Singapour (partie 2/2) : la douce vie

Première partie & conseils pratiques sur Singapour ici.

Sitôt rentrés à Singapour depuis Batam, nous nous dirigeons vers le Jardin Botanique. Emilie nous y attend. Elle est en déplacement professionnel à Singapour et on trouve ça super marrant de se retrouver, comme ça, à l’autre bout du monde.

On a passé pas mal de temps à l’Orchid Garden au sein du Jardin Botanique. Si le jardin est gratuit et idéal pour faire du jogging, la partie Orchid Garden est payante et pour 5$SG, on en a pour son argent. Il y a des orchidées de toutes les couleurs, des coins photos pour les pros du selfie, des « cool houses » avec clim pour cultiver les orchidées ayant besoin de fraîcheur, et une zone culture où les petites plantes sont soigneusement prises en charge. Il y a même de nouveaux types d’orchidées créés artificiellement grâce aux croisements, dont un portant le doux nom d’Angela Merkel ahaha.

img_4562.jpg img_4560.jpgimg_4559.jpg

On en a profité pour demander des conseils de visite à Emilie qui a vécu 2 ans à Singapour. Après ces retrouvailles fort sympathiques, on se dirige, grâce à ses conseils, vers Gardens by the Bay (après avoir cassé la croûte au foodcourt de Marina Bay Sands). Gardens by the Bay sont très connus pour ses faux arbres métalliques servant de murs végétaux. Ses deux serres (payantes) ne valent apparemment pas le coup.

img_4570.jpg

Ayant passé trop de temps à manger, on arrive en retard et devons regarder de très loin le show de son et lumière (gratuit) à 19h45. En nous approchant des arbres métalliques et les trouvant trop beaux, on décide d’y rester pour regarder le deuxième show une heure plus tard, assis dans l’herbe, un sundae à la main. C’est super bien fait, les arbres s’allument en concordance avec la musique, on croirait presqu’ils sont en train de chanter. Ecouter « I dreamed a dream » dans ce contexte m’a beaucoup émue. Nous voilà en tour du monde, en train de réaliser un rêve que nous ne pensions pas réalisable.

Notre Airbnb n’étant plus disponible, nous réservons à la place un hôtel capsule Cube Hotel – en plein Chinatown, avec des lits doubles. C’est très confortable et bien fait (on a deux tables pliables), même si la hauteur du plafond n’est pas pour les claustrophobes. Il y a beaucoup moins de bruits qu’une auberge de jeunesse. La clim est très froide, si froide que le lendemain, en me réveillant, je croyais que j’étais en Europe.

img_4552.jpg

Nous passons toute la matinée à réserver la voiture, les vols… pour notre séjour à Kuala Lumpur (1 jour plus tard) et nos premiers jours en Nouvelle Zélande (3 jours plus tard). Autant vous dire qu’on est à l’arrache 🙂 Avant, j’étais du genre à planifier chaque minute, mais c’était avant. Le tour du monde m’a bien changée, en mieux !

Pooja confirme aussi que je suis beaucoup plus relax vs. la dernière fois qu’elle m’a vue à Paris. C’était en mai dernier, Pooja m’a envoyé un mail sur Couchsurfing pour qu’on prenne un café ensemble, et je l’ai amenée au Musée de la Vie Romantique, on a pris un thé dans le magnifique jardin du musée. C’est devenu une amie. Elle est d’origine indienne, est née à Hong Kong, et vit à Singapour depuis 2 ans.

C’est magique de la retrouver ici. Elle nous amène au hawker centre (une sorte de food court couvert) de l’Esplanade, où elle nous fait découvrir les spécialités locales (stingray fish, satay, calamansi juice with plum). Les singapouriens passent aussi beaucoup de temps aux hawker centers.

Chicken rice : même si ça n’a pas l’air appétissant, c’est super bon car le riz est cuit dans le bouillon de poulet.

img_4584.jpg

img_4592.jpg

On finit ensuite chez Toast Box, très connu pour ses toasts (of course) et ses boissons créatives (par exemple un mix de thé et café). Mon rêve secret de m’installer ici se trouve brisé quand elle nous dit qu’il faut être diplômé d’une des 50+ universités dans la liste autorisée par le gouvernement pour avoir une carte de travail ici. Et contrairement à l’image dorée que nous nous faisons des singapouriens, ils sont plutôt malheureux et peu ambitieux, à l’image des Qatariens qui n’ont pas besoin d’être bons au travail, ou des Norvégiens qui sombrent dans l’alcool dans un des pays les plus développés au monde. Comme quoi, l’abondance ne fait pas forcément du bien. Moi aussi, il m’a fallu beaucoup de douches froides pour enfin savoir apprécier chaque douche chaude que j’ai au cours du voyage. Je ne veux pas être donneuse de leçon, si j’écris tout ça ici, c’est surtout pour moi, pour nous. Pour ne pas oublier les leçons apprises lors de notre voyage. Pour que les réflexions sur nous, notre vie, ne soient pas perdues.

D’ailleurs, la visite du National Museum of Singapore, même si j’aime pas les musées, est très intéressante. Il explique comment Singapour a réussi à renaître après la 2ème guerre mondiale, son indépendance vs. les Britanniques puis les Malaysiens. Bref, on vous recommande vivement.

img_4586.jpg

Demain, départ pour Kuala Lumpur.

Kuala Lumpur (Malaisie) : petite escale avant la Nouvelle Zélande
Batam (Indonésie) : séjour de rêve à Elysia Nongsa
    Anh

    Anh est franco-vietnamienne et a vécu dans de nombreux pays (Russie, Australie, France, Norvège, Vietnam). Elle aime par dessus tout les chats, le DIY et la bonne cuisine. Ayant une très bonne mémoire, Anh est capable de vous donner le tarif du petit bus pris entre le Chili et la Bolivie qu'elle a pris il y a 3 ans.

    Tous Mes Articles
    Write a comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.