois (pendant 10 à 20s).

Bref, excellente dernière soirée en Birmanie !

Partie 2 : Conseils pratiques

Budget

  • Chambre double chez Hotel 8 (qu’on recommande) : 20$/nuit, quartier très sympa, populaire. L’hôtel prête des vélos gratuitement et loue des scooters (15000 kyats/jour).
  • Chambre double chez Palace View Hotel (très bien) : 27$/nuit, l’hôtel est quasi neuf avec une vue superbe sur l’ancien palais royal, quartier non touristique. L’hôtel loue des vélos, pas de scooters disponibles
  • Chambre double chez Royal Tulip Guest House (qu’on recommande) : 25$/nuit, à seulement 10mn du port (pratique si vous prenez un bateau pour Bagan). Quartier non touristique avec bui-bui et supermarché à côté. Le petit déjeuner nous a été remis dans une petite box car nous partons tôt le matin
  • Location de vélo : 3000 kyats/jour
  • Location de scooter : entre 10 000 et 15 000 kyats/jour pour un scooter automatique. Essence : 600 kyats/litre
  • Frais d’entrée aux monuments pris en charge par le gouvernement (Cultural Zone) : 10 000 kyats/personne pour 7 jours
  • Taxi :
    • 5 000 kyats pour environ 5km
    • Aéroport Mandalay -> hôtel à Mandalay et vice versa : 4 000 kyats/personne en shuttle. 12 000 kyats pour un taxi privé.
  • Nourriture : entre 2000 et 3000 kyats/plat
  • Cinéma : entre 1500 et 3500 kyats/personne
  • Massage chez Diamond Plaza (3ème étage & 4ème étage) : 6000 kyats/45 minutes

Astuces

  • Marcher n’est pas une option de transport valable à Mandalay. Cette ville est immense, même si sur Google Maps, on dirait pas. De plus les trottoirs ne sont franchement pas top. Nous avons listé pour vous les tarifs & moyens de transport à Mandalay
  • Si vous tenez à marcher, choisissez un hôtel entre la 10ème et 12ème rue, côté Est de la ville (près de Mandalay Hill).
  • Si vous voulez absolument retirer de l’argent au distributeur, pensez à informer votre banque avant le départ (la banque peut bloquer votre carte en pensant à une tentative de fraude) et faites attention aux frais
  • Ayez toujours un peu de change pour payer les parkings. Même si les vélos sont surveillés, il faut toujours les verrouiller
  • Si vous voulez louer des scooters ici pour 10$-15$, cf. notre article
  • Si vous prenez un bateau pour Bagan, louez un hôtel près du port car vous aurez du mal à trouver un taxi à 5h du matin.
Le bateau / slow boat de Mandalay à Bagan : 12h à observer la vie locale
Où réserver le bateau local / slow boat Mandalay - Bagan
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.