Marrakech (Maroc) : Premières impressions

Après un passage express à Casablanca, nous voilà dans un bus en direction de Marrakech (3h avec la compagnie CTM, que nous recommandons).

Nous avons entendu beaucoup de bien comme beaucoup de mal de cette ville et voulons faire notre propre opinion. C’est pour cela que nous réservons un Airbnb pour seulement une semaine alors que nous réservons généralement pour un mois. Si ça ne nous plaît pas, on pourra rapidement aller ailleurs.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Notre Airbnb

Les tarifs sont tellement peu chers que nous optons pour un riad privatisé, avec 3 chambres à coucher, 4 salles de bain. Rien que pour nous. 30€/nuit. Dans l’optique de prolonger notre séjour et accueillir des amis si ça leur chante de passer Noël ici.

Mais c’est vraiment trop grand pour nous. Nous avons trop la flemme de passer d’un étage à l’autre. Rien que pour se parler, nous sommes obligés d’utiliser Whatsapp 🙂

Et les riads ne sont pas faits pour recevoir beaucoup de soleil à l’intérieur => On a trop trop froid. Ça doit être top en été, mais en hiver, l’isolation est inexistante, le chauffage est absent, nous avons toujours une doudoune sur nous. #fail

Internet est super lent (mais là, on avait été prévus, c’est comme ça partout au Maroc), donc nous continuons à utiliser la 4G pour nous connecter.

De retour de vacances depuis seulement une semaine, nous sommes super sollicités par nos clients. Et j’avoue que coder, recroquevillée sur un bout de canapé, en doudoune, avec une énorme couverture et une mini table, n’était pas ma meilleure expérience de l’année 😀

La bonne nouvelle, c’est que le riad se trouve dans une belle résidence, avec des restos locaux, super bons et pas chers, et des chats de rue trop mignons qui aiment mon pâtée (me voilà de nouveau nourrisseuse officielle des chats de la résidence). A 21h, il y a une autre dame qui donne des croquettes aux chats. Dans les pays musulmans, tout le monde aime les chats (car le prophète les aime), par contre les chiens, considérés comme pas super propres… on n’en a pas vu beaucoup.

L’arnaque des taxis

Au-delà du froid, ce qui nous achève, c’est les négociations sans fin avec les taxis. Comme notre Airbnb est un peu excentré, on est obligé de prendre des taxis jusqu’à la médina.

Et c’est fatiguant.

5€ l’aller. 5€ le retour, parfois 8€/trajet pour 1,5km pendant l’heure de pointe car le chauffeur ne veut pas mettre le compteur. On veut bien payer un peu plus que les locaux (qui paient 0,8€), mais 10€/jour rien que pour le taxi alors qu’une tajine coûte 3€, ça suffit. Quand on leur demande de mettre le compteur, ils s’arrêtent net et nous mettent dehors. JB se renseigne et finalement, on arrive à enlever ce stress quotidien, en commandant un taxi sur une application ou via le téléphone (on en parle ici)

Même pour les locaux, c’est ch*ant de héler un taxi. Certains chauffeurs ne prennent jamais de marocains car c’est plus rentable d’arnaquer les touristes.

Ici, on peut partager les taxis (le compteur est multiple). C’est comme le décrivait le sketch de Gad Elmaleh, quand tu arrêtes un taxi, il y a déjà du monde à l’intérieur, tu donnes ta destination et on te dit si le taxi va dans la même direction ou pas. Il y a 2500 taxis environ à Marrakech, ils sont tous pris à l’heure de pointe, et peuvent annoncer des prix qui feraient rougir de jalousie les taxis parisiens.

Visites

Heureusement, avec l’arrivée surprise d’un confrère SEO et sa famille à Marrakech, nous nous motivons enfin pour visiter cette ville et passer outre la première impression chaotique. Ils ont payé un chauffeur privé pour visiter la ville, et je pense que c’est une excellente idée car ça évite les négociations sans fin avec les taxis et en plus, leur chauffeur, Cherif, a de super bonnes adresses et leur ont amené faire du chameau dans un lieu beaucoup moins touristique et moins cher que les autres. Contactez-le sur WhatsApp (+212 675-451313), pour une journée entière, comptez environ 200dh.

Nous visitons évidemment la Place Jemaa el-Fna, qui est animée le jour comme la nuit, mais plus à partir de l’après-midi quand même. Il y a de tout : des vendeurs de cosmétiques, vendeurs de jus de fruits, tatouage au henné, des stands de nourriture comme les musiciens, charmeurs de serpents ou des mecs traînant de pauvres singes enchaînés pour attirer les touristes…

L’ambiance est vraiment superbe et on se sent super safe même s’il faut quand même faire attention à son portefeuille.

Nous avons passé une bonne partie d’après-midi depuis la terrasse d’un des nombreux restaurants donnant sur la place, à faire du people watching avec A. et sa famille.

Ils nous ont amenés au souk et nous ont montré une petite porte accédant au « souk des locaux » (et non le souk des touristes bien propre et bien large). On y reviendra en journée (car c’est fermé assez tôt, vers 18h). Leurs enfants appellent le souk « le labyrinthe » (ils ont 5 ans, trop mignons). Ils ont même lié d’amitié avec un commerçant et l’un d’entre eux nous ont présentés comme ça au commerçant : « ce sont des clients qui font le tour du monde » ahaha, so cute. 5 ans et déjà rabatteur !

Se promener dans le souk et les ruelles autour de cette place est mon expérience préférée à Marrakech (à condition de ne rien acheter et ne pas s’attarder devant un stand, sinon le vendeur va nous sauter dessus). Je préfère ce souk au bazar à Istanbul ou au Caire.

On y trouve de très jolies lampes et chandeliers à étages…

L’huile d’argan est presque vendue au litre. Je me méfie cependant de la qualité de cette huile (je vous donnerai une autre adresse). Le savon noir se vend au kilo (10dh le kg, soit 1€), l’argile aussi (20dh/kg), le ghassoul aussi… rien à voir avec les prix en France.

Il y a aussi des trucs un peu bizarres dont on ne voit pas l’utilité comme : les œufs de raie, les tortues.. on nous expliquera que c’est sûrement pour de la sorcellerie. Les sorciers donnent la liste des courses à leurs clients. Beaucoup de touristes viennent uniquement pour ça.

Nous dînons avec A, avec un autre confrère SEO vivant désormais à Marrakech avec sa femme marocaine. Ils ont pris le soin de choisir un resto au top du top dans le quartier de Guéliz (la partie moderne de Marrakech), avec de la musique live et un spectacle de danse du ventre à 22h. Nous y avons testé la tajine 100% marrakech (tanija marrakchi).

Ce plat est traditionnellement préparé par les hommes car ils le préparent pendant que les femmes se voient entre elles (et ne cuisinent pas). C’est un plat très consistant, avec 95% et 5% de pois chiche (pour les 5 légumes par jour). Je n’ai pas pris ce plat en photo mais vous pouvez taper tanija marrakchi sur Google Images. Pour les carnivores, c’est un très bon plat, mais pour JB, il manque de légumes 😀 Ce resto propose aussi du chicha (qu’on n’a pas testé) mais le serveur m’a fait une démo de jonglerie avec un morceau de charbon brûlant. J’ai trop stressé pour lui. En tout cas, lors de ce dîner extrêmement enrichissant culturellement (S., notre voisine de table travaillait dans le tourisme et connaît le Maroc par cœur), nous avons pu poser plein de questions sur (1) comment prendre le taxi à Marrakech (2) la planification de notre futur voyage dans le désert (3) à quel point c’est facile de venir s’installer au Maroc etc.

Allez je vous donne le nom du resto : Azar Restaurant mais attention, le prix est au même niveau qu’un resto marocain chic à Paris (50€/personne).

Musée Dar Si Said

Le lendemain, avant de retrouver A., nous visitons rapidement ce musée dédié aux tapis marocains.

Sur le chemin vers le musée, il y a déjà plein de marchands de tapis.

Ce musée donne des explications sommaires sur la fabrication de différents types de tapis. Mais j’avoue qu’ils sont beaucoup moins beaux que ceux qu’on a vus en Turquie. L’intérêt du musée réside dans la beauté du lieu. En suivant la flèche, on passe d’une salle à l’autre, avant de tomber sur un jardin très charmant, puis une salle d’une beauté époustouflante à l’étage, avant qu’une autre cour ne nous en mette plein la vue. Ce bâtiment est une démo réussie de l’artisanat marocain (dont nous avons lu les explications des techniques utilisées à Casablanca). Je vous recommande vivement la visite ! De mémoire, l’entrée coûte 20dh/personne et il n’y a presque aucun touriste.

Palais Bahia

Nous retrouvons A. et sa famille devant le Palais Bahia. Attention, l’entrée n’est pas celle indiquée par Google Maps, mais la petite porte tout près du restaurant El Bahia (tapez sur Google Maps). L’entrée coûte 70dh/personne. Le complexe contient 250 chambres mais nous n’avons accès qu’à une toute petite partie du complexe (10 grands trucs). Il y a énormément de touristes, rendant le lieu moins magique que le musée de tapis visité 30 minutes auparavant.

Cependant, il suffit de regarder les détails, les décorations en stuc, le plafond en bois de cèdre peint, les céramiques, les couleurs … Ce que je trouve dommage, c’est l’absence des meubles. Car les salles se ressemblent quasiment toutes, et on a du mal à imaginer comment c’était il y a 200 ans. Pourquoi les salles sont si sombres et les fenêtres si petites ? Je m’attendais également qu’il y ait plus d’eau que ça, plus de fontaines, plus de bassins. J’ignore si c’est parce que ces parties ne nous sont pas accessibles ??? En tout cas, c’est incomparable avec ce que nous avons vu par ex. à Séville.

Dîner sur la grande place

Avant de quitter Marrakech, il faut absolument qu’on teste un de ces nombreux restos sur la grande place qui nous donnent trop envie. Le barbecue est allumé dès 17h. La compétition est terrible, les rabatteurs se disputent chaque client. La sollicitation est telle que nous n’arrivons pas à regarder plus de 4 restaurants, et comme tous semblent se ressembler, on finit dans un resto qui nous promet une boisson gratuite (c’est le cas), et 6 brochettes pour 40dh.

Finalement, les brochettes qui nous intéressent coûtent plutôt 70dh, la boisson et la salade sont incluses comme promis. C’est OK mais pas non plus extraordinaire. En tout cas, A. nous a conseillé de plutôt manger ici, car les restos classes qui donnent sur la place (avec terrasse) coûtent chers (comptez au moins 100dh le tajine, soit 3 fois le prix normal) et en plus, il a eu des problèmes digestifs après.

Alors que les stands, boui boui sur la place, ont plus de clients donc les ingrédients sont sûrement plus frais.

Je suis intriguée par la présence de nombreux stands d’escargots et opte pour un petit bol de 5dh. Les escargots sont marinés avec des épices, et servis dans un bol rempli d’eau chaude épicée. On peut demander gratuitement un peu plus d’eau (épicée) à la fin. On voit un peu trop bien la forme de l’escargot, mais sinon, j’aime bien.

Mes adresses favorites

Je profite de notre passage à Marrakech pour manger asiatique (cela fait 2 mois, depuis la Turquie, qu’on n’a pas mangé asiatique). Je vous recommande donc le restaurant qui s’appelle petit thai (à Guéliz).C’est délicieux ! et ils savent bien doser le piment (j’ai demandé « un peu de piment » et ils ont respecté la demande).

Et comme j’étais en manque d’huître, je suis allée au restaurant Bagatelle (toujours à Guéliz) pour manger français. Les huîtres viennent du Maroc et elles sont délicieuses.

Pour l’huile d’argan, je vous ai dit que j’avais une adresse, c’est Naturelle d’Argan (toujours à Guéliz). Cette marque, certifiée Ecocert, a été distribuée en France à un moment (j’avais une bouteille de 50ml), et puis elle a disparu, apparemment, les prix pratiqués n’assuraient pas leur rentabilité en France, donc ils n’en vendent qu’au Maroc maintenant. C’est une très bonne huile, qui ne sent rien (contrairement aux huiles de moins bonne qualité qui puent les crottes de chèvre), sensiblement de même qualité que Melchior & Balthazar dont je vous ai parlé longuement ici.

Le prix est très doux : 10€ les 50ml. 15€ les 100ml. J’ai remarqué que seule huile d’argan pouvait hydrater correctement mes mains (depuis qu’on est en Afrique du Nord, mes mains souffrent).

Nous avons été aussi au hammam, Les Bains de Marrakech. Le lieu fait 2000m² donc on est complètement perdus et il nous faut toujours quelqu’un pour nous montrer où aller. Nous avons opté pour le soin Marrakech à 79€/personne et nous y sommes restés au moins 3h. Après, nous sommes sortis la peau toute douce, bien hydratée, et tout propres. L’expérience est super luxe par rapport à ce qu’on peut avoir dans un hammam populaire (où le gommage se fait à même le sol), mais je trouve que le gommage est bâclé. C’est à faire quand même au moins une fois (en plus d’un vrai hammam authentique non touristique). Il vaut mieux réserver la veille.

Attention : le hammam est mixte mais chaque couple a droit à une cabine privée, c’est avant tout un lieu pour se laver donc il faut se mettre tous nus (enfin avec un slip jetable). Je précise car certains ne se sentent pas à l’aise par rapport à ça.

Voilà, c’est tout pour ce premier carnet de voyage à Marrakech. Nous allons passer un mois à Essaouira, avant de revenir à Marrakech, je publierai le second carnet de voyage à Marrakech dans un mois.

 

 

Partie 2 : Conseils pratiques

  • Airbnb : 30€/nuit
  • Restaurant Bagatelle : comptez 25€/personne/repas
  • Restaurant Azar : comptez 50€/personne/repas
  • Restaurant sur la grande place : comptez 5€ à 7€/personne/repas
  • Restaurant vraiment local : comptez 3€ à 5€/personne/repas
  • Taxi : 30dh/trajet est un tarif acceptable (on ne vous laissera pas payer moins de toute façon)
  • Musée Dar Si Said : 20dh/personne
  • Palais Bahia : 70dh/personne
  • Les bains de marrakech : à partir de 220dh
[Test & Avis] Internet partout avec le pocket Wifi Huawei E5577
Devenir Digital Nomad : le Guide ultime 2019
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.