Gánh Hàng Rong – Les boui boui ambulants au Vietnam

Assise sur une chaise en plastique de 10cm de hauteur dans la rue, je suis en train de manger un de mes desserts favoris à Hoi An quand un groupe de touristes français passent devant. Ils sont à la fois intrigués par mon dessert qui ressemble à un tofu pas cuit, et par la taille des chaises, qui est aussi petite qu’une brique.

Si ces chaises sont aussi petites, c’est parce qu’elles permettent à la vendeuse de tout ranger dans ses deux paniers, chacun accroché à une longue tige de bambou, et « promener » son boui boui d’une rue à l’autre. Les vietnamiens appellent ce genre de boui boui ambulants, et éphémères, « Gánh Hàng Rong ».

Gánh Hàng Rong, le nom évoque tant de souvenirs chez tous les vietnamiens, qu’ils aient l’âge de mes grands-parents, ou l’âge de ma petite sœur. Avec seulement deux paniers et une tige de bambou, les vendeurs transportent avec eux les meilleures saveurs de la gastronomie vietnamienne, et notre enfance aussi.

Quand j’étais petite, les boui boui ambulants étaient beaucoup plus nombreux que ça. Et ils se déplaçaient beaucoup plus. Il y en avait un en particulier, dont je guettais le passage. Sa voix était reconnaissable parmi tous, et son « tofu pas cuit » (Tào phớ) était le meilleur. Quand j’étais seule à la maison, je n’avais pas le droit d’ouvrir la porte, et je devais tendre la main à travers la fenêtre et l’appeler le plus fort possible, de peur qu’il ne m’entende pas.

Je lui tendais deux bols et de l’argent et il me rendait deux bols remplis de mon dessert favori, avec des fois une ou deux fleurs de jasmin flottant dans la sauce. Eh oui, à cette époque, on parfumait encore nos sauces avec de vraies fleurs.

Et puis, un jour, il n’est plus jamais revenu.

Tout comme ces boui boui ambulants, qui sont devenus de plus en plus rares, chassés par le gouvernement et la police, à cause de la place qu’ils occupent illégalement sur le trottoir.

Comme le pays est devenu plus riche, de plus en plus de vendeurs ambulants troquent leurs paniers contre des vélos, pour soulager leur dos. C’est le cas des vendeurs de fleurs, de fruits, de maïs, ou de desserts. Cependant, les plats compliqués demandant un vrai « coin de cuisine » sont toujours transportés dans les paniers en bambou. Pour constituer une clientèle et gagner un peu plus d’argent, certains vendeurs se posent toujours à la même place tous les jours. Cette pratique est tolérée par les propriétaires de maisons devant lesquelles ils se posent. Contre service (nettoyage du trottoir), ou juste par gentillesse.

Cependant, le trottoir étant toujours occupé illégalement, la police peut passer à tout moment et c’est la panique. Les vendeurs rangent tout, et transportent leur petit restant sur leur épaule, en faisant le tour du quartier jusqu’à ce que la police ne parte. Ils laissent derrière les clients assis sur les chaises de la taille d’une brique, un bol à la main. Le spectacle est comique. Parfois, la police va jusqu’à confisquer les chaises sur lesquelles les clients s’assoient, du coup ils se trouvent debout à terminer leur soupe sur le trottoir 😀 Il est rare mais pas impossible, surtout si le client finit bientôt sa soupe, qu’il coure aussi avec le vendeur en emportant sa chaise ahahaha

Jusqu’en 2016, Hoi An était comme Ha Noi des années 2000, pleine de vendeurs ambulants. Maintenant, pour dégager le trottoir et rendre à Hoi An sa propreté, tous les vendeurs ambulants ont été chassés de la veille ville. Il ne reste que quelques vendeurs à l’extérieur de la vieille ville, souvent vers 16h-17h, pour assouvir le besoin d’un bon goûter pas cher à la sortie de l’école.

Donc, la prochaine fois que vous voyez des vietnamiens assis sur des chaises minuscules, arrêtez-vous tout de suite !

Si vous ne pouvez pas vous asseoir, commandez quand même un plat et mangez debout ! Si vous n’avez jamais goûté aux boui boui ambulants, c’est comme si vous n’avez jamais été au Vietnam.

Crédits photos : Foody.vn, Dan Tri, Google Images

Le Parc National de Phong Nha - Ke Bang (Vietnam) : A la découverte des plus belles grottes du pays
GRAB : test, avis et code promo du concurrent d'Uber en Asie (Vietnam, Thailande, Indonesie...)
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.