1 jour à Las Peñitas & Projet de Conservation des tortues (Nicaragua)

Ce week-end, pour notre plus grand bonheur, Lauriane, experte de l’Amérique Centrale et de l’organisation de voyages pour handicapés mentaux et physiques – est venue nous rendre visite à Leon. Pour rappel, on s’est connus via un groupe de voyage au Facebook (quand je cherchais des infos sur le Nicaragua) et le courant est tout de suite bien passé.

Elle nous propose de l’accompagner jusqu’à Los Brasiles (où elle a passé trois mois au sein d’une association de conservation des tortues) et à Las Peñitas, la fameuse plage à seulement 1h de Leon. Comme d’habitude, les conseils pratiques sont à la fin de l’article.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Lauriane a réservé une chambre chez Hostal El Albergue à Leon (lien Booking), et nous en profitons pour visiter l’intérieur de cette sympathique auberge, dire bonjour à son proprio Frank, et voir la portée de chatons de la chatte de la maison : Gringa. Les 5 chatons sont vraiment trop mignons, maladroits et un peu timides.

remarquez la tortue qui se baigne dans le bol d’eau des chatons ahahha
l’auberge

De Leon à Poneloya en chicken bus

Aujourd’hui, nous partons de bonne heure car il n’y a qu’un bus par heure et nous voulons prendre le bus à 8h20. Il y a plusieurs terminaux de bus à Leon. Pour ce trajet précis, nous devons nous rendre au Mercadito De Sutiava. Ce marché se trouve dans une zone où habitent encore les indigènes.

Il n’y a qu’un seul trajet possible depuis ce marché, ainsi il suffit de monter sur l’unique chicken bus présent (aux allures de bus scolaire américain). Dans un pays où l’on mange du riz et des haricots rouges (frijoles) au petit-déjeuner, il ne faut pas s’étonner que le vendeur de pizza (qu’il vend à la part) ait du succès dans le bus dès 8h du matin.

le chicken bus

Il fera un détour par Poneloya avant d’aller à Las Penitas. Cela tombe bien, car nous devons d’abord nous arrêter à Poneloya.

De Poneloya à Los Brasiles

Lauriane voudrait se rendre à Los Brasiles, où elle a passé 3 mois, pour nous montrer le campement et les infrastructures de l’association de conversation de tortues Sos Nicaragua (ce n’est pas S.O.S mais Sos, comme « nous sommes…. »)

On demande au chauffeur de s’arrêter à Poneloya. On marche ensuite jusqu’à Chepe’s Bar où un marin nous amène en lancha jusqu’à l’autre rive.

C’est la seule option de transport du coin donc les prix sont non-négociables : 30 cordobas/personne. Il aurait été possible de traverser à pied à marée basse, mais il y a des raies qui se cachent sous le sable et si on a le malheur de marcher dessus, elles risquent de nous attaquer.

On traverse ensuite une zone de mangroves à pied. Il aurait été possible de demander qu’une charrette vienne nous chercher, mais on préfère marcher, on est à l’ombre, c’est très agréable. C’est l’occasion d’observer les oiseaux et lézards.

Projet Sos Nicaragua

Nous arrivons enfin au campement. C’est ici que vivent les volontaires qui aident l’association de conservation de tortues Sos Nicaragua. L’idée est de patrouiller la plage tous les soirs, et trouver les tortues qui sont venues pondre sur la plage; récupérer les œufs pour les conserver dans un endroit safe, avant que les braconniers & prédateurs ne s’en emparent.

Une fois les œufs éclos, les bébés tortues seront lâchés dans la mer.

Je vous montre une photo prise par Lauriane :

Il faut également éduquer la population sur place – pour éviter qu’ils tuent les tortues, ou récupèrent les œufs pour les vendre sur le marché noir. Déjà qu’il n’y a qu’une tortue qui survive sur les 1000 bébés tortues, et les tortues reviennent sur la plage où elles sont nées pour pondre des œufs. Donc si les gens récupèrent les œufs systématiquement, bientôt, il n’y aura plus de tortues qui viennent pondre.

Les volontaires ne paient que les dépenses courantes les concernant pour être ici : incluant le logement et la nourriture. Apparemment, ces frais sont beaucoup moins chers que les pays du coin comme le Costa Rica ou le Mexique où ce type d’associations sont de vrais business. Si vous avez besoin de plus d’infos, souhaitez réserver un séjour, ou voulez passer juste une journée, contactez Lauriane, elle y a passé 3 mois, et saura vous en dire plus que moi. En ce moment (Fin Novembre 2019), ils trouvent des œufs tous les jours.

Son Facebook : https://www.facebook.com/lauriane.marecal.9
Son Instagram : https://www.instagram.com/havana_nicaragua/

Le campement est construit selon les méthodes de construction traditionnelle. Tout est ouvert et les « dortoirs » càd matelas avec moustiquaire ont une vue directe sur la plage. C’est magnifique et ça doit faire du bien de s’endormir avec le bruit des vagues.

le campement
vue depuis le dortoir

Il n’y a presque personne aux alentours, tout fonctionne au gaz et à l’énergie solaire. Bon, le confort est sommaire (ce n’est clairement pas pour nous qui avons besoin de notre douche avec pression et d’Internet haut débit), mais si vous êtes à la recherche d’un vrai retreat et aimez les tortues, pourquoi pas. Il y a des chiens et un chat sur place, mais ils ne sont pas autorisés à monter au dortoir, of course. Bientôt, un prof de yoga viendra donner des cours 1h/jour.

Juste à côté (10mn à pied) se trouve un hostel Surfing Turtle Lodge (lien Booking, 7€) plus moderne, mieux équipé – fonctionnant exclusivement avec des panneaux solaires. C’est ici que sont gardés les œufs de tortues. Quand les œufs éclosent, ils sonnent une cloche pour prévenir tous les clients. Par contre, ils ne proposent pas d’activités de conservation de tortues.

Las Peñitas

On reprend le chemin inverse, en marchant jusqu’à la rive d’où part la lancha. 30 cordobas plus tard, nous sommes à Poneloya et attendons sagement le passage d’un chicken bus. On a la chance de n’attendre que 15 minutes (alors que le bus passe toutes les heures) et en 10 minutes à peine, nous sommes à Las Peñitas (10 cordobas).

Le long de la plage, il n’y a que des restaurants et des hôtels. On se pose à un restaurant toute l’après-midi, sans se faire chasser (bon, vu les tarifs pratiqués, heureusement qu’ils ne nous mettent pas la pression). Je vous recommande les poissons (très frais) et les langoustes. Comptez 12$ à 20$ le plat + 15% de taxe. C’est très cher pour le Nicaragua par contre.

Les vagues sont trop fortes, donc on préfère ne pas se baigner. Un des hôtels très connus des backpackers (et Instagrammeurs) c’est Mano a Mano eco Hostal (lien Booking, 9€). On l’a visité rapidement mais on a oublié de prendre des photos héhé, je vais vous mettre des photos officielles.

C’est vrai qu’il y a plein d’endroits pour prendre de belles photos, la pelouse est parfaitement bien tondue, le bar donnant sur la plage est magnifique. L’ambiance peut être cependant un peu trop « gringo ». Il y a des touristes fêtards venant de Leon qui viennent passer quelques heures ici – ambiance fiesta – avant de revenir à leur hôtel pour gringos à Leon 😀

Le coucher de soleil est MA.GNI.FIQUE, il ne faut vraiment pas le rater.

Retour à Leon

Dès la nuit tombée, nous prenons rapidement un chicken bus pour Leon (16 cordobas).

FYI, voici les horaires de départ du chicken bus de Las Penitas à Leon : 5h20; 6h30; 7h20; 8h30; 9h20; 10h20; 11h10; 12h00; 13h10; 14h; 15h; 15h40; 16h40; 17h30; 18h; 18h40. Il n’y a pas d’arrêt officiel, il suffit d’être dans la rue parallèle à la plage et héler le bus quand il passe (il klaxonne quand il arrive).

Le chauffeur trace et au lieu d’1h, on ne met que 35 minutes pour rentrer au Mercadito de Leon. Nous négocions un taxi colectivo pour 25 cordobas/personne (le prix normal c’est 30 cordobas) jusqu’au centre-ville de Leon.

Ambiance festive, ambiance Noël ce soir alors qu’on est fin novembre, 30°C à l’ombre – il y a quelques stands et des spectacles de rue. Nous terminons notre soirée chez Manana Manana Cafe, un des cafés que je vous recommande pour travailler à Leon (avec prise, Internet acceptable, aucune pression de consommation, cependant il y a de la musique et du passage).

Le lendemain, on se retrouve pour une séance de shopping. Il y a beaucoup de boutiques de vêtements à Leon et les prix sont très doux. Les vêtements viennent probablement des invendus des Etats-Unis car on trouve plein de marques connues. Mais le prix est définitivement nicaraguayen : entre 4$ et 6$ l’unité. Je trouve un tee-shirt pour JB, à utiliser comme pyjama car la lavandaria a égaré le sien.

Nous déjeunons à la boulangerie française (c’est aussi un endroit idéal pour travailler malgré la petite musique d’ambiance). Je vous recommande leur pain perdu, leur quiche lorraine. JB prends une assiette mixte charcuterie / fromage. C’est correct et ça fait du bien de retrouver le goût de fromage 🙂

Ce n’est qu’un au revoir

Sur ce, on doit déjà dire au revoir à Lauriane. Dans quelques jours, nous devons déjà partir pour le Salvador. Ça nous fera trop bizarre de ne plus la voir, on est tellement habitués à se retrouver régulièrement. J’espère qu’on se retrouvera très vite quelque part en Amérique Centrale. En tout cas, ça a été une rencontre en or – ça fait trop plaisir de rencontrer quelqu’un avec autant d’empathie, de compassion, des valeurs communes, autant d’amour pour les animaux, et avec qui nous aimons passer chaque seconde <3

Partie 2 : Conseils pratiques

Si vous avez des questions concernant le projet de tortue, ou concernant le Nicaragua ou l’Amérique Centrale, n’hésitez surtout pas à contacter Lauriane. Suivez son projet de création maison pour handicapés au Nicaragua. Si vous avez besoin de suivi et d’assistance pour un voyage au Nicaragua pour handicapés mentaux ou physiques, contactez-la ! Elle vit désormais au Nicaragua et travaille à Managua.

Son Facebook : https://www.facebook.com/lauriane.marecal.9
Son Instagram : https://www.instagram.com/havana_nicaragua/

Comment aller à Las Penitas depuis Leon ?

Solution cheap : 46 cordobas par personne (2,5$) : Taxi + Chicken bus

chicken bus
  • Prenez un taxi depuis le centre de Leon vers Mercadito de Sutiava : tarif fixe : 30 cordobas, mais négociable si vous êtes nombreux
  • Montez sur le seul chicken bus vers Las Penitas (qui ressemble aux bus scolaires américains). Il part toutes les heures (5h20, 6h20, 7h20 etc.). Venez un peu plus tôt pour avoir une place assise
  • Attention surveillez sur Google Maps car le bus arrive à Las Penitas puis revient tout de suite à Leon, il ne marque pas un long arrêt.
  • Pour le retour : voici les horaires de départ du chicken bus de Las Penitas à Leon : 5h20; 6h30; 7h20; 8h30; 9h20; 10h20; 11h10; 12h00; 13h10; 14h; 15h; 15h40; 16h40; 17h30; 18h; 18h40. Il n’y a pas d’arrêt officiel, il suffit d’être dans la rue parallèle à la plage et héler le bus quand il passe (il klaxonne quand il arrive). Une fois arrivé à Mercadito, prenez un taxi jusqu’au centre-ville de Leon

Solution pratique mais plus chère : taxi privatisé

  • Les taxis seront très contents de vous y amener. Au début, le chauffeur nous a proposé de nous y amener pour 300 cordobas, puis il a descendu le prix lui-même à 250 cordobas (jusqu’à 4 personnes)
  • Dans le sens inverse : Las Penitas – Leon, les taxis partent souvent à vide (ils amènent les gens ici et rentrent vides), donc il est possible d’avoir un meilleur prix, entre 150 et 200 cordobas la course.

Comment contacter le projet de tortue ?

Voir cette publication sur Instagram

🐢 Présentation du projet de sauvegarde des tortues marines Sos Nicaragua 🐢 • • 👉 C’est un projet fondé par David, un biologiste espagnol spécialisé dans les tortues marines, installé au Nicaragua depuis plusieurs années. 👨‍🔬 Il a pour but la protection des tortues marines, de la mangrove au Nicaragua. 🇳🇮 Pour cela il accueille sur le campement des volontaires internationaux, des classes de collèges et lycées nicaraguayens, des touristes de passages, etc. 🗣 Il fait de la prévention auprès des voleurs d’œufs de tortues (qui les revendent au marché noir), et essaye de travailler main dans la main avec eux. 🤝 • • 📍 Le campement est basé à Poneloya, département de Léon. Il se trouve sur la plage, face au Pacifique sur l’île de Los Brasiles. 🏝 • • 🥚🐣 La période des pontes et des éclosions se déroule entre juillet et janvier environ. • • 📱 Pour être volontaire plusieurs semaines ou venir pour une nuit faire des patrouilles pour observer une ponte et/ou assister à des naissances de bébés tortues, vous pouvez mes contacter de ma part (Lauriane) via Instagram @nicarguasos ou par mail : info@sosnicaragua.org

Une publication partagée par Havana Blue (@havanamerica_central) le

Budget

  • Transport :
    • Taxi centre-ville Leon – Mercadito de Sutiava : 30 cordobas/personne/trajet (mais comme on était 3, on a pu négocier à 25 par personne)
    • Leon – Poneloya ou Leon – Las Penitas : 16 cordobas/personne
    • Lancha Poneloya – Los Brasiles : 30 cordobas/personne/trajet
    • Poneloya – Las Penitas : 10 cordobas/personne
    • Las Penitas – Leon : 16 cordobas/personne
  • Nourriture :
    • Déjeuner à Las Penitas : entre 12$ et 20$ par personne + 15% de TVA
    • Dîner à Leon chez Manana Manana Cafe : entre 7$ et 10$ tout inclus par personne
    • Boulangerie Française Pan y Paz à Leon : entre 70 cordobas et 150 cordobas, selon le plat
Carte SIM 4G prépayée au Salvador : Combien ça coûte ? Où en acheter ? Quel débit ? Speedtest (2020)
3 jours à Ometepe (Nicaragua) en Scooter
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.