Un jour à Nusa Penida depuis Denpasar, Bali (Indonésie)

Etant un peu déçus par le côté « tourisme de masse » à Bali, nous décidons de lui donner une dernière chance en nous rendant sur la petite île à côté : Nusa Penida, dont les photos nous ont fait rêver.

Partie 1 : Carnet de voyage
Partie 2 : Conseils pratiques

Partie 1 : Carnet de voyage

Depuis Bukti près de Lovina, nous payons un taxi jusqu’à Denpasar. On aurait pu prendre tout de suite un bateau pour Nusa Penida mais comme nous avons des valises volumineuses, on préfère les laisser à l’hôtel à Denpasar puis faire l’aller-retour à Nusa Penida en une journée, les mains dans la poche. Bon choix, vous verrez plus tard pourquoi il vaut mieux y aller sans valises.

Ce genre de tour est proposé par beaucoup d’agences, mais depuis que JB a un permis de conduire de moto international, nous pouvons nous permettre de visiter tranquillement en scooter, sans risque d’amende, et en étant assuré en cas d’accident. Nous achetons deux tickets de bateau chez Axe Stone Fast Cruise (plus d’infos ici) pour un départ matinal.

Denpasar – Nusa Penidar en bateau

Nous prenons le bateau le plus tôt partant à 7h30. Il faut être là 30 minutes à l’avance. Pour monter sur le bateau, il faut se mouiller jusqu’aux cuisses. Mais ce trajet ne pose pas autant de problème que le retour.

J’imagine que ça dépend aussi de la marée, mais le retour sera cauchemardesque pour ceux qui viennent avec une valise.

Le trajet est très rapide et le bateau est stable, personne n’est malade. A l’arrivée, on voit plein de valises jetées sur le sable et les touristes peiner à les faire rouler sur le sable. On s’éloigne vite de cet endroit chaotique pour nous retrouver rapidement dans une ruelle qui a l’air un peu craignos où deux hommes nous arrêtent pour nous faire payer l’accès à l’île. Ca sent un peu l’arnaque, mais vérification faite, ils travaillent vraiment pour les autorités. Nous réglons les frais en cash (25 000 IDR/personne si mes souvenirs sont bons) puis marchons au bord d’une route très animée, très dangereuse jusqu’à notre loueur de moto (coordonnées en bas de l’article).

Visiter Nusa Penidar en moto

JB a eu la bonne idée de le contacter avant, car on voit que c’est la seule moto qui lui reste. Il nous file deux bons casques. Vu la qualité des casques, on se demande ce qu’il y a à craindre pour qu’il nous file des casques aussi costauds 😀

On comprendra très vite quand on découvrira que les routes sont à peine larges pour que deux voitures se croisent. Ah oui, je précise ! On roule à gauche !

Ce n’est pas comme sur l’île Koh Phangan où l’on n’a qu’à rouler tout droit car il n’y a qu’une seule route. Après avoir observé les autres voitures, on s’est rendu compte qu’elles allaient au même endroit que nous, donc au lieu de « faire le GPS », je peux me reposer, regarder les paysages et JB se contente de « suivre le convoi » des voitures. Non seulement ça nous protège des voitures d’en face mais en plus on roule plus vite comme ça, même dans les virages.

Petit point sur les chiens sauvages : j’ai l’impression que plus une ville ou une île est grande, plus les chiens sont territoriaux et peuvent être agressifs (Koh Samui, Ubud). Sur les îles ultra tranquilles comme Koh Phangan ou Nusa Penida, on dirait que les chiens se calment d’eux-mêmes. A chaque fois qu’on croise un chien, mon cœur se serre, mais les chiens sont très amicaux, voire peureux sur cette île.

Cap de T-Rex

Notre premier stop, c’est cette presque-île en forme de dinosaure. C’est l’endroit le plus visité de l’île, nous préférons y aller parmi les premiers et nous avons bien raison car on peut, pour l’instant, descendre sans faire la queue. Il suffit d’attendre encore 1h et il faut faire la queue ne serait-ce que pour descendre d’un pas.

L’escalier est très pentu et mes jambes lâchent à la moitié du chemin. Je vais rester ici à ce joli viewpoint, tandis que JB le courageux descendra jusqu’à la plage d’en bas. D’ici, on peut voir qu’il y a beaucoup de vent et de vagues, il est dangereux de se baigner, ou de faire du snorkeling. Pas de regrets de ne pas voir pris de tour de snorkeling aujourd’hui.

JB remonte 1h plus tard en disant que pour descendre jusqu’à la plage il faut presque faire de l’escalade, qu’il fait trop chaud et qu’il n’a pas prévu d’eau, qu’il a fait demi-tour en chemin.

Nous remontons l’escalier et sommes effarés de voir le nombre de touristes attendre pour avancer ne serait que de 20 centimètres, car les touristes s’arrêtent tout le temps pour prendre des photos. Il faut avouer que Bali est le lieu idéal pour les selfies, photos, instagrammeurs, pas pour regarder avec les yeux.

Angel’s Billabong

Il y a tellement de parkings à cet endroit que nous avons du mal à trouver rapidement ce qu’il faut voir. Le lieu est très grand et est conçu pour qu’on puisse marcher longuement.

L’endroit à visiter est une piscine naturelle où les vagues, très fortes, peuvent frapper par occasion. Grâce aux trous naturels créés par des pierres en-dessous, théoriquement, on peut être à l’abri et ne pas être emporté par les vagues, mais vous pouvez voir qu’il y a beaucoup d’algues vertes et un accident peut si vite arriver. Apparemment, on pouvait s’y baigner avant, on a même vu un escalier prévu pour ça, mais j’imagine mal tous ces touristes se baigner et être tous sains et saufs, il y en aura toujours un qui va risquer sa vie pour une photo un peu plus spéciale…

Broken Beach

En continuant à marcher, vous arriverez à une sorte d’arc naturel comme ça. On peut faire tout le tour. Cependant, il n’y a pas de protection, faites très très attention où vous mettez vos pieds. Même en étant dans une position stable, la vue me fait trembler et je n’arrive même pas à prendre des photos 😀

Nous nous désaltérons avec une noix de coco bien méritée (et plus chère que d’habitude mais fraîche) avant de continuer le chemin.

Crystal Bay

Nous avons très faim et décidons de nous rendre à Crystal Bay pour déjeuner. Le parking est noir de véhicules mais nous trouvons quand même une petite place pour notre scooter (c’est l’avantage d’avoir juste un scooter). Pour descendre à Crystal Bay, il faut avoir des freins de qualité par contre.

Il y a un énorme choix de restaurants. Il y a une source d’eau douce sur la gauche, large comme une petite rivière. C’est pratique car après s’être baigné, on peut tout simplement se rincer ici, gratuitement. Nous prenons la droite et allons jusqu’au bout de la plage. Le poulet au BBQ est délicieux. Cette plage n’est pas « cristalline » comme son nom l’indique, mais elle est agréable. Les pieds en éventail, à l’ombre d’un parasol, je suis vraiment bien, et nous restons une heure à regarder les vagues, les bateaux arriver, les gens faire du kayak…

Tout près du parking, il y a un terrain plein de cocotiers. J’ai vu pas mal de photos Instagram de ce lieu. Ca rend très bien sur les photos mais en réalité, on dirait juste un terrain abandonné.

JB et moi nous demandons si nous voulons aller à l’Est de l’île passer une nuit et continuer les visites le lendemain, car le loueur de moto nous offre la possibilité, on peut garder le scooter autant de temps qu’on veut.

Même si je suis vraiment bien ici, pour la première fois depuis notre arrivée à Bali, je suis comme guidée par une intuition : partir de Bali ASAP, ne pas être coincée sur une petite île. Ce message tourne en boucle dans ma tête depuis notre arrivée à Ubud quelques semaines auparavant et on verra que cette intuition concerne JB qui sera hospitalisé et opéré en urgence 10 jours plus tard.

Mais franchement, si je n’avais pas cette intuition, je serais capable de rester sur Nusa Penida un mois entier. Ca aurait été pénible de faire venir les valises jusqu’à l’île, mais une fois que c’est fait, ça aurait été la belle vie, comme toute belle vie qu’on peut mener sur une île relativement petite, relativement visitée, mais pas encore écrasée par les touristes et digital nomads. En plus, la connexion en 4G est excellente. Il y a plein de spots de snorkeling, on peut voir des raies énormes, j’ai vu les vidéos ça a l’air époustouflant, il semble y avoir beaucoup d’activités cool autour de l’île.


Nous avons encore un peu de temps devant nous et explorons le Nord de l’île, à la recherche d’un endroit où nous poser. Nous tombons sur un café fraîchement ouvert, absolument magnifique : Penida Colada Beach Bar. Tous les cafés et restaurants ici sont très bien décorés, mais nous avons un coup de cœur pour celui-ci. La plage n’est pas faite pour se baigner car il y a trop de coraux et c’est réservé plutôt aux pêcheurs, c’est pour ça qu’il y a une piscine !!! Et la vue sur les volcans, les montagnes…. Quelle vue ! Si je reviens à Bali un jour, je vais clairement passer un mois à Nusa Penida, c’est certain ! C’est trop peaceful, trop love, trop chill.

Retour à Bali

C’est là que les choses se passent moins bien. Nous devons prendre le bateau de 16h30 mais il aura beaucoup de retard : Il n’y a pas assez d’eau, les touristes doivent marcher, l’eau jusqu’aux cuisses… jusqu’à un premier bateau, qui va les amener au gros bateau. Imaginez le sort des valises. Non, je ne veux même pas imaginer 😀 Tout le monde est trempé, de mauvaise humeur, et stressé… car personne ne s’y attendait.

Arrivés à Bali, on se prend des vagues sur la plage, pareil, il faut se tremper jusqu’aux cuisses. Je me fais pousser par une vague en descendant du bateau et tombe dans l’eau comme une loser 😀 Heureusement mes affaires étaient sur mon dos, et n’étaient pas trempées. En plus, on est amarrés à perpète du port : 1km de marche en plus, toute trempée avec des vêtements de plus en plus collants à cause de l’eau de mer.

La prochaine fois que j’irai sur Nusa Penida, promis, je vais consulter l’agenda des marées. Je vais mettre mon ordi dans un sac waterproof, je viendrai avec juste un sac à dos, et je vais y rester un mois ! 😀 mais pour l’instant, je suis très contente d’avoir vu tout ça AVANT, pour savoir à quoi m’attendre.

Partie 2 : Conseils pratiques

  • Bali – Nusa Penida en bateau : comment y aller? Combien ça coûte ? : infos pratiques écrites par JB ici
  • Logement : Nous avons séjourné à l’hôtel Prime Plaza Hotel (lien booking). Il se trouve à 5 minutes à pied du port Sanur à Bali. C’est un grand hôtel (400 chambres) qui manque un peu d’intimité. Mais le rapport qualité / prix est bon. La piscine est très belle et vous avez accès gratuitement au sauna.
  • Location de scooter : nous sommes passés par Nusa Penida Scooter Rental (https://goo.gl/maps/CE35ia9ENbhRczAN9) vous pouvez les contacter sur Whatsapp : +62 858-5894-9197 J’ai oublié combien ça coûtait mais c’était abordable, et le scooter était en bon état.
  • Activités à faire à Nusa Penida si vous n’avez pas de scooter : Mise à disposition d’un chauffeur, snorkeling, cour de surf, plongée, … Notre partenaire Civitatis propose de nombreuses activités en français, vous pouvez consulter en cliquant ici.
La réussite en 10 étapes : extrait de "Cartographie de la conscience"
Bukti : un joli village pour les digital nomads à Bali (Indonésie)
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.